Le drone de combat Neuron de Dassault "oscarisé" à Washington

 |   |  474  mots
Dassault Aviation et la Direction générale de l'armement (DGA) ont obtenu le prix Laureate Awards pour le programme européen de drone de combat Neuron
Dassault Aviation et la Direction générale de l'armement (DGA) ont obtenu le prix "Laureate Awards" pour le programme européen de drone de combat Neuron (Crédits : Dassault Aviation)
Le célèbre avionneur tricolore et la Direction générale de l'armement (DGA) ont obtenu le prix "Laureate Awards" pour le programme européen de drone de combat Neuron lors d'une cérémonie organisée par le magazine américain Aviation Week.

Lors d'une cérémonie organisée jeudi à Washington DC par le magazine américain aéronautique et spatial Aviation Week, Dassault Aviation et la Direction générale de l'armement (DGA) ont été déclarés vainqueurs des Laureate Awards dans la catégorie Défense pour le programme européen de drone de combat Neuron. Dassault Aviation et la DGA ont gagné face à trois autres finalistes : Saab (Gripen Demo program), Northrop Grumman (Battlefield Airbone Communication node) et enfin (MDA).

Ce prix, qui honore les valeurs et l'esprit pionnier de l'industrie aérospatiale et de défense en général, récompense les défis technologiques relevés et les solutions industrielles d'avant-garde imaginées pour développer la première grande plate-forme aérienne furtive en Europe, le démonstrateur technologique Neuron. "Cette distinction récompense l'excellence technologique et de la capacité d'innovation tant étatique qu'industrielles sur le démonstrateur Neuron", a estimé la DGA, qui assure la maîtrise d'ouvrage, dans un communiqué publié ce vendredinEUROn.

Le Neuron lancé en 2003

Lancé par le gouvernement français en 2003, ce programme, dont la maîtrise d'oeuvre a été confiée à Dassault Aviation, vise à démontrer la maturité et l'efficacité des solutions techniques qui préfigureront l'avenir de l'industrie de l'aviation de combat au cours des vingt prochaines années. Financé sur le budget des études amont du ministère de la Défense, Neuron marque "un effort de recherche et technologie majeur pour préparer l'avenir et maintenir des compétences industrielles essentielles", a précisé la DGA. 

"La nécessité de mettre au point des technologies stratégiques, de conserver des compétences de pointe dans des domaines où l'industrie française a acquis un savoir-faire d'excellence, et de fournir une charge de travail aux bureaux d'études, a fait du nEUROn l'un des programmes phares du secteur de la défense", a expliqué Dassault Aviation dans un communiqué.

Vol inaugural en décembre 2012

Le succès du vol inaugural du Neuron, le 1er décembre 2012, a validé "l'aptitude de l'industrie française à préparer l'avenir des systèmes aériens de combat avec ou sans pilote à bord", a précisé Dassault Aviation. Il illustre également la volonté de la France de rester un acteur de premier ordre dans l'édification de la défense de demain.

Notifié à Dassault Aviation par la DGA en 2006 ainsi que les contrats de partenariats industriels pour un coût de 400 millions d'euros, le programme Neuron associe la France, l'Italie, la Suède, l'Espagne, la Grèce et la Suisse. Sous la maîtrise d'oeuvre de Dassault Aviation, le programme a été construit "pour fédérer les compétences et les savoir-faire" d'Alenia Aermacchi (Italie), Saab (Suède), EADS-Casa (Espagne), HAI (Grèce), Ruag (Suisse) et Thales (France).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2014 à 10:26 :
Je suis entrain de concevoir un pour l'Afrique, plus performat, plus efficace, plus rapide et capable de détruire et brouiller tous les satellites mis en orbitre. ça sera fantastique non. Le monde sera à la portée de l'Union Africaine.
a écrit le 12/03/2014 à 15:20 :
La voilà la vraie Europe qui travaille ensemble et réalise des projets concrets!
On est loin de l'UE bruxelloise....
a écrit le 09/03/2014 à 19:29 :
Oupss, fin du commentaire précédent.
Et, en ce qui concerne la politique, on est en droit de se poser la question: "y a t-il un pilote dans l'avion ?"
a écrit le 09/03/2014 à 19:25 :
Oscarisé ??? pas sûr que l'expression soit à la hauteur des efforts de Dassault.
Oscar du meilleur costume ? des dialogues ? ou meilleur scénario ? Un éco-euro-scar serait mérité . Encore faut-il une volonté politique pour cela.
a écrit le 08/03/2014 à 3:16 :
Pas de signature radar ni infrarouge, pilotage automatique et intégration aux avions en vol, 2 ogives de 250 kg, 1000 km/h, mais sauf erreur seulement 100 minutes d'autonomie. Encore un peu court pour atteindre Poutine mais çà va dans le bons sens !
Réponse de le 09/03/2014 à 12:14 :
Il ne faut pas confondre un démonstrateur technologique et un avion de série, il est même loin d'un prototype.
De plus, un UCAV n'est pas censé voler très loin ou longtemps, en tout cas moins qu'un MALE ou HALE.
a écrit le 08/03/2014 à 3:16 :
Pas de signature radar ni infrarouge, pilotage automatique et intégration aux avions en vol, 2 ogives de 250 kg, 1000 km/h, mais sauf erreur seulement 100 minutes d'autonomie. Encore un peu court pour atteindre Poutine mais çà va dans le bons sens !
a écrit le 07/03/2014 à 18:59 :
et actuellement l'armée française utilise des drones US au Mali !ça sert à quoi d'avoir eu une médaille
Réponse de le 07/03/2014 à 19:47 :
Rien à voir ! IL ne faut pas confondre les drones Male et un démonstrateur de drone de combat ! (Ucav)
Réponse de le 13/03/2014 à 17:03 :
Certes, mais il n'empêche que :
- la France utilise des MALE au Mali (!) achetés aux USA
- le marché des MALE est bien plus vaste que celui des éventuels futurs UCAV
On sait déjà que quand il aura été industrialisé dans 15 ans, le futur UCAV dérivé du Neuron sera trop cher et notre Rafale en fin de vie. Il vaudrait mieux investir dans un avion de combat piloté pas cher pour l'avenir, c'est ce que la majorité des pays sont susceptibles d'acheter dans le futur...
Réponse de le 19/03/2014 à 16:43 :
Yep, sauf que là on parle d'un programme européen et non français, nos "tondeuses" sont loin d'être suffisantes au mali...
a écrit le 07/03/2014 à 17:17 :
Bravo mais en attendant si nous prenons le cas de la gendarmerie ou de l'armée de terre , nous retrouvons des motos type BMW ou véhicule LAND ROVER avec à coté de vieux PEUGEOT genre 4 X 4 complètement obsolète . N'avons nous pas dans l'industrie française une firme capable de fournir des matériels bien de chez nous PH B
Réponse de le 19/03/2014 à 16:41 :
je comprend ce que vous dites, et je déplore les mêmes choses que vous, seulement voila, il faut réfléchir un peu plus loin.
Qui fabrique de vraies motos, fiables et éprouvées en France? Personne!!
Demander a PSA ou Renault de fabriquer une Moto pour la police, demanderait énormément d'argent en R&D... De plus, serait-elle fiable? Economique a entretenir? Je ne dis pas qu'on fabriquerait de la mouise, mais quand on développe un véhicule il y a toujours une période de DEBOGAGE. Bref, ça reviendrait trop cher! Une moto BMW, elle coute un peu plus qu'une japonaise, est meilleure qu'une anglaise, plus fiable qu'une italienne. Une moto BMW est archi fiable et avec de bonnes performances, et c'est bien ça le plus important! Les Yamaha XJR1300 de la police n'aiment pas les départs a fond a froid... CQFD
Quand au 4x4, qui en France fabrique de VRAIS 4x4 aujourd'hui? Personne. Même constat que pour les motos ci dessus... Estimons nous deja heureux que les BRI soient équipées de Megane RS
a écrit le 07/03/2014 à 13:37 :
L'Europe et en particulier Dassault -Aviation ne se débrouillent pas si mal , mais seulement voila les éternels pessimistes vont venir nous expliquer que la France va contre le mur et cela dans tous les secteurs .
Réponse de le 07/03/2014 à 17:26 :
Bravo mais pourquoi notre gendarmerie ou notre armée de terre sont équipés de motos type BMW ou véhicule LAND ROVER avec à coté de vieux et obsolètes PEUGEOT type 4 X 4 !!!!!!! N'avons nous pas une firme capable de fabriquer les engins en question . Ce n'est pas du pessimisme mais de l'actualité . PH B
Réponse de le 19/03/2014 à 16:45 :
L'argent...on achète de nouveaux matériels, mais pas suffisament pour remplacer tous le parc.
a écrit le 07/03/2014 à 12:03 :
C'est intéressant, mais plutôt que de donner l'avis des communiqués de Dassault Aviation, il serait aussi pertinent de donner la justification donnée par Aviation Week pour désigner le programme nEUROn... et les autres programmes "nominés".
Le Taranis aurait aussi pu être un candidat, mais son vol a peut-être été officialisé trop tard...
Les grands programmes ne sont pas légions, mais il y avait quand même des concurrents potentiels : Pour l'espace, il y avait Space X avec son premier lancement géostationnaire ou la mission Oppornunity sur Mars qui a fêté ses 10 ans, par exemple. Ces projets étaient-ils en lice?
Réponse de le 07/03/2014 à 18:47 :
En cherchant moi-même les réponses, on retrouve la liste des nominés de la catégorie "défense" :

French Defense armaments agency DGA /Dassault Aviation Neuron
Northrop Grumman’s Battlefield Airborne Communications Node
Saab Gripen Demo Program
U.S Missile Defense Agency

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :