Notre-Dame-Des-Landes : une rénovation de l'aéroport actuel permettrait d'économiser plus de 500 millions d'euros

 |   |  576  mots
Prévu pour être achevé en 2017, le projet de transfert d'aéroport n'a pas avancé depuis l'automne 2012, date des dernières grandes interventions des forces de l'ordre sur le site occupé. Reuters
Prévu pour être achevé en 2017, le projet de transfert d'aéroport n'a pas avancé depuis l'automne 2012, date des dernières grandes interventions des forces de l'ordre sur le site occupé. Reuters (Crédits : Reuters)
Des architectes membres du Cédpa, le collectif d'élus opposés à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont publié mercredi une étude réalisée par des architectes remettant en question l'intérêt financier de sa construction, soutenue par l'Etat.

Pour Ivan Fouquet et Franco Fedele, deux architectes dplg (diplômés par le gouvernement), construire un nouvel aéroport à Notre-Dame-Des-Landes coûterait deux fois plus cher que d'optimiser l'actuel site nantais. Une évaluation qui contredit l'étude de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) et du Service technique de l'aviation civile (STAC) estimant le coût à quelque 825 millions d'euros TTC pour 9 millions de passagers.

 Des coûts "largement" surévalués

"Les coûts de l'étude, remise par la DGAC en novembre 2013, concernant un réaménagement de l'aéroport actuel ont été surévalués. Leurs chiffres sur l'optimisation du site nantais sont quatre fois plus élevés que dans la normale, pour un développement d'aéroport lambda". 

Les architectes sont formels, les coûts d'un agrandissement de l'aéroport actuel ont été gonflés par l'aviation civile pour justifier la construction d'une nouvelle structure à 25 km de là, sur la désormais connue commune de Notre-Dame-Des-Landes. "Tous les besoins ont été surestimés" avance le rapport.

D'après celui-ci, 349 millions d'euros pourraient être évités ou optimisés sur les 478 millions que nécessiteraient selon la STAC les travaux de l'aéroport existant, soit 75% de la somme envisagée. Par exemple, les espaces prévus pour les postes de contrôle de sûreté seraient trois fois trop grands, tout comme celui pour les files d'attentes ou encore l'aire de stationnement aéronefs (parkings des avions) qui utiliserait plus de terrain que nécessaire. 

Notre Dame des Landes

"516 millions d'euros d'économies possibles"

Les auteurs du rapport vont jusqu'à affirmer que "selon les sources officielles (Vinci, AGO et la DGAC), [le développement de l'aéroport existant] permettrait même à terme une économie de 167 M€ TTC". Si l'on ajoute les 349 millions d'euros que les architectes estiment "surévalués" par la DGAC, le montant de l'économie atteindrait "au minimum 516 millions d'euros". 

Des propositions alternatives sont faites par les architectes pour la rénovation de l'aéroport Nantes Atlantique, dans l'optique d'une fréquentation de 9 millions de passagers par an :

- Créer un second hall de 4.000m2 en connexion avec le premier 

- Construire trois nouveaux parkings dotés de 4.700 places

- Agrandir le dépôt de carburant, les bureaux et les hangars de fret

Tout cela pour un coût estimé à 54,8 millions TTC. 

Mais contre cette hypothèse de conserver l'ancien aéroport, le directeur du transport aérien à la DGAC, Paul Schwab, avait avancé les arguments suivants : 

"Si le coût d'un agrandissement est un peu moins élevé que la construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le maintien de Nantes Atlantique n'offrirait qu'une seule piste, avec des problèmes d'exploitation. En outre, on aurait toujours un aéroport très inséré dans la ville, avec beaucoup de nuisances autour, alors que le projet de Notre-Dame-des-Landes en a énormément moins".

Prévu pour être achevé en 2017, le projet de transfert d'aéroport n'a pas avancé depuis l'automne 2012, date des dernières grandes interventions des forces de l'ordre sur le site occupé.

L'ex-Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, fin février 2014, puis l'actuelle ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, début avril, ont annoncé que les travaux de l'aéroport ne débuteraient pas avant la fin des recours déposés contre le projet.

logo paf

Retrouvez les analyses des intervenants du forum de l'aéronautique civil et militaire, le Paris Air Forum, qui se déroulera le 11 juillet prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2014 à 15:30 :
Oui, bien siur, et ils nous proposent d'y aller comment?? Ils font un deuxième pont au dessus de la loire?

Non, parce qu'actuellement, c'est pas moi qui vait l'utiliser vu comment le périphe nantais est FATIGUANT et GALERE !!

Du coup, comme tout bon écolo, on préfère mazouter pendant 1H ce périphérique ou faire plus de trajet pour prendre un avion à Paris !!

Mais dites moi, qu'est ce que c'est ECOLOGIQUE comme solution !! Et ultra UTILE !!
a écrit le 11/07/2014 à 8:08 :
la DGAC ... le bigmallion de l'aviation . quand bien même il y aurait un petit écart avec le montant initial il ne peut en aucun cas se révéler aussi élevé ! mais nous savons très bien comment comptent les politiques , et c'est une certitude démontrée ces deniers temps surtout lorsqu'ils sont passés par le palais .
a écrit le 30/06/2014 à 16:20 :
Est ce que ces 2 architectes sont capables de s'engager sur les montants qu'ils avancent? On les construit où les 4700 places de parking et le nouveau bâtiment?? C'est facile de critiquer, en tant qu'opposants au projet, je doute que ces 2 gugusses aient la moindre expérience des contraintes liées à la conception d'une aérogare pour 9 millions de passagers...
Réponse de le 08/07/2014 à 7:34 :
Allez à Toulouse Blagnac, vous verrez comment on construit un parking à étage. Ca ne pose aucun problème. Il suffit de le construire entre octobre et avril( l'hiver les parkings à Nantes Atlantique sont très loin d'être remplis...)
a écrit le 27/06/2014 à 23:33 :
penser avant quand meme!
a écrit le 27/06/2014 à 12:59 :
cet aéroport est complètement inutile, utilise du foncier de façon grotesque et n'est que le fruit d'un lobbying des concessionnaires (vinci en premier) qui iront de toute façon expliquer au donneur d'ordre que les prévisions de traffic ne sont pas aux rendez vous et qu'il faut renégocier les subventions...
en ces temps de disette, économiser ne serait ce que 167 M€ (hypothèse validée par la DGAC elle même) est déjà en soit, une raison suffisante pour ne pas construire un nième aéroport inutile en france...
a écrit le 27/06/2014 à 11:54 :
Ces architectes (membres d'un groupe "contre") mettent en doute l'expertise de spécialistes du sujet. Question: est il possible/envisageable/bien séant/politiquement correct/... de questionner LEUR OBJECTIVITE ???
a écrit le 27/06/2014 à 10:49 :
Pas de problème, on est riche et le contribuable Nantais est plus que fortuné, le projet NDL atteindra bien sur avec les surcoûts habituels plusieurs milliards d'euros.
a écrit le 27/06/2014 à 10:49 :
"Deux architectes dplg (diplômés par le gouvernement) "... Cette ridicule précision lève quelques doutes quant à l'objectivité de l'auteur de l'article.
a écrit le 27/06/2014 à 10:08 :
L'aéroport de NDDL doit se faire pour le développement économique. C'est la création de richesse qui permet ensuite de redistribuer socialement. NDDL deviendrait l'aéroport de 2 grandes agglos Nantes et Rennes et permettrait le développement du fret surtout de produits frais - nouveaux marchés pour les entreprises agro-alimentaires. (avec vols de nuit qui ne sont pas possible à Nantes)
Réponse de le 27/06/2014 à 12:03 :
RENNES ne fermera jamais son aéroport
les vols de nuit sont possibles à Nantes, et même très compétitifs
créer une infrastructure redondante n'a jamais fait de développement économique ou de création de richesses. C'est du GACHIS
Il y a mieux à faire avec l'argent (qu'on n'a même pas)
NANTES ATLANTIQUE désigné par les compagnies aériennes meilleur aéroport européen en 2012
Réponse de le 17/07/2014 à 15:33 :
@FLying frog : il ne fermera pas, il ne proposera pas non plus plus de vol, et sera inutile et coûteux !! Que c'est bien de se battre pour garder DEUX aéroport plutôt que de se battre pour en faire UN et fermer les deux autres !!

Après, chacun son combat hein, mais certains sont vraiment hypocrites !! Parce que si il y avait un débat à faire, c'était "Oui, mais à condition"...Plutot que de balancer du "non jamais" et garder des structures encore moins écologique !

C'est ce qu'on appelle avancer vers une situation meilleure, ou faire du sur-place!!
a écrit le 27/06/2014 à 9:41 :
On pourrait aussi ameliorer les liaisons ferroviaires vers les aeroports de Rennes, Bordeaux et Paris.
Réponse de le 27/06/2014 à 9:58 :
on ne peut pas vouloir la décentralisation et toujours tout mettre sur paris, qui est déjà à saturation. Là bas aussi les habitants en ont marre.
a écrit le 27/06/2014 à 9:28 :
Les nuisances du site actuel de Nantes Atlantique sont évidentes. Quel avenir peut-avoir un aéroport avec une piste qui fait que les avions passent systématiquement à basse altitude (au décollage comme à l'atterrissage) soit au dessus du centre d'une grande ville et partie de sa périphérie, soit au dessus d'un site classé "Natura 2000", le lac de Grand-Lieu? C'est comme si un site industriel des années 60 était resté dans une zone habitée? Les nuisances du site actuel de Nantes-Atlantique sont évidentes. Le MIN de Nantes va déménager!
Réponse de le 27/06/2014 à 13:53 :
Les nuisances à Nantes sont le seul argument qui tienne la route pour le déménagement. Mais :
1/ les autorités ont renoncé à déménager Toulouse alors que le trafic est supérieur, qu'il y a 2 pistes et que le PEB concerne plus de monde qu'à Nantes
2/ les nuisances sonores sont en baisse en raison du progrès des avions mais la DGAC l'a caché dans son étude...
Réponse de le 28/06/2014 à 18:17 :
Les nuisances sonores liées à l'aéroport sont assez négligeables en centre ville. Mes connaissances vivant à Reze (proche aéroport) ne sont pas gênés par les avions, mais bien plus par les embouteillages du franchissement de la Loire.
Réponse de le 28/06/2014 à 18:20 :
Suite : or, ces embouteillages ne feront que s'aggraver, puisque l'aéroport est la seule activité économique importante au sud.
Réponse de le 28/06/2014 à 18:24 :
Enfin, le lac de Grand-Lieu n'est pas menacé par l'aéroport actuel, mais bien plus par l'urbanisme qui pourrait suivre son abandon. C'est l'ancien conservateur du lac qui le dit.
Réponse de le 17/07/2014 à 15:38 :
Yoda : la mauvaise foi ne vous étouffe pas ...j'ai moi aussi des "connaissance qui"....et même à l'autre bout de Nantes, lorsque le temps rend nécessaire l'approche par Nantes, on entend PLUS QUE BIEN (pour y avoir dormis) les avions qui descendent !!

Quand aux embouteillages, c'est bien le GROS problème (en plus du site "naturelle") de l'aéroport actuel !!

On me propose un autre site que Notre dame, pourquoi pas !! Mais remonter le au dessus de la loire !! Celui ci sert à rien, et on est nombreux de Rennes à préferer aller à Paris !! (ce qui est vachement écologique !!)
a écrit le 27/06/2014 à 9:19 :
@question

Vous prétendez défendre "l'intérêt de presque tout le monde" en soutenant la construction d'un nouvel aéroport coûteux. Pourtant :
* tout le monde n'utilise pas l'avion, alors que tout le monde est un contribuable. Favoriser le transport aérien en dépensant l'argent public n'est pas forcément "l'intérêt de tout le monde", tandis qu'économiser l'argent public est manifestement l'intérêt le plus général.
* il existe de nombreux exemples d'aéroports qui ont été construits pour favoriser le développement d'une région, et qui n'ont pas accueilli le trafic espéré. Pour les utiliser, les régions qui y ont investi ont consenti des conditions fiscales particulièrement attrayantes à des compagnies low-cost, qui pratiquent un chantage incessant pour un moins-disant social et fiscal, cause première de la crise des autres compagnies. Investir massivement pour construire NDDL, c'est se condamner à financer des compagnies low-cost qui vont amener une clientèle touristique désargentée peu rentable et causer des tensions sociales directes et indirectes, afin de gonfler artificiellement un trafic aérien particulièrement polluant.
* le projet NDDL est mal ficelé. Sa justification n'est pas solide, ni en termes de coûts par rapport à l'optimisation de l'aéroport actuel, ni en termes d'estimation du trafic futur, ni en termes de desserte par route et train, ni en termes d'impact sur les commerces et en particulier l’hôtellerie restauration de l'agglomération proche de l'aéroport actuel, ni en termes d'impact économique sur la région, ni en termes d'impact écologique sur la zone de bocage humide bétonnée, etc.
* l'argument des nuisances sonores de l'aéroport actuel est étonnant, car le projet NDDL ne permet pas de fermer l'aéroport actuel qui continuera d'être utilisé par un site industriel. Les nuisances sonores aériennes demeureront avec NDDL.
* concernant les nuisances sonores de l'agglomération nantaise, celles dont souffrent le plus les habitants proviennent du trafic routier péri-urbain qui serait augmenté avec NDDL tandis qu'il est réduit avec l'aéroport actuel desservi par la gare ferroviaire.

On peut croire qu'un aéroport développe une région, mais on ne peut pas le démontrer, certains aéroports ont accompagné des développements, d'autres ont accompagné des déclins.
Réponse de le 27/06/2014 à 11:24 :
Vous développez des généralités sans connaître les détails : cet aéroport est à 70% financé par le privé, NDDL est un transfert et l'actuel aéroport n'est pas desservi par un quelconque gare ferroviaire contrairement au futur aéroport qui sera à terme desservi par la ligne Rennes-Nantes.
Réponse de le 27/06/2014 à 11:59 :
NANTES ATLANTIQUE est longé par une voie ferrée, avec un emplacement de quais à 100m de l'entrée principale
NANTES ATLANTIQUE est à 1500m du terminal NEUSTRIE du tramway Cout du raccordement 20 millions 0 déficit supplémentaire: on supprime LE BUS TAN AIR déficitaire
la ligne Rennes Nantes coutera 2 milliards, et ne se fera jamais
le tram train vers NDDL coutera 200 millions, et aura un déficit d'exploitation monstrueux
Réponse de le 27/06/2014 à 12:08 :
Financé par dans le cadre d'un Partenaria Public Privé avec une rentabilité estimée par AGO/Vinci de 12M€ (si je me souviens bien) par an et garantie par les collectivités locales pendant toute la durée de la concession soit 50 ans. Elle est pas belle la vie?
Réponse de le 27/06/2014 à 13:06 :
@Ray
"cet aéroport est à 70% financé par le privé"... vous connaissez visiblement mal les grandes masses monétaires d'un partenariat public privé... oui le contrat de financement est signé par une société privé... mais garantie in fine par le public.
les PPP sont de la dette public autant que le sont les investissements directs des collectivités. Ce la ne signifie pas que les PPP soient forcément mauvais... mais il ne faut pas se voiler la face !
a écrit le 27/06/2014 à 8:19 :
les nantais vont profiter à plein d'un nouvel aéroport moderne pouvant participer au développement de la région et éviter l’aberration actuel d'un aéroport dans l'agglomération.
Qui sont ces élus qui vont contre l’intérêt de presque tout le monde ? les verts ?
Réponse de le 27/06/2014 à 9:16 :
Non, c'est le bon sens qui parle !
La DGAC est juge et partie prenante dans l'affaire, elle pond le rapport que l'Etat lui demande.
Il faut arrêter le massacre de notre environnement sur l'autel de la croissance à tout prix, et revenir à des projets "sages" et mesurés à la taille du besoin REEL.
Réponse de le 28/06/2014 à 9:28 :
Y a pas que les élus ! Les nantais qui vivent près de cet aéroport veulent pas qu'il demenage !
Faut vivre à Nantes et voir comment on vous prend pour des pigeons pour vous demander de payer pour un aéroport qui sera nuisible à l'emploi.
a écrit le 27/06/2014 à 7:29 :
Oui mais qui va payer les pots de vins????
Réponse de le 27/06/2014 à 14:14 :
L'UMP n'est plus aux commandes, ni Copé pour alimenter Bygmalion, ni Sarko 1er pour endetter la France, quand à Kadhafi il est mort.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :