Airbus Helicopters a-t-il été victime d'un piratage informatique américain ?

 |   |  671  mots
Airbus Helicopters a-t-il subi une attaque informatique des Etats-Unis dans le cadre de l'appel international lancé par la Pologne qui veut acquérir 70 hélicoptères de transport
Airbus Helicopters a-t-il subi une attaque informatique des Etats-Unis dans le cadre de l'appel international lancé par la Pologne qui veut acquérir 70 hélicoptères de transport (Crédits : DGA)
Selon des sources concordantes, Airbus Helicopters a été victime d'une attaque informatique. Le constructeur a de "fortes suspicions" d'une attaque venant des États-Unis.

C'est peut-être une affaire d'État. Certes ce qui s'est passé chez Airbus Helicopters n'est pas réellement surprenant mais si l'enquête des autorités françaises en cours confirme les "fortes suspicions" du constructeur de Marignane, selon des sources concordantes, elle mettrait une nouvelle fois en lumière les pratiques détestables d'espionnage des États-Unis à l'égard de leurs alliés malgré toutes les conséquences néfastes sur le plan diplomatique de l'affaire Snowden. Ce qui est sûr, selon ces mêmes sources, c'est que Airbus Helicopters a bien été victime d'une attaque informatique, dont l'ampleur reste encore à déterminer.

Le constructeur de Marignane s'est récemment aperçu d'une intrusion ou d'une tentative d'intrusion dans ses réseaux de communications. Alerté par Airbus Helicopters, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), l'autorité nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d'information, a lancé une enquête pour savoir si les intrusions ont réussi et, si c'est le cas, pour déterminer l'ampleur des dommages. Contacté par La Tribune, Airbus Helicopters affirme qu'"aucune information classifiée" n'a été dérobée. Mais, selon des sources concordantes interrogées par La Tribune, le constructeur nourrit de "fortes suspicions" vis-à-vis des États-Unis. "Mais nous n'avons pas encore d'éléments pour le démontrer", explique-t-on chez le constructeur à La Tribune.

En jeu, un important appel d 'offre en Pologne

Pourquoi les États-Unis ? Selon ces mêmes sources, le constructeur suspecte s'être fait "piraté" dans le cadre de l'appel d'offres international lancé par la Pologne, qui veut acheter 70 hélicoptères de transport pour un montant estimé à 2,5 milliards d'euros environ. Les trois compétiteurs - l'italien AgustaWestland (AW149), Airbus Helicopters (Caracal ou EC725) et l'américain Sikorsky (S-70) attendent une décision de Varsovie fin 2014, voire début 2015. Les candidats ont jusqu'au 28 novembre pour déposer leurs offres. Jusqu'ici la compétition entre Airbus Helicopters et Sikorsky était très, très chaude.

Depuis plusieurs jours, Sikorsky joue d'ailleurs un drôle de jeu en Pologne. Les Américains veulent vendre des hélicoptères dont les performances ne correspondent pas au cahier de charge établi par Varsovie. Ce sont des appareils d'ancienne génération qu'ils ont en stock. Le ministère polonais de la Défense a répliqué fin octobre sur un ton extrêmement ferme à  un courrier du président du consortium Sikorsky Aircraft Corporation (SAC) Mick Maurer, en affirmant que c'est à lui qu'appartient de "définir les besoins des forces armées et non au soumissionnaire de lui indiquer ce qu'il a à vendre".

Que va faire Sikorsky ?

"Les exigences concernant l'hélicoptère multitâche étaient connues depuis mai dernier et la société SAC dispose d'appareils qui y répondent", a relevé le ministère polonais, avant de noter que "les autres candidats ont annoncé qu'ils présenteraient des offres correspondant aux exigences de l'Inspection de l'Armement". Le ministère "ne prévoit pas d'annuler l'appel d'offres ou d'en modifier les termes au détriment de la Pologne", a assuré Varsovie, laissant entendre que tel était le sens de la lettre de Sikorsky. Il "reste ouvert à un dialogue équitable avec tous les candidats, mais ne cède pas aux pressions de contractants potentiels concernant les termes de la commande".

Du coup, le 30 octobre, Sikorsky Aircraft a annoncé qu'elle ne participerait pas à l'appel d'offres pour la fourniture de 70 hélicoptères à la Pologne si les termes n'en sont pas modifiés. Le constructeur a précisé qu'il ne présenterait pas de proposition avec son partenaire polonais PZL Mielec car il lui semble impossible de livrer ses hélicoptères Black Hawk dans les conditions définies par l'appel d'offres. Dans un communiqué, le ministère polonais de la Défense a qualifié cette attitude de tactique de négociation, ce qu'a démenti Sikorsky. Le ministère a confirmé qu'il n'envisageait pas de modifier les termes de l'appel d'offres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2015 à 21:54 :
Quand comprendrons nous que les Américains défendent seulement leurs intérêts. Assez de nous bassiner avec leur intervention durant la deuxième guerre mondiale. Si avoir une Europe prospère n'avait pas été sans leur interet ils ne seraient jamais venus.
Qu'ils cherchent à piller nos secrets technologiques , commerciaux et financiers est une évidence. Hélas les mentalité des Francais n'est pas la resistançe on préfère s'en amuser. Grave erreur. La politique entre en jeu dans tous les grands contrats. La vente des Heicopters en 1983 à l'Arabie a fait suite à l'intervention du GIGN a La Mecque quelques années plus tôt. En Colombie un contrat signe fut annule à la demande de Clinton. Souvenez vous pour finir que la Pologne acheta les F16 plutôt que les appareils de Dassault un mois après son entrée dans l'EU! Belle récompense pour la France qui avait soutenu son adhésion de bout en bout,
En conclusion si Obama laisse faire on vendra peut être nos 175 sinon on ira se faire voir et ce n'est pas ministre des A.E qui changera quoique ce soit.
a écrit le 19/11/2014 à 13:02 :
La machine à écrire a de belles heures devant elles.
A moins d'en faire une photocopie, et donc d'être présent sur les lieux, impossible à pirater!
a écrit le 15/11/2014 à 7:40 :
On n'est surement pas tout blanc dans ce genre d'affaires nous non plus......
a écrit le 14/11/2014 à 16:39 :
achèterons américain, ils n'ont pas le choix. Les français perdent leur temps.
Réponse de le 14/11/2014 à 21:29 :
Pas compris. Vous avez mélangé les pinceaux des pronoms, c'est qui eux et vous ?
a écrit le 13/11/2014 à 18:08 :
D'où la parole populaire " Trop gentil, c'est être trop c.. ! " N'est-il pas ?
a écrit le 13/11/2014 à 13:42 :
visiblement, au vu de nos positions qui vont à l'envers de nos interets (Russie, Ukraine, Iran, Syrie, traité transatlantique, Otan etc...) et au vu de ce qui est un fait : l'espionnage industriel de nos entreprises et gouvernements par la NSA et le programme échelon...je ne vois qu'une seule explication à l'attitude insensée de nos gouvernements : Les USA ont des dossiers sur toutes les magouilles et choses inavouables de la plupart des dirigeants européens (corruption, paradis fiscaux, moeurs etc..)

.sinon, comment expliquer notre attitude servile et insensée !
Réponse de le 13/11/2014 à 13:53 :
Si par un de ces hasards un dirigeant européen menace de ne pas suivre une "suggestion" de Washington, Obama va lui dire "écoute, si tu ne fais pas ce que je dis, alors on va rendre public les pots-de-vins que tu as versés en Amérique latine, et puis ceux en Egypte…" Vous allez voir, cela va vite vite calmer les velléités de tout dirigeant européen de faire le malin à la CIA. En anglais on appelle cette charmante pratique de "blackmail". En bon français, du chantage.
Réponse de le 13/11/2014 à 14:19 :
Faites gaffes avec vos théories anti-US dans ce forum. La Tribune, en tant que journal atlantiste pro-OTAN, vous surveille, mon cher…. gaffe ! :-)
Réponse de le 13/11/2014 à 14:30 :
Ah ben, maudine, quand qu’i’ ont vu ça, mon cher, is les soignaient, du gâteau, et pis des rôutis, maudit, les chiens t’ poignaient ça, pis Skiddou, allaient porter ça. I fait encôre que’qu’ jours. (*c'est sérieux!)
Réponse de le 13/11/2014 à 18:26 :
disons plutot que si poutine decide d envahir un pays, c est pas la France qui va l en empecher.
Dans le cas de la pologne, ils ont deja teste d ailleurs l invasion du grand frere russe en 39 et le lachage francais
Réponse de le 13/11/2014 à 19:02 :
Pourquoi "le lachage français" ??? la France n'a jamais eu la vélleité de se trouver en gendarme du monde comme votre pays, par ex. Si la Pologne n'a pas les moyens de se défendre des Russes c'est son problème pas le notre.
Réponse de le 13/11/2014 à 19:33 :
C'est pourtant simple de ne pas ce faire envahir. Un chômage réel avoisinant les 20% et personne ne voudra de vous. Regardez en France on a plus de problème depuis les années 40...
a écrit le 13/11/2014 à 12:31 :
Fort probable, et les nabots vont se coucher...
Réponse de le 13/11/2014 à 14:47 :
Ce serait même judicieux, Jean, mais je vais vous expliquer la situation sur place car j'y suis. La nuit n'a pas été facile, la matinée a commencé de façon très bruyante. Des Districts de Peski et Avdeïevka, les forces de sécurité ukrainiennes tirent sur la zone de l'aéroport avec leurs pièces d'artillerie. Aux environs de 09h30 (RPD) la brigade "Kalmius" a commencé à répondre aux attaques de l'OAT en tirant plusieurs volées de MLRS "Grad" appuyées avec des mortiers et "rapières". L'armée de NR s'emploie jour après jour à essayer d'encercler entièrement Avdeïevka, ce n'est pas encore possible, mais le matériel de l'OAT, qui est à la fois dans le village et à l'extérieur est progressivement détruit. Nous y parviendrons, certes, si les nabots ne se couchent pas trop tôt.
Réponse de le 14/11/2014 à 21:31 :
@mouton futé= c'est du language codé ça ?
a écrit le 13/11/2014 à 10:48 :
Oui comme l'a dit Torz plus bas, les USA avec l'aide de leurs amis anglais espionnent les entreprises européenne depuis les années 70 avec le programme Echelon. A cause de ça Airbus a déjà perdu plusieurs milliards de dollars de contrats au profit de Boeing, etc... Les anglais grâce à leur présence sur le continent européen joue un rôle clef grâce à leurs puissantes stations d'interception et radôme du réseau Echelon situées à Menwith Hill en Grande-Bretagne. Comme vous l'avait dit Torz les USA et les Anglais sont nos alliés et nos partenaires mais ça ne les empêche pas de faire de l'espionnage économique aux détriments de leurs partenaires européens malheureusement
Réponse de le 13/11/2014 à 11:14 :
Arrêtons le délire, de grâce! piratage informatique est une chose de Tiers Monde et des Chinois, un pays hautement responsable et sérieux comme les Etats-Unis de l'Amérique ne se prête à des fourberies pareilles, voyons! arrêtons le délire anti-US!
Réponse de le 13/11/2014 à 11:35 :
@Victor S. : Bonjour Mr bisounours. Vous n'avez manifestement jamais travaillé dans une industrie de l'armement.
Réponse de le 13/11/2014 à 12:33 :
Comment justifiez vous alors la différence de capitalisation boursière d'EADS/ BOEING et le miracle Boeing après les révélations de délit d'initié ? Si ce n'est pas les écoutes.

Les programmes de la NSA, merci à mr snowden, ont été très bien documentés. Les entreprises ayant accès aux outils de la nsa s'en servent largement, c'est de notoriété publique et n'a pas été infirmé par Mr Obama.
Réponse de le 13/11/2014 à 13:42 :
si je me souvient bien, en 2010, les gars d'chez nous ( la dcri ) avait espionné un client chinois à toulouse, le patron de china eastern se l' était fait faire à l' ancienne par des barbouzes pieds nickelés.. pas fait beaucoup de bruit cette histoire..
Réponse de le 13/11/2014 à 19:37 :
Vous avez bien raison.... C'est d’ailleurs pour ca qu'il n'y a pas eut de scandale dû aux écoutes de la NSA... Les américains espionnent tous le monde et fait en sorte d'imposer sa technologie qui lui permet certainement de pouvoir encore plus le faire!!!
a écrit le 13/11/2014 à 10:46 :
Bonjour,
Il ne faut pas tout mélanger. Il s'agit d'un piratage informatique probablement à des fins d'espionnage commercial voir éventuellement industriel.
Tant que l'ANSI n'aura pas terminé son enquête nous n'en saurons pas plus. Ensuite il sera toujours temps d'interpeller les coupables s'il s'agit de gangsters ou de demander des comptes s'il s'agit d'une Nation.
Dans tous les cas il faut attendre la fin de l’enquête et espérer que nos industriels prennent la mesure de la guerre commerciale et technologique qui est encours depuis 10 ans afin de prendre toutes les précaution nécessaires à la protection de leurs portefeuilles clients et de leurs brevets et inventions.
Le plus simple reste de ne rien laisser online tant coté commercial que technologique et d'avoir des messageries cryptées. C'est le minimum. Ainsi la seule manière d'avoir les informations ce sera à l'ancienne en envoyant des taupes qui sont facilement décelables de nos jours avec les moyens de surveillance généralisés au sein des entreprises du CAC40.
Pour l'affaire actuelle, attendons la fin de l’enquête du gendarme des réseaux avant de tirer des conclusions hâtives. Car en l'état on a vraiment l'impression d'être reparti comme dans les années 60 avec d'un coté les pro US et de l'autre les pro-russes.
Il faut être pro-européens et envoyer balader les autres point. Ce n'est pas en étant des suivistes que l'on construira un monde plus démocratique et plus libre bien au contraire nous restreignons notre liberté en la conditionnant à des intérêts étrangers qu'ils soient US, Russes, Chinois ou quoi que ce soit d'autre. Rien ne compte plus que l'Europe, le reste on s'en tamponne le coquillard car notre avenir st ici maintenant et demain donc il faut prendre soin de nos contrées, de nos entreprises et de nos citoyens c'est ni les USA, ni les Russes et encore moins les Chinois qui vont le faire pour nous. Nous ne somme que des portefeuilles sur pattes et des cerveaux à exploiter pour eux.
Réponse de le 13/11/2014 à 19:40 :
Très juste votre dernier paragraphe : si tous nos dirigeants pensaient comme vous......
a écrit le 13/11/2014 à 10:05 :
Tournons le dos à pays fini et regardons vers la russie et ses alliés.
Réponse de le 13/11/2014 à 10:34 :
+ 61'754'231 !!! Bravo !!
a écrit le 13/11/2014 à 9:47 :
Le plus hallucinant, c'est que pendant ce temps là on continue à négocier avec les US un traité de libre-échange, le tout en secret, soi-disant pour préserver les atouts européens dans les négociations (alors qu'il est évident que les Européens sont sur écoute).
Réponse de le 13/11/2014 à 10:01 :
C'était Poutine qui a espionné Airbus à solde des Chinois, renseignez-vous mieux. Les américains sont nos compères de toujours, nous sommes des complices nous.
Réponse de le 13/11/2014 à 12:27 :
Perso je pense que c'est aussi l'opinion de la grande majorité des français.
Réponse de le 13/11/2014 à 19:39 :
Réveillez vous c'est l'heure... Les américains ont toujours servi leur intérêts et rien de plus. Ils espionnent tous le monde et récupère toutes les informations qui trainent...
a écrit le 13/11/2014 à 9:46 :
qui défend encore les intérêts de la France dans ce pays?
- on joue les jusqu'au boutiste avec l'Iran pour faire plaisir à Israel, et ont y perd les contrats juteux comme Peugeot !
- on joue les va t'en guerre en Libye et en Syrie pour les émirs du Golfe et on y perd des marchés qui nous tendaient les bras , sans compter la facture énorme de la menace djihadiste.
- on joue les gros bras face à la Russie et on soutient le putsch de Kiev, pour faire plaisir à washington; on perd des contrats pour nos industries et on sacrifie nos agriculteurs.

Bref, mais qu'est ce que c'est que cette politique internationale et ce suivisme des USA ! car on nous abreuve de messages anti-poutine et anti-russie, mais que je sache, ce n'est ni la Russie qui nous menace avec ses djihadiste, ni elle qui a mis en place le programme d’espionnage industriel géant qu'est celui de la NSA...

quand on sait qu'en plus on a voulu livrer Snowden aux US en forçant atterrissage de l'avion du président péruvien, y a vraiment de quoi se taper la tête sur les murs...
Réponse de le 13/11/2014 à 10:00 :
A lire votre plaidoyer, on dirait que vous êtes aussi proéoccupé avec l'embargo des USA à Cuba puisque il y a un hôtel français là-bas ! pénible….
a écrit le 13/11/2014 à 9:43 :
Les polonais font confiance au "parapluie" américain, ils achèterons in fine US.
Ceci pose le problème de la Pologne dans l'UE
Réponse de le 13/11/2014 à 10:39 :
Muammar Khaddafi disait souvent : "Le problème majeur du Proche-Orient n'est pas Israel mais les pays arabes." Il savait de quoi il parlait. Le problème majeur de la Pologne au sein de l'Union Européenne n'est pas les Polonais ni les Américains mais les autres Européens plutôt ! désormais la "bonne (et grande!) Europe" se prête à accueillir les néo-nazis de l'Ukraine dans son sein en croyant que ces gens vont acheter français, allemand, italien….. Tu parles, Charles ! ils vont acheter américain, tel quel leurs amis polonais ! Khaddafi avait raison….
Réponse de le 19/11/2014 à 13:04 :
Pour les pays d'Europe de l'Est, l'Union Européenne n'est qu'une étape pour se rapporcher des Etats-Unis. L'Europe, ca ne les intéresse pas.
a écrit le 13/11/2014 à 9:12 :
Ce n'est pas la première fois. Les grosses entreprises Européenne (DT la France) sont souvent la cible d'espionnage économique par les US avec la complicité malheureuse des Anglais. Dès les années 1970 les américains ont mis en oeuvre le programme Échelon avec la participation active la Grande-Bretagne. A l'aide des puissantes stations d'interception du Réseau Echelon situées à Menwith Hill au Royaume-Uni, les Anglais sont capable d'intercepter les télécopies, les communications téléphoniques, les mails et, grâce à un puissant réseau d’ordinateurs, capable de faire de l'espionnage économique pour le compte des Etats-Unis aux détriments de leurs partenaires européens (bien que la priorité de cette espionnage est évidemment la sécurité intérieure et la lutte anti-terroristes). Par exemple en 1994, dans le cadre d'un contrat d'achat d'avions de 6 milliards de dollars entre Airbus et la compagnie d'Arabie Saoudite (la Saudi ArabianAirlines), la base Echelon a intercepté les fax et les communications téléphoniques, transitant par satellites de communications, entre les deux partenaires. Les informations ainsi collectées ont été transmise à Boeing et Mc Donell-Douglas. Ce dernier a finalement obtenu le marché.
a écrit le 13/11/2014 à 9:08 :
AH devrait faire low profil car ils sont bien placés sur les hélicoptères en Pologne.
Les français ne vendront pas l air défense ou les sous marins aux polonais
Une chance pour AH... Donc silence radio surtout que vu ce qu il y'a dans l Helico je ne crois pas à cet article..
Réponse de le 13/11/2014 à 9:26 :
Qu'on m'explique pourquoi certains dans ce forum (et compris les auteurs des articles) ont l'insidieux comportement de relationner toutes les ventes Airbus à l'Etat français !!! c'est l'Allemagne qui vend les avions à la Chine, pas l'Elysée. L'Espagne et le Royaume-Uni ont aussi leur mot à dire car Airbus n'est pas une société française mais un consortium européen formé par quatre pays.

Boeing est 100% américain. Sukhoï et Kamov sont 100% russes. Embraer est 100% brésilien ainsi que le canadien Bombardier. Mais Airbus n'est pas français : c'est 100% européen ! qu'on arrête de débiter des telles sottises, c'est enfantin.
Réponse de le 13/11/2014 à 11:23 :
"Mais Airbus n'est pas français : c'est 100% européen ! qu'on arrête de débiter des telles sottises, c'est enfantin."

Airbus n'est pas 100% européen (pas de capitaux Anglais par exemple) et Airbus Hélicoptère a ses activités principalement présentes en France. L'enjeu économique est principalement français.
Réponse de le 13/11/2014 à 11:48 :
Du calme les gars! On parle bien d'hélicos?
Siege en France - sièges de filiales en France, majorité des projet pilotés par la France qui est toujours l'actionnaire premier d'Airbus Group. C'est principalement une association franco-allemande. Allemagne 11%, France 12%, même si les fabrications et assemblages sont européens, voir internationnaux
Sud-aviation: Puma et Gazelle.
Aérospatiale: Ecureuil, Dauphin, Super-Puma, Ecureuil, Panther, Cougar.
Le récent A400M a aussi été piloté par la France, avec trop d'intervenants!
Ex-Eurocopter: 2 coopération majeures récentes: NH90 Caïman et Tigre
La coopération, du bon et du moins bon, Finmeccanica filiale d’Agusta, soupçonnée de corruption en Inde pourrait nous faire perdre des appels d'offres, hélicos, missiles, torpilles lourdes et légères.
Réponse de le 13/11/2014 à 12:33 :
Mais question est la suivante : pourquoi la France n'assume pas Airbus Hélicoptères dans son intégralité d'une fois pour toutes ? elle y trouverait une autre raison sociale (Francopter, par ex) mais garderait sa souveraineté pour exporter ses machines à qui lui chante bien. Pourquoi rester à quemander des aides à des Allemands, à des Espagnols quand on est bien servie que par soi-même ? c'est pas un peu stupide ?
Réponse de le 13/11/2014 à 17:22 :
Réponse à votre question : parce que ce sont les pigeons qui paient pour nos projets !!!
Réponse de le 14/11/2014 à 8:33 :
On parle ici d'Airbus Helicopters qui est décomposé entre la France l'allemagne et l'Espagne. Les activités en Espagne sont à l'arret et avec un EBIT de +10 en France et -10 en Allemagne c'est bien Marignane qui tire cette entreprise.
a écrit le 13/11/2014 à 8:57 :
Les US sont des spécialistes de l'informatique de leurs alliés!!! je ne doute pas et j'espère que nous mettons tout notre cœur dans les cibles américaines. les US sont des alliés de circonstance même si nous pouvons les remercier pour leur grande participation lors de la 2ème guerre mondiale. Les US sont des opportunistes plus particulièrement en économie. Pour ce qui est de cet appel d’offre si la ou les compagnies américaines ne sont pas dans le cahier des charges et bien tant pis les polonais ont deux autres constructeurs et en plus européens pour prendre leur décision. Donc RAS la décision sera soit italienne soit française, si ce n’était pas le cas alors oui on pourrait se poser la question de la Pologne dans l’Union ce qui est également le cas pout tous ceux qui ont choisi des avions US au lieu de français ou suédois ou l’européen. La défense européenne avec du matériel européen est indispensable car l’avenir pour les US n’est pas l’Europe mais l’Asie qui demain sera son concurrent qui les deux essaieront, avec une certaine facilité car nous aurons baissé les bras industriellement, de nous vendre leurs équipements. Un bravo à Airbus Heli belle entreprise un fleuron Européen.
a écrit le 13/11/2014 à 8:41 :
Invraisemblable. Très invraisemblable.
Les américains sont nos grands amis et ils ne feraient jamais un acte pareil envers nous. La France est la plus fidèle alliée de US dans l'Otan, nous avons notre marché ouvert aux sociétés américaines depuis toujours, nos valeurs sont les mêmes. Pour ne pas chagriner les susceptibilités du grand peuple américain, la France ne va même pas livrer les deux BPC Mistral commandés par la Russie ! non sans oublier que les américains nous adorent en contrepartie, ils raffolent de nos fromages, de nos vins…. Derrière un tel canular il doit avoir le doigt des services secrets de Poutine, j'en suis sûr !
La France et l'Amérique unies jamais seront vaincues !!
Réponse de le 13/11/2014 à 9:00 :
Ne pas livrer les mistral à la russie et nous serons foutus avec les russes et beaucoup d'autres pays. ne pas les livrer nous serons foutus avec les américains et beaucoup d'autres pays. qu'on les coule tout simplement et nous avec comme cela nous serons tranquille dans notre tombe ou four crématoire.
Réponse de le 13/11/2014 à 9:19 :
D'accord, mais à la condition "qu'on" dédommage la Russie des millions de dollars qui ont été déjà versés à l'État français. Sinon la déjà mauvaise image de notre pays va se ternir encore plus.
Réponse de le 13/11/2014 à 9:41 :
@Victor Stus
Nos amis américains.........US GO HOME.
Réponse de le 13/11/2014 à 9:48 :
"Derrière un tel canular il doit avoir le doigt des services secrets de Poutine, j'en suis sûr"...

Encore vous ! ? ! et derrière le programme d’espionnage de la NSA, c est poutine ?
Réponse de le 13/11/2014 à 10:29 :
@victor : Votre sens de l'humour ne semble pas apprécié à sa juste valeur
Réponse de le 13/11/2014 à 10:37 :
C'est du second degré non ? Très drôle !
a écrit le 13/11/2014 à 8:21 :
Il ne se passe pas un mois sans une affaire de piratage informatique au sein d'entreprises réputées des moyens les plus sophistiqués pour leur protection ;
Alors le "cloud" est vraiment une technologie à banir pour les entreprises ... de la plus petite à la plus grande
et pour le citoyen lambda aussi, c'est sa vie privée qui sera en jeux sur le long terme et pour leurs héritiers.
Le cloud est une affaire d'une extrême dangerosité.
Réponse de le 13/11/2014 à 10:05 :
Euh tout le monde le sait depuis plusieurs années...Seul les gogos sauvegardent leurs documents confidentiels et leurs données personnelles dans le Cloud.
Réponse de le 13/11/2014 à 19:41 :
Oui et le plus dingue c'est qu'on en met partout alors que la plupart de temps de l'électronique suffirait largement...
a écrit le 13/11/2014 à 7:55 :
Pas la peine de déposer une offre les polonais achètent US pas Français...
a écrit le 13/11/2014 à 7:45 :
Rhôô, on ne peut pas dire ça des US. Ils se préoccupent de la démocratie voyons et pas de leurs intérêts.( ex : les 50 dernières années de leur politique extérieure...) Il faut dire : c'est la faute de la Russie.
Réponse de le 13/11/2014 à 8:55 :
ou des chinois ! çà marche bien çà aussi les chinois !
Réponse de le 13/11/2014 à 9:32 :
Merci d'avoir fait ce forcing pour défendre nos amis américains, moi aussi je les adore et sais qu'ils ne feraient jamais un acte pareil aux Français. Alors pourquoi parler des américains quand on sait que c'était un acte de sabotage chinois avec l'aide de Poutine ? (Omer S.)
Réponse de le 13/11/2014 à 13:56 :
il conviendrait d' ailleurs d' accoler au nom usa: défenseur de la démocratie, des opprimés, de la liberté. çà aurait de la gueule..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :