Le classement des entreprises qui ont profité des milliards de la défense en 2014

 |   |  803  mots
Selon le chiffre encore provisoire de la DGA, le montant des exportations a atteint 8,06 milliards d'euros en 2014.
Selon le chiffre encore provisoire de la DGA, le montant des exportations a atteint 8,06 milliards d'euros en 2014. (Crédits : DCNS)
En 2014, DCNS a été l'industriel de la défense qui a le plus profité des paiements du ministère de la Défense (2,14 milliards d'euros). Le groupe naval est suivi de près par Airbus Group (1,9 milliard) et le CEA (1,94 milliard).

C'est DCNS, qui a décroché en 2014 le pompon dans le cadre de la répartition des paiements de la direction générale de l'armement (DGA) aux industriels de la défense. Soit 11,32 milliards au total à se partager en hausse par rapport à 2013 (10,9 milliards). L'année dernière, le groupe naval a touché 2,14 milliards d'euros de versements de la part de la DGA (contre 1,94 milliard pour Airbus Group en 2013). DCNS, qui avait déjà engrangé 1,82 milliard de paiements en 2013, continue de profiter de l'exécution de ces grands programmes : les frégates FREMM, les sous-marins nucléaire d'attaque (SNA) Barracuda ainsi que de la modernisation des SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d'engins) pour les adapter au dernier standard du missile nucléaire M51.3.

Airbus Group doit se contenter l'an dernier de la deuxième place, le montant des paiements de la DGA restant toutefois stable (1,97 milliard) tandis que le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) complète le podium en 2014 (1,94 milliard). Derrière ce trio de tête, suivent Thales (1,43 milliard, contre 1,47 milliard en 2013), Safran (967 millions, contre 1 milliard en 2013), l'avionneur Dassault Aviation (700 millions, contre 656 millions en 2013), le Centre national d'études spatiales (385 millions, contre 105 millions en 2013), Nexter (330 millions, contre 529 millions en 2013), MBDA (304 millions, contre 498 millions en 2013) et enfin Renault Trucks Defense (94 millions, contre 128 en 2013). Enfin, les autres entreprises se partagent 1,05 milliard d'euros. "Nous sommes au rendez-vous de la base industrielle et technologique de défense", a affirmé le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon.

Thales à nouveau champion de la R&T

Dans le domaine de la préparation de l'avenir dans le cadre des études amont, c'est une nouvelle fois Thales qui a terminé au premier rang des fournisseurs de la DGA (188 millions, contre 198 millions en 2013) sur un total de 774 millions d'euros investis par le ministère de la Défense (contre 776 millions en 2013). "Un montant juste suffisant", a rappelé Laurent Collet-Billon.

Safran (89 millions, contre 86 millions en 2013) et DCNS (71 millions, contre 52 millions) complètent le podium. Airbus Group (67 millions), Dassault (44 millions), MBDA (42 millions) et Nexter (10 millions) ont également engrangé des paiements de la DGA en 2014.

Un report de charges contenu

"Ce résultat est conforme à la loi de programmation militaire, dès sa première année. Il préserve tous les secteurs industriels de défense et permet de développer les technologies et les compétences dont nous aurons besoin demain", a estimé Laurent Collet-Billon, qui a assuré que "le démarrage de la LPM était capital". Tous les grands programmes ont été notifiés, a-t-il rappelé. Enfin, la DGA a passé des commandes majeures pour l'équipement des armées : avions ravitailleurs MRTT (Airbus Group), Scorpion (Nexter, Renault Trucks Defense et Thales), missile nucléaire M51.3 (Airbus Group) et sous-marins d'attaque (SNA) Barracuda (DCNS).

En outre, le report de charges a été stabilisé à 2,3/2,4 milliards d'euros, selon le patron de la DGA. Comment ? La DGA a mis un "léger coup de frein aux engagements", a profité de "bonnes négociations" avec les industriels et surtout a réglé aux fournisseurs une somme de 1,8 milliard d'euros avant le 10 janvier dernier. Pour 2015, Laurent Collet-Billon compte sur les sociétés de projets pour garantir la bonne exécution de la deuxième année de la LPM. "Il faut changer de logiciel sinon on va se prendre le mur budgétaire en pleine poire", a-t-il estimé. D'où le recours aux sociétés de projet, très certainement "une par matériel" : entre 4 et 6 A400M et deux ou trois frégates FREMM.

Des exportations à plus de 8 milliards d'euros

Selon le chiffre encore provisoire de la DGA, le montant des exportations a atteint 8,06 milliards d'euros en 2014. Soit une hausse de 17 % par rapport à 2013, qui était déjà une bonne année. Ce montant de plus de 8 milliards est seulement la seconde fois qu'il a été atteint depuis 2000 (en 2009 : 8,16 milliards grâce à l'exportation des Scorpène au Brésil). Une très belle année qui comprend notamment le contrat tripartite Donas entre l'Arabie Saoudite, le financier, le Liban, l'acheteur et la France, le vendeur pour un montant de 3 milliards de dollars... même si les contrats pour les industriels ne sont pas encore entrés en vigueur.

En outre, en moins de six mois, DCNS a vendu au Caire quatre corvettes Gowind de 2.400 tonnes, équipées de son système de combat Setis, pour un montant de 1 milliard d'euros. Airbus Space Systems et Thales Alenia Space ont réussi également à finaliser le contrat de deux satellites d'observation aux Émirats Arabes Unis (EAU) pour un montant de 700 millions d'euros. Airbus Space Systems a également vendu un satellite d'observation au Pérou pour 200 millions d'euros environ. En octobre, Thales a signé un contrat près de 200 millions d'euros portant sur la fourniture d'un système de communications militaires pour le Qatar.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2015 à 10:14 :
Mais où sont les TPE et PME? Espérons, cachées derrière les mastodontes!...
a écrit le 11/02/2015 à 7:00 :
Pourquoi les sociétés d'armement sont elles les plus prospères en France, parceque ce sont les seules qui ne peuvent pas se faire racheter par les américains ou la City....pour raison de sécurité nationale!
a écrit le 10/02/2015 à 23:05 :
Voila qui va décevoir ceux qui prétendaient que la non-livraison des Mistral à Poutine allait pénaliser la France. Evidemment non ! Jamais les acheteurs n'ont été aussi nombreux et vu l'évolution des tensions dans le monde, cela n'est pas prêt de diminuer.
a écrit le 10/02/2015 à 13:57 :
Pour continuer d'être une force redoutée, la France se doit d'exporter.
Nous ne pouvons plus auto financer nos industries de défense.
Abandonner la défense reviendrait à ouvrir la voie à d'énormes risque géo-politiques, etc...
Cependant, la vente d'armes doit être un vecteur pour faire évoluer nos clients sur d'autres sujets et cette tâche n'est pas simple.
Il faut consilier relation client-fournisseur & éducateur.
a écrit le 10/02/2015 à 13:47 :
Tout cet argent a profité au pays pour sa défense. Bref, l'état fait travailler les ouvriers de la défense donc il les exploite alors???? La France mérite-t-elle d'être défendue?
Réponse de le 10/02/2015 à 20:44 :
un peu etrange monsieur comme commentaire....
a écrit le 10/02/2015 à 10:17 :
Tout cet argent qui pourrait être utiliser à des fins tellement plus utiles (genre hôpital ou éducation)... Et quand on voit que ces entreprises vendent leur technologies d'espionnage et de contrôle de masse à des pays absolument non démocrates (Qatar, Emirats Arabes Unis, Caire) on se dit que la paix dans le monde c'est pas pour demain
Réponse de le 10/02/2015 à 17:01 :
La pais dans le monde cela n'arrivera pas demain.
Ensuite, pour assurer la paix, il faut assurer la sécurité car tu auras toujours un gars belliqueux pour venir sonner à ta porte.
Alors soit tu le fais toi et en profite pour fournir du boulot à tes gens, car après la sécurité, les gens veulent un emploi, soit tu le confie à qqun d'autre pour le faire à ta place mais dans ce cas tu abandonnes un certaine liberté.
Et ensuite, on est le pays qui dépense le plus pour l'éducation, et regarde le résultat: les jeunes sont sans diplôme et au chômage ou avec des diplôme mais au chômage.
Concernant les hôpitaux, l'état dépense déjà beaucoup dedans, reste à essayer de trouver un moyen pour faire en sorte que cela soit un peu plus des investissements rentables: faire payer les riches étrangers qui veulent se faire soigner en France? Est-ce éthique? Cela sera-t-il abusif? Ouvrons le débat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :