Airbus Helicopters plie mais ne rompt pas

 |   |  625  mots
Airbus Helicopters a réalisé 57% de son chiffre d'affaires dans la défense en 2016 contre 50% en 2015.
Airbus Helicopters a réalisé 57% de son chiffre d'affaires dans la défense en 2016 contre 50% en 2015. (Crédits : Airbus Helicopters)
Le constructeur européen a livré 418 appareils, en croissance de 5 % par rapport à 2015 (395). Dans le même temps, il a engrangé 353 prises de commandes nettes en 2016 (contre 333 commandes nettes en 2015)

En mode survie, Airbus Helicopters (AH) plie mais ne rompt pas dans un environnement économique très compliqué (déprime du marché oil & gas, problèmes du H225...). Mais pour AH, 2016 a été meilleur que 2015 et au-delà des prévisions. Basé à Marignane, le constructeur a en effet livré 418 appareils, en croissance de 5 % par rapport à 2015 (395), a noté vendredi le PDG d'AH, Guillaume Faury au cours d'une triste conférence de presse par téléphone. Dans le même temps, il a engrangé 353 prises de commandes nettes en 2016 (contre 333 commandes nettes en 2015). Ne parvenant pas à atteindre un book-to-bill (ratio entre les nouvelles commande et les livraisons) de 1, AH a érodé son carnet de commandes, qui s'élevait à 766 appareils fin 2016 (832 fin 2015).

Si le constructeur européen a souffert, ses rivaux ont également passé une année difficile avec seulement 540 livraisons d'appareils civils et parapublics au total en 2016 (799 en 2013). C'est très peu mais AH a conforté son leadership sur le marché des hélicoptères civils et parapublics grâce à notamment à 188 ventes d'appareils monomoteurs légers et 83 H135, dont les 100 commandés par un consortium chinois (700 millions d'euros environ). Airbus Helicopters revendique 47% de ce marché en 2016 en termes de livraisons loin devant l'italien Leonardo Helicopters (21%), l'américain Bell Helicopter (18%) et de l'américain Sikorsky (5%).

Des succès et des déceptions dans le militaire

Après l'immense déception d'AH en Pologne, le constructeur a tiré son épingle du jeu dans le militaire grâce à des succès dans le secteur militaire. Le constructeur a notamment signé deux contrats importants à l'export. Tout d'abord en Grande-Bretagne où il assurera la formation des pilotes d'hélicoptères des forces armées britanniques pour environ 650 millions d'euros. Dans le cadre de contrat, il a également vendu une trentaine d'appareils (29 H135 et 3 H145 fabriqués en Allemagne).

A Singapour, AH a vendu 16 Caracal pour environ 500 millions d'euros. En outre, la Thaïlande s'est offert deux appareils H225M supplémentaires pour compléter une flotte de six appareils déjà commandés. Enfin, trois H215 ont été commandé par la Bundespolizei afin de renforcer sa flotte de transport et d'appui aux opérations spéciales. Au total, AH a vendu 23 Super Puma (commandes brutes), contre seulement deux en 2015.

Le contrat gagné au Koweït (30 Caracal pour 1 milliard d'euros) sera en revanche comptabilisé en 2017. Tout comme celui de la Serbie (9 H145M). AH espère conclure dans les prochains jours à Koweït City. AH va surveiller de nouveaux appels d'offres militaires en Pologne après l'annulation controversée l'an passé d'une commande de 50 hélicoptères de transport militaire Caracal. Par ailleurs, AH a réalisé 57% de son chiffre d'affaires dans la défense en 2016 contre 50% en 2015.

Des prévisions conservatrices

Pour 2017, Guillaume Faury serait très satisfait de réaliser environ 400 livraisons. Il a estimé qu'un book-to-bill supérieur à 1 serait un "bon objectif". Toutefois, Guillaume Faury ne s'attend pas à une reprise du segment pétrolier et gazier avant un ou deux ans, malgré la remontée des cours du brut en 2016, estimant qu'il restait encore des "surcapacités importantes" sur le marché. Un discours identique à celui de l'année dernière.

"Nous attendons un très bas niveau de commandes dans les hélicoptères pour le secteur pétrolier et gazier au minimum pour les deux années à venir", avait expliqué en janvier 2016, faisant déjà état de surcapacités d'hélicoptères lourds dans le secteur.

Par ailleurs, Guillaume Faury a précisé que moins de 10% de la flotte de H225 Super Puma destinés à ce segment était en service actuellement après le crash d'un appareil en avril 2016 en Norvège. Entre 80% et 90% de la flotte des H225 en version militaire sont en service, a-t-il également ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2017 à 12:33 :
'Guillaume Faury au cours d'une triste conférence de presse par téléphone'
C'est vrai qu'habituellement ce genre de conférence est source de bonnes blagues et de gaillardises....Un petit lexomil Guillaume?
'moins de 10% de la flotte de H225 Super Puma destinés à ce segment était en service actuellement' Les H225 sont réautorisés en vol depuis octobre 2016, il serait étonnant que les exploitants conservent au sol des machines qui ne rapportent rien quand elles ne volent pas. Le propos de G. Faury n'était il pas plutôt que moins de 10% de la flotte restait au sol?
a écrit le 27/01/2017 à 16:35 :
Au faite Le Drain a anticipé ou pas le contrat gagné au Koweït (30 Caracal pour 1 milliard d'euros) et surement celui de la Serbie (9 H145M) dans son record de l'année 2016. Peut-on faire encore confiance aux dires d'un ou une politique en 2017? A deux ou trois milliard près il ne doit pas trop faux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :