Airbus vend 140 avions à la Chine : un contrat géant à 23 milliards de dollars

 |   |  295  mots
Ce 5 juillet, le patron du groupe Airbus, Tom Enders, serre la main de Sun Bo, Pdg de la China Aviation Supplies, pour sceller la vente des 140 appareils. Cette cérémonie se faisait ce 5 juillet en présence du président chinois Xi Jinping (au second plan) et de la chancelière allemande Angela Merkel (à droite) à qui il était venu rendre visite à l'approche d'un G20 à haute tension qui se tient en Allemagne les 7 et 8 juillet, à Hambourg.
Ce 5 juillet, le patron du groupe Airbus, Tom Enders, serre la main de Sun Bo, Pdg de la China Aviation Supplies, pour sceller la vente des 140 appareils. Cette cérémonie se faisait ce 5 juillet en présence du président chinois Xi Jinping (au second plan) et de la chancelière allemande Angela Merkel (à droite) à qui il était venu rendre visite à l'approche d'un G20 à haute tension qui se tient en Allemagne les 7 et 8 juillet, à Hambourg. (Crédits : Reuters)
Alors que le président chinois Xi Jinping est en visite à Berlin, Airbus signe avec Pékin une commande portant sur 100 appareils moyens-courriers A320 et 40 longs-courriers A350 XWB.

L'avionneur européen Airbus a signé un "accord cadre" avec la société China Aviation Supplies Holding Company (CAS) prévoyant la vente de 140 avions d'une valeur globale de 22,8 milliards de dollars (prix catalogue), a annoncé le patron du groupe Tom Enders mercredi à Berlin. Cette commande a été supervisée par le président chinois Xi Jinping en personne, qui était dans la capitale allemande pour s'entretenir avec Angela Merkel à l'approche du G20 qui se tient en Allemagne les vendredi 7 et samedi 8 juillet, à Hambourg.

La commande, qui porte sur 100 appareils moyens-courriers A320 et 40 longs-courriers A350 XWB, "est l'un des plus gros contrats signés depuis longtemps par Airbus", a déclaré Tom Enders lors d'un point presse à Berlin, où le président chinois Xi Jinping est en visite.

Signe que les compagnies chinoises accélèrent tous azimuts

Les délais de livraison de ces avions sont encore en cours de discussion, mais devraient être dans les cinq ou six prochaines années, a précisé le patron d'Airbus.

"C'est une étape importante dans notre collaboration avec la Chine", a ajouté Tom Enders, soulignant  l'importance de la collaboration industrielle avec des entreprises chinoises.

De quoi alimenter la chaîne d'assemblage final d'Airbus A320 à Tianjin

Ce contrat montre "la forte demande des compagnies aériennes chinoises dans tous les segments que ce soit dans les vols intérieurs, low-cost, régionaux ou dans les long-courrier internationaux", estime Airbus dans un communiqué.

De l'importance du marché chinois pour l'aéronautique européenne

Tom Enders a souligné "la signification" du marché chinois pour l'industrie aéronautique européenne "et en particulier pour Airbus", qui deviendrait "plus petit" sans ce pays client.

A fin mai, les compagnies chinoises avaient une flotte d'environ 1.440 avions Airbus en service, dont presque 1.230 A320.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2017 à 9:46 :
@YANKEE
Analyse très pertinente et vraie mais avec un bémol tout de même n'oublions pas que Mr Enders à déplacer toutes les entités "Airbus Allemagne" en France pour faire définitivement le siège mondial à Toulouse avec la construction d'un siège mondial et un campus ultra moderne à Blagnac et le déplacement de 700 employés ce qui a fait grincé des dents en Allemagne ne reste plus qu'en Allemagne certains sites de production comme Hamburg,Stade et Brême.
La recolasition aussi complète des A320 et les contrats signé hier ce sont les deux pays qui en profitent, après je vous comprend mais que vaut-il mieux un Airbus 100% français que l'on ne sait pas vendre ou bien un Airbus franco germanique que eux ils savent vendre ?
a écrit le 06/07/2017 à 8:08 :
La germanisation d'Airbus semble achevée. Madame Merkel, monsieur Enders vendent aux chinois des avions présentés comme allemands. Qui se souvient des ingénieurs français d'Aérospatiale qui ont réussis à bousculer Boeing dans les années 80 ? L'échec financier des gouvernements français à laissé l'Allemagne libre d'acheter notre savoir faire.
Réponse de le 06/07/2017 à 8:31 :
C'est helas vrai. T Enders cherche a evincer F Bregier en reprenant directement en main les ventes d'Airbus alors que le success industriel et commercial de l'A350 est a mettre au credit - notamment - de F. Bregier...
Réponse de le 06/07/2017 à 11:03 :
Je suis hélas d 'accord avec vous et cela m'agace au plus haut point ! La vente d'Airbus devient un cadeau politique pour Madame Merkel et les Allemands, qui vendent ces avions en leur nom et se positionnent ainsi comme les représentants de l'UE et interlocuteurs numéro 1 des USA et de la Chine ! Où sont les dirigeants français, industriels et politiques ? Incroyable de voir l'aviation et l'espace, nos points forts, avec le nucléaire, passer aux mains des Allemands. C'est un vrai suicide pour la France d'abandonner nos technologies, et laisser notre industrie disparaître en plus ! On voit bien pourtant que les Allemands jouent l'Allemagne depuis longtemps, et non l'UE, cet ex projet français tourné lui-aussi à l'avantage de l'Allemagne grâce à l'ouverture à l'Europe orientale imposée par l'Allemagne sans réaction de la France alors que ce n'était sûrement pas notre intérêt stratégique ....
Mais les dirigeants industriels et politiques français sont atlantistes au point de laisser la France tomber, car c'est une nation périmée sans doute pour eux. Les Allemands ne sont pas aussi idiots et ils continuent de s'emparer de tous les leviers de l'UE, politiques et industriels.
Réponse de le 07/07/2017 à 0:26 :
très bonne analyse de Labete, notre pays est passé sous tutelle allemande, dans le renoncement général d'une classe dirigeante médiocre qui brade ce pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :