Budget de la défense en baisse : le gouvernement Philippe ne tient pas ses promesses

 |   |  970  mots
Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics qui veut réduire le budget de la Défense alors que la France est en guerre...
Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics qui veut réduire le budget de la Défense alors que la France est en guerre... (Crédits : Charles Platiau)
Paroles, paroles, paroles... Comme le chantait Dalida, le gouvernement Philippe ne tient pas ses promesses au moment de passer aux actes. Alors que la France est en guerre, il réduit de 850 millions d'euros le budget de la défense en 2017.

Plus de caramels, ni de bonbons, ni de chocolats. Pour le ministère des Armées, la fête semble finie. Comme dans la célèbre chanson de Dalida, le gouvernement d'Edouard Philippe n'a pas tenu parole ("paroles, paroles, paroles", chantait Dalida). Alors que la France est en guerre sur plusieurs fronts, l'Hôtel de Brienne devra tenir le budget voté par le Parlement, ce qui signifie de facto une réduction de dépenses de 850 millions d'euros en 2017.

Aux armées de payer le surcoût des OPEX

"Il faudra assurer le financement des opérations extérieures en trouvant des économies ailleurs", souligne tranquillement dans un interview accordée au Parisien le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin pour qui finalement le pacte de stabilité est donc plus important que le pacte de sécurité. Les militaires, qui jouent leur vie sur les théâtres d'opération, apprécieront. Dans le flou des propos du ministre des Comptes Publics, il est possible que le ministère des Armées doive payer le surcoût des opérations extérieures (OPEX), dont 450 millions sont seulement provisionnés en loi de finances initiale depuis cinq ans. Ces trois dernières années, le surcoût des OPEX a largement dépassé le milliard d'euros.

"Nous avons demandé au ministère de la Défense de tenir le budget qui a été voté en 2017 par le Parlement, ce qui entraîne une réduction des dépenses de 850 millions d'euros, a expliqué Gérald Darmanin dans une interview au Parisien. Le budget ne diminue pas, mais l'enveloppe votée devra être respectée. Il faudra assurer le financement des opérations extérieures en trouvant des économies ailleurs".

Comme d'habitude, le ministère de la Défense (ou des Armées) paie le plus lourd tribut au coup de rabot du gouvernement (850 millions sur un total de 4,5 milliards d'euros). Soit près de 20% du total de la somme économisée. Finalement rien ne change après une parenthèse de cinq ans, le ministère de la Défense reste bel et bien la variable d'ajustement préférée des responsables du gouvernement. Ils ont déjà oublié les morts et les blessés de la longue liste des attentats de ces dernières années et négligent de protéger les militaires sur les théâtres et les Français sur le sol national. Face au terrorisme et ses conséquences, que valent les critères de Maastricht ? La guerre a un prix, le sang n'en a pas...

Quelle crédibilité?

Comment croire désormais à une promesse d'un effort de défense à 2% du PIB en 2025 (50 milliards d'euros, hors pensions, surcoûts des OPEX et service national), deux ans après la fin du quinquennat. Comment croire à la crédibilité d'une trajectoire allant vers ses fameux 2%? D'autant que Gerald Darmanin promet déjà que le gouvernement va faire encore plus d'économies en 2018 et réfléchit dès maintenant aux réformes structurelles à mener pour y parvenir. Le gouvernement doit présenter ce mardi une "trajectoire" budgétaire pluriannuelle aux parlementaires pour assurer que le déficit ne dépassera pas 3% du PIB ni en 2017, ni en 2018, malgré des baisses d'impôt.

Pourtant, la ministre des Armées Florence Parly a été à la fois authentique et honnête lundi pour sa première conférence de presse. Elle a réaffirmé à cette occasion qu'elle ferait tout son possible pour obtenir "des moyens suffisants" pour la défense, tout en laissant planer un doute sur sa marge de manœuvre dans un contexte budgétaire contraint. "Je veux réaffirmer ma détermination complète à faire en sorte que ce ministère ait les moyens de notre politique, celle qui est définie par le chef de l'État", a-t-elle expliqué lors d'un point de presse au ministère à Balard.

"Ce que j'espère c'est que nous arriverons à dégager des moyens suffisants. Satisfaisants, c'est une question de qualificatif, mais suffisants, c'est l'objectif", a-t-elle précisé.

Parly a perdu une bataille

Florence Parly a rappelé l'objectif du président Emmanuel Macron de porter l'effort de défense à 2% du PIB d'ici à 2025, ce qui représentera un budget de 50 milliards d'euros à cet horizon contre 32,7 milliards en 2017. "La question c'est de savoir quels succès je remporterai. Il n'y a aucun doute sur ma volonté", a relevé la ministre, en soulignant que la situation budgétaire de la France n'était "pas forcément simple" mais celle de "nos unités non plus". La ministre des Armées a laissé entendre dès lundi que ces négociations étaient compliquées en raison de la situation budgétaire difficile de la France.

Elle vient de perdre sa première bataille budgétaire. Et ça fait mal visiblement. Elle a annulé mardi un déplacement sur la base aérienne de Mont-de-Marsan (Landes) pour poursuivre de délicates négociations budgétaires, a-t-on indiqué dans son entourage. Florence Parly doit notamment rencontrer le Premier ministre Edouard Philippe dans la matinée.

"En raison de négociations budgétaires en cours, elle reste à Paris pour préparer au mieux les prochaines échéances", a-t-on déclaré.

Des pistes de réduction des dépenses sont aussi à l'étude, avait elle déjà esquissé lundi. "Nous allons veiller à gérer le mieux possible le train de vie du ministère pour réduire intelligemment ce qui peut l'être", a-t-elle indiqué. Sauf que le ministère de la Défense se restructure depuis plus de 20 ans déjà contrairement à beaucoup d'autres ministères. Et dire que le ministère des Armées a encore 2,7 milliards de crédits gelés. Bercy est aussi gourmand que glouton surtout quand le feu est au vert.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2017 à 21:43 :
paroles, paroles ....
a écrit le 14/07/2017 à 6:35 :
Elles ne font pas lourd, les deux Macronelles mises au ministère des Armées. La premières abandonne deux Milliards en rase campagne et déserte le jour de l'ouverture du salon du Bourget. La seconde se fait piquer 800 millions dans son sac et larmoie devant la presse. Jeanne d'Arc pesait plus lourd avec son armure.
a écrit le 11/07/2017 à 23:11 :
Parlons-en des économies sur les véhicules du Mindef : on les a tous supprimés, puis on est parti sur de la location très onéreuse de nos véhicules tout cela pour en final les racheter. on les a payé 2 fois, où sont les économies ? et au passage il y en a qui s'en sont mis plein les poches !!!
a écrit le 11/07/2017 à 20:49 :
Dans 4 ans et 10 mois.....Au revoir Macron and co.....en attendant, petites phrases, petits et gros scandales, chômage et augmentation des impôts pour la classe moyenne, enfin ceux qui ne sont rien....et les riches toujours plus riches (les pauvres!).....
a écrit le 11/07/2017 à 18:50 :
Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics peut facilement faire des économies en faisant faire des audits par une société privée sur la Défense. Pourquoi arrive t'on en France à avoir plus de Généraux qu'aux Etats-Unis ou la Russie. Pourquoi maintient t'on des appartements de fonction alors qu'à l'air de l'informatique cela ne devrait plus exister. (millions d'euros d'économies en loyers). Revoir toutes les équipes de sports militaires (parachutistes - voltiges etc.) qui nous coûtent. Rendre les secours en montagne et autres payant. Les personnes devront souscrire une assurance privée. Des économies il y en a plein les cartons à faire.
Réponse de le 19/07/2017 à 16:33 :
Commentaire aussi aigri qu'anti-militariste et stupide!
Quel est le rapport entre l'informatique et les logements de fonction?
Si les militaires peuvent avoir des logements de fonction (à l'instar du privé), c'est essentiellement que leurs mutations sont aussi expéditives que régulière.
La majorité du nombre de généraux dont vous parler ne serait pas des étoiles de la DGA et non de l'armée?
Les équipes militaires servent à maintenir l'image de la France, à rencontrer les autres armées et à développer de nouvelles techniques. C'est grâce à la pratique "civile" que les chuteurs ops ont trouvé comment sauter avec "la caisse" sans blessures.
Quant au secours, c'est un principe en France... et il y a déjà des factures en cas d'imprudence!
a écrit le 11/07/2017 à 18:34 :
Soit nos politiques ne savent ce qu'ils disent ce qui parait étonnant..., soit ils sont atteints de schizophrénie aigüe ...
c'est tellement facile d'attirer le gogo et ensuite de faire du rétropédalage !
Çà coûte pas cher, car ils ne seront aucunement inquiétés par la suite une fois élu .
Allez, la vie est belle ,et çà continue de nous prendre pour des imbéciles !!!
a écrit le 11/07/2017 à 18:13 :
Je me pince: enfin on s'attaque aux dépenses.
Réponse de le 11/07/2017 à 22:07 :
@henry: pince-toi encore, car on te promet qu'on va s'attaquer aux dépenses. Moi président a pris une fois le train avec tous les médias à ses trousses pour la frime. Ensuite, il a fait comme les autres :-)
Réponse de le 19/07/2017 à 16:34 :
En juin, la priorité de Macron a été de refaire la piscine de la Lanterne!
a écrit le 11/07/2017 à 17:44 :
Et dire que c est un ancien LR qui se permet de diminuer le budget de la défense !!!finalement il a bien fait de passer du côté de en marche puisque ceux ci n ont pas de parole!!
a écrit le 11/07/2017 à 16:38 :
Les " promesses " faites concernaient le quinquennat. Les " Marcheurs " peuvent encore avoir des espoirs.
a écrit le 11/07/2017 à 16:23 :
Les politiques promettraient uniquement pour se faire élire et les gogos y croiraient ?? Non, ce serait une première, n'est-ce pas :-)
a écrit le 11/07/2017 à 16:08 :
ON SE MOQUE DE NOUS ..COUR DES COMPTES = BUDGET INSINCERE ..DARMALIN = J'AI TROUVE 4 MILLIARDS ...JEU DE BONNETEAU ENTRES CSG ET PRECOMPTE SALARIAL ..A QUOI SERT LE HAUT CONSEIL DES FINANCES PUBLIQUES ...LA COMEDIE DU POUVOIR ..ILFAUT QUE TOUT CHANGE POUR QUE RIEN NE CHANGE ...SANS PARLER DE MOSCOVICI LE MEDIOCRE ...IL FAUT UN REFERENDUM POUR SUPPRIMER L'ENA ...SANS TARDER
a écrit le 11/07/2017 à 15:26 :
Que le ministère des Armées envoie la facture de ce que lui coûtent les opex au ministère des Affaires Etrangères.
Réponse de le 11/07/2017 à 19:37 :
Surtout qu'il reste à la maison, et même en restant à la maison ils nous coutent extrèmement cher et la valeur ajoutée est égale à 0.
a écrit le 11/07/2017 à 15:22 :
Ce quinquennat n'a pas été préparé. Le programme de Macron pour se faire élire ne comportait essentiellement que des têtes de chapitre, qui en ont séduit certains, mais le détail ne sera visible que dans cinq ans et pour l'instant chacun y va de sa projection sur la pensée Macronienne comme cela avait déjà été le cas pour Hollande. Et on a vu le résultat a l'arrivée ....
a écrit le 11/07/2017 à 14:35 :
Macron = mensonge.
a écrit le 11/07/2017 à 12:18 :
Arrêtons de penser franco-français et ouvrons l'horizon Européen.

M. Trump veut à juste titre que l'Europe fasse sa part de job en ayant un budget de défense de 2% du PIB. Soit.
Dans ce cas, faisons un budget européen de défense à partir du PIB de la zone Européenne.
Cela permettra à chaque citoyen européen de participer au juste effort de protection des valeurs en prenant en compte le ration population du pays.
Le poids de cette protection ne reposera plus uniquement sur les Français et sur les Anglais (qui ont compris d'ailleurs qu'ils étaient les dindons européens de la Défense entre autre).
Réponse de le 11/07/2017 à 13:06 :
C est quoi la protection des valeurs et quelles valeurs ????
a écrit le 11/07/2017 à 12:12 :
Si les politocards tenaient leurs promesses, cela se saurait. Ils vous baladent......
a écrit le 11/07/2017 à 10:55 :
Il paraitrait que le budget militaire de la France depasserait bientot celui de la Russie !Pourquoi s'en faire alors ..
a écrit le 11/07/2017 à 10:37 :
Blabla, blabla, blabla... Comme le disait Macron, le gouvernement Philippe tient ses promesses au moment de passer aux actes. Alors que la France est en déficit chronique, il ne réduit pas d'un euros le budget de la fonction publique en 2017, ni 18, ni 19... Jusqu'au jour Bruxelles dira "Coulée" comme la Grèce...
a écrit le 11/07/2017 à 10:23 :
Un état sans direction.....dramaturgie budgetaire il y a une semaine, dimanche....on lâche la bride....pendant la campagne, on faisait des promesses éhontées pour faire passer la pilule de la CSG......
Bref, tres inquiétant.......
Je pense que l illusion macron va faire pshiiiit.....en particulier vis a vis de nos partenaires extérieurs.....
Réponse de le 11/07/2017 à 16:10 :
ATTENTION ....2022 MARINE OU MELENCHON AU PREMIER TOUR !!!!
a écrit le 11/07/2017 à 10:12 :
Et oui tout devait changer mais rien ne change!!
Nos amis politiques ne intéressent aux militaires que pour leur propre communication. Pour le reste ce n'est que de la chair a canon!
Réponse de le 11/07/2017 à 13:08 :
Les militaires ont toujours ete de la chair a canon : c est pour cela qu on les paie !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :