Budget défense : Matignon coupe près de 900 millions de crédits budgétaires

 |   |  426  mots
Le gouvernement va abonder le programme 178 de la mission défense (Préparation et emploi des forces) de  643,2 millions d'euros.
Le gouvernement va abonder le programme 178 de la mission défense (Préparation et emploi des forces) de 643,2 millions d'euros. (Crédits : Reuters)
Près de 900 millions d'euros de crédits de paiement dans le périmètre du ministère des Armées sont annulés. Le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, est furieux. Principale victime, le budget dédié aux équipements militaires.

Aussitôt annoncé, aussitôt fait. Cela n'a pas trainé. Le gouvernement a préparé plusieurs décrets dont un pour abonder de crédits budgétaires le programme 178 de la mission défense (Préparation et emploi des forces). Soit 643,2 millions d'euros au total. Dans le même temps, un autre décret annule 850 millions d'euros de crédits de paiement sur le programme 146 (Équipement des forces). Ils étaient déjà gelés.

"L'exécution prévisionnelle des dépenses des opérations extérieures et intérieures de défense excéderont la provision de 450 millions d'euros inscrite en loi de finances initiale, comme l'a relevé la Cour des comptes dans un audit de la situation des finances publiques réalisé à la demande du Premier ministre. Ce surcroît de dépense s'explique par l'activité des forces armées au-delà de leurs contrats opérationnels. Compte tenu des modalités d'exécution de ces dépenses, la mise à disposition des crédits ne peut attendre la loi de finances rectificative de fin de gestion. L'interruption des paiements d'ici là porterait atteint à la continuité des opérations sur les théâtres d'opération à l'étranger et sur le territoire national, ce qui justifie leur ouverture urgente".

900 millions annulés à la veille du 14 juillet

En outre, plus de 40 millions d'euros de crédits de paiement supplémentaires ont été annulés au sein du ministère des Armées. Soit au total près de 900 millions d'euros perdus par Florence Parly. Mais entre 643 millions d'euros de crédits de paiement ouverts et 891,8 millions d'euros d'annulations, il y a une différence de 248,6 millions. Où va ce delta? En tout cas, toutes ces coupes ont fait littéralement exploser de colère le chef d'état-major des armées. Selon des sources concordantes, le général Pierre de Villiers aurait dit mercredi matin à propos des coupes budgétaires lors de son audition à la commission de la défense de l'Assemblée nationale : "Je ne me laisserai pas b..... comme cela".

Parmi les 40 millions d'euros de crédits de paiement du ministère des Armées annulés, 25 millions portent sur le programme 169 (Reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant), 15,6 millions sur le programme 191 (Recherche duale) qui devaient abonder les budgets du CNES et du CEA, et, enfin, 1,2 million sur le programme 167 (Liens entre la Nation et son armée), pourtant cher à Emmanuel Macron... qui reçoit Donald Trump lors du défilé du 14 juillet. Les militaires, quant à eux, apprécieront ce coup de poignard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2017 à 18:09 :
Peut-être qu'indiquer le montant global du budget des armées pour replacer les choses dans leur contexte aurait été plus utile que votre dernière phrase.
a écrit le 13/07/2017 à 17:04 :
Aucune vision sur le moyen long terme et encore moins de stratégie!
Tout ça à cause de ce quinquennat Hollande où l'argent a été distribué royalement sans compter....
Le gouvernement n'a plus aucune marge de manœuvre et nous verrons bien les conséquences dans le futur pour notre armée, en sachant que d"autres pays augmentent déjà leur budget défense !!!!
Des économies peuvent être faites à tous les niveaux et d'une façon efficiente mais il n'y a pas de volonté en France.....les impôts c'est mieux !
Il n'y a plus qu'à attendre et voir la suite en espérant qu'il n'ait pas nouveaux conflits ...
Réponse de le 13/07/2017 à 17:36 :
"Tout ça à cause de ce quinquennat Hollande où l'argent a été distribué royalement sans compter...."

Tu évoques les 41 milliards du CICE, je suppose.
a écrit le 13/07/2017 à 12:59 :
Bonjour,
je suis tout à fait d'accord pour réduire les dépenses et plus précisément le gaspillage à tous les niveaux dans tous les ministères et les assemblées. A la veille du 14 juillet , jour où les français vont pouvoir vérifier ce gaspillage en applaudissant le défilé qui mobilise des centaines de militaires et d'engins qui consomment un maximum de carburant, il serait temps de réagir. S'il faut réduire le budget des armées, commençons par supprimer cette commémoration qui ne signifie plus rien. Supprimons les privilèges de nos élus et de ceux qui l'ont été;
réduisons le nombre de députés et sénateurs qui pour un grand nombre n'assistent pas aux assemblées ;
supprimons les agences gouvernementales qui ne servent à rien, les logements et voitures de fonction.
Prenons exemple sur nos voisins dans ce qu'ils ont de meilleur et cessons de parader comme sous le règne de Louis XIV
a écrit le 13/07/2017 à 10:06 :
Bonjour,

J'en conclu que la RO (recherche opérationnelle) manque à la formation ou à la compréhension du sieur de l'Elysée.
Cdt.
a écrit le 13/07/2017 à 9:14 :
Si l'armée n'avait pas laissé déraper ses grands projets militaire, peut-être qu'elle ne serait pas dans cette situation aujourd'hui. Le porte-avion, le développement de logiciels, l'A400 ont été des gouffres financiers. Les responsables militaires auraient dû démissionner après ces echecs. Au contraire, ils accusent. La meilleur défense est l'attaque... Faire porter la responsabilité aux parlement est trop facile. Si l'armée fait la guerre comme elle gère ses budgets, on est mal.
a écrit le 13/07/2017 à 8:12 :
Il parait que nous sommes en guerre sans y être tout en y étant; notre moitié de Parlement - et même moins! - refuse les économies sur le budget militaire; peut-être pourrait-il contribuer de sa poche personnelle. Louis XIV et Napoléon Ier ont ruiné les Français par leur amour de la guerre, Napoléon III également, même si son action a été plus profitable que ces Parlements qui depuis 1974 sont plus soucieux de leur porte-monnaie que de celui des Français. Désolé que nos armées soient en guerre contre la terre entière OFFICIEUSEMENT alors que nous n'en avons visiblement pas les moyens!
a écrit le 12/07/2017 à 19:16 :
Quelle honte ! Nos soldats se battent contre le terrorisme tous les jours et les petits cravateux de Bercy ne trouvent rien de mieux que de leur tirer dans le dos. C'est inadmissible. Proposons à l'Armée de cesser les patrouilles Sentinelle devant le ministère des finances, et de les remplacer par un petit Leclerc posé devant l'entrée. Nos soldats protègent les citoyens, leur retirer des budgets pour les opérations extérieures pour avoir 3.59% du PIB de déficit public au lieu de 3.60%, c'est vraiment b... les militaires !
a écrit le 12/07/2017 à 18:22 :
Il va falloir revoir la politique interventionniste étrangère....
a écrit le 12/07/2017 à 18:13 :
Ce gouvernement et surtout cet apprenti président nous amènent droit dans le mur c est une catastrophe qui se prépare et nous aurons du mal à nous en remettre en marche oui mais vers le gouffre
a écrit le 12/07/2017 à 15:34 :
C'est en appauvrissant notre pays que nos partenaires commerciaux auront plus de mal a nous vendre leur produit! Et donc l'on pourra dire bêtement que nous avons fait des progrès face a la concurrence!
a écrit le 12/07/2017 à 13:52 :
Je ne vois pas trop comment on pouvait éviter de toucher au budget de la défense...D'ailleurs je pense qu'il faudrait des budgets annexes adaptés en affectant des recettes spécifiques aux fonctions. Pour le régalien par exemple en créant une ligne supplémentaire dans la taxe foncière (protection des habitations et de leurs habitants), en complément d'une partie de la TVA sur les produits (protection des biens). Comme ça on demandera aux gens s'ils ont envie que le budget de la défense augmente avec évidemment les recettes correspondantes. Je pense que ça calmerait...
Réponse de le 12/07/2017 à 17:49 :
Absolument ! L'armée, l'intérieur, les finances coûtent assez cher au budget de l'Etat pour des résultats plus que moyens. Et constituent des États dans l'Etat. Au pain sec et à l'eau ! Ca leur permettra de faire preuve d'un peu de créativité
Réponse de le 12/07/2017 à 17:49 :
Absolument ! L'armée, l'intérieur, les finances coûtent assez cher au budget de l'Etat pour des résultats plus que moyens. Et constituent des États dans l'Etat. Au pain sec et à l'eau ! Ca leur permettra de faire preuve d'un peu de créativité
Réponse de le 12/07/2017 à 21:37 :
Et rapatrier nos troupes d'Afrique histoire de voir comment les interets des amis de macron cesseraient d 'etre protégés ? Retirer les patrouilles de Paris et des ministères ?
Réponse de le 13/07/2017 à 10:48 :
Bel amalgame d'âneries. Il faut voir le taux de disponibilité de notre parc de véhicules terrestres, les galère des rampants de l'aéronavale, sans parler de la gabegie qu'a été le système de paie informatisé (toujours pas réglé). On parle de personnes qui risquent leurs vie avec du matériel daté.
Mais je pense que si on demandait leur avis aux gens, ils paieraient volontiers pour nos soldats. Il ne s'agit pas d'avoir une armée volumineuse comme celle qui existait du temps de la guerre froide, mais juste d'avoir une armée à la hauteur des objectifs que l'on se fixe. On ne peut pas aller se battre au Mali, bombarder en Irak, et envoyer nos troupes à droite et à gauche avec un budget low cost. Dans ce cas là, cette restriction budgétaire devrait à minima s'accompagner d'un arrêt de Sentinelle, d'un repli de Sangaris, et et basta pour Daesh & Cie... Ce qui serait un crime de lèse majesté pour les parigots qui se gargarisent de voir nos militaires glander pour rien dans les rues de la capitale...
a écrit le 12/07/2017 à 13:51 :
avec les socialos déjà l'armée a subi des restrictions budgétaires, mais av'ec ce guin gol de président, à croire qu'il veut supprimer l'armée, il doit avoir peur d'un e rébellion au sein des armées
a écrit le 12/07/2017 à 13:20 :
Avec Sarkozy et Hollande, les Français avaient élu des sous-préfets à l’Élysée. Une étape supplémentaire est franchie avec Macron. C’est un majordome qui occupe dorénavant le palais présidentiel. Son équipe de serviteurs, ministres et hauts fonctionnaires, assume de ne pas se sentir Français, et donc, en creux, de se soumettre à l’étranger, c’est-à-dire d’agir contre les intérêts de la France et le bien commun du peuple français.
a écrit le 12/07/2017 à 13:18 :
Hahaha je rigole ! Mais non rassurez-vous, avec Macron et le gouvernement Philippe tout va changer (en mieux évidemment). Profitez bien de ces 5 années !
Réponse de le 13/07/2017 à 12:51 :
De toute façon les militaires -qui sont fonctionnaires nous dit on - ne bougeront pas L importanat est d avoir les tradeurs avec soi et de taxer les vilains propriétaires fonciers Cela ne va pas relancer l industrie . Si vos enfants parlent plusieurs langues qu ils partent les autres je les plaint

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :