Exportations : la France a livré pour 8,3 milliards d'euros de systèmes d'armes en 2016

 |   |  780  mots
Depuis 2013, les livraisons de systèmes d'armes ont progressé grâce aux prises de commandes de ces quatre dernières années : 7,1 % en 2014 (6,1 milliards), 18,6%  en 2015 (7,2 milliards) et, enfin, 14,3% en 2016 (8,3 milliards).
Depuis 2013, les livraisons de systèmes d'armes ont progressé grâce aux prises de commandes de ces quatre dernières années : 7,1 % en 2014 (6,1 milliards), 18,6% en 2015 (7,2 milliards) et, enfin, 14,3% en 2016 (8,3 milliards). (Crédits : POOL New)
En 2016, la France a livré à l'international des matériels de guerre et matériels assimilés pour une valeur totale de 8,3 milliards d'euros, selon EcoDef, le bulletin de l'observatoire économique de la défense.

En 2016, la France a livré à l'international des matériels de guerre et matériels assimilés pour une valeur totale de 8,3 milliards d'euros, selon EcoDef, le bulletin de l'observatoire économique de la défense. C'est un chiffre en croissance par rapport à 2014 (6,1 milliards d'euros) et 2015 (7,3 milliards). Dans le même temps, les importations d'armements se sont élevées en 2016, à 1,7 milliard d'euros, en hausse de 2 % par rapport à 2015. Au total, ces matériels ont contribué l'année dernière à hauteur de 6,6 milliards d'euros au solde commercial de la France, le plus haut niveau depuis 2011. Ainsi, les livraisons ont été en 2016 près de cinq fois supérieures aux importations.

Pour l'heure, le chiffre des commandes à l'exportation n'a pas été encore communiqué par le ministère. Selon nos informations, elles se situeraient autour de 14 milliards d'euros. Elles avaient atteint un sommet en 2015 avec un montant de 16,9 milliards d'euros. Le ministère de la Défense, qui comptabilise le mégacontrat australien (12 sous-marins vendus) estime pour sa part que les exportations se sont élevée à plus de 20 milliards d'euros de commandes en 2016.

Croissance des exportations d'armes depuis 2014

Depuis 2013, les livraisons de systèmes d'armes ont progressé grâce aux prises de commandes de ces quatre dernières années : 7,1 % en 2014 (6,1 milliards), 18,6%  en 2015 (7,2 milliards) et, enfin, 14,3% en 2016 (8,3 milliards). En 2013, elles avaient subi une légère baisse de 0,3% (5,7 milliards). En moyenne annuelle sur la période 2011-2016, les exportations d'armements s'élèvent à 6,423 milliards d'euros avec une croissance annuelle moyenne de 9 %, explique EcoDef. En 2016, les livraisons de matériels de guerre ou assimilés ont représenté 48 % des dépenses d'équipement de la France en matière de défense (17,34 milliards dépensés par le ministère de la Défense), un ratio en hausse depuis 2011 (35,7%).

Ces livraisons ont été réalisées par 859 entreprises en 2016. Les PME et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) représentent 85 % des entreprises exportatrices de systèmes d'armes. Le nombre de PME exportatrices est en augmentation depuis 2013, selon EcoDef. Les grandes entreprises totalisent en moyenne 83 % des montants livrés sur la période 2011-2016. De leur côté, PME et ETI réalisent, de façon directe, 17 % des livraisons sur cette période.

L'Union européenne en tête des livraisons en 2016

L'année dernière, les livraisons de matériels de guerre français ont profité à 23 % à l'Union européenne (1,88 milliard), puis à 22 % à l'Asie (1,86 milliard), à 21 % à l'Afrique (1,72 milliard), puis, au Moyen Orient (1,37 milliard). Ce qui parait incroyable tant on a eu le sentiment que l'industrie de défense avait beaucoup vendu au Moyen Orient ces dernières années. Sur la période 2011-2016 et c'est une surprise, l'Afrique est la zone qui stimule le plus la croissance des exportations de matériels de guerre. L'Égypte a beaucoup contribué à cette place en commandant ces dernières années pour 840 millions de matériels militaires en 2014 (corvettes Gowind) et 5,3 milliards en 2015 (Rafale, frégate FREMM et missiles) tandis que le Maroc s'est offert deux satellites d'observation en 2013 (585 millions d'euros).

Quels ont été les matériels livrés en 2016 ? L'analyse des livraisons par produit livré en 2016 révèle sans surprise que 25 % d'entre eux (2 milliards) correspondent à de la navigation aérienne ou spatiale (Rafale en Egypte et satellites), 18 % à des turboréacteurs, réacteurs nucléaires, chaudières et engins mécaniques (1,5 milliard), 17 % à des armes et munitions (1,4 milliard).

Stabilité des importations de matériels de guerre

Les importations de matériels de guerre se sont élevés en 2016, à 1,7 milliard d'euros, en hausse de 2 % par rapport à 2015 (1,66 milliard). En moyenne sur la période 2011-2016, les importations se montent à 1,6 milliard d'euros avec une croissance annuelle moyenne de 3%, passant de 1,49 milliard en 2011 à 1,7 en 2016. L'année dernière, les importations ont été originaires pour 40% de l'Union européenne, d'Europe (hors UE) à hauteur de 32% et d'Amérique pour 17%.

L'industrie aérospatiale a livré pour 93,7 milliards

Au-delà des matériels de guerre, les 1.800 entreprises française de la base industrielle et technologique de défense (BITD) ont livré 93,7 milliards d'euros de marchandises civiles et militaires en 2016, a fait observer EcoDef. Soit 21 % des exportations totales de la France en 2016. Les entreprises de la BITD ont contribué positivement en 2016 au solde commercial de la France à hauteur de 33,8 milliards d'euros en 2016.

Alors que les exportations de matériels de guerre soutiennent environ 74.400 emplois directs et indirects en France en 2016, environ un million d'emplois correspondent aux livraisons totales de la BITD. Les emplois directs se sont élevés en 2016 à 576.400 et les emplois indirects (chaîne de sous-traitance des entreprises exportatrices) à 446.570, pour un total de 1.022.979 emplois en France. Selon EcoDef, à chaque million d'euros exporté par les entreprises de la BITD (marchandises civiles et militaires) correspondent environ 10,9 emplois directs et indirects en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2017 à 14:02 :
Mauvaise nouvelle , cela indique que le monde va mal et de plus en plus mal car sa sécurité est de plus en plus menacée , sans le terrorisme qui a atteint son plus haut niveau ces dernière années, il n'y aurait pas eu plus de commandes que sous le quinquennat précédant.
il aurait été préférable d'exporter des biens de paix ce qui aurait prouvé que le monde va bien.
espérons qu'une partie de ces armes et matériels ne se retourneront pas contre nous dans quelques mois.
a écrit le 17/05/2017 à 20:55 :
Cela explique alors le déficit record de 48,1 Mds EUR, une augmentation de ce déficit de 7 % avec un repli de -0,6 % des exportations par rapport l'année 2015? Mais maintenant, au premier trimestre 2017, les exportations reculent encore davantage (-1,4 %) ainsi que le chômage qui augmente à nouveau. Même une France qui serait en guerre ne profite pas de ce funeste business de la mort dans ce beau monde...en guerre. Et le nucléaire si français est en ruine; Areava mort EDF agonise, rien de nucléaire ne se vend plus...et les bombes atomiques alors? Pour terroriser un peu ce petit monde, pas mal comme nouveau business, non? Ne dites pas que la "made in France" n'aurait pas de la valeur!
a écrit le 17/05/2017 à 13:32 :
Les armes utilisées par nos acheteurs sont elles bonnes pour la COP21 ?
a écrit le 17/05/2017 à 10:23 :
Belle performance en effet. Des armes qui aussi servent aux voyous de daech en tuant des soldats francais dans le sud du Mali, en Afghanistan auxquels on rend les honneurs quand ils rentrent en France entre cinq planches de bon sapin.
Si vis pacem, para bellum, concept de paix par les armes, s'adressant aux hommes. Les romains ne vendaient pas de mortiers et de canons. Leur force c'etait la legion. La France, pays des droits de l'homme dit-on.....
Réponse de le 17/05/2017 à 17:05 :
"Des armes qui aussi servent aux voyous de daech en tuant des soldats francais dans le sud du Mali,"
Vraiment? J'avoue ne pas avoir vu les voyous de Daesch en Rafale pour tuer nos soldat. Décidément ma vue baisse.
La france vend essentiellement des armes Hi tech. Pour les fusils, nous les achetons.
Bref regardez les ventes: Frégates, avions satellites avant de commenter.
a écrit le 17/05/2017 à 10:23 :
Exportations : la France a livré pour 8,3 milliards d'euros de systèmes d'armes en 2016

pas exceptionnel, l'Italie a livré le double

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/armement-exportations-record-pour-l-italie-en-2016-711617.html

L'Italie a vu ses exportations d'armes s'envoler de plus de 85% passant de 7,88 milliards en 2015 à 14,63 milliards d'euros en 2016.

Le Drian n'a rien fait d'exceptionnel, l'on pourrait même attribuer le qualificatif de Ayrault : plutôt minable au regard du cout de nos guerres inutiles
Réponse de le 17/05/2017 à 12:30 :
Vous oubliez que ces chiffres sont le reflet des commandes des années précédentes, puisqu'il s'agit de livraisons, et non pas des commandes, comme pour l'Italie.
Et que dire du duo SARKOZY / FILLON qui n'a strictement rien vendu et qui en était réduit à se gargariser de contrats qui n'avaient jamais leiu (Vente des RAFALES au BRESIL, au MAROC, au QUATAR etc.)
Réponse de le 17/05/2017 à 17:31 :
Pour l'Italie, il s'agit de la somme des contrats engrangés en 2016; notamment les Typhoon au Koweït.
Rien a voir avec des livraisons d'armes.
Toujours confusion entre signatures et exportations !
Le titre de l'article n'est pas adéquate !
Et même certaines lignes de l'article sèment la confusion comme celle-ci :
"Leonardo" "Le groupe transalpin a engrangé 11,56 milliards de commandes militaires. Soit près de 80% (79,3%) du total des exportations d'armements italiennes en 2016"
a écrit le 17/05/2017 à 9:31 :
Alors, vive la guerre!?
Réponse de le 18/05/2017 à 4:00 :
Si tu veux la paix, prépare la guerre.
a écrit le 17/05/2017 à 8:43 :
Le plus gênant n'est pas de vendre des armes, mais d'entretenir cette hypocrisie de prétendre que nos dirigeants sont des gens de paix. Une fois de plus, le discours politique ne correspond à aucune réalité sur le terrain :-)
Réponse de le 17/05/2017 à 10:00 :
Si volam pacem , para bellum.

C'est bien connu , non ?
Réponse de le 17/05/2017 à 10:38 :
désolé PATRICKB mais il semble que vous ne voulez pas vouloir la réalité.
On vend et alors on ne fait pas la guerre pour autant. nous avons un materiel sans pareil et c'est surtout pour cela que personne nous attaque. Pour le reste aucun gouvernement n'a prétendu ne jamais faire de guerre (ex mali libye etc...) on vit pas dans le monde des bisounours
Réponse de le 17/05/2017 à 13:32 :
@icietla: tu n'as pas compris mon commentaire. Ce n'est pas la vente qui me chagrine. On a un client, on vend. C'est le double langage (mensonge permanent) des politiques qui est en question. Le bisounours, c'est celui qui se laisse manipuler par ce double langage et ce n'est pas moi 😆

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :