Défense : Thales décroche un jackpot de 1 milliard d'euros en France

 |   |  585  mots
(Crédits : Thales)
Thales a confirmé avoir remporté un contrat de près de 1 milliard d'euros sur 10 ans auprès du ministère de la Défense. Des recours ont été déposés par des rivaux du groupe électronique.

Comme la Tribune l'avait annoncée, Thales a confirmé avoir remporté un contrat de près de 1 milliard d'euros sur 10 ans auprès du ministère de la Défense. Ainsi, la Structure Intégrée de Maintien en condition opérationnelle des Matériels Aéronautiques du ministère de la défense (SIMMAD) a attribué au groupe d'électronique un contrat de service d'un montant maximal de 977 millions d'euros sur une durée de 10 ans, dont 70 millions d'euros pour la tranche ferme en 2017. Il porte sur la mise en œuvre d'une logistique optimisée au profit des armées françaises grâce au programme Lorca (Logistique optimisée pour le réapprovisionnement de consommables aéronautiques). Ce contrat de service sera pleinement opérationnel en septembre 2017.

"Le système d'information logistique basé sur des algorithmes intelligents ainsi que notre partenariat avec le leader de la logistique Kuehne + Nagel permet une parfaite gestion des stocks alignée sur les consommations réelles et une adaptation à l'évolution de l'activité des forces armées françaises qui bénéficieront à tout instant d'un service flexible", a expliqué le directeur général adjoint en charge des activités systèmes d'information et de communication sécurisés de Thales, Marc Darmon cité dans le communiqué de Thales.

Thales déploiera une organisation logistique comprenant l'approvisionnement, le stockage et l'acheminement 200.000 références d'articles dans les 47 points de livraisons de la SIMMAD et du SIAé (Service Industriel de l'Aéronautique) référencés en France métropolitaine. Le groupe assurera un pilotage optimisé des flux en veillant aux calculs de prévision, à l'approvisionnement de pièces détachées aéronautiques tels que pneumatiques, composants électroniques, câbles, joints, etc., la mise en place d'un stock industriel, ainsi qu'au traitement des obsolescences.

Pourquoi Thales?

Thales apportera son expertise sur la connaissance du milieu aéronautique, des contraintes de navigabilité, la gestion des obsolescences aéronautiques sans oublier la maitrise des centrales d'achats dédiées et duales. Le stockage et le transport des rechanges aéronautiques seront assurés par la société Kuehne + Nagel, un des leaders mondiaux de la logistique gérant actuellement la chaîne d'approvisionnement européenne des consommables pour des acteurs majeurs de l'aéronautique.

Les produits récurrents seront acheminés vers les différents sites dans un délai de sept jours. Thales utilisera des hautes technologies innovantes et évolutives telles que les systèmes interconnectés et l'analyse des données massives pour optimiser les livraisons et éviter les ruptures de stock des pièces aéronautiques dans les entrepôts étatiques.

Un contrat qui fait grincer les dents

La conduite de l'appel d'offres semble avoir été un poil défaillante. D'après des sources concordantes, Engie Ineo et Sabena Technics ont déposé des recours auprès du Tribunal administratif de Paris. Selon nos informations, le juge, qui n'aurait pas remis en cause l'attribution de cette commande à Thales en raison du caractère opérationnel de ce contrat, a toutefois estimé que les deux plaignants étaient en droit de réclamer une indemnisation.

Pourquoi ? Au cours de la négociation, la SIMMAD a dû faire évoluer le cahier des charges pour l'adapter au plus près de ses besoins, explique-t-on à La Tribune. Ce qui légitimerait pour Engie Ineo et Sabena le droit de réclamer une indemnisation. Un petit bug qui pourrait coûter cher à la SIMMAD. Surtout pour des joints et des boulons...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2017 à 17:37 :
et toute la chaine de fournisseur qui a passé son temps à faire des offres à Engie Ineo et Sabena, ils toucheront aussi une indemnisation ?
a écrit le 11/04/2017 à 13:03 :
"la SIMMAD a dû faire évoluer le cahier des charges pour l'adapter au plus près de ses besoins"

C'est mignon tout plein, on dirait une photo de petits chats.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :