Drones : explosion du nombre d'accidents en 2016

 |   |  325  mots
Quinze incidents provoqués par des drones ont été catalogués comme des accidents en 2016 par l'Agence européenne de la sécurité aérienne
Quinze incidents provoqués par des drones ont été catalogués comme des accidents en 2016 par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (Crédits : BRIAN SNYDER)
Selon l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), plus de 1.400 incidents ont été recensés en 2016 contre seulement... 606 sur la période 2011-2015. Sept incidents ont été considérés comme sérieux.

La multiplication des drones entrainent de facto une explosion des incidents aériens. Selon l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), plus de 1.400 incidents ont été ainsi recensés en 2016 contre seulement... 606 sur la période 2011-2015. Quinze incidents ont été catalogués  en 2016 comme des accidents, contre 2,6 par an en moyenne sur la période 2011-2015. Aucun de ces accidents recensés n'a fait de morts. En outre, sept incidents ont été classifiés comme sérieux en 2016, contre 0,3 en moyenne par an sur la période 2011-2015.

Ce qui fait des hausses vertigineuses : 470% pour les accidents et 2230% pour les incidents sérieux. "La collecte des données sur les incidents de drones en est encore à ses balbutiements", reconnaît l'AESA dans son rapport annuel 2017.

En octobre 2015, le directeur exécutif de l'AESA, Patrick Ky, qui était l'invité de l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE) avait expliqué qu'il y avait "de plus en plus de drones qui volent n'importe où, n'importe comment".

Drone : un problème pour l'aviation

L'augmentation du nombre d'accidents et d'incidents graves montre principalement le développement rapide des opérations concernant les drones, estime l'AESA. Des incidents qui sont concentrés le plus souvent à une altitude comprise entre 0 et 6.000 pieds. Pour la plupart, ce sont des violations de l'espace aérien de la part des utilisateurs de drone, la perte du contrôle de la trajectoire du drone ou encore un défaut de fiabilité du drone.

Pour D'ailleurs l'AESA a créé un groupe de travail en vue d'évaluer le risque de collision entre les drones et les avions. Notamment les vulnérabilités des aéronefs (pare-brise, moteurs et cellule) en tenant compte de leurs différentes catégories (grands avions, aviation générale et hélicoptères). Des "tests réels" sont en cours pour évaluer une collision d'un drone sur le pare-brise d'un avion, précise l'AESA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2017 à 18:30 :
D'abord on a voulu faire une réglementation assez contraignante - mais depuis seulement les entreprises sont réellement soumises à une vraie réglementation, puisque les particuliers ( mais aussi d'autres ) font ce qu'ils veulent parce que les contrôles sont pratiquement inexistants.
Et on ne parle pas des accidents non enregistrés....
a écrit le 15/06/2017 à 17:28 :
Merci pour votre titre bien racoleur. Accidents ?
Non, il s'agit simplement d'incidents et encore, d'incidents reportes donc non verifies. A ce jour il n'y a jamais eu de collision entre un drone est un avion malgres les articles sensationnalistes de ce genre. Apres l'enquete on se rend compte qu'il s'agit de sac plastiques ou autre mais évidement vous n'en parlez pas.
Autre info: DJI qui represente 95% du marche des drones bride ses engins qui ne peuvent monter a plus de 500 metres d'altitude.
Donc s'il vous plait faite votre job, vos articles sont de tres bonne qualite habituellement (hors drones..). Il ne s'agit pas d'etre contre la reglementation mais autant qu'elle se fasse sur des bases saines et reelles. Ce genre d'article n'aide pas vraiment.
Réponse de le 16/06/2017 à 15:25 :
+1!
a écrit le 15/06/2017 à 14:47 :
Le drone est un nuisible avéré, tout comme ses utilisateurs.
La règlementation commence à arriver, celle ci inclue aussi, et sans discernement aucun, la pratique de l'aéro-modélisme, presque aussi ancienne que l'aviation elle même.
A titre d'exemple, tout avion radiocommandé d'un poids supérieur à 1,2 Kg doit être enregistré auprès de l'aviation civile ( DGAC), donc avoir une immatriculation.. rien que ça !!! être équipé d'un transpondeur, etc... On a échappé au bruiteur, que les parlementaires, dans leur grande connaissance du sujet, voulaient équiper nos modèles réduit... dont les moteur sont si bruyants que les terrains de modélisme doivent être relégués très loin des habitations, au risque de se voire interdit de pratique !
a écrit le 15/06/2017 à 13:09 :
C'est quoi un incident? Grave matériellement ou humainement?

Combien de mort? Combien de blessés graves et légers? Répartition par pays? Quel type de drone? Grand public, aéromodélisme (courses), pro (photo, surveillance des lignes électriques, architectes, agriculteurs...), militaires?

En France, on meurt plus dans les couloirs des urgences par manque de moyen que par une chute de drone !
a écrit le 15/06/2017 à 12:48 :
Le nombre d'incidents impliquant des drones augmente. Et alors ? Il aurait été plus honnête et plus intelligent d'évoquer ce nombre d'incidents par rapport à l'augmentation du nombre de drones en action. Et quand bien même... A ses débuts, l'automobile n'a quasiment connu aucun accident pour la bonne et simple raison qu'il n'y en avait qu'une poignée qui roulaient. Et le nombre d'accidents a augmenté au fur et à mesure du nombre de bagnoles en circulation. Et c'est vrai qu'il y a une bande d'arriérés qui les jugaient... "nuisibles" comme l'affirme un intervenant qui a suffisamment d'intelligence que pour être ouvert à l'innovation et ne pas se laisser aller à ses petites trouilles mesquines face à la nouveauté. Quoique... Enfin bref, tout ça pour dire que le titre n'est rien moins que racoleur et qu'il faut se demander s'il reflète la politique rédactionnelle du media concerné. Mais bon... faut bien qu'il s'adresse à son public... et qu'il se mette à son niveau... Comme les drones, ça vole bas...
a écrit le 15/06/2017 à 9:32 :
Le drone est un nuisible. J'ai une méthode pour traiter les nuisibles qui viendraient pomper mon air. Les drones se sophistiquent, deviennent de plus en plus puissant, ils sont les futurs vecteurs pour des attaques terroristes. Il faudrait au minimum les interdire à la vente aux particuliers et supprimer les drones "récréatifs". Seuls des professionnels identifiés, répertoriés, formés devraient avoir accès à ces machines.
Réponse de le 15/06/2017 à 11:21 :
Réaction primaire et archaïque ! Interdire les drones aux particuliers n'empêchera pas des attaques terroristes avec des drones, ni les particuliers de se construire eux même leur drone. Comme dans tous les domaines, il faut encadrer et réglementer leur utilisation...
Réponse de le 15/06/2017 à 13:07 :
Le véhicules de déménagement est un nuisible. J'ai une méthode pour éradiquer la location de ces poids lourds. Ils se sophistiquent, deviennent de plus en plus lourds. ils sont les futurs vecteurs pour des attaques terroristes comme à Nice ou Londres. Il faudrait au minimum les interdire à la location et supprimer tous ces camions du sol français. Seuls des professionnels identifiés, répertoriés, formés devraient avoir accès à ces véhicules.
CQFD
En suivant ton raisonnement,
Il me semble qu'il ya plus de victimes de la route ou du terrorisme avec les véhicules de la vie quotidienne qu'avec des drones non ?
a écrit le 15/06/2017 à 8:46 :
La marge bénéficiaire n'a pas de limite, tant que l'on peut se faire du fric sur un produit qui se vend on adapte la législation autour du produit mais on ne fait rien pour en limiter son utilisation afin de ne pas révulser le client.

Ces accidents étaient faciles à deviner et avec les multinationales américaines qui font pression sur les états du monde afin de valider la livraison par drones on a pas fini d'en voir des accidents.

Par contre c'est un chiffre à mettre en perspective avec les transporteurs routiers et les nombreux dégâts et accidents mortels que ceux-ci causent et l'avantage d'une livraison par drones c'est qu'on peut se passer d'une grande partie du lobby pétrolier à part bien entendu les porte containers à cause de la mondialisation, mais on pourrait passer facilement du train aux drones.
a écrit le 15/06/2017 à 8:28 :
INcidents. Pas ACcidents. Merci pour ce titre bien racoleur...
a écrit le 15/06/2017 à 8:12 :
Une fois de plus ça va se traduire par des solutions imaginatives :INTERDICTIONS !!!
Réponse de le 15/06/2017 à 13:34 :
Ou alors les taxer fortement pour rendre les prix prohibitifs
a écrit le 15/06/2017 à 7:18 :
Explosion du nombre d'accidents plutôt qu'explosion des accidents..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :