Corruption : Airbus dans les turbulences, Enders prévoit un risque de pénalités importantes

 |   |  471  mots
Le président exécutif du groupe visé par plusieurs enquêtes pour corruption écrit à ses salariés
Le président exécutif du groupe visé par plusieurs enquêtes pour corruption écrit à ses salariés (Crédits : Reuters)
Face à la multiplication des enquêtes pour présomption de violation des lois anticorruption visant le groupe, son président a adressé vendredi un courrier à l’ensemble des salariés.

 "Nous faisons l'objet d'enquêtes pour présomption de violation des lois anticorruption" a reconnu le président exécutif d'Airbus dans un courrier adressé aux salariés du groupe et révélé par l'AFP. Il y rappelle que

"Cette situation est due à notre décision, prise l'an dernier, de déclarer aux autorités et agences gouvernementales des inexactitudes que nous avions nous-mêmes découvertes" et que cette décision, prise avec "l'appui total" du conseil d'administration", était la seule "ligne de conduite" possible pour le groupe car "conforme" aux "valeurs", aux "standards d'éthique" et aux "règles de conformité" de l'entreprise, était la bonne.

Mais il alerte aussi ses salariés sur "un risque d'importantes pénalités pour l'entreprise".

Multiples enquêtes ouvertes en Europe

Cette initiative de Thomas Enders intervient alors qu'Airbus est visé par une série d'enquêtes en Europe dans des affaires de corruption.

En Autriche, le président exécutif lui-même figure parmi les personnes visées par une enquête sur un contrat controversé de vente de 18 avions de combat Eurofighter pour 2 milliards d'euros en 2003, alors qu'il dirigeait la branche défense du groupe EADS (AirbusGroup depuis janvier 2014).

En Allemagne, l'hebdomadaire Der Spiegel révèle que les enquêteurs bavarois auraient découvert les manœuvres "d'un département parisien" d'Airbus pour créer "des sociétés écrans" autour de son ancienne filiale de maintenance aéronautique, permettant de verser des pots de vin aux décideurs autrichiens.

Le parquet général de Munich a annoncé vendredi que l'enquête (également ouverte par l'Allemagne) serait bientôt bouclée mais que "peu de preuves" d'une corruption étaient réunies pour le moment.

En France, ce sont des soupçons de corruption dans les activités d'aviation civile au Royaume-Uni qui font l'objet d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier (PNF).

Le Serious Fraud Office (SFO), l'organe britannique chargé de la lutte contre la corruption, avait ouvert en août 2016 une enquête pour soupçons de fraude, de pots-de-vin et de corruption »  portant sur des irrégularités concernant des consultants tiers.

Appel à soutenir la direction

"Nous serons probablement confrontés à une exposition médiatique fréquente, factuelle ou pas, à des fuites et de fausses allégations répandues par des personnes ayant un intérêt à discréditer la direction d'Airbus", prévient M. Enders dans son courrier aux salariés.

Il leur demande de se préparer "à vivre une période turbulente et déroutante", et leur lance un appel à soutenir la direction et le conseil d'administration.

"N'écoutez pas les discours simplistes ou nationalistes, n'alimentez pas les rumeurs", a-t-il conclu, avant d'affirmer qu'avec l'unité et le travail d'équipe, Airbus sortira "renforcé et plus compétitif".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2017 à 10:40 :
En France, le cynisme des "dirigeants" de grosses entreprises est sans limites.
On s'etonne de la perte de confiance apres cela, affligeant, le mot est faible.
a écrit le 07/10/2017 à 20:27 :
La suite on la connais...le gendarme du monde (qui ne se fait jamais juger) va juger et amasser les Milliards de benefs
Réponse de le 12/10/2017 à 9:58 :
C est exactement ce qui c est passée avec alstom énergie mais chut .........
a écrit le 07/10/2017 à 15:53 :
En gros, il avertit les salaries que les temps vont etre durs pour pallier l incurie des dirigeants 😁😁😁😅😄😆
a écrit le 07/10/2017 à 15:40 :
LES FAITS
La direction et le conseil d'administration déterminent la stratégie d’entreprise, pas les salariés.
Ce management reconnaît publiquement des inexactitudes.
Ces inexactitudes concernent des enquêtes pour violation de lois anti-corruption, ce qui souligne la gravité des choix de gestion d’entreprise pris.
Les salariés ne sont pas responsables de ces inexactitudes. Ils n’interviennent jamais dans la gestion ni dans le contrôle de l’entreprise.
Cet encadrement alerte sur un risque de pénalités importantes c’est à dire un risque de trésorerie important.
La direction et le conseil d'administration osent demander le soutien de leurs salariés.

CONSEQUENCES
Pour rester compétitifs, Airbus anticipe un gigantesque plan social afin d’absorber ce trou prévisible de trésorerie.
Les salariés vont être massivement licenciés afin d’absorber la trésorerie grevée par des pénalités importantes.
Comme d’habitude, les salariés servent de valeur d’ajustement pour expier les fautes du management : l’article parle clairement de corruption, c’est à dire d’acte volontaire et délibéré.
Les salariés vont être jetés comme des kleenex pour payer la violation de lois anti-corruption
Et en plus, avant cette charrette de licenciements, la direction et le conseil d'administration osent demander le soutien des salariés qu’ils vont abandonner.

Quelle honte, quelle indécence. Quand va-t-on mettre en prison les patrons voyous, et dieu sait qu’ils sont nombreux ! Cet article le prouve !Pendant ce temps les salariés avec leur famille vont se trouver sans rien. Quelle honte.
Réponse de le 07/10/2017 à 16:32 :
Des licenciements ?
Airbus doit produire ses avions a forte cadence ... Sinon pénalité de retard de livraison !!!

Nostradamus , si Airbus licencie comment produira t il ses avions ?

Essayer le marc de café pour réfléchir si vous le pouvez .
Réponse de le 08/10/2017 à 1:36 :
en réponse à "Madame Soleil"
La Direction écrit clairement «avec l'unité et le travail d'équipe, Airbus sortira "renforcé et plus compétitif". c’est à dire que les efforts suivants seront demandés : réduction de salaires, augmentation des cadences, recours aux intérimaires, et grand plan social : charrettes de licenciement de grande envergure.
Pour rester compétitif, les salariés innocents devront payer pour des violations de loi anti-corruption faites par des responsables de l’entreprise.
"Madame Soleil" refuse d’anticiper ce qui est inéluctable et de comprendre que la direction prépare le terrain des mauvaises nouvelles. c’est sacrément flagrant et tellement indécent
Tous les groupes qui ont eu à payer des pénalités et amendes ont licencié abondamment pour compenser les pertes et satisfaire leurs actionnaires : par exemple les banques françaises sanctionnées par les USA
Au mieux, Airbus délocalisera, et fera un gigantesque plan social. Au pire il sera racheté par un groupe étranger, qui licenciera les doublons, comme Alstom (énergie) a été croquée par les USA , Alstom (tgv) mangée par Siemens, et les chantiers navals STX repris par les italiens Fincantieri
En tant que responsables et par exemplarité, la direction et le conseil d'administration devraient au contraire assumer les conséquences financières (pénalités) infligées à la société, et occasionnés par les collaborateurs fautifs, puisqu’ils sont largement payés (variable, primes, bonus, stock options; intéressement) pour endosser les responsabilités de la gestion de la société. Un acte fort devrait être une diminution drastique du salaire de la Direction et du conseil d'administration, et/ou des démissions immédiates et nombreuses en attendant un passage par la case prison
a écrit le 07/10/2017 à 13:00 :
ASSELINEAU avait encore raison ..


Trains à grande vitesse ICE (à gauche) et TGV (à droite). Suite à la fusion de Siemens et Alstom Transports, pour donner un groupe dont le pouvoir réel sera détenu par Siemens, le TGV va devenir une marque allemande. Via cette énième vente d’un fleuron français, voilà encore à l’œuvre une trahison des intérêts français élémentaires de la part de ceux qui nous gouvernent. Voir l’entretien d’actualité à ce sujet.

Nous vous conseillons aussi de voir aussi l’excellent documentaire “la guerre fantôme” diffusé sur LCP, narrant la mise à mort de l’industrie française par les États-Unis via la vente d’Alstom Energie à General Electric. Les États-Unis utilisent en effet leur arsenal judiciaire et l’extra territorialité pour attaquer nos entreprises et en prendre contrôle. La perte d’Alstom rend maintenant la France dépendante en termes énergétique et militaire. D’autres entreprises françaises comme Airbus ou Areva sont déjà dans le viseur.

L’UPR, quand elle sera au pouvoir, renationalisera Alstom pour préserver notre savoir industriel.
https://www.upr.fr/actualite/france/revue-de-presse-de-semaine-selection-25-septembre-1er-octobre
Réponse de le 07/10/2017 à 20:32 :
Je ne suis pas d'accord avec vous dans la mesure où aujourd'hui il faut être soudé surtout entre pays européen contre les mastodontes que sont la Chine usa Inde etc... Nous somme 80000000 contre 1 milliards ! Vous oubliez ?! 1 milliards de potentiels ouvrier ingénieurs etc...sans compter les chasseur de têtes chinois qui font leurs marché
Réponse de le 07/10/2017 à 20:36 :
Je ne suis pas d'accord avec vous dans la mesure où aujourd'hui il faut être soudé surtout entre pays européen contre les mastodontes que sont la Chine usa Inde etc... Nous somme 80000000 contre 1 milliards ! Vous oubliez ?! 1 milliards de potentiels ouvrier ingénieurs etc...sans compter les chasseur de têtes chinois qui font leurs marché
Réponse de le 08/10/2017 à 10:21 :
Une grande cohérence quand on sait que l' UE appartient aux usa et dévore désormais ses propres enfants - au sens d' intérêts- pour confirmer son protectorat et sa sujétion à l' américain ....

"François Asselineau : « Qui gouverne vraiment la France et l’Europe ? »"

https://www.upr.fr/conferences/qui-gouverne-la-france
Réponse de le 08/10/2017 à 11:02 :
@Fabian75 L' Ue est la some d' intérêts géopolitiques, économiques, culturels divergents SOUS TUTELLE US, comme il n' y a pas et ni qu' il aura jamais de peuple européen, l' Ue est condamnée à l' échec au seul bénéfice des transferts de richesses vers le pays à qui profite l' euro fort cad l' Allemagne et son hinterland de l' est à trois sous et ses travailleurs pauvres.
a écrit le 07/10/2017 à 12:29 :
Quoi de plus naturel que d'avoir à supporter des turbulences pour un avionneur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :