Europe de la défense : la très belle trahison de la Suède qui s'offre le Patriot

 |   |  885  mots
Après un voyage à Washington en mai, le ministre de la Défense suédois Peter Hultqvist a complètement cédé à la pression de Washington qui lui a finalement vendu des Patriot
Après un voyage à Washington en mai, le ministre de la Défense suédois Peter Hultqvist a complètement cédé à la pression de Washington qui lui a finalement vendu des Patriot (Crédits : Raytheon)
Stockholm hésitait entre l'Europe et les Etats-Unis pour l'achat de son système de défense antiaérienne. La Suède a choisi le Patriot plutôt que le SAMP/T proposé par l'Italie et la France.

Entre l'Europe et les Etats-Unis, la Suède a choisi... Washington et le missile Patriot malgré une offre européenne (France et Italie) de très bonne qualité avec le système SAMP/T armé des missiles Aster et surtout moins chère de 30% à 40%. Triste Europe de la défense. C'est le ministre de la Défense suédois qui est à l'origine de cette décision incroyable contre l'avis même des opérationnels, notamment la DGA suédoise (Swedish Defence Materiel Administration). Au centre d'un énorme scandale, Peter Hultqvist est pourtant resté en place alors que les identités d'agents des services de renseignement suédois ont été révélées de façon accidentelle.

La Suède pourtant membre de la LOI européenne

En tout cas, le choix de Stockholm a été un test pour savoir si l'Europe de la défense était une réalité ou si elle ne restait qu'un joli concept. Le choix américain de Stockholm est clair d'autant plus qu'il installe définitivement le Patriot dans tous les pays nordiques. Le choix du Patriot est donc un choix politique plutôt qu'un choix opérationnel et économique de la part de la Suède. Fruit d'un accord entre le gouvernement social-démocrate/Verts et deux partis d'opposition (conservateurs et Centre) en août, il s'inscrit directement dans le cadre de l'accord signé entre Stockholm et Washington en 2016 en vue d'une coopération militaire resserrée entre les deux pays, a expliqué le ministère de la Défense suédois.

La lettre d'intention (Letter of Intent - LoI), signée le 6 juillet 1998 par les ministres de la défense des six pays principaux producteurs d'armement en Europe (Allemagne, France, Espagne, Italie, Royaume-Uni, Suède), est pourtant destiné à favoriser la mise en place d'un environnement favorable à une industrie de défense intégrée. En outre, le régime a légèrement évolué dans le sens d'une harmonisation des droits de propriété intellectuelle dans les six pays.

Le SAMP/T était favori au début de la compétition

La Suède a donc sélectionné le système de défense antimissiles Patriot de l'américain Raytheon, au détriment de son concurrent franco-italien SAMP/T (MBDA et Thales), qui pourtant était favori au début de la compétition. Mais après un voyage à Washington en mai, Peter Hultqvist a complètement cédé à la pression américaine. Le ministère suédois de la Défense n'a pas fourni de détails sur ce contrat évalué par l'agence chargée de l'acquisition des matériels militaires à 10 milliards de couronnes (1 milliard d'euros).

La décision d'acheter une système de défense antiaérien est conforme au cap stratégique fixé en 2015 par la Suède et qui prévoit, eu égard à la "dégradation de la sécurité" régionale, de renforcer la capacité opérationnelle de ses forces armées après des années d'austérité, souligne le ministère dans un communiqué.

La Suède veut recevoir ses batteries à partir de 2020

Cette annonce survient quelques heures après une rencontre entre les ministres nordiques de la Défense et le chef du Pentagone, James Mattis, en Finlande, pays dont la frontière orientale est la plus longue que partage l'Union européenne avec la Russie. Sur le plan purement tactique, le Patriot "est un système qui a fait ses preuves, assorti de bonnes garanties de livraison et de la capacité à contrer les missiles balistiques", justifie le gouvernement suédois. Ce qui est également le cas du SAMP/T, déjà adopté par onze forces armées dans le monde. Ce système équipé de missiles Aster 30 B1, peut traiter aussi bien des cibles conventionnelles que des cibles balistiques. Il peut suivre des centaines de trajectoires et engager 10 cibles simultanément.

La Suède souhaite recevoir les batteries sol-air à partir de 2020 et au plus tard en 2025. Le Patriot remplace un autre système américain employé par la Suède, Hawk, qui affiche une portée de 40 km contre 70 km pour le Patriot.

La France avait pourtant joué le jeu

La France avait notamment répondu présente du 11 au 29 septembre à l'exercice Aurora 17 sur le territoire suédois. Un exercice auquel de nombreux pays (Danemark, Estonie, Finlande, Lituanie, Norvège, États-Unis et France) ont participé cette année, dans l'objectif d'améliorer l'interopérabilité interalliée. Cet événement a représenté une opportunité pour l'armée de l'Air de faire la démonstration de sa capacité de projection et de renforcer son interopérabilité, notamment en matière de défense sol-air, avec ses alliés.

Pour cet exercice, la France a mobilisé l'escadron de défense sol-air (EDSA) de la base aérienne 125 d'Istres afin de démontrer sa capacité à répondre à des attaques balistiques ou à des intrusions d'aéronefs ennemis dans son espace aérien. L'armée de l'Air a acheminé jusqu'en Suède grâce à 50 camions le matériel de l'EDSA, comprenant deux sections Mamba et deux Crotale NG. En vain... Les Suédois ont préféré joué dans la cour des Etats-Unis. Pourtant Saab et Stockholm sont bien contents de pouvoir faire la promotion du Gripen avec le missile air-air Meteor... de MBDA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2017 à 16:17 :
Mais non, le materiel n'a rien nà voir la dedans...les ricains ont laché leur enveloppe à qui de droit pour emporter le marché, c'est tout. D'un autre coté, les suédois auront du matos maintenant obsolète et volent sur des Grippen dépassés depuis longtemps...question efficacité militaire c'est plutot nul.....
a écrit le 11/11/2017 à 18:40 :
De toutes façons, la Suède ne fait pas partie de la Zone Euro... elle n'est européenne que depuis 1995.
Comme la Grande Bretagne elle profite de tous es avantage de la zone euro sans en avoir les inconvénients...
Avec un peu de chance, ils vont payer avec nos impôts...
a écrit le 10/11/2017 à 10:10 :
Trahison de la Suède, trahison de la Pologne, etc. L'Europe de la défense stratégique n'a jamais fonctionné à cause des difficultés de coordination et de communication entre ses peuples. L'Europe de la défense industrielle a du mal à établir un système d'armes intégré. A l'heure de l'internet des objets civils, il est incompréhensible qu'il n'existe pas encore un internet militaire des armes européennes, interfacé à la demande avec celui des alliés du moment. Les USA demande aujourd'hui aux européens de prendre en charge leur propre défense de manière satisfaisante du point de vue de l'OTAN.
Réponse de le 10/11/2017 à 19:15 :
Quelle foutaise cette Europe où chacun fait ce qu'il veut notamment au niveau de la défense !
Les USA et compagnie doivent être mort de rire face à toute cette farce !
Allez bon, continuons de blatérer, il en restera bien quelque chose .
a écrit le 09/11/2017 à 19:25 :
Cela ressemble au jeu de go, le but est de contrôler le plan de jeu en y construisant des " territoires " et encercler l'adversaire...C'est ce que fait aujourd'hui les USA. Ils avancent leurs pions inexorablement sur l'échiquier politique et l'Europe ne peut que constater son impuissance politique parce que trop divisée...
Les USA utilisent tous les moyens dont la cia ,et tous les coups sont permis pour faire tomber l'adversaire.
a écrit le 09/11/2017 à 14:17 :
Bonjour,
Excellent choix de la Suède, pour les Russes et les Chinois: plus faciles à contourner ou à leurrer que les SAMP Franco-Italien.

Cdt.
a écrit le 09/11/2017 à 12:47 :
Rien d'étonnant de la part de ce pays de Cucks en puissance.
a écrit le 09/11/2017 à 9:43 :
Si on ne peut mème plus trahir et magouiller dans cette Europe sans se faire remonter les bretelles , c'est la porte ouverte a la monotonie et a l'ennui !
Sérieusement qui a cru une seconde que cette construction hétéroclite pouvait fonctionner loyalement !
a écrit le 09/11/2017 à 9:25 :
Vous n'avez rien compris : c'est LE MODELE SUEDOIS, encensé EN TOUS DOMAINES, et chaque jour, par les politiques français. Alors on " la ferme " : c'est LE !!!MODELE !!!! SUEDOIS. L'on veut tant changer le Latino Français, en germano-nordique. Faire d'un chien un chat, ou inversement.
Réponse de le 09/11/2017 à 15:52 :
Bien vu!
C'est comme le modèle allemand anti-nucléaire, qui marche au charbon.
Réponse de le 09/11/2017 à 18:29 :
Depuis que l'ALLEMAGNE, Modèle !!!! a divisé par 3 sa product nucléaire, elle a triplé sa product d'électr ( 42% ) AU CHARBON PROPRE TRANSPARENT.
a écrit le 09/11/2017 à 7:45 :
Voilà encore un argument à porter au défenseur absolu du FREXIT représenté par l' UPR et Francois ASSELINEAU qui avait encore sur ce sujet une vision largement anticipatrice ..

L' Ue confirme donc encore une fois ses choix anti européens effilochant ses intérêts industriels jour après jour. Aucune cohésion d' ensemble pro européenne dans ces hommes portés au pouvoir dans l' arbitraire des commissaires non élus, induisant des gouvernements paupérisés car GOPEodépendants plutôt qu' installés là pour assurer la pérennité et la défense de ses industries.

Bien au contraire, force est d' observer chaque jour la retenue de choix qui portent quotidiennement à la désindustrialisation et à la dépendance des composantes européennes entretenues dans la division par ces mêmes commissaires non élus entretenant la division de ces mêmes nations et sur tous les sujets, perpétuant ainsi et par volonté la dépendance avérée en ..arrimant l' Ue aux usa.

L' exemple du dépeçage de la filère nucléaire d' Alstom par Macron alors qu' il n' était que ministre, filière littéralement exécutée au seul profit de l' américain GE était un précurseur de la situation à venir et que nous observons dès à présent jour après jour et m' amène à rappeler que l' Ue dévorant ses intérêts, dévore ses propres enfants et participe de par ces décisions de son explosion à venir.

Le dessous des cartes, au sens littéral donc ..

http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/01/05/31007-20150105ARTFIG00339-vente-d-alstom-les-dessous-des-cartes-par-jean-michel-quatrepoint.php

https://www.upr.fr/conferences/qui-gouverne-la-france
a écrit le 09/11/2017 à 5:32 :
La Suede se mefie de l'ours Russe.
On peut la comprendre apres l'episode passe d'un certain territoire.....
Compter sur l'aise de l'Europe en cas de conflit avec Poutine.
A part discuter que proposent les Chancelleries ? Rien.
Ils achetent US.
a écrit le 09/11/2017 à 1:48 :
Probablement les pots de vin - dessous de table, ou autre - n'étaient pas à la hauteur !!
a écrit le 09/11/2017 à 1:42 :
Belle union europeenne.
Une erreur, a n'en point douter.
Réponse de le 09/11/2017 à 9:13 :
Non, l'erreur est ailleurs : celle d'avoir imprudemment admis trop d'Etats disparates économiquement et peu intéressés par la solidarité européenne. Fondamentalement, l'élargissement de l'UE a été "forcée" par UK. Ainsi, la Commission avait proposée un élargissement de 6 Etats en 2004, et UK a obtenu...12 Etats !! Avec les problèmes que cela pose maintenant. Donc, il faut au contraire renforcer le centre de l'UE et avoir une Europe a 2 vitesses en "laissant (un peu) de côté" les Etats qui ne veulent pas suivre i.e. Non intéressés par la solidarité européenne. La Brexit est une chance pour l'UE, enfin "débarrassée" du saboteur continuel !! Demandez en "off" a ceux qui connaissent l'UE !!!
Réponse de le 09/11/2017 à 14:27 :
Tout à fait. Désolé de ne point être d'accord avec vous Maduf. Déjà 6 était un problème.

Je dirais même, que chaque pays est déjà un problème.
Sur 20 personnes, 5 suivent et écoutent, 10 essayent de suivre, 5 s'en moquent totalement.
C'est vrai en maternelle, en primaire, au Lyçée, en Université, à l'assemblée Nationale, au Sénat, sur les routes, etc.
Quelque soit le mode de sélection choisis, le % de personnes qui suivent et cherchent à comprendre non égoistement, sans s'arranger avec le contexte, est le même.
Cdt
a écrit le 08/11/2017 à 21:04 :
VOus n'êtes pas au bout de vos surprises :

Germany Says the F-35 is the "Preferred Choice" to Replace its Tornados!

Et dans le même temps on fricote (de maille) avec l'outre-rhin pour un avion de combat de 6ème génération, actant par là même qu'on a raté la 5ème comme du temps de jean claude tabouret et laBerlusconi.

Bon, ça peut être un moyen de refaire le retard en desossant/analysant la dinde de pierre proie.
En attendant c'est du pognon qui va chez locked it, ou loki or not lucky, lockheed qui fournit les missiles patriot d'ailleurs. Ubiquitaire ce loki...
Peut être, je dis bien peut être... qu'ils ont des bons produits et qu'en face on aimerait bien que les ventes soient effectivement politiques, au nom de l'europe ! subventionner le rattrappage... permanent, qui coula l'ex URSS soit dit en passant...
Réponse de le 09/11/2017 à 9:08 :
Ça leur évite d’investir plus dans leur armée et ils ne demandent même pas à la France qui a un avion évolutif qui est combat proven, alors que le F35 n’est même pas au point.
Et en plus ils demandent à être leader sur le projet futur d’avion européen alors qu’ils n’ont rien conçu depuis le Messerschmidt.
On est capable de dire oui en plus
Réponse de le 10/11/2017 à 17:32 :
@mjj - on n'est pas capable de dire oui...on va dire oui !
a écrit le 08/11/2017 à 20:12 :
30 a 40% moins chere.... Il me semble important de voir le dessous de table, soit de la corruption ou s'est le prix à payer pour avoir la protection de l'oncle Sam...
Mais bon , nous n'avons toujours pas l'ombre d'une defense commune au niveau europenne... Mais tous vas bien.
a écrit le 08/11/2017 à 20:04 :
Ci-dessus :

Le choix du Patriot est donc un choix politique plutôt qu'un choix opérationnel et économique de la part de la Suède. Fruit d'un accord entre le gouvernement social-démocrate/Verts et deux partis d'opposition (conservateurs et Centre) en août, il s'inscrit directement dans le cadre de l'accord signé entre Stockholm et Washington en 2016 en vue d'une coopération militaire resserrée entre les deux pays, a expliqué le ministère de la Défense suédois.

Peut-être les Suédois prennent-ils au sérieux le risque d'un conflit avec la Russie et ont-ils donc cherché un allié sérieux , un qui s'engage militairement à leurs cotés ,
et non seulement diplomatiquement , et que les Etats-Unis leur ont paru plus crédibles de ce point de vue que la France ou l'Otan .
a écrit le 08/11/2017 à 19:50 :
Rien de surprenant. Bien que la Suède, avec l’Irlande, soit un pays officiellement « neutre » sur le plan militaire, elle fait partie des « NAC countries «  et vote chaque année toutes les résolutions de l’ONU sur le Traité de Non Prolifération, contre le maintien du statut de la France et de la Grande Bretagne en Europe, en tant qu’États possesseurs de l'arme de dissuasion nucléaire. Sans être, donc, membre de l’OTAN, Stockholm a toujours privilégié sa relation stratégique avec Washignton et a un approche de l’UE très proche de cette de la Grande-Bretagne; elle est contre le projet d’une défense européenne, contre une intégration plus politique de l’Eurooe et ne fai à cet égard pas partie de la zone euro. Le marché unique et son élargissement était jusqu’il y a 5/6 ans son principal intérêt dans sa participation à l’UE. Elle était aussi, avec le RU et le Danemark , il y a encore quelque temps, l’un des rares États membres très officiellement en faveur de l’entrée de la Turquie dans l’UE.....Sur l’Europe de la défense, il ne s’agit pas plus d’un « rêve idéaliste » que ne l’était en 1950 le rêve de l création de la CEE devenue l’UE. Il s’agit d’une question de volonté politique et de perception commune des menaces géostratégiques. Il est certain que la Suède, dont l’analyse militaire stratégique est très éloignée de la conception française et de beaucoup de pays de ll’Otan, ne fera pas partie du groupe de pays qui construiront cette Europe de la décence. C’est le choix de la Suède de se placer de facto en seconde ligne parmi les États membres de ll’UE. Dont acte. Mais la France est désormais à la tête, avec d’autres, des pays qui veulent au contraire rapidement accélérer des intégrations européennes indispensables.
a écrit le 08/11/2017 à 19:48 :
Rien de surprenant. Bien que la Suède, avec l’Irlande, soit un pays officiellement « neutre » sur le plan militaire, elle fait partie des « NAC countries «  et vote chaque année toutes les résolutions de l’ONU sur le Traité de Non Prolifération, contre le maintien du statut de la France et de la Grande Bretagne en Europe, en tant qu’États possesseurs de l'arme de dissuasion nucléaire. Sans être, donc, membre de l’OTAN, Stockholm a toujours privilégié sa relation stratégique avec Washignton et a un approche de l’UE très proche de cette de la Grande-Bretagne; elle est contre le projet d’une défense européenne, contre une intégration plus politique de l’Eurooe et ne fai à cet égard pas partie de la zone euro. Le marché unique et son élargissement était jusqu’il y a 5/6 ans son principal intérêt dans sa participation à l’UE. Elle était aussi, avec le RU et le Danemark , il y a encore quelque temps, l’un des rares États membres très officiellement en faveur de l’entrée de la Turquie dans l’UE.....Sur l’Europe de la défense, il ne s’agit pas plus d’un « rêve idéaliste » que ne l’était en 1950 le rêve de l création de la CEE devenue l’UE. Il s’agit d’une question de volonté politique et de perception commune des menaces géostratégiques. Il est certain que la Suède, dont l’analyse militaire stratégique est très éloignée de la conception française et de beaucoup de pays de ll’Otan, ne fera pas partie du groupe de pays qui construiront cette Europe de la décence. C’est le choix de la Suède de se placer de facto en seconde ligne parmi les États membres de ll’UE. Dont acte. Mais la France est désormais à la tête, avec d’autres, des pays qui veulent au contraire rapidement accélérer des intégrations européennes indispensables.
a écrit le 08/11/2017 à 19:05 :
Peut être qu'en dehors des choix égoïstes de chaque pays, la création d'un budget de la défense commun à l'UE pourrait aider à fédérer.
Chaque pays reste souverain et il serait illusoire d’espérer que les élus de tous les pays aient des opinions politiques similaires, au même moment, le panel est trop varié. surtout si en plus on commence à voir des extrêmes à la tête de quelques États.
Pareil pour les réseaux d'influences et autres menaces, aucun pays isolé ne pourra y résister, alors autant s’entêter à réussir l'Union Européenne.
a écrit le 08/11/2017 à 18:43 :
l'Europe de la défense et même l'Europe tout court sont un mythe d'idéaliste , nous pouvons le constater chaque jour un peu plus ; si la suède est menacée elle pourra certainement compter un peu plus sur les américains que sur la France , vu le taux de disponibilité de nos matèriels
a écrit le 08/11/2017 à 16:57 :
Un peu à coté du coeur du sujet : je propose JEAN VINCENT PLACE Ministre des Armées. La situation est intenable pour Florence Parly, paralysée complètement par Macron et Bercy. Lui PLACé, ce qui importe est d'etre Ministre et rien d'autre.
a écrit le 08/11/2017 à 16:38 :
Alors que tous les pays eur achètent U.S en armement, il y aurait incohérence pour ceux qui achèterait Autre.
a écrit le 08/11/2017 à 16:26 :
La Suède , comme d'autres pays de l'Europe ne joue pas le jeu européen.
Ce pays n'est pas le modèle tant vanté, il se comporte comme la Pologne et d'autres.
A quand l'exclusion des ces pays de l'a construction européenne, et quand il n'en restera plus rien de l'Europe, il,suffira que chaque région demande son autonomie, el ,les grands pays USA, Chine, Russie, Turquie, Iran...ne feront qu'une bouche pour asservir les restes de l'Europe à leur bon vouloir.
Ceux qui croient qu'il suffit d'organiser un vote démocratique au nom disent-ils de cette même démocratie pour créer des des petites entités indépendantes se trompent lourdement sur le mot démocratie.
Ce type de choix militaire y participe grandement.
a écrit le 08/11/2017 à 16:25 :
J.Y Le Drian a très bien expliqué l'an dernier pourquoi l europe de la défense, c'est pour dans 150 ans ou plus de 150 ans. Il faut comprendre cette quasi unanimité des Eur à acheter, à chaque coup Tout U.S. EN EFFET : Qui défendra l europe y compris la france dont les armées sont en ruine ? et LE PLUS GRAVE ( fin de l'article ) Les Armées FR, privées de budget par BERCY et L ELYSEE, ont beaucoup gaspillé de budget pour essayer de convaincre les Suèdois. C EST HORS D EUROPE SEULEMENT QUE CELA EN VAUT LE COUT ET LA PEINE.
a écrit le 08/11/2017 à 15:31 :
Il suffit de se venger: les Traités européens imposent à la Suède d'adhérer au MCE II en vue de son intégration à l'euro. Les 27 font les autruches, il suffit de saisir la CJUE de cet" oubli" et le problème sera résolu, cela leur coutera politiquement beaucoup plus que des patriots :)
a écrit le 08/11/2017 à 15:04 :
On devrait finir par se fâcher, quand même !!! La Pologne, avec les helicos, le Benelux avec le F35, et maintenant la Suède !!! Il faut vraiment une Europe a 2 vitesses, en privilégiant nos relations avec l'Allemagne, et laisser tomber tous ces petits Etats qui ne jouent pas le jeu...
Réponse de le 10/11/2017 à 14:12 :
L'armement doit être acheté auprès de partenaires fiables et éprouvés dans la bataille et non pour conserver des emplois.
a écrit le 08/11/2017 à 14:28 :
La suede ce beau pays où il y a encore la couronne et ou on a qu'un pieds en Europe...comprenez comme dans un certain autre pays qui depuis l'a retiré...
a écrit le 08/11/2017 à 14:08 :
Pour info ,la Suede est un pays neutre et ne fait pas partie de l´OTAN ;-)
Réponse de le 08/11/2017 à 17:03 :
Je viens de vérifier et effectivement la Suede ne fait pas partie de l'OTAN.
Cela dit on sait très bien contre quel adversaire potentiel la Suède achète des armes et à qui elle les achète, contre quel adversaire est tourné l'OTAN et on sait que la Suède fait des exercices militaires avec l'OTAN.
C'est donc un pays satellite de l'OTAN qui prend soin de ne pas trop fâcher les russes. Je me trompe?
a écrit le 08/11/2017 à 12:41 :
Ah, quelle est belle notre Europe promise depuis..................
a écrit le 08/11/2017 à 11:45 :
Les Européens sont schizo. Ils font l'Europe mais c'est une Europe de la compète et du dumping de l'intérieur. Elle était censée nous rendre plus forts tous ensemble, nous voilà plus faibles en jouant les uns contre les autres. Tout bénéf pour les USA, la Russie et la Chine qui picorent le cadavre.
a écrit le 08/11/2017 à 11:27 :
Attention, faute d'orthographe dans le dernier paragraphe:

"Les Suédois ont préféré joué[R] dans la cour des Etats-Unis"
a écrit le 08/11/2017 à 11:04 :
Petit oublie dans cet article .La remontée de Trump contre l'Europe au sujet du budget de l'Otan .En effet les américains paient 70 %¨des depenses de l'Otan pourtant sensé defendre l'Europe et l'Europe n'est plus la pauvre Europe de la sortie de la guerre .C'est du donnant donnant !Les americains ne diront rien si les européens achètent des armes américaines ,sinon il faudra que les européens mettent beaucoup plus la main à la poche on verra ce que ferront les autres pays de l'Otan mais il y a fort à parier qu'ils suivent l'exemple suédois .Trump a tapé du poing contre l'Allemagne à cause des excedents commerciaux allemands envers les USA !Attendons de voir les décisions que les allemands prendront ..........
Réponse de le 08/11/2017 à 12:40 :
Vous croyez vraiment que les USA financent l'OTAN pour nous rendre service?
Réponse de le 08/11/2017 à 14:38 :
+1. Les USA mettent la pression sur les pays de l'OTAN pour qu'ils achètent de l'équipement américain. Donc acheter des Patriot, c'est la participation de la Suède. La Belgique qui a lancé un appel d'offres pour des avions de combat fera de même. Au passage, Saab a dû proposer son Gripen qui n' aucune chance d'être retenu.
Bref, c'est assez démoralisant de voir que nous, Européens, avons tous les équipements et moyens militaires pour faire une Europe de la défense, mais qu'il n'y a aucune volonté politique. La France non plus ne promeut pas très bien le sujet. Regardons les chantiers navals STX qui sont fondamentaux pour la marine nationale : nous avons accepté qu'ils soient vendus à des coréens, mais tergiversé pour les céder aux Italiens. Autre exemple: le gouvernement accepté de vendre Alstom (et notamment ses fameuses turbines à vapeur Arabelle à General Electric) : résultat dépenses vis-à-vis des américains pour les sous-marins nucléaires et le porte avion nucléaire Général-de-Gaulle. Et là en plus, du point de vue énergétique, nous sommes dépendants des américains pour toutes les centrales nucléaires faites par les Français (en France ou à l'étranger). Bref, nos gouvernements européens ne sont pas à la hauteur.....
a écrit le 08/11/2017 à 10:38 :
Comme aurait dit le "Petit père des Peuples" : l'Europe; combien de divisions?
a écrit le 08/11/2017 à 9:09 :
COMME SI LA SUEDE AVAIT BESOIN DE CE TYPE DE MISSILE.
L'EUROPE N EXISTE QU EN REVE ET NON EN REALITE
a écrit le 08/11/2017 à 9:03 :
Tant que l’Europe se limite à un marché commun avec un budget principalement destiné à subventionner les agriculteurs, rien ne changera
Il faut un budget commun défense, avec réorganisation des industries nationales en qq grands grouper européens
Réponse de le 08/11/2017 à 16:48 :
Vous avez raison : l'EUROPE a seulement pour objectif de subventionner des agriculteurs qui polluent, tout en maintenant des barrières douanières empêchant d'acheter des produits agricoles moins chers en ARGENTINE, UKRAINE etc.
a écrit le 08/11/2017 à 8:55 :
Une facon pour la suede de payer sa contribution au budget de l'Otan. A quand la force 100% europenne autonome...
a écrit le 08/11/2017 à 8:49 :
"Triste Europe de la défense."

Une Europe de la défense ?

Une Europe ?

Vous y allez fort vous aussi hein quand même...
a écrit le 08/11/2017 à 8:46 :
la dépense de Défense de la Suède est passée de 1,6% PIB en 2003 à 1% en 2016 (SIPRI). facilite l'équilibre budgétaire...
pourquoi la France va soutenir ce pays louche dans ses exercices militaires ?
on est entourés de boulets.
a écrit le 08/11/2017 à 8:36 :
Passer par les USA c'est, ne pas subir de reproche de la part de l'OTAN ainsi qu'un silence "gêné" et complice de l'UE!
a écrit le 08/11/2017 à 8:35 :
Passer par les USA c'est, ne pas subir de reproche de la part de l'OTAN ainsi qu'un le silence "gêné" et complice de l'UE!
a écrit le 08/11/2017 à 8:26 :
L'industrie de l'armement américaine , c'est le paradis fiscal des USA, les usa remportent tous les contrats, il n' y a même pas besoin de faire un appel d'offre. Que certains pays arrêtent de se comporter en vassal des USA, ils n'obtiennent rien en retour .
Réponse de le 08/11/2017 à 11:08 :
Je pense que vous avez tort !Il faut pas oublier que toutes les armes nucléaires de l’Otan sont américaines et que c’est ce parapluie nucléaire qui garanti la paix en Europe depuis 70 ans !Sans elles ,elle fait quoi l’Europe ….
Réponse de le 08/11/2017 à 12:28 :
La France possède également des bombes H dévastatrices. L'Otan ne sert à rien à part à entretenir le complexe militaro-industriel américain.
Réponse de le 08/11/2017 à 12:30 :
Ah parce que les francais et les anglais n'ont pas d'armes nucléaires stratégiques???
a écrit le 08/11/2017 à 8:11 :
Une nouvelle preuve de "la montée en puissanceé de la défense européenne" La seule politique européenne c'est celle de l'OTAN menée par les USA mais on va encore nous dire que la solution est dans plus d'Europe!!!
a écrit le 08/11/2017 à 7:35 :
L'Europe a été construite par et pour les banques....l'idée initiale d'une Europe unie au plan politique et au plan économique est une vaste blague....cette affaire n'en est qu'une illustration de plus.....comme les paradis papers...😁

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :