Garantie industrielle, choix des moteurs : les exigences d'Emirates pour commander plus d'Aibus A380

 |   |  628  mots
Ce lundi, dans une interview accordée à l'agence Reuters, Tim Clark, le président de la compagnie Emirates a expliqué qu'il demandait à Airbus des garanties sur le maintien de la production d'A380 pendant au moins 10 ans.
Ce lundi, dans une interview accordée à l'agence Reuters, Tim Clark, le président de la compagnie Emirates a expliqué qu'il demandait à Airbus des garanties sur le maintien de la production d'A380 pendant au moins 10 ans. (Crédits : ASHRAF MOHAMMAD MOHAMMAD ALAMRA)
Les négociations entre Airbus et Emirates sur une nouvelle grosse commande d'A380 n'ont pas encore abouti. La compagnie de Dubaï exige que le maintien de la production du super-Jumbo soit garantie au moins 10 ans. Par ailleurs, le souhait d'Emirates de revenir à des moteurs Engine Alliance au détriment de Rolls Royce complique également les négociations.

Douche froide pour Airbus au salon aéronautique de Dubaï. Ce dimanche devait être un jour de fête avec l'annonce d'une commande d'A380 par Emirates dès l'ouverture du salon, censée apporter un grand bol d'oxygène à ce programme menacé par l'absence de nouvelles commandes depuis plusieurs années. Une attente suscitée par le PDG du groupe Emirates, Cheikh Ahmed ben Saïd Al Maktoum, lequel, il y a une dizaine de jours, faisait état de négociations avec Airbus sur l'A380 avec la possibilité qu'elles aboutissent lors du Dubaï Airshow.

Sauf que l'avionneur européen a fait chou blanc et a dû au contraire regarder son rival Boeing signer une énorme commande de 40 B787-10, d'une valeur de 15 milliards de dollars (12,86 milliards d'euros) au prix catalogue.

Valeur résiduelle

De quoi mettre la pression sur les négociations avec Airbus. Ce lundi, dans une interview accordée à l'agence Reuters, Tim Clark, le président de la compagnie Emirates (la plus grosse filiale du groupe) a expliqué qu'il demandait à Airbus des garanties sur le maintien de la production d'A380 pendant au moins 10 ans. Il est clair que la compagnie de Dubaï veut non seulement être sûre de prendre livraison des appareils commandés mais aussi que la valeur résiduelle des exemplaires qui pourraient commencer à sortir dès l'année prochaine ne soit pas réduite à néant par un arrêt du programme précipité. Selon des analystes en effet, Emirates amortit ses A380 sur 10 ans. Dès l'année prochaine, le premier appareil reçu (en 2008) pourrait potentiellement être cédé sur le marché de l'occasion. D'ici à 2020, il y en aura neuf de plus. D'ici à 2024, 40 appareils supplémentaires seront concernés.

« A mon avis, Airbus est prêt à s'engager mais sera-ce aujourd'hui, demain, la semaine prochaine ou dans quelques mois ? Je n'en sais rien », a-t-il indiqué. Airbus s'est abstenu de tout commentaire.

Retour aux moteurs Engine Alliance?

Selon nos informations, cette demande de garantie n'est pas la seule raison au non aboutissement des négociations. Emirates qui, après avoir motorisé ses 90 premiers exemplaires de moteurs Engine Alliance composé de General Electric et Pratt & Whithney, avait changé de fournisseurs en 2015 en passant chez Rolls Royce souhaiterait, selon des sources industrielles, revenir chez Engine Alliance.

Ce qui n'est pas sans poser de problème à Airbus dans le cas d'une commande d'A380Plus, un projet de version plus performante de l'appareil présentée en juin dernier par Airbus. Grâce à plusieurs améliorations comme des aménagements dans la cabine pour augmenter le nombre de sièges ou la mise en place de winglets, des ailettes verticales de 4 mètres au bout des ailes pour améliorer l'aérodynamique, Airbus promet une baisse de 13% du coût au siège.

Or l'installation de winglets entraîne une modification de l'aile et des pylônes qui supportent les moteurs. Et jusqu'ici, Airbus a mené des études sur l'A380Plus avec le moteur Trent 900 de Rolls Royce qui était le motoriste le plus motivé à poursuivre l'aventure du 380, et non avec le GP-7000 d'Engine Alliance qui nécessiterait des pylônes spécifiques. Airbus n'est du coup pas très chaud à l'idée de relancer des études sur la compatibilité de l'A380Plus avec les moteurs Engine Alliance.

« C'est pour cela que si commande il y a, elle pourrait concerner des A380 classiques », fait savoir une source industrielle à La Tribune.

Si Emirates revenait chez Engine Alliance, la décision ne serait pas neutre sur une évolution éventuelle de l'A380 vers une remotorisation de l'avion comme l'a toujours souhaité Emirates. En 2015, la compagnie du Dubaï avait décidé de passer chez Rolls Royce car ce dernier était le plus enclin à vouloir développer un A380neo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2017 à 20:06 :
Le cas de l'A 380 laisse songeur. Il n'y a que Emirates et certaines compagnies asiatiques qui en ont commandé beaucoup et quelques compagnies européennes mais pas en grand nombre. Et surtout AUCUNE COMPAGNIES américaines ! L'effet boule de neige tant espéré ne s'est jamais produit, celui qui consistait à remplacer systématiquement tout les 747 existant par le A 380. Or les compagnies préfèrent les remplacer par des B777 ou des A 350. J'ai bien peur que le A 380 connaisse un destin similaire au A340...
Bravo aux analystes de Boeing d'avoir sentie que l'avion n'allait pas conquérir le marché espéré.
Réponse de le 16/11/2017 à 14:39 :
A340 et A380, rien à voir. Pas du tout les mêmes avions.
Aujourd'hui le seul avion qui fait l'unanimité et plébiscité par les passagers et l'A380. Aucun produit le lui est équivalent. Ni l'A350 ni le B777 ou B777-X.
Déjà la capacité passager qui est bien plus importante et en plus cet avion a mais en plus des espaces aucun autre avion a : douche, salon, bar, espace duty free, Residence (Etihad) , etc... Bref des équipements, du confort et des services qui n'avaient jamais été proposés jusqu'alors aux passagers sur un avion de ligne, des innovations sans précédents. On ne peut même pas le comparer au 747 dépassé, plus gourmand en kérozéne et pas un vrai double pont.
Il existe aussi des négociations en cours notamment avec la Chine, cet avion n'a que dix derrière lui. Le 747 a ses débuts ne se vendait pas très bien. Attendons avant de déjà l'enterrer !
Chaque année de nouveaux aéroports sont adaptés pour l'accueillir, autre élément à prendre en considération.
Les américains ne commanderont sans doute jamais l'A380, trop fiers, ce serait une trop grande honte, n'ont pas d'équivalent ! Le Jumbo de la petite et vieille Europe qui vient terrasser le géant américain ! Impensable !
a écrit le 13/11/2017 à 17:41 :
N'oublions pas des rabais à 2 chiffres, et des reprises d'anciens appareils A 380.
Comment se fait-il qu'on trouve ces détails dans la Média étrangers ( sérieux ) et pas en France, car cela peut gêner.
Réponse de le 16/11/2017 à 14:20 :
L'A380 est européen et non pas français !
Facile de tomber dans la paranoïa...
Les remises existent chez tout les constructeurs.
Les déboires du début avec le 787 ont fait que Boeing a du consentir aussi à des remises et verser des indemnités, avions immobilisés pendant plusieurs mois, pénalités, réclamations de plusieurs compagnies aériennes, des compagnies allant jusqu'à commander de l'A350 à la place. (comme JAL qui n'avait pourtant aucun Airbus en gros porteur). Bref Boeing a perdu de l'argent sur cet avion et devrait maintenant commencer à en gagner.
a écrit le 13/11/2017 à 17:22 :
maintenir un programme juste pour faire seulement une compagnie alors que la majorité des compagnies aérien boude l'A380 ...airbus devrais prendre une décision réaliste ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :