Hélicoptères Caracal : quand la Pologne fâche tout rouge la France

 |   |  1536  mots
Invité par son homologue polonais Antoni Macierewicz lundi à Varsovie, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annulé sa visite en Pologne
Invité par son homologue polonais Antoni Macierewicz lundi à Varsovie, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annulé sa visite en Pologne (Crédits : Airbus Helicopters/Anthony Pecchi)
François Hollande reporte sine die sa visite à Varsovie prévue le 13 octobre après la rupture des négociations sur un contrat d'achat d'hélicoptères multirôle Caracal d'Airbus Helicopters.

Piquée au vif par la Pologne, la France est fâchée. Vraiment très fâchée. Pourquoi ? Varsovie s'est comportée de manière très grossière et de mauvaise foi à l'égard de Paris qui soutenait la vente de 50 hélicoptères de transport Caracal fabriqués par Airbus Helicopters. "Une décision politique et non technique qui nous oblige à avoir une réaction politique", explique-t-on de sources proches du dossier. Du coup, François Hollande a "reporté la tenue de consultations franco-polonaises prévues le 13 octobre à Varsovie", auxquelles il devait participer, "après l'annonce par la Pologne de la rupture des négociations sur un contrat d'achat d'hélicoptères multirôle Caracal d'Airbus Helicopters", a annoncé vendredi l'Élysée.

François Hollande a "demandé au ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault de se rendre rapidement à Varsovie", a pour autant précisé la présidence française, après la rupture par le gouvernement polonais des négociations sur ce contrat portant sur 50 appareils, pour un montant évalué à 3,1 milliards d'euros. Invité par son homologue polonais Antoni Macierewicz lundi à Varsovie, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian  a également annulé sa visite. Des mesures de rétorsion sont également à l'étude dans le cadre des relations bilatérales.

La Pologne rompt les négociations exclusives avec Airbus

Le gouvernement polonais avait annoncé mardi soir qu'il rompait les négociations sur ce contrat à neuf jours de consultations intergouvernementales bilatérales prévues le 13 octobre auxquelles François Hollande et plusieurs ministres français devaient participer. "Les divergences dans les positions de négociations des deux parties ont rendu impossible un compromis, ainsi la poursuite des négociations devient sans objet", avait indiqué le ministère du Développement polonais dans un communiqué.

La rupture est notamment due à un désaccord sur des investissements compensatoires (offset) conditionnant la réalisation du contrat d'achat. Un argument fallacieux, selon Paris. Le gouvernement conservateur, en place à Varsovie depuis novembre dernier, a dès le début contesté le choix du cabinet libéral précédent d'acheter 50 appareils Caracal, au nom de la défense des usines polonaises de ses concurrents, l'américain Lockheed Martin et l'italo-britannique Leonardo (ex- Agusta-Westland), basées respectivement à Mielec et Swidnik.

Les jours du Caracal étaient comptés

Depuis l'arrivée du PiS (Droit et Justice) au pouvoir en octobre 2015, les jours du Caracal, fabriqué par Airbus Helicopters, étaient comptés. La décision de Varsovie de rompre les négociations avec le constructeur européen n'est donc pas à proprement parler une surprise. D'ailleurs le vice-président du PiS, Antoni Macierewicz, devenu quelques semaines plus tard ministre de la Défense, avait jugé en septembre 2015 cet hélicoptère dépassé. Il avait précisé à l'époque que l'industrie de la défense polonaise ne tirerait aucun profit de ce marché parce qu'elle en perdrait des emplois. Devenu ministre de la Défense, Antoni Macierewicz a continué son travail de sape contre Airbus Helicopters, en négociations exclusives avec Varsovie depuis avril 2015.

"Étant donné l'ampleur des divergences, il est très probable que l'accord n'aura pas lieu", avait déclaré en janvier 2016 le vice-ministre polonais de la Défense, Bartosz Kownacki, cité par le quotidien Rzeczpospolita. Concernant les Caracal, "le ministère de la Défense va tendre vers une relance de l'appel d'offres si les résultats des négociations d'offset", menées par le ministère du Développement "rendent impossible la signature du contrat", avait lui-même déclaré Antoni Macierewicz. "Le dernier mot sur l'ensemble du contrat reviendra toujours au ministère de la Défense", a précisé son porte-parole Bartlomiej Misiewicz.

Le PiS ne voulait tout simplement pas du Caracal

S'il y a bien une surprise, c'est le temps que la Pologne a pris pour se décider à rompre les négociations. Soit pratiquement un an. Le PiS ne voulait pas du Caracal, Antoni Macierewicz encore moins. Il avait d'ailleurs déclaré en février 2016 que la Pologne continuait "à négocier (l'achat) des Caracal". "Nous voulons qu'il profite à la Pologne, mais nous souhaitons nous appuyer sur les usines polonaises de Mielec et Swidnik sans renoncer aux Caracal", avait encore expliqué Antoni Macierewicz. Faut-il rappeler que Mielec et Swidnik sont des usines des rivaux d'Airbus Helicopters (Leonardo et Sikorsky) en Pologne.

Bref, une proposition intenable pour le constructeur de Marignane. D'ailleurs, le PiS avait expliqué à plusieurs reprises qu'il souhaiterait voir le contrat attribué à des sociétés qui produisent localement. Clairement, le parti Droit et Justice ne voulait pas des Caracal, qui plaisait pourtant aux forces armées polonaises. Il a eu sa peau après avoir pris certaines précautions en menant une négociation dont il savait qu'elle se terminerait par un échec. Il y a mis seulement les formes...

Une promesse de réaliser 100% d'offset en Pologne

"L'interlocuteur n'a pas présenté de proposition offset répondant à l'intérêt économique et la sécurité de l'Etat polonais", a expliqué le communiqué du ministère du Développement. Mauvaise foi de la part des Polonais ? Car Airbus Helicopters est allé très loin (trop? ) pour séduire Varsovie en faisant de nombreuses concessions. Conformément aux demandes de l'appel d'offres, le constructeur de Marignane a promis de réaliser des investissements compensatoires en Pologne (offset) de plus de trois milliards d'euros, soit le montant du contrat.

Dans le détail, Airbus Helicopters et le motoriste Safran Helicopter Engines (ex-Turbomeca) devaient installer leur chaine d'assemblage à Lodz. Ils s'étaient engagés à créer de l'ordre de 1.250 emplois directs et environ 2.000 indirects en Pologne. Notamment à Lodz (800 emplois directs) et Radom (250). Les Polonais avaient également obtenu des transferts de technologie massifs ainsi que des transferts de propriété intellectuelle qui leur permettaient de développer sous leur responsabilité des programmes d'amélioration du Caracal. En outre, la chaine polonaise avait obtenu la fabrication de Caracal gagnés à l'exportation dans certains pays par Airbus Helicopters. Enfin, le constructeur européen s'était engagé à faire monter en puissance le centre de recherche installé en Pologne, qui devait passer d'une trentaine d'ingénieurs à une centaine.

Les sites de Leonardo et Sikorsky... dans les circonscriptions du PiS

Pourquoi une telle défiance? Surement parce qu'Airbus Helicopters n'avait pas choisi les bons sites de production pour le Caracal. En revanche, c'est bien le cas de l'italien Leonardo (ex-AgustaWestland), qui proposait l'AW149 face au Caracal, et de l'américain Sikorsky (S-70). Les deux concurrents sont basés dans les circonscriptions du PiS avant les élections d'octobre 2015. D'où le parti pris des responsables du PiS pendant la campagne, notamment du ministre de la Défense polonais.

Le groupe italien avait racheté en 2010 l'usine de PZL à Swidnik (sud), qui produit des hélicoptères Sokol utilisés dans les opérations de sauvetage, la lutte contre les incendies et le transport, notamment militaire. Ils sont vendus en Pologne, en République tchèque et en Corée du Sud. Sikorsky Aircraft produit, quant à lui, dans son usine de Mielec (sud) sa nouvelle version de l'hélicoptère Black Hawk, S70i, destinée à l'exportation.

Les deux constructeurs ont joué sur du velours en martelant que la décision de Varsovie en avril allaient les contraindre à supprimer des emplois. Une mauvaise foi évidente, leur installation remontant à plusieurs années avant l'appel d'offres polonais. Antoni Macierewicz avait d'ailleurs exprimé en février dernier l'espoir que Sikorsky et Leonardo participent à un nouvel appel d'offres éventuel. Et dire qu'Airbus Group, qui veut faire de la Pologne son cinquième pilier, y emploie déjà 900 personnes. Le géant européen vient de prendre une belle claque de la part de Varsovie.

Le Caracal, un hélicoptère dépassé?

Le Caracal était-il un hélicoptère dépassé, comme l'avait expliqué Antoni Macierewicz ? Si cet appareil avait été dépassé, il ne serait certainement pas utilisé quotidiennement par les forces spéciales françaises dans toutes les opérations extérieures françaises. Mais peut-être que les forces armées polonaises sont rompues à des missions autrement plus difficiles que les forces françaises...

En outre, lors de la campagne de tests en conditions réelles, le Caracal a rempli toutes les exigences, et même au-delà selon certains responsables militaires polonais. Comme l'avait souligné en avril dernier le ministère polonais de la défense, l'offre d'Airbus était d'ailleurs la seule à remplir l'ensemble des critères indispensables.

La Pologne n'achète quasiment jamais "Made in France"

Ce contrat s'il avait été signé aurait mis fin à une période de disette pour les industriels français, qui font régulièrement un "bide" commercial à Varsovie. Sur la période 2010 et 2015, la Pologne, qui préfère acheter américain, allemand ou israélien, a ainsi royalement commandé à l'industrie tricolore 93,1 millions d'euros d'équipements militaires, selon le dernier rapport au Parlement 2016 sur les exportations d'armement de la France. Soit 15,5 millions d'euros en moyenne par an.

D'une façon plus générale, Paris souhaiterait opérer un rééquilibrage des relations commerciales avec la Pologne dont l'Allemagne est devenu en 2015 le premier partenaire avec près de 26 % du marché polonais contre 6 % seulement pour la France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2016 à 11:22 :
il se met tout le monde à dos , il a commencé en voulant mettre au pas Mme Merkel disait-il , ensuite Poutine à qui il a refusé d'honorer la signature de La France en donnant les vedettes à l'Egypte et qu'il ne veut pas recevoir pour construire un dialogue de paix , voici maintenant la Pologne qui lui retourne un gifle cinglante mais qui va nous coûter cher !
a écrit le 10/10/2016 à 10:32 :
Le PiS n'est pas destiné à gouverner longtemps en Pologne, il lui faut engranger un maximum de "pognon" avant qu'il ne retourne à l'endroit qui est sa place. Au fond.
Les contrats d'armement sont une bénédiction pour les partis au pouvoir. Tous ont plus ou moins "trempés" dans les magouilles du complexe militaro-industriel. Plus on on se déplace à droite et plus le curseur est élevé.
a écrit le 10/10/2016 à 10:20 :
Oui, mais...il faut tout relativiser… Les choses ne sont pas si simples. La France s'occupe actuellement plus de la politique "commerciale" plutôt qu'une/des politique/s qui permettraient les pays de l'Europe centrale se sentir en sécurité. Je trouve que l'article en question a "oublié" de mentionner une information primordiale. L'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne sont actuellement exposées à des intimidations continues de la part de la Russie et c'est très grave au point de vue politique et économique. En effet, tout récemment l'OTAN a pris une décision majeure - les troupes américains seront enfin installées en Pologne, les anglais en Estonie, les canadiens en Lettonie et les allemands en Lituanie. Les français? Ils sont absents. Pire, les certains ténors politiques français ont clairement affichés leur faveur pour le rétablissement des relations commerciales Franco-Russes et cela sans tenir compte de la politique actuelle de l'Union Européenne. Cette attitude française est dure à comprendre et justifier. En effet, elle vise clairement les objectifs populistes à court-terme alors que l'Union Européenne œuvre pour défendre les valeurs démocratiques communes et pour maintenir la paix et la prospérité pour nos futures générations Européennes. Bref, nous avons besoin d'être tous ensemble afin de construire l'Europe ensemble...
Réponse de le 11/10/2016 à 10:55 :
Tout simplement parce que la France à beaucoup plus d'intérêts en Afrique.
a écrit le 09/10/2016 à 23:21 :
Loi Macron!
a écrit le 09/10/2016 à 17:57 :
Si j'ai bien suivi, d'importantes manoeuvres se sont déroulées cet été sur le sol polonais,réunissant une vingtaine de pays. La participation de l'Allemagne a été des plus symboliques, celle de la France inexistante, celle des Etats Unis massive.
Sans vouloir faire de mauvais esprit, la Pologne ne nous retourne-t-elle pas quelque peu la monnaie de notre pièce ? Qui est à la racine de "l'incident diplomatique" ?
a écrit le 09/10/2016 à 17:55 :
Le bénéficiaire final du contrat en dira long sur le fond de cette histoire. Il est clair que l'actuel gouvernement polonais d'extrême droite et populiste qui partage certains points de vue, malgré l'histoire, avec l'actuel chef du Kremlin Poutine très actif avec ses réseaux dans les pays de l'Est notamment et comme le soulignent beaucoup de polonais qui commencent à s'inquiéter des dérives actuelles et le font savoir notamment dans la rue, a réclamé en phase finale de négociation des demandes exagérées que l'on ne pouvait accepter et il le savait. Hollande avait bien fait de ne pas vendre des Mistral a Poutine alors qu'il annexait la Crimée, envahissait l'Ukraine après la Géorgie, la Moldavie etc. Ouvrez les yeux et les bons et observez les agissements sur le moyen terme en incluant la stratégie au proche-orient et en Ukraine. Il faudra regarder la facture du gaz de la Pologne qui dépend à prés de 80% de la Russie et voir si les italiens qui soutiennent l'arrêt des sanctions contre la Russie et le passage d'un gazoduc de gaz russe au sud de l'Europe ne trouve pas quelques récompenses dans lequel ce contrat de Caracal n'est pas étranger dans les manoeuvres. Si c'est l'italien Agusta qui remporte le contrat d'hélicoptères en échange de position politique du gouvernement italien la boucle serait bouclée. Donc à suivre.
a écrit le 09/10/2016 à 9:36 :
Bonjour
Sans vouloir remettre en question votre article et votre interprétation du dossier... il est toujours frappant de constater que chaques Médias en fonction de son origine géographique à sa propre analyse....
Dossier à suivre !
Réponse de le 09/10/2016 à 13:57 :
Hein ? Mais c'est normal ça. Vous écrivez une lapalissade. "huit c'est la moitié de seize."
a écrit le 08/10/2016 à 16:02 :
Une seconde leçon à méditer.
Le refus de la Pologne de s'approvisionner en matériel européen et français en l'occurrence me parait "normal". Il ne s'agit pas de remettre en cause la valeur des Caracal : la question n'est pas là. Washington a seulement dicté sa loi à Varsovie. La Maison Blanche dans sa "grande sagesse" et avec beaucoup de réalisme voit mal les Européens être capables de faire front dans un éventuel conflit (qui sait ?) avec l'URSS, pardon la Russie. Or la Pologne a pour quasi voisin l'ours russe qui montre ses muscles tous les jours un peu plus Par exemple, les avions provocateurs qui tournoient aux abords des frontières européennes. Pourquoi avoir engagé de telles manœuvres tripartites (sans la France) ces derniers jours ? Si ce n'est pour faire une démonstration de force opérationnelle avec un matériel unifié, identique à celui des forces américaines et avec un commandement unique (américain bien sûr) , etc, etc. La prochaine livraison d'hélicoptères à la Pologne sera donc américaine et à moindre coût à n'en pas douter.
Souvenez vous de l'achat des F-18 finlandais alors que la France prétendait vouloir livrer ses appareils de combat. Même logique u.s. :" nous avons besoin de nous appuyer sur un allié solide avec du matériel bien de chez nous". Finlandais comme Polonais préfèrent être sous le vaste parapluie américain que sous le pépin percé européen. C'est triste pour nous Européens mais c'est une bonne leçon que nous devrions méditer pour créer enfin une force armée opérationnelle crédible en Europe.
Méditer plutôt que de pleurnicher comme des gamins privés de sucette à la récré. Le gouvernement français en montant sur ses ergots n'a décidemment rien compris et vit sur un rêve économique alors que la réalité et politico-militaire.
Réponse de le 09/10/2016 à 3:29 :
Si le pépin européen est percé c'est justement car certains pays préfèrent déléguer leur défense aux USA. Notamment pour des raisons budgétaires.

Il faut d'abord que des pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas ou la Pologne coupent le cordon américain, augmentent leurs budget de défense et de renseignement, évacuent les bases US et privilégient l'armement européen. Et là oui, on pourra commencer à envisager une alliance militaire strictement européenne. Avec ou sans l'UE d'ailleurs.
Réponse de le 09/10/2016 à 17:28 :
Tres bien dit. Pardon - ecrit. Vous avez raison.
Votre raisonnement est le notre.
Bravo !
a écrit le 08/10/2016 à 15:00 :
Le caracal est de la famille des 225, qui désire cet appareil peut fiable et encore interdit de vol aujourd'hui ?
Airbus hélicopter est aujourd'hui à l'agonie, victime d'une politique passéiste et rétrograde. Durant de nombreuses années elle s'est reposée sur le succès de ses anciennes gammes et quand il a fallut se tourner vers l'avenir, elle a choisi la voie du renouvellement avec de nouvelles embauches présentées comme stratégiques au détriment du savoir faire qui résidait dans l'entreprise. Ces nouvelles embauches se sont accompagnées d'un copinage local, la famille, les amis , le relationnel au détriment de la compétence.
Il règne encore aujourd'hui au sein de cette société une forme d'arrière gardisme du début du 20 eme siècle. Alors que toute les sociétés se retrusturent et abandonnent là politique du col blanc, Airbus hélicopter en fait toujours se cheval de bataille , ici la hiérarchie se devine non pas par ses qualités managériales mais par la composition du costume.
Le pire est le rapport avec les cdd, intérimaires et surtout les sous-traitants qui sont encore à ce jours considérés avec mépris comme des sous classes et dont les contrats et les conditions d'accueil misérables ne favorisent pas une qualité de travail que la profession exige .
Réponse de le 08/10/2016 à 19:31 :
bonsoir quelle rancœur d'avoir été soit viré soit des problèmes de management votre commentaire n'est pas à la hauteur de l'Entreprise.
Allez passé à autre chose Eurocopter n'est plus votre sujet, vous dormirez mieux. Bonne soirée
a écrit le 08/10/2016 à 14:06 :
Les Polonais ont quand même le droit d'acheter où ils veulent et au plus offrant<;eux ils préfèrent faire marcher leurs usines ,ce n'est pas comme nous(voir les sous-marins) Ils savent que le gouvernement français est constitué de charlots et préfèrent s'en méfier
Réponse de le 08/10/2016 à 22:20 :
Votre commentaire pose une question qui est le vrai charlot?celui qui n' a jamais traité un contrat export sous conditions et je crois que vous êtes bien l'homme à la canne.
a écrit le 08/10/2016 à 12:59 :
@ Ldx et Mobius. Merci ! J'ai notamment intégré des commentaires sur les revues polonaises donc il y a de tout et ce n'était qu'un très bref aperçu ! Il est clair que comme il y a une contre-réaction émotive à la réaction de Hollande, le poids de l'histoire où les polonais se souviennent d'avoir servi de chair à canon en 1917 en plus et ont contrairement à la Russie ensuite dû payer intégralement leurs dettes et intérêts tant durant la première guerre en contrepartie de l'aide alliée que jusqu'à la période difficile des années 70, dans ce type de situation l'histoire refait vite surface ! Le cliché de l'aigle américain et de la grenouille française est typique ! La main d'oeuvre polonaise et le plombier polonais refont également surface ! Le salaire moyen polonais est sauf erreur de 430 euros donc inférieur à celui des grecs en général ! L'économie assez bonne ne profite pas à une majorité dans le pays d'où le vote extrême droite récent. Le gouvernement s'oriente vers un modèle Orban hongrois lui même proche de certains intervenants en Russie, avec un pouvoir qui interfère avec la justice, les médias etc. et commence à inquiéter une part importante des polonais. J'ai été étonné effectivement de la version d'une manipulation du Kremlin mais il y a bien un parti pro-russe dans l'opposition d'une part et la Russie a toujours comme dans les autres pays de l'Est notamment, des contacts et intérêts communs qu'elle ne manque pas d'utiliser régulièrement donc çà peut être plausible même si l'hypothèse est à creuser. Par contre un échange avec un appui pour un retrait des sanctions envers la Russie paraît improbable avec le gouvernement polonais. Donald Tusk est accusé d'avoir obtenu son poste en échange d'avoir favorisé antérieurement ce contrat, à vérifier aussi. Les thèses française et polonaise sur la rupture du contrat sont proches (divergences sur l'offset) mais le gouvernement polonais estime que c'est la France qui a rompu le contrat en n'acceptant pas d'honorer pleinement l'offset. Il me semble que le gvt polonais à eu des exigences de dernière minute pour s'en servir comme prétexte. On verra si les jeux restent ouverts pour partie encore aux français comme précisé par le gouvernement polonais et le résultat final qui en dira plus long sur le fond de l'histoire. Mais il est clair que le changement de gouvernement n'a pas aidé. Donc à suivre mais ce revirement important de dernière minute mérite quand même des explications plus claires sur ce qui s'est passé et ce que çà englobait par rapport au peu dont on dont on dispose actuellement via les médias français comme polonais !
a écrit le 08/10/2016 à 12:48 :
C'est en fait l'histoire de l'arroseur arrosé. La France n'a pas respecte sa parole lors du contrat avec la Russie pour la livraison des deux frégates et est irritée car la Pologne l'à imitée. C'est vrai que la Pologne n'achète pas du made in france et préfère acheter américain ou allemand, mais la France a bien acheté pour ses facteurs des scooters Toyot. En fait pour vous occidentaux ,faites ce que nous disons, mais ne faites pas ce que nous faisons
Réponse de le 08/10/2016 à 14:42 :
Rien à voir la Russie avait annexé la Crimée avec des hommes verts reconnus russes ensuite par Poutine et ensuite l'Ukraine après la Moldavie en son temps et la Géorgie. Hollande n'a pas annexé la Wallonie ni envahi la Belgique.
Réponse de le 11/10/2016 à 10:59 :
Et l'OTAN a bien annexé l'Europe de l'Ouest, c'est pas pour autant qu'on ne respecte pas les contrats avec les USA...
a écrit le 08/10/2016 à 11:29 :
C'est une réaction énergique! J'espère qu'il y a une vraie stratégie derrière tout ça : faire juste un geste de mauvaise humeur ne servirait pas à grand chose.
Mais le duo Hollande-Le Drian a jusqu'ici su gérer ce genre de questions avec intelligence et, vu que le revirement de la Pologne était prévisible depuis un an, ils ont eu le temps d'y réfléchir.
Donc quel serait le but?
Obtenir de la Pologne un retour sur leur décision? Ce serait l'idéal, mais je vois mal un pays se dédire à ce point.
Obtenir une compensation quelconque (sans doute non officielle) ? Ok, mais quoi? Le soutien polonais pour la levée des sanctions contre les russes?
Montrer qu'on n'est pas content pour éviter ce genre de camouflet (en Pologne et ailleurs) à l'avenir? Ça dépend sans doute des moyens de pression qu'on peut avoir, ou pas, sur le pays...
a écrit le 08/10/2016 à 11:07 :
Naïfs , quel a été l'accord secret entre les polak et les US et Merkel pour intégrer l'Europe, il est plus que temps de régler son compte à ce pays qui a besoin d'une bonne leçon!
Réponse de le 09/10/2016 à 14:22 :
C'est vous auriez besoin d'une bonne leçon...
Réponse de le 10/10/2016 à 0:36 :
Ah ,Ah , une bonne leçon pour un pays aigri et sans memoire qui joue avec le feu et qui va regretter sa trahison...et les perroquets on leurs tord le coup
Réponse de le 10/10/2016 à 5:53 :
Les Polaks connaissent l'histoire et savent que les chars français ont plus de vitesses arrières qu'avant (pour mieux fuir). Chaque fois que la Pologne avait besoin de la France, où était-elle?
Réponse de le 10/10/2016 à 23:50 :
Vous êtes des malades les polaks ,vous êtes les marionnettes de ceux qui vous ont massacrés ,ou oubliez Yalta et vous méprisez et humiliez ceux qui n'ont pas pu vous aidez ,mais bon vent atlantiste ,on se rappellera de votre trahison ,et on se souviendra de votre logique débile .
a écrit le 08/10/2016 à 9:53 :
Il est clair que nos relations avec la Russie doivent être réévaluées : Le Président Poutine est justement attendu dans les prochains jours à Paris pour l'inauguration d'une magnifique réalisation russe sur les quais de la Seine, à proximité du Pont Alexandre III.
Réponse de le 10/10/2016 à 17:55 :
Exactement. Et n'oublions pas que nous perdons 8 milliards d'euros par an pour financer ces pays de l'Est qui achètent ensuite aux USA avec nos euros.On peut très bien faire comme les Anglais et exiger " I want my money back !"
a écrit le 08/10/2016 à 9:48 :
C'est ça le libre échange ! On est libre d'acheter, ou pas... Pourquoi la France serait-elle fâchée que la concurrence fasse mieux qu'elle ? Que le plus fort gagne et que le plus faible disparaisse est la stratégie du marché européen, non ? La Pologne a tout compris de l'Europe, et en étant un partenaire privilégié de l'Allemagne, elle se met naturellement du coté du vainqueur. On accepte la loi du marché ou pas, auquel cas il faudrait envisager de quitter le marché unique européen...
Réponse de le 08/10/2016 à 11:08 :
@ "Dinguo" : Comme d'habitude vous ne lisez pas les articles et n'analysez pas, donc vos commentaires sont à côté de la plaque. Le contrat était en cours de signature donc ultime phase finale sans plus aucun concurrent depuis longtemps. C'est un changement de gouvernement et des raisons politiques locales et non un aspect commercial et technique qui est entré en jeu. Merci de lire les articles, d'étudier et de relever le niveau de vos commentaires la prochaine !
Réponse de le 08/10/2016 à 11:45 :
Vous dites n'importe quoi.
Airbus avait gagné la compétition face à ses concurrents, ça c'est le libre échange.
Casser cette appel d'offre comme le fait le gouvernement polonais c'est l'inverse de la loi du marché!
Réponse de le 09/10/2016 à 14:29 :
Bah si on commence à rentrer dans les détails de la phase de négociation à laquelle la Pologne a fait marche arrière on pourrait retourner au début et essayer d'éclaircir la question des suspicions de dessous de tables et obtentions de postes au sein de l'Ue par les politiciens polonais de l'époque...
Réponse de le 09/10/2016 à 16:41 :
Je lis, mais je comprends mal... Cela fait des années que la Pologne se sert de la France pour rendre moins disant les concurrents, et obtenir les meilleurs prix. C'est tout à fait l'esprit de marché, et une pratique habituelle de tout bon négociateur que de faire miroiter des contrats juteux aux fournisseurs pour faire baisser les prix, ou obtenir des avantages substantiels. Un contrat n'est gagné que quand il est signé, et en l’occurrence la France n'avait pas encore signé quoi que ce soit. Crier victoire avant la ligne d'arrivé n'est pas un comportement fairplay.
a écrit le 08/10/2016 à 9:34 :
Il y a peu la France pour des raisons politiques avait bien annulé la livraison de navires à la Russie...alors ce n'est pas la fin du monde!
Réponse de le 08/10/2016 à 10:04 :
Rien à voir la Russie avait annexé la Crimée avec des hommes verts reconnus russes ensuite par Poutine et ensuite l'Ukraine après la Moldavie en son temps et la Géorgie. Hollande n'a pas annexé la Wallonie ni envahi la Belgique.
a écrit le 08/10/2016 à 9:32 :
C'est intéressant de lire les réactions des polonais sur leurs journaux et de comparer avec les réactions en France. Je ne peux résumer en 2 lignes mais il y a un manque de vision globale européenne dans les 2 pays. Ils estiment avoir été trahis en 39 alors que la France intervenait en Sarre mais n'était pas pour des raisons structurelles militaires en mesure d'intervenir ce n'était pas une trahison mais çà a été interprété ainsi. Et la non venue de Hollande est sauf exceptions très mal vue. Quant au gouvernement polonais il estime que c'est la France qui a rompu le contrat en ne respectant pas la clause d'offset qui devait sans doute être supérieure selon lui. Ils indiquent que le contrat sera sans doute découpé en parties et la France pourra de nouveau participer pour une partie, sauf que je doute que la Pologne achète par exemple 2 ou 3 types d'hélicoptères de 2 ou 3 marques ! Ils disent également qu'il vaut mieux voler sur un aigle que sur une grenouille ! Et qu'ils ont mieux à faire en réalisant leurs propres hélicoptères. Mais d'autres indiquent qu'à cause de leur gouvernement actuel ils se mettent une bonne partie de l'Europe à dos et nous en tant qu'alliés, estimant que les journaux internationaux ont plutôt pris parti pour la France. Ils rappellent que beaucoup de marques françaises sont présentes en Pologne. Ils estiment enfin qu'il n'est pas impossible que Poutine soit intervenu via l'Italie pour casser le contrat Caracal en représailles notamment à la non vente des Mistral et favoriser la proposition italienne alors qu'il y a un avis favorable de l'Italie à l'annulation des sanctions post annexion de la Crimée et réseau de gazoduc russe au Sud. Il soulignent en effet que le gouvernement polonais actuel est d'extrême droite populiste type Marine le Pen / FN avec donc des membres proches du Kremlin parmi ses membres donc ils évoquent un coup bas éventuel. On est donc loin dans les sites français et polonais d'une vision européenne et il y a un défaut d'informations et échanges en la matière.
Réponse de le 08/10/2016 à 10:55 :
Eclairage intéressant qui démontre une fois encore qu'il est très difficile de décrypter l'actualité à la lecture d'un seul article bien souvent orienté ,.....pour ma part je soupçonne également les médias et nos grands "leaders d'opinion" de faire sciemment de la rétention d'information !!!!
Réponse de le 08/10/2016 à 11:19 :
Merci pour cette intéressante perspective croisée entre les deux pays.
On sent quand même que certains arguments sont un peu douteux quand même : faire référence à la seconde guerre mondiale ou donner dans la métaphore entre grenouille et aigle, ce n'est ni sérieux, ni constructif, non?

Ensuite, c'est étonnant d'apprendre que le parti au pouvoir en Pologne serait favorable au Kremlin, alors que les polonais s'étaient plutôt illustrés par leur virulence à l'égard des russes : la question des BPC Mistral russes avait été très explicitement évoquée pendant l'appel d'offre remporté par le Caracal!
Vous avez raison, il faut avoir une perspective européenne sur ces problèmes : si au final la Pologne choisi l'appareil Agusta Westland, on pourra dire que c'est un moindre mal. Par contre, si c'est Sikorsky...
Réponse de le 10/10/2016 à 6:00 :
Un petit bémol dans cet éclairage : le parti au pouvoir PIS serait proche du Kremlin ? Alors où est passé l'épisode de Smolensk ? C'est dur de lire ce genre de bêtises...sans connaître l'histoire de la Pologne.
a écrit le 08/10/2016 à 9:30 :
Quelqu'un peut-il me dire pourquoi les mêmes caracals coûtent deux fois plus cher pour la Pologne que pour le Koweït? Voilà une des raisons de "rupture". Avec le nouveau gouvernement, la Pologne va enfin être un "sujet" et non "objet". Merci
Réponse de le 08/10/2016 à 14:50 :
A prix équivalent çà aurait été 1,78 Mds d'euros pour 50 Caracal mais là il y a transfert de technologie, réalisation directe sur place et création de plus de 1200 emplois et çà dépend par ailleurs du système d'armements fournis. Il n'y a pas de différence de traitement d'un acheteur à l'autre. La Pologne voulait pouvoir vendre ensuite des Caracal. C'était donc un contrat lui étant favorable pour un appareil qui a fait ses preuves mais modernisé et capable de transports de troupes importants.
Réponse de le 08/10/2016 à 19:24 :
Nous discutons de quelle version du Caracal avec quelles options, quels armements et enfin quel support (sur combien d'années). Le savez-vous ? Tout cela a un coût. Malheureusement je n’ai pas eu le plaisir de lire les contrats polonais et koweïtien. Les transferts de technologies et de propriété intellectuelle ont également un prix. Un achat sur étagère est beaucoup moins cher qu'un achat avec transferts de technologies. Aussi il est tellement facile de prendre un prix et d’en déduire ce que vous écrivez..
a écrit le 08/10/2016 à 8:42 :
Sauf erreur de ma part , lors de l'accession de la Pologne à l'UE et juste après avoir perçu les premières aides européennes, la Pologne s'est empressée de remercier l'Europe en achetant des avions de combat ... américains. La Pologne est le pays bénéficiant le plus des aides communautaires mais semblent considérer cela comme un simple du. Ils devraient faire un referendum sur le maintien dans l'UE et en assumer les conséquences quel qu"en soit le résultat.
Réponse de le 08/10/2016 à 13:01 :
Si la Pologne est entrée dans l'UE, c'est en grande partie à la demande des occidentaux derrière lequel se trouvaient les États Unis qui tiraient les ficelles. La Pologne dans l'UE cela a permis aux américains à installer des bases militaires de l'OTAN. A la suite de cela, les polonais ont acheté des F16 américains. La Pologne peut à tout moment quitter l'UE, l'Amérique et l'OTAN surviennent largement à ses besoins. Les cocus dans cette histoires
Sont les occidaux. Signé un polonais
Réponse de le 10/10/2016 à 18:01 :
@ Kas : autrement dit vous nous avez volé pour plus de 80 milliards d'euros de subventions et maintenant vous vous moquez de ceux qui vous ont aidés à vous développer. Cool.
a écrit le 08/10/2016 à 7:14 :
La France politique a bien réagi. Donner à manger à ceux qui ont faim bien gavés ils vous mangeront la main. Avec les ex pays de l'est il faut remettre les compteurs à zéro.
Réponse de le 08/10/2016 à 10:01 :
Bonjour, Votre commentaire me semble un peu!!! raciste mais bon passons la bêtise humaine est sans frontière. Je suis toujours étonné d'entendre ou de lire des commentaires de personne qui semble être de telle ou telle région du monde mais qui n' y ont jamais vécu et pour certains quelques jours des vacances avec cette certitude qu'ils le connaissent , le pire ceux qui ne parlent plus leur langue de naissance et qui veulent donner des leçons de connaissance. J'ai eu la chance de connaître par mon job de nombreux pays et travaillé avec des personnes nées et vivantes dans ces pays, je n' ai eu qu'en m'en réjouir et pour les crétins vivants sur notre sol j'ai toujours eu beaucoup de respect pour mes collaborateurs locaux, ouvriers, techniciens, ingénieurs.J'ai eu également plaisir à recevoir en France chez moi des anciens des équipes. Je vois que votre animosité va bien au delà des français et peut-être européens car vous avez semble t il une vision "colonialiste" de nos amis d'Afrique juste pour votre gouverne sachez que vous avez dans cette Afrique pour qui vous semblez avoir du dédain des personnes de grande compétence comme sur tous les continents et cette Afrique sera demain la grande économie mondiale et qui je l'espère portera prospérité à ce continent que vous résumez à la vente d'armes. Bon WE j'espère avec calme. Pour revenir au sujet de toute façon la Pologne achètera des hélicos, à quel sale!!!colonialiste la question reste en suspend
a écrit le 08/10/2016 à 4:25 :
Si le Caracal vole, fait-il des batailles en l’air, comme des batailles de mots sans actes si on fait des campagnes type urnes. En imaginant que les batailles fatiguent comme des jeux de cartes, est-ce que ça ferait florès un casino dans lequel on investirait sur des expressions rentables vendues à des clients et liées à la consommation ? Par exemple, en imaginant une loi de l’enrichissement à ne rien faire si ce n’est vendre le maximum de libertés en axe contre un lac de pêche avec une circulation monétaire avec un maximum de clients sur le principe de marché pur et parfait par exemple ou de démocratie pour et par le citoyen avec une cb et un coefficient de société sur les prix avec des bons de réductions de prix variables imprimables à domicile et rattachés à une forme de monnaie comme autrefois les blasons des chevaliers qui seraient des groupes d’actionnaires imbriqués, est-ce que cela ferait une privatisation monétaire comme un équivalent de type monnaie pour tous en concurrence de l’euro ? Par des cotisations de petits montants pour des actions qualifiées de quêtes de charité sous condition par exemple, des moteurs remonteraient des sommes liées aux bonnes ventes dans des batailles de mots dont on est actionnaire et qui font poupées russes vers des batailles à sommes plus élevées pour se retrouver au casino dont les cases sont des investissements de batailles vendues à des sous-monnaies par impression monétaires ou vendues en guirlandes par exemple à 5% dans des batailles locales, pour rendre une partie du fonctionnement institutionnel en direct au citoyen par des actions de groupes payées par tous. L’avantage de prendre actionnariat de bonnes batailles et de faire la monnaie ou le groupe de monnaie dont on est soi-même actionnaire, ce qui fait des réunions de type actionnaires d’une même monnaie pour des projets et des financements si nombre de diplômés sans défiscalisation peuvent bénéficier d’une reliance pour un maximum de clients avec des entreprises pour rmonter un maximum une monnaie convertible en euro et gagnante de batailles ou de bénéficies via la consommation et des coupons de réductions valables comme billets avec la photo du propriétaire imprimable à domicile, ce qui permet d’établir un paradis fiscal à -25% matière grasse dans la consommation et on pourrait investir sur ristourne d’impôts contre fin de l’austérité, en étant actionnaire d’une corde qui fait des balances qui peuvent alimenter d’autres balances. Etre actionnaire d’une monnaie qui fait de bonnes batailles ferait giroscope et gain de temps, pour des monnaies qui montent et convertibles en euro pour syphonner le maximum de la masse monétaire, par exemple 1000 milliards, si on fait des RDA pour Régimes D’Assistés ou des rideaux de fer ou des difficultés sémantiques sur la définition de croissance, pour obtenir au terme tyran le maximum de pénalités, est-ce que ça ferait florès comme par exemple des entreprises de type justice des citoyens pour eux-mêmes et par eux-mêmes, comme une roue libre éviterait les dévaluations, les déficits, les inflations, u les protectionismes ou les mal investissements ou les Belles Endormies, des déroutes et des poilus morts pour rien ou si le maux social tyrannise les libertés au pluriel par des inflations normatives avec des doctrines de la croissance par l'impôt et la dépense ?
Réponse de le 08/10/2016 à 9:47 :
Faut arrêter de fumer la moquette...
a écrit le 08/10/2016 à 3:45 :
La provoc. polonaise était un peu grosse et vraiment inamicale à 1 semaine d'une visite d'Etat, et FH a pris donc la meilleure décision.
Ca n' a rien à voir avec Alstom, car là c'était un AO gagné à la régulière, et non un problème de plan de charges de l'usine de Belfort
Quand on pense qu'à une certaine époque Alcatel Alstom était aussi gros que Siemens; bravo à tous les dirigeants d'entreprise qui ont démantelé cette boite, et pour une fois ni Hollande ni Sarko n'en sont les principaux responsables.
a écrit le 08/10/2016 à 0:02 :
I co zjadacze żab?! :-)
Réponse de le 08/10/2016 à 19:27 :
Des mouches polonaises?
Réponse de le 08/10/2016 à 21:02 :
Des mouches polonaises?
Flaki, c'est de la tripes, et c'est immonde:(, lui appelle les français, mangeurs de grenouilles
a écrit le 07/10/2016 à 23:28 :
Le jour ou la Pologne sera envahie par les Russes, les polonais pourront toujours s'adresse a Trump qui se désintéresse totalement de l'Europe.
Réponse de le 09/10/2016 à 14:39 :
Biensur...ils pourront certainement plus compter sur les américains que sur les français qui les ont trahis deux fois lors d'une invasion Russe et Allemande :)
Réponse de le 28/10/2016 à 17:40 :
On va certainement pas s'adresser a la France, ca vaut pas la peine de chercher de l'aide aupres de traitres.
a écrit le 07/10/2016 à 21:38 :
La France et marchand d'arme se fâche avec son allié et ami de toujours pour une vile et banale question de commerce. C'est totalement ridicule. Au molns deux caracales sont tombés accidentellement à terre depuis le début des négociations.
Réponse de le 09/10/2016 à 0:02 :
Avec des amis comme ça on n'a pas besoin d'ennemis ,vous êtes devenus un peuple aigri qui se venge de Yalta et s'acoquine avec leurs bourreaux ,mais n'ayez crainte les patriotes français se souviendront dans peu de temps peut être........
a écrit le 07/10/2016 à 21:36 :
Quand je lis certains commentaires je suis mort de rire !''''Qu'ils se debrouillent avec Poutine ext.....'''''La Pologne fait partie de l'Otan et des deux cotés il y a des milliers de bombes atomiques de toutes sortes et de tout calibres pretes à rentrer dans un quelconque engrenage si celui çi se produisait .Qu'es ce que la Russie ferrait de la Pologne si ce n'est n'avoir que des emmerdements La pologne achete à la Russie beaucoup de matiere premiere du petrole et surtout du gaz tout le reste est du vent ...
a écrit le 07/10/2016 à 21:22 :
Le 01 04 2016 gouvernement polonais commence programme 500+ , programme d'allocations sociales pour chaque mineur au-dessous de 18 ans.Plus precisement: chaque deuxieme , troisieme etc. mineur obtient 500 zlotys ( environ 115 euros) par mois. Tres vite il s'avere qu'il n'y a pas d'argent. Selon le droit polonais l'argent non depense revient au budget. C'est tout dans la matiere de la chute du programme Caracal en Pologne.
Réponse de le 09/10/2016 à 18:02 :
Mon Compatriote

Vous avez raison. Mais, pas 100 %.
Les helicopteres seron bientot achetes.
Ce que vient de souligner notre ministre.
Réponse de le 10/10/2016 à 18:12 :
Oh les polacks les Européens de l'ouest en ont marre de vous et de vos combines pour nous piquer nos euros. Entre la Roumanie qui nous envoie ses mendiants et la Pologne qui nous envoie ses ouvriers alcooliques et complètement ignares ça comme à bien faire. Il faut faire deux europes parce qu'il y en a deux : la belle , riche et généreuse l'Ouest, et l'Est qui ressemble à s'y méprendre à un film de Zola ou à une vidéo sur les reste de Tchernobyl, avec les mendiants qui supplient , les voitures avec des roues en bois et un égo inversement proportionnel au prestige de leur histoire militaire, c'est à dire un égo gigantesque...
a écrit le 07/10/2016 à 20:50 :
Voilà une excellente décision.
Réponse de le 08/10/2016 à 9:50 :
De qui ?
a écrit le 07/10/2016 à 20:02 :
Oui le gouvernement polonais l'a joué mesquin sur le coup mais si les diplomates français ne s'attendaient pas à ce revirement c'est qu'il y a un problème évident de compétence.

La Pologne est une anomalie supplémentaire, parmi les milliers d'autres, de l'UE.
a écrit le 07/10/2016 à 20:01 :
C'était la seule réaction saine.
Mais ça reste une tempête dans un verre d'eau.

La Pologne n'en a rien à faire de la France et ne compte pas sur elle.

A part fournir du travail à ses plombiers payé 1/3 de SMIC sans charge la France est un pays s'en intérêt pour les polonais qui préfèrent de loin les Etats-unis la Grande Bretagne et l'Allemagne.

Après c'est aussi aux autres pays membres D'Airbus Hélicoptère de dire les choses.
Réponse de le 08/10/2016 à 9:51 :
Excellente analyse... il faut juste rendre aux polonais le meme intérêt qu'ils nous portent.
a écrit le 07/10/2016 à 19:45 :
Eh...si les industriels Français implantés là bas délocalisent un p'tit peu, comme ça
histoire de leur remettre les neurones en place.
Réponse de le 12/10/2016 à 13:45 :
tres, tres, tres bonne idee, liquides tous les auchan, carrefour, oranges .... et les installer en ,afrique .... les polonais vous serrez tres reconnaissants
a écrit le 07/10/2016 à 19:42 :
Après l'affaire Alstom, la France est très mal placé pour donner des leçons en terme de protectionnisme ou d'appels d'offre internationale.
Réponse de le 07/10/2016 à 20:26 :
Quel mal y a -t- il à sauver des emplois en France ? Les deux affaires n'ont rien à voir . La Pologne a favorisé un constructeur polonais ? non !Là, on parle d'un appel d'offres remporté par AIRBUS auquel il y a eu des négociations exclusives et qui est annulé comme ça, en claquant des doigts sachant que la France s'est faché avec la Russie pour ne pas vendre les BPC afin de soutenir les polonais et sans compter tout les soutiens militaires dans les pays baltes et le soutiens économiques avec les aides européennes. C'est tout simplement une trahison d'état , bref un couteau dans le dos.
Réponse de le 07/10/2016 à 20:55 :
Effectivement, on ne rêve pas. Ceux qui s'offusquent de la décision polonaise de privilégier les sites industriels implantés sur son territoire sont bien les mêmes qui ont annoncé une commande ubuesque de 500M€ de TGV au motif d'éviter la fermeture d'une usine belfortaine. (même si l'historique des achats d'armement polonais ne semble pas si simple...)

Le jour où les électeurs européens comprendront leur intérêt à voir une libre concurrence non faussée, où chacun gagne les appels d'offres où il est le plus compétitif, nous éviterons nombre de débats stériles et de coups de mentons politiques...
Réponse de le 07/10/2016 à 22:51 :
@Toto : Sauf que là cela va se terminer par une vente FMS des Etats-Unis qui va refourguer des Black Hawk. Et l'ouvrier polonais l'aura "in the baba". Je rigole d'avance. Et puis finalement, même si les Polonais se sont bien foutus de nous, ce n'est pas plus mal qu'Airbus Helicopters se soit fait bien avoir. Il a trop cédé pour avoir ce contrat qui de toute façon aurait très peu bénéficié aux ouvriers de Marignane en raison des transferts de techno massifs.
Réponse de le 08/10/2016 à 9:54 :
Tirolien t'as RIEN compris ou alors t'as pas lu l'article... Airbus a proposé de créer des emplois en Pologne (ils en ont deja 900) et d'investir autant en Pologne que le montant du contrat...
Réponse de le 08/10/2016 à 10:27 :
Pour info si La Pologne choisi le Black Hawk l'ouvrier polonais ne l'aura pas dans le baba car il fabrique la cellule dans une usine qui est situé dans une région tenu par le parti politique majoritaire.

. http://www.air-cosmos.com/300e-cabine-de-black-hawk-produite-en-pologne-66767

Cette usine assemble aussi la version international l'hélicoptères S-70i Black Hawk.

Donc c'est bon choix politique.
Réponse de le 08/10/2016 à 10:34 :
@Tirolien
Il n'y a aucune garantie que chaque pays trouve des débouchés à sa mesure dans cet espace économique. La spécialisation heureuse pour tous, c'est surtout dans les grandes théories.

Ensuite une véritable concurrence n'existe qu'entre nations assez semblables, disposant des mêmes contraintes salariales, sociales ou monétaires. Sinon, ce n'est pas de la libre concurrence, c'est une guerre économique gagnant/perdant.
Réponse de le 08/10/2016 à 19:32 :
@Benoît : tout dépend. Les Black Hawk peuvent etre prélevés sur les stocks de l'armée américaine en raison des besoins urgents de la Pologne...
a écrit le 07/10/2016 à 19:06 :
Va falloir aussi revoir les dotations européennes ! Ce pays se comporte comme un passager clandestin dans l'Europe ! On prend les aides qui par dizaine de milliards inondent la corruption et derrière on fait un coup de poignard aux aux pays !
Donnons ces aides aux espagnols ou portugais qui sont bien plus européen qu'eux et laissons les se débrouiller avec les russes ! Poutine doit bien se marrer à cette annonce ! En 1 semaine il occupera la pologne !
Réponse de le 07/10/2016 à 20:42 :
Les polonais ne sont pas des lâches et en 1922 ils ont vaincu les russes. Poutine risque de se prendre une trempe. Quand aux dotations, elles sont européennes pas françaises, alors allez vous faire voir!
Réponse de le 08/10/2016 à 20:34 :
Les polonais ont toujours fait face a la russie ,n'ont pas quitté un champs de bataille et jamais collaboré pour sauver leur fesses.
Et probablement sont autant européen que les espagnols ou portugais.il soufffit de regarder la carte.
Réponse de le 10/10/2016 à 13:37 :
Virgile & Lili

la Pologne à fait comme les autres elle à capitulé face à la Pologne et à la Russie et des centaines de milliers de polonais ont collaboré avec le régime communiste imposé par la Russie.

Concernant la seconde Guerre mondiale vous oubliez également que la Pologne elle-même comptait résister bien plus longtemps aux allemands en cas d'invasion. Elle était bien consciente que la France et l'Angleterre mettrait des semaines à se mettre en ordre de Bataille. Les clauses secrétés du pacte Germano-Soviétique en ont décidé autrement

Cette affaire n'est que de la tambouille électorale de la part du PIS, et que vous le vouliez ou non la Pologne elle lourdement subventionnée 82Mds d'€ sur la période 2014 - 2020. la France étant un contributeur net du budget Européen elle finance en partie ces subventions.
a écrit le 07/10/2016 à 19:01 :
Les polonais n' achèteront jamais Français ...il fallait être idiot pour le croire !
Réponse de le 07/10/2016 à 22:50 :
Si, les Polonais achètent déjà du français. Es-tu déjà allé en Pologne? - les français sont partout: Auchan, Carrefour, Leroy Merlin et j'en passe ... Sors de ton trou de temps en temps pour voir la réalité en face !
a écrit le 07/10/2016 à 18:52 :
Il y a longtemps que la Pologne est un cheval de troie des USA en Europe. le PIS et surtout kaczynski sont russophobes, les américans et l'OTAN ont des troupes sur place qui viennent d'ailleurs d'être renforcées par Obama. C'est comme ça , c'est l'Europe qui subventionne la Pologne en lui versant 15Mds€/an et les polonais achètent américain.
a écrit le 07/10/2016 à 18:44 :
C'est un aperçu des méthodes des gouvernements nationalistes d'extrême droite en l'occurrence, sans vision globale ni règle élémentaires, on comprend pourquoi les polonais sont dans la rue régulièrement.
Réponse de le 07/10/2016 à 19:03 :
Ils sont dans la rue mais vote pour eux !
Qu'ils se débrouillent avec les russes
Réponse de le 07/10/2016 à 20:00 :
Relisez l'article, au lieu de faire de la petite politique politicienne : le bide français en Pologne est historique ,... et ne date donc pas du FiS.
a écrit le 07/10/2016 à 18:42 :
Quelle naïveté aussi de la part de Hollande ! Il a suivi les Polonais pour annuler la commande des Mistral, les a suivi encore pour les sanctions contre les Russes et ils montrent leur reconnaissance en achetant ailleurs. Résultat: la France perd des milliards et faire rire le reste du monde :-)
Réponse de le 07/10/2016 à 21:45 :
Vous ne fatiguez jamais.
La France n'avait pas le choix.
Elle a bien plus de pays alliés dans le monde que de potentiels ennemis.
Idem pour l'Europe.
Pour la Russie, ses meilleurs allies sont: La Chine, la Syrie, le Venezuela, la Corée du Nord. Une équipe de fêlés.
Et quelques petites nations biens arrosées de biftons pour récupérer des voies dans les instances internationales.
La France est amie et a de grosses relations économiques avec la Canada, la Japon, la Corée du Sud, les pays nordiques, la Pologne et autres petites nations européennes qui ont peur du méchant ogre.
Si on se place juste sur le coté pragmatique, en 2013, la Russie pesait pour 2% des échanges commerciaux français. Les seuls Pologne, Suède + Japon pour plus de 4,1%. Sans compter que la Turquie qui n'apprécie pas l'arrivée des Russes en Crimée et en Mer Noire. La Turquie pesait en 2013 1,3% de nos échanges. Le Canada (dont le Québec, majoritairement francophone, et qu'on n'a pourtant pas envahit) échange aussi beaucoup avec nous et n'apprécie pas les agitations russes en Arctique. En plus la Canada échange beaucoup avec l'Ukraine et abrite plus d'1 milliard d'ukrainiens. Le pragmatisme, c'est donc avant tout de ne pas se fâcher avec ses alliés qui ont un poids bien plus important que la Russie.
Et puis, la France a des obligations comme membre permanent du conseil de sécurité de l'ONU. La Russie aussi, et pourtant en quelques mois elle violé de nombreux traités et accords internationaux.
La France n'avait vraiment pas le choix.
Si la France avait vendu ces BPC aux russes, pas certains que les australiens auraient signés pour des sous-marins, idem pour des Falcon > Japon, des blindés > Canada et des hélicoptères à la Corée, parce que la pression de nos partenaires montait de jour en jour.
Etonnant qui faille en arriver là!
A vous rappeler la réalité et justifier l'évidence.
Réponse de le 07/10/2016 à 21:48 :
Stop au Hollande-bashing svp. Le président de la République (quelqu'il soit) n'est pas responsable de TOUT ... et contrairement à d'autre, FH ne joue pas à l'omniprésident ... Bien à vous.
Réponse de le 08/10/2016 à 9:36 :
@Alain d: la France est le vassal des US. La Grande-Bretagne fait toujours cavalier seul et nos relations, au cours disons 150 dernières années, avec l'Allemagne n'ont pas été très amicales. Et c'est quoi les "grosses relations" avec le Canada ? Sais-tu seulement que les Québécois nous appellent les môdits frinssais ? Il va falloir revoir tes soruces, c'est-à-dire jeter tes voeux bouquins de propagande anti-soviétique :-)
Réponse de le 08/10/2016 à 10:45 :
@Alain d: la France est vassalisée des US. La Grande-Bretagne fait toujours cavalier seul (le Brexit n’en est que le dernier exemple) et nos relations, au cours disons 150 dernières années, avec l'Allemagne n'ont pas été très amicales. Et c'est quoi les "grosses relations" avec le Canada ? Sais-tu seulement que les Québécois nous appellent les môdits frinssais ? Il va falloir jeter tes vieux bouquins de propagande antisoviétique :-)
Réponse de le 08/10/2016 à 10:59 :
En plus le Canada échange beaucoup avec l'Ukraine et abrite plus d'1 million d'ukrainiens.
Réponse de le 08/10/2016 à 11:05 :
@ Patrickb
Pourtant la qualité qui est la plus appréciée, même par les russes ou par l'Inde, c'est l'indépendance de la France, bien qu'elle fasse partie de l'OTAN.
Irak-2, nous n'avons pas suivi les US. Divergence aussi sur le gouvernement à soutenir en Lybie, etc.
Et encore il y a peu sur l'Egypte ou sur l'Iran.
"Il va falloir revoir tes soruces"
Réponse de le 08/10/2016 à 19:08 :
@Alain d: vraiment du grand n'importe quoi. Hayrault est reçu comme un chien dans un jeu de quilles à Moscou dernièrement, Les Américains se moquent ouvertement de Hollande (http://www.cc.com/video-collections/e0kh8m/the-colbert-report-alpha-dog-of-the-week/rbh95h) et si Hollande avait été à la place de Chirac, nous serions embourbés en Irak :-)
Réponse de le 08/10/2016 à 23:24 :
@Patrickb
Est-ce que j'ai parler d'Ayrault?
C'est un mou, il est donc là essayer d'arrondir les angles avec la Russie.*
Vous faites beaucoup de bruits (du blablabla), mais rien sur le fond.
Pour vos US, y’a que vous qui en parlez.
Comme vous semblez très à droite, est-ce qu'il faut que je vous rappelle qui a été cirer les pompes US juste après avoir été élu, et qui sans Chirac aurait été in Irak-War-2. Le même qui a laissé Libye se décomposer après avoir été la bombarder.
-
Aucune propagande, juste du réalisme lorsque j’écris que nos alliés (hors US) pèsent bien plus que la Russie dans les échanges commerciaux.
Exportations françaises en M€ en 2013 (avant que vote pote déconne en Ukraine)
Vers
Russie : 7682
Pologne : 6745
Suède : 4665
République tchèque : 3403
Roumanie : 3439
Hongrie : 2874
Slovaquie : 2108
Finlande : 1526
Norvège : 1481
Lettonie + Lituanie + Estonie : 285 + 509 + 304 = 1098
Bulgarie : 689
Addition des nations européennes ci-dessus : plus de 28 milliards d’exportations, soit plus de 4 fois les exportations vers la Russie. Autre paramètre, ces nations ont un PIB qui grimpe plus vite que le PIB russe. Donc nos exportations augmenteront naturellement plus vite vers ces dernières.
Dans ces conditions, le seul pragmatisme fait que la France ne pouvait pas livrer ces navires.
-
Ensuite y’a le coté stratégique. Lorsque la Russie envahit un de ses voisins qui a des frontières communes avec l’UE, tout en étant menaçante envers d’autres, la France a le devoir de rassurer ses alliés de l’UE et de freiner Poutine par des sanctions. C'est tout de même préférable à devoir d’éventuellement intervenir pour les défendre.
Mieux vaut prévenir que guérir, l'histoire regorge d'exemples.
Même si l’UE est quelque peu bordélique, souvent divisée, en cas de clash, elle forme bien une famille, malgré tous les effort de déstabilisation tentés par Vlad.
-
Ensuite, le coté moral, Moscou s’attaque, comme toujours à ses ex-colonies (faibles économiquement et militairement), tout en faisant exploser les accords internationaux et bilatéraux, et toujours en menaçant de frappes nucléaire d’autres nations non nucléarisées.
Et comme la Russie a un siège au Conseil de Sécurité et est théoriquement garante des accords et traités, et devrait normalement avoir un rôle de modérateur, impossible pour la France de laisser passer ces annexions.
Géorgie 2008, Ukraine 2014, quelle est la suivante?
-
Il se trouve que c’est la France qui vendait ces BPC, mais d’autres nations ont aussi stoppé des contrats d’armements moins importants, donc moins médiatisés. Allemagne, Royaume-Uni, etc.
Patrickb "Il va falloir revoir tes soruces"
-
Il faut aussi y ajouter ces exportations vers
Japon : 6852
Turquie : 6266
Corée du Sud : 4242
Canada : 2939
Donc, livrer, les BPC, très gros risques.
-
Ce n’est pas parce que vous n’avez que des arguments très moisis qu’il faut vous mettre dans ses états.
-
C’est vrai, nos alliés racontent beaucoup de conneries sur nous et nous leur rendons bien la monnaie.
Mais quand les canadiens auront le poids de la France, économiquement, militairement et diplomatiquement, ils pourront la ramener. C'est-à-dire jamais.
Réponse de le 09/10/2016 à 11:50 :
@Alain d: et en plus, tu nous faitr de l'Alzjeimer précoce. Tu nous dis que La Russie apprécie l'indépendance de la France (ce qui est faux), mais tu ne veux pas parler de l'accueil du Ayrault fatigué :-) Quant au reste de tes délires, je ne lis même pas. Les US ne sont pas plus nos alliés que les Russes ou les Chinois. Ce qui est deplorable, de la part des socialistes en particulier, c'est cette vassalisation. Chacun a ses propres intérêts et lde devoir de nos dirigetants seraient de défendre les nôtres, Espérons que nos bisounours seront complètement éliminés aux prochaines élections, même si l'on sait déjà qu'il sera difficile de se forger à nouveau une crédibilité internationale :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :