KNDS a enfin déposé une offre de reprise pour Renault Trucks Defense

 |   |  475  mots
Volvo attend de cette vente entre 500 et 700 millions d'euros mais les offres seraient en deçà de 500 millions.
Volvo attend de cette vente entre 500 et 700 millions d'euros mais les offres seraient en deçà de 500 millions. (Crédits : Renault Trucks Defense)
Le groupe franco-allemand s'est enfin décidé à se lancer dans le projet d'acquisition de Renault Trucks Defense. Une offre a été remise vendredi dernier à Volvo

KNDS a enfin déposé une offre de reprise pour Renault Trucks Defense (RTD), selon des sources concordantes. Krauss-Maffei Nexter Defense Systems (KNDS) aurait remis une offre au suédois Volvo vendredi dernier, le 29 septembre, explique-t-on à La Tribune. Ce qui pourrait enfin relancer le projet de vente initié par le constructeur de camions, qui souhaite  céder son activité défense, composée de Renault Trucks Defense (RTD) - qui détient les marques Acmat, Panhard et Renault Trucks Defense -, de la marque américaine Mack Defense et de Volvo Defense. Contacté par La Tribune, KNDS n'a pas souhaité faire de commentaires.

La vente était bloquée depuis cet été, KNDS n'ayant pas adressé une offre recevable à Volvo contrairement au groupe belge CMI. Clairement, le groupe franco-allemand n'avait pas remis une offre financière. Le groupe suédois était très embarrassé par l'attitude de KNDS. En conséquence, le calendrier a dérapé de 30 à 45 jours, avaient précisé plusieurs sources contactées par La Tribune. La sélection de l'acheteur pourrait être décidée par Volvo fin novembre, début décembre, au pire en janvier.

Un prix délirant demandé

Si KNDS n'avait pas encore remis une offre "recevable", cela tenait au moins à deux raisons profondes. Notamment au prix demandé par Volvo et sa banque conseil, Rothschild. Dans un premier temps, le constructeur suédois attendait de cette vente 500 millions d'euros environ. Mais la banque conseil s'est vantée de pouvoir faire beaucoup mieux et de décrocher un jackpot de 700 millions d'euros. Mais à l'issue des due diligence (ouverture des comptes), KNDS et CMI ont trouvé "délirant" le business plan imaginé par Volvo et sa banque conseil.

Aussi le prix de vente est considéré comme trop élevé. Et ce d'autant plus que Volvo a retiré de la vente la marque américaine Mack Defense, qui avait obtenu en 2015 un très important contrat au Canada pour un montant supérieur à 500 millions d'euros environ. Le "détourage" de cette activité semble également très compliqué. En outre, Volvo et RTD ne seraient pas propriétaires des marques Renault Trucks Defense et Panhard (PSA). Quant à Renault, le constructeur français voudrait voir disparaître la marque RTD. Ainsi, selon des sources concordantes, CMI aurait proposé une somme de 400 millions d'euros environ alors que KNDS estime un prix de vente entre 300 et 400 millions d'euros.

Un projet qui divise KNDS

Chez KNDS, le projet d'acquisition de RTD notamment, dont les activités de blindés légers iraient rejoindre Nexter en cas de rachat, divise Français et Allemands. Si les Français attachent beaucoup d'importance à ce dossier, quitte à y mettre le prix, les Allemands sont beaucoup plus regardants. En clair, pas question de faire n'importe quoi, la famille Bode-Wegmann (actionnaire familial de Krauss-Maffei) n'est pas prête à ouvrir les vannes financières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2017 à 12:16 :
Encore quelques emplois à Limoges dans l'activité militaire de Renault Trucks qui risquent de disparaître à court terme déjà que Limoges question travail ce n'est pas brillant....
Réponse de le 06/10/2017 à 19:38 :
Renault truck ete la partis defense de Renault industrie, cela a été vendu il y a bien longtemps, pour les emploi francais s'est vraiment leurs dernier soussis.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :