L'Arabie saoudite annonce la livraison d'armes françaises

 |   |  271  mots
"Les contrats seront bien appliqués mais le destinataire sera l'armée saoudienne", a déclaré Adel al Jubeir à des journalistes lors d'une visite à Paris.
"Les contrats seront bien appliqués mais le destinataire sera l'armée saoudienne", a déclaré Adel al Jubeir à des journalistes lors d'une visite à Paris. (Crédits : Reuters)
Une vingtaine de sociétés françaises sont censées participer à ce contrat qui porte sur des équipements terrestres, maritimes et aériens.

La France va livrer à l'Arabie saoudite des armes destinées à l'origine au Liban, qui devait financer ce contrat de trois milliards de dollars grâce à une aide de Riyad, a fait savoir samedi le ministre saoudien des Affaires étrangères. Les autorités saoudiennes, déçues par l'attitude de Beyrouth dans l'affrontement géopolitique qui les opposent à l'Iran, ont suspendu le mois dernier ces financements, ainsi qu'une autre aide d'un milliard de dollars.

"Les contrats seront bien appliqués mais le destinataire sera l'armée saoudienne", a déclaré Adel al Jubeir à des journalistes lors d'une visite à Paris. Le royaume wahhabite avait promis cette aide financière à l'armée libanaise en 2013, avant de la concrétiser par un accord signé en novembre 2014 à Paris. Une première livraison d'armes et d'équipements militaires français financée dans ce cadre est arrivée au Liban en avril 2015 pour renforcer l'armée libanaise face aux répercussions du conflit syrien et à la menace djihadiste du groupe Etat islamique (EI).

Au total, une vingtaine de sociétés françaises sont censées participer à ce contrat qui porte sur des équipements terrestres, maritimes et aériens, dont des véhicules blindés, des pièces d'artillerie lourde, des missiles antichar et des mortiers et armes d'assaut, précisait-on alors de source proche du ministère français de la Défense.

Le différend entre Beyrouth et Riyad est apparu en janvier, lorsque le Liban a refusé de voter un communiqué arabe condamnant les attaques de représentations diplomatiques saoudiennes en Iran après l'exécution d'un dignitaire chiite par le royaume wahhabite (Reuters).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2016 à 0:11 :
voila comment hollande compte inverser la courbe du chomage ......et voila comment on se reyrouve dans des alliances et partis-pris pour certains pays arabes qui nous font la cible des ennemis de ces pays .....
il faut arreter ce cinéma ! ....ne prenons aucuns partis-pris ....laissons aux arabes regler leurs problemes de religions et de schismes et de racisme confessionneles entre eux !.... , et rentrons chez nous nous occuper de nos affaires ..!!!!!
a écrit le 06/03/2016 à 13:53 :
Nous n'avons pas le droit d'abandonner le Liban, il faut donner a ce merveilleux pays de quoi se défendre....
a écrit le 05/03/2016 à 17:48 :
Et lesdites armes vont arriver chez Daesh par des voies plus ou moins détournées afin de s'opposer à Bachar el Assad soutenu par l'ennemi juré l'Iran Chiite en Syrie et au Yemen ... Pour la France et son juteux marché (j'allais dire trafic), pas de souci : on ne vend plus d'armes a l'Arabie Saoudite puisque celle-ci ne faisaient qu'y transiter.
Sauf que nous participons allègrement à cette guerre de religion épouvantable qui dépasse les frontières des belligérants, peut-être aussi verrons-nous quelque jour des Jihadistes retourner nos belles armes contre nous ! Dégâts collatéraux sans importance ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :