L'Iran va acheter 40 avions au groupe français ATR

 |   |  354  mots
Il y a aura 20 commandes fermes et 20 commandes en option, selon le vice-ministre des Transports iranien.
Il y a aura 20 commandes fermes et 20 commandes en option, selon le vice-ministre des Transports iranien. (Crédits : ATR)
Après le mégadeal avec Airbus, l'Iran fait à nouveau affaire avec la France en s'apprête à acheter 40 avions au groupe ATR.

L'Iran poursuit ses emplettes en France. Le pays dirigé par Hassan Rohani entend finaliser dans les prochains jours un accord pour acheter 40 avions au groupe français ATR, numéro un mondial des avions régionaux à turbopropulseur, a déclaré samedi à l'AFP le vice-ministre des Transports Asghar Fakrieh Kashan.

"Nous en avons discuté en Italie et en France. Les responsables d'ATR doivent venir dans les prochains jours à Téhéran pour finaliser l'accord", a déclaré M. Kashan. "Il y aura 20 commandes fermes et 20 en option", a-t-il ajouté. Il n'a pas précisé le montant de la transaction.

118 avions Airbus achetés

Durant la visite du président iranien Hassan Rohani en Italie et en France, l'Iran a signé un contrat pour l'achat de 118 avions Airbus qui seront livrés dans les quatre prochaines années.

Cité par les médias iraniens, M. Kashan a affirmé que le montant de l'accord pour l'achat des Airbus était de 10 à 11 milliards de dollars (9,2 à 10,1 milliards d'euros) alors que le montant précédemment évoqué était de 25 milliards de dollars (23 milliards d'euros).

Le total des Airbus achetés se répartit en "73 gros-porteurs et 45 monocouloirs" (long et moyen-courrier, ndlr): 21 appareils A320ceo, 24 A320neo, 27 A330ceo, 18 A330neo, 16 A350-1000 et 12 A380, a détaillé Airbus dans un communiqué.

"L'Iran est un pays de 80 millions d'habitants, à la fois proche de l'Europe et de l'Asie, qui a un niveau d'éducation élevé, une diaspora à l'étranger. Donc, il va y avoir un développement très fort du trafic aérien, c'est une évidence", s'est réjoui le patron d'Airbus, Fabrice Brégier.

Revenir dans le concert des nations

L'industrie du transport aérien en Iran était soumise à un embargo américain datant de 1995 empêchant les constructeurs occidentaux de vendre des appareils et des pièces détachées aux compagnies iraniennes, clouant au sol une partie de leur flotte.

Le chef de l'aviation civile iranienne avait indiqué à la mi-avril que l'Iran aurait besoin de 400 à 500 avions de ligne dans la prochaine décennie.

La flotte iranienne comprend actuellement 140 avions en activité, dont la moyenne d'âge est d'environ 20 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2016 à 15:52 :
Depuis le début de l'année, on peut lire dans la presse que l'Iran semble pris par une sorte de frénésie acheteuse. Juste une question, comment vont ils financer toutes ces emplettes avec un pétrole à 30 dollars.
a écrit le 30/01/2016 à 22:11 :
Airbus a vendu une belle flotte de long et moyen courriers. ATR une Belle brochette de court courriers.
De leur coté, ADP a mis la main sur l'aéroport de Téhéran, tandis que Vinci gérera 2 autres aéroports iraniens.
Pendant ce temps, que fait Air France KLM ? Je suis persuadé qu'une alliance avec Iran Air serait un propulseur important pour la compagnie iranienne... mais aussi pour le groupe franco-néerlandais ! UN hub entre l'Europe et l'Asie, un état partenaire pétrolier (qui deviendrait actionnaire minoritaire d'un groupe regroupant AF, Klm, Transavia,etc..et Iran Air !) ! Que ne ferait pas l'Iran pour contrecarrer les compagnies sunnites telles Émirates ?!
Bon...allez.. : pour que ça marche il faut un effort de la direction d'AF comme du SNPL ! LÀ est le principal obstacle pour une telle opération. Pourtant, cette dernière serait une sacrée opportunité pour la compétitivité d'AF !
Réponse de le 01/02/2016 à 8:52 :
Un hub à Teheran ? La bonne blague... Sachez qu'une femme ne passe pas la passerelle à la descente d'avion à Teheran sans etre bachee (pardon, voilee).
En voila une grande idee..allez faire un tour sur place avant de delirer.
a écrit le 30/01/2016 à 21:45 :
On a intérêt à se méfier : d'ici qu'il rachète Depardieu aux Russes et Hallydays aux belges, on va perdre nos "pépites"...
a écrit le 30/01/2016 à 19:51 :
Groupe franco-italien,non?.Alliance mal assortie et qui risque de freiner le développement de ATR:la partie française refusant la construction d'un ATR a plus forte capacité,alors qu'il y a demande,pour ne pas concurrencer les Airbus.
a écrit le 30/01/2016 à 17:34 :
bonne nouvelle pour l'industrie européenne , elle en a bien besoin ! qui dit avion dit voyage et ouverture au monde et là c'est l'iran ( la perse) qui en a bien besoin
a écrit le 30/01/2016 à 14:20 :
N’a-t-on pas en Europe une disruption de logique et des difficultés avec la réalité ? Si con ça gouverne, heureusement que le Parlement est intelligent. Pourtant on dit aussi qu’en politique il faut mettre le cerveau de côté, est-ce dans un panier ? Si con ça gouverne, faire des conneries ça gagne combien ? S’il n’existe pas d’opposition shadow, il existe-t-il une démocratie. Si con ça gouverne, à quel point vous êtes con ? Si libéral est intelligent, alors social est con. Ainsi c’est l’histoire d’Abel et Cain… et le mot social est un mot assassin. Et Jésus est condamné car c’est un homme bon et Galilée est condamné car il a raison contre la théorie en place. Devenir con est-ce intelligent ? Le but de l’existence est-il de devenir con ? S’il existe une guerre au mot libéral ou à l’esprit, sommes-nous fous, le mot libéral est-il locomotive de l’économie et le mot social un wagon ? Si plus y a de lois moins y a d’esprit. Donc vous devenez con.
a écrit le 30/01/2016 à 13:38 :
Sommes-nous plutôt zen ou conficius ? On pourrait être partisan de zen pour écraser confucius, ainsi zen est intelligent et confucius est con… et donc con ça gouverne, voilà qui est tragique. Une confiture est-elle intelligente et le mot social est-il nazie ou naze ?
a écrit le 30/01/2016 à 13:01 :
Nous pourrions peut-être leur refiler un club de foot. Histoire de s'en débarrasser.
a écrit le 30/01/2016 à 13:01 :
Sauf erreur ou omission de ma part le Groupe ATR est Franco -Italien.

http://www.atraircraft.com/about-atr/corporate-overview/company-profile.html

"L'entreprise Avions de Transport Régional (en italien Aerei da Trasporto Regionale), abrégée en ATR, est un groupement d'intérêt économique (GIE) italo-européen(anciennement Aérospatiale, maintement Airbus Industrie) fondé en 1982 spécialisé dans la construction aéronautique d'avions turbopropulseurs pouvant transporter de 48 à 74 personnes"

.https://fr.wikipedia.org/wiki/Avions_de_transport_r%C3%A9gional

La position officiel d'ATR

http://www.atraircraft.com/newsroom/news-event-109.html
Réponse de le 30/01/2016 à 14:54 :
Tout à fait Benoît. Je suis surpris que le rédacteur de cet article ait pu faire cet oublie.
Réponse de le 30/01/2016 à 15:49 :
Mais c'est qu'il devient bon le Benoit !
Il faut bien laisser un petit morceau du gâteau à l'Italie qui a fait l'annonce.
C'est bon pour le moral des italiens qui n'ont pas les Airbus!
Ce n'est pas un spécialiste qui a écrit l'article, Voilà tout !
Et quelques TBM/Daher et Falcon/Dassault pour terminer la fête?
-
Pour les hélicos, la concurrence va être rude!
a écrit le 30/01/2016 à 12:47 :
L’Europe est-elle un scandale anti-humaniste, par exemple, si on trouve la mort au travail obtient-on des indemnités ? L’Europe pratique-elle l’extermination par le travail ou fait-elle des impayés d’allocations ou des remboursements d’allocation chômage arbitraires ?
a écrit le 30/01/2016 à 12:01 :
On entend dire que des emplois seraient non pourvus, est-ce à cause des conditions de conditions de travail dures ou bien l’Europe est-elle dirigée par Claus Barbie anti jeune et anti emploi dont on devrait faire le procès de Nuremberg ? Sans politique d’offre, ne sommes-nous pas dans les affres ? Si les français font des efforts au travail, la dureté des conditions de vie ne doivent-elles pas faire l’objet d’un examen en pénibilité ? Sommes-nous en Europe en vraie fausse démocratie qui torture au travail, fait-on des entreprises ou des goulag, des stasis ou des gestapos, on parle d’usine à gaz, existe-t-il des camps d’extermination, l’Europe est-ce le gouvernement de l’administration de la mort et une famine à venir qu’on n’a pas prévu, est-ce le règne de l’arbitraire, alors que des avions tomberaient par suicide au travail, n’avons-nous pas des corrections à indemniser ? En démocratie le dernier opposant peut-il être persécuté ? L’ensemble des Européens ne devraient-ils être mis en alerte pour mise en danger ?
a écrit le 30/01/2016 à 11:52 :
Merci les États-Unis.
Réponse de le 30/01/2016 à 13:03 :
C'est effectivement tout à fait ça. Du "gagnant-gagnant"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :