Latécoère prêt à de petites acquisitions pour booster l'innovation

 |   |  801  mots
Latécoère continue ses efforts pour augmenter sa compétitivité afin d'augmenter ses chances dans les appels d'offres et faire face à la baisse des prix imposés par les constructeurs.
Latécoère continue ses efforts pour augmenter sa compétitivité afin d'augmenter ses chances dans les appels d'offres et faire face à la baisse des prix imposés par les constructeurs. (Crédits : AFP)
Désendetté, le groupe relance ses efforts de R&T (recherche & technologie) en créant notamment une direction de l'innovation, et n'exclut pas un certain nombre d'acquisitions pour se doter de nouveaux savoir-faire.

Sortie de la "situation mortifère" dans laquelle se trouvait Latécoère depuis des années, grâce à deux augmentations de capital l'été dernier qui ont permis de désendetter l'entreprise et de gonfler les fonds propres, la direction de l'équipementier aéronautique français "veut désormais transformer le groupe en profondeur pour en faire une entreprise leader sur son secteur", selon l'expression de Pierre Gadonneix et Frédéric Michelland, respectivement président du conseil d'administration et directeur général de Latécoère.

Un plan industriel sera présenté d'ici à la fin de l'année

Un plan industriel sera présenté au cours de l'année. Les premières mesures seront mises en œuvre en fin d'année. « Il y a encore des enjeux structurels, même si le sujet financier est derrière nous de manière définitive », a indiqué ce mardi Frédéric Michelland, lors de la présentation des résultats 2015, marqués par un résultat opérationnel ajusté de 23,7 millions d'euros (contre 4,7 millions en 2014) et un chiffre d'affaires en hausse de 7,3%, à 712 millions d'euros.

Composé de trois activités (l'aérostructure, les systèmes d'interconnexion et les services d'ingénierie), le périmètre va-t-il changer ?

«Je n'exclus rien», a répondu le directeur général de Latécoère, en précisant que «les priorités seront portées sur les activités sur lesquelles le groupe est bien positionné».

Ce plan s'appuiera sur la stratégie déployée depuis 18 mois, avec, d'un côté, un volet d'amélioration de la compétitivité par la baisse des coûts et, de l'autre, un volet offensif de redéploiement « pour assurer une croissance organique régulière ».

Création de deux nouvelles directions

Pour y parvenir, Latécoère veut « travailler sur son offre » et mise sur l'innovation. «Après avoir pris beaucoup de retard ces dernières années, faute de moyens, nous allons relancer nos efforts de R&T (recherche et technologie) », a déclaré Frédéric Michelland. Le groupe, qui travaille aujourd'hui sur une soixantaine de projets en parallèle, va se recentrer sur les projets qui « font sens sur le plan commercial ». Deux nouvelles directions (de l'innovation et du commercial, vont être créées et rattachées directement au directeur général).

Techniques d'assemblage

Sur certains projets de R&T, Latécoère s'est rattachée au programme du Corac (Conseil de la recherche aéronautique civile) concernant l'usine du futur, comme par exemple, les techniques d'assemblage des éléments de structure en évitant les systèmes de rivetage (assemblage de pièces à l'aide de rivets), au profit de système de soudure, ou le développement du composite, même si Frédéric Michelland constate un retour de l'aluminium et des alliages dans la conception de pièces en raison notamment d'un "surcoût significatif des composites".

Pas d'opération capitalistique structurante

Pour acquérir des savoir-faire qui prendraient trop temps à développer en interne, Latécoère n'exclut pas, dans un avenir proche, un certain nombre de petites acquisitions complémentaires « pour compléter un certain nombre de briques technologiques » dans les systèmes d'interconnexion (préparation de meubles avioniques) et peut-être d'aérostructures (dans le domaine de certains équipements intégrés dans les portes d'avion). En revanche, la direction exclut toute opération capitalistique structurante.

Internationalisation renforcée

En parallèle de ces actions de développement, Latécoère continue ses efforts pour augmenter sa compétitivité afin d'augmenter ses chances dans les appels d'offres et faire face à la baisse des prix imposés par les constructeurs.

Le groupe va investir pour moderniser son parc industriel vieux de 7 à 8 ans. Il compte rapidement doubler le montant de ses investissements industriels pour le porter à 20 millions d'euros par an. Il poursuivra également son internationalisation avec notamment l'ouverture d'un site de production au Maroc dédié à la fois au câblage et à la structure des meubles avioniques pour les programmes A320 et A350 et de l'extension de capacités au Mexique. Aujourd'hui, la moitié des effectifs du groupe sont situés à l'étranger. Cette part est-elle amenée à augmenter au détriment de l'emploi français ?

"Nous ne sommes pas sur ces sujets », précise Frédéric Michelland. Néanmoins, la capacité à s'installer à l'étranger figure désormais dans tous les appels d'offres des avionneurs. Pour les dirigeants de Latécoère, cette contrainte sera beaucoup plus forte à l'avenir."

Cette transformation du groupe intervient au moment où la direction voit le marché aéronautique atteindre une certaine maturité. Sur la base des augmentations de cadences prévues par les avionneurs, il estime difficile d'atteindre en 2016 les 4% de hausse de chiffre d'affaires qu'il prévoyait.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2016 à 17:55 :
Pierre Cardonneix devrait fait de cette endormie un puissant véhicule du futur, triste que le travail n'ait pas été entamé avant lui. Triste aussi qu'il ait été obligé de quitter la tête de EDF, remplacé par un incompétant. On voit aujourd'hui les effets de ce départ pour cette entreprise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :