Pourquoi l'Arabie Saoudite poursuit le contrat d'armement Donas avec la France

 |   |  637  mots
L'armée libanaise a un besoin urgent de moderniser ses équipements militaires
L'armée libanaise a un besoin urgent de moderniser ses équipements militaires (Crédits : reuters.com)
Le contrat Donas d'un montant de trois milliards de dollars signé par l'Arabie Saoudite (le financier), le Liban (le client) et la France (le vendeur) va se poursuivre. Selon le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al Jubeir, "les contrats seront bien appliqués mais le destinataire sera l'armée saoudienne".

Ni arrêté, ni même suspendu... Le contrat Donas d'un montant de trois milliards de dollars signé par l'Arabie Saoudite (le financier), le Liban (le client) et la France (le vendeur) va se poursuivre. Avec néanmoins une nuance de taille comme l'a annoncé samedi lors d'une visite à Paris le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al Jubeir : "Les contrats seront bien appliqués mais le destinataire sera l'armée saoudienne". Et non plus l'armée libanaise. En 2014, Ryad avait signé pour le compte du Liban 31 contrats avec une vingtaine de groupes français, par l'intermédiaire d'ODAS, une société qui intervient essentiellement dans le royaume pour le compte de l'Etat français.

"Nous sommes face à une situation où les décisions du Liban sont captées par le Hezbollah. (Les armes) iront à l'Arabie saoudite, pas au Hezbollah", le mouvement chiite favorable à l'Iran, a expliqué Adel al-Jubeir.

"Les discussions se poursuivent entre la France et l'Arabie Saoudite pour la continuation du contrat Donas", avait-on expliqué de source proche du dossier ces derniers jours à La Tribune. Entre Paris et Ryad, il y a eu quelques allers-retours de responsables français ces deux dernières semaines pour clarifier la position saoudienne et faire entendre celle de la France. Clairement les ponts n'ont pas été coupés entre les deux pays mais le courrier de Ryad reçu par Bercy le 19 février a jeté un froid sur les relations bilatérales. Notamment les milieux politiques français étaient agacés par l'attitude de Ryad : ils considéraient que Paris avait beaucoup soutenu politiquement Ryad sur la scène internationale ces derniers mois sans pour autant recueillir de contreparties économiques. A droite, on poussait pour un rééquilibrage des relations de la France et les autres pays du Moyen et Proche Orient.

La pression de Ryad sur Beyrouth

Pour l'Arabie Saoudite, explique-t-on à La Tribune, les livraisons des armes françaises à Ryad est aussi une façon de mettre la pression sur le gouvernement libanais pour qu'il s'éloigne de l'influence du Hezbollah. Le différend entre Beyrouth et Riyad est apparu en janvier, lorsque le Liban a refusé de voter un communiqué arabe condamnant les attaques de représentations diplomatiques saoudiennes en Iran après l'exécution d'un dignitaire chiite par le royaume wahhabite. Le porte-parole officiel à l'agence saoudienne SPA avait déploré les "campagnes politiques et de presse inspirées par le Hezbollah contre l'Arabie saoudite" et ses "actes terroristes contre les nations arabe et musulmane".

Au Liban donc de s'émanciper de l'influence du Hezbollah. En donnant des gages à l'Arabie Saoudite, il pourrait in fine recevoir les équipements militaires français à travers le contrat Donas, qui prévoit la livraison d'armes pour un montant de 2,1 milliards de dollars et 900 millions pour leur entretien.

Des moyens considérables

Le programme d'aide saoudien destiné à moderniser l'armée libanaise prévoit la livraison de différents types d'armement fabriqués par les industriels français. La première livraison est intervenue en avril 2015. La France a alors livré 48 missiles antichar Milan prélevés sur les stocks de l'armée française. Une série d'autres équipements - appareils de vision nocturne, véhicules blindés et légers, drones légers, moyens de déminage - devaient être initialement livrés en 2015 mais ce calendrier n'a pas été tenu.

Au total, 250 véhicules de combat ou de transport de troupes (Renault Trucks Defense), sept hélicoptères Cougar (Airbus helicopters), trois corvettes (CMN) équipées de missiles Mistral (MBDA), de l'artillerie comme 24 canons autotractés Caesar (Nexter Systems) et des équipements de reconnaissance, interception et communication (Thales) doivent être livrés dans les prochaines années, selon le schéma présenté en 2015.

___

[ DIAPORAMA ] Ventes d'armes: les plus gros contrats passés sous l'ère Hollande (au 26.04.2016)

Diaporama, ventes d'armes, DCNS, Dassault, MBDA, missiles, frégates, corvettes, lance-missiles, sous-marins, Barracuda, Shortfin, Egypte, Qatar,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2016 à 19:57 :
si nos têtes pensantes le font c'est qu'il y a du fric dans l'air a moins que nous ne soyons des soumis
a écrit le 08/03/2016 à 16:06 :
l'excuse de l'Arabie est à rapprocher de celle d'Israël en 2006.
le hezbollah attaque une patrouille israélienne, l'armée de ce pays attaque le Liban.
dieu sait pourtant que c'est l'un des rares pays à se battre, souvent avec succès, contre les islamistes et apparentés. on punit le Liban parce qu'il n'est pas maître de son destin. la France doit dénoncer le contrat donas. les armes doivent aller à ceux qui se battent contre les jihadistes et non à ceux qui s'en serviront pour d'autres desseins
a écrit le 07/03/2016 à 21:15 :
A 3 milliards d euro la medaille pour le fiston franchement c est bien vendu, on devrait tous applaudir,non? Apres que ca n aille pas dans le sens de la paix mondiale et de la paix interconfessionelle, ne boudait pas votre bonheur?
a écrit le 07/03/2016 à 20:48 :
Avec tous ces contrats de fabrication d'armes de guerre, est-ce que Normal dernier va faire une campagne de communication auprès des chômeurs pour les "orienter" vers ces sociétés encore françaises d'armement et permettre d'un coup de baguette "Pole Emploi" de faire baisser le chômage. Même si ce ne seraient que des emplois en CDD, la future loi Travail risquant d’être encore un autre fiasco de Normal dernier. Et les apparence seraient sauves comme d'habitude depuis 4 ans.
Réponse de le 09/03/2016 à 19:33 :
Vous avez raison : Paul BISMUTH (vous savez le vigoureux défenseur de l'indépendance de la Justice), lui, préférait que ce soit les USA, la RUSSIE, l'Allemagne qui vendent ces armes. Il n' y a qu'à voir l'écroulement des commandes et des livraisons d'armes à l'export durant son glorieux quinquennat. (Vous savez, le déficit public, la sous-compétitivité de la FRANCE, et j'en passe...)
a écrit le 07/03/2016 à 19:29 :
"L'Arabie Saoudite est un Daesh qui a réussi", tout est dit !

Qu'on m'explique, dans ces conditions, pourquoi on ne décernerait pas également la légion d'honneur à Bachar Al Assad ? Il n'a pas fait pire que les dirigeants Saoudiens.

Ce deux poids, deux mesures permanent est la démonstration que la vérité est autrement plus laide que celle que ce gouvernement nous présente : sauver la population d'un tyran, apporter la démocratie et j'en passe et des meilleures... Des histoires pour les petits enfants !

Plus le temps passe et plus on fait dans l'ignominie et le cynisme. A quand un vrai gouvernement, avec de vrais hommes politiques ?
Réponse de le 08/03/2016 à 6:21 :
Il vaut mieux que ce soit les USA, ou la GB ou l'Allemagne qui leur vendent les armes.
On est habitué à avoir 5 millions de chômeurs, alors continuons.
Réponse de le 08/03/2016 à 7:59 :
Si une majorité de Français pense comme vous - ce que je ne crois pas - alors, oui on peut désespérer d'avoir un jour un vrai gouvernement avec de vrais hommes politiques et pas des vendeurs d'armes à n'importe quel prix !
Réponse de le 08/03/2016 à 8:12 :
Bachard a déjà sa médaille. Je vous laisse chercher qui l'a lui a décernée.
Réponse de le 08/03/2016 à 15:51 :
bachar l'a déjà. comme d'autres, bongo, poutine, ... étonnant qu'il y ait eu tant de remous sur le problème de la déchéance et qu'on n'ait pas prévu la possibilité de retirer la Légion à ceux n'en sont plus dignes
a écrit le 07/03/2016 à 14:27 :
Comme quoi ...les saoudiens ouvertement .... tentent de vassaliser le Liban et conforté Daech ...! le tout , sur le compte de notre stratège moyen oriental ...Normal 1er...!
Réponse de le 07/03/2016 à 21:16 :
Vous zappez la réalité et l'histoire.
---
Rappel, le Liban est avant tout chrétien et la première langue enseignée est le français.
Les Chiites et les Sunnites y étaient à peu près aussi nombreux.
Mais c’est sans compter les millions de réfugiés palestiniens dans des camps qui espèrent une naturalisation et qui sont majoritairement sunnites. Et les chiites libanais et les chrétiens ne veulent pas que ces derniers soient naturalisés par peur de voir leur influence diminuer.
Raison de la guerre libanaise et naissance du Hezbollah, la branche ultra des chiites.
L’objectif du Hezbollah est clair et inchangé depuis sa création, islamiser toute la région, Liban, Jordanie, etc. Sa participation aux institutions libanaises est un simple camouflage pour faire semblant d’être démocratique. C’est évidement faux puisqu’il même une guerre impérialiste en Syrie, en Iran et au Yémen.
Le Hezbollah est un mouvement terroriste au même titre que l’EI.
En Syrie, depuis 2011, Assad (dictateur) et les alaouites, très minoritaire, s’allie avec des milices chiites et le Hezbollah pour combattre les opposants insurgés principalement sunnites. Les sunnites constituent les ¾ de la population syrienne. En clair, ils sont chez eux, gouvernés par une minorité alaouite et le clan totalitaire des Assad depuis des décennies. Une partie des sunnites syriens, bombardés par Assad et ses alliés, vont se refugier au Liban, comme en Turquie et en Jordanie. Dernier allié d’Assad, Poutine, qui vient en remettre une grosse couche, en bombardant principalement l’opposition au régime. Comme Poutine pratique la technique de la terre brulée, les civils ne sont pas épargnés par les bombardements et le rythme des flux de réfugiés accélèrent, que ce soit vers les nations voisines ou vers les nations occidentales.
Le bordel dans la région parce que :
1) La communauté internationale a failli sur le différent Palestine-Israël., Donc Hamas, Hezbollah,……
2) L’Iran ne cesse de vouloir augmenter son influence en Irak, en Syrie, en Jordanie, au Yémen et considère que tous les coups sont permis.
3) L’Arabie Saoudite ne teint pas à perdre du terrain et réagit (violement) comme au Yémen.
4) Israël, le Qatar, et la Turquie, jouent aussi depuis longtemps leurs partitions déstabilisatrices dans la région.
5) Les grands, Chine, Russie, Etats-Unis et Europe avec 2 blocs, Chine-Russie-Iran et US-UE-Arabie Saoudite, jouent aussi de leurs influences et ne veulent pas lâcher du terrain dans cette région géographiquement stratégique. Lien entre l’Asie et l’Afrique, ressources hydrocarbures et minières, les gros tuyaux y poussent partout et le trafic maritime y est intense de la Mer d’Arabie à la Mer Méditerranée, avec 2 points de passages cruciaux, Canal de Suez et Djibouti. Le stratégique détroit d’Hormuz n’est pas très loin non plus.
---
Ceci étant, à la base, les chiites ne n’ont pas plus de droits au Liban que les sunnites et ils sont totalement minoritaire en Syrie, donc pas à leur place lorsqu’ils aident Assad à massacrer des sunnites.
Et pour finir, la population sunnite est plus importante que la chiite au Yémen, au Soudan et en Jordanie.
L’Iran essaie depuis toujours de gagner du terrain, avec la Chine et la Russie en toile de fond, et à un moment ou un autre, l’Arabie Saoudite et d’autres nations sunnites réagissent logiquement.
a écrit le 07/03/2016 à 9:52 :
c'est un peu comme pour les frégates russes !......
a écrit le 06/03/2016 à 11:26 :
Ce serait bien de voir comment se porte le marché de l'armement mondial, les états unis sous Obama étant nettement moins va t'en guerre, on se doute que des milliards doivent commencer à lui manquer...
a écrit le 06/03/2016 à 10:44 :
Bon, il faut bien comprendre que l'EI ou tout autre dictature arrive toujours à acheter des armes... Ensuite nous n'avons pas la certitude que ces arme finirons dans les mains des terroristes.... Ensuite notre économique est en telle difficultés que nous nous devons de vendre nos produits.... Ensuite il me semble que les USA on donner de grande quantité d'arme en Irack à des groupement militaire non identifiée... Autrement comment d'État islamique à pu ce procurer une puissance de feu si important... ! Ne pas oublier que certain déstabilise le monde, organise des guerre, pour leur seul profit économique... Voilà une réalité à ne pas oublier... Ne condamné personne car même dieu ne les obliges pas à ce faire la guerre...
Réponse de le 06/03/2016 à 12:30 :
Votre commentaire est pertinent mais par pitié pour la langue française ,relisez-vous ou écrivez en anglais!
a écrit le 06/03/2016 à 8:48 :
et le resultat est que ses armes finisse
dans les main de el
car qui contole les finance de ce groupe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :