Quand le "gendarme" des écoutes fusille la loi sur le renseignement de Valls

 |   |  1519  mots
Avec le projet de loi sur le renseignement, nous sommes bien dans la pêche au chalut chère aux Américains, a estimé le Le président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) Jean-Marie Delarue
Avec le projet de loi sur le renseignement, "nous sommes bien dans la pêche au chalut chère aux Américains", a estimé le Le président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) Jean-Marie Delarue (Crédits : reuters.com)
Le président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) Jean-Marie Delarue estime que le projet de loi sur le renseignement comporte des dérives portant atteinte aux libertés individuelles.

C'est une alerte très, très sérieuse pour le Premier ministre, Manuel Valls. Car la voix qui s'élève aujourd'hui contre les futures dérives du projet de loi sur le renseignement n'est autre que celle du président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) Jean-Marie Delarue, qui connait intimement les us et coutumes des services. Donc loin d'être un "dangereux libertaire". Manuel Valls ne pourra pas dire qu'il ne savait pas d'autant que le gouvernement a consulté les conclusions de la CNCIS sur ce projet de loi.

Tout est résumé dans cette phrase terrible : "pour fréquenter les services depuis des années, je sais que ces gens font un métier formidable et difficile, mais aussi que le principe de véracité n'est pas ce qu'ils apprennent en priorité", a-t-il expliqué aux députés de la commission de la Défense, dont certains se sont montrés très irrités par l'exercice de vérité auquel ils ne s'attendaient vraiment pas de la part du président de la CNCIS. Face à des élus du peuple réticents à évoquer les libertés individuelles, Jean-Marie Delarue s'est dit "préoccupé" par ce ce projet de loi.

De la pêche à la ligne à la pêche au chalut

Qu'est-ce qui chatouille Jean-Marie Delarue? "Il faudra veiller à l'équilibre entre les nécessités des services de renseignement et les droits individuels. Cet équilibre doit être respecté de tout temps", a-t-il rappelé aux députés. Or à l'écouter, ce n'est plus le cas, les services ont semble-t-il remporté la bataille.Et selon lui, les services sont passés de la pêche à la ligne à la pêche au chalut en matière de collectes de renseignements."Nous sommes bien dans la pêche au chalut chère aux Américains", a-t-il averti.  Car a-t-il estimé "dans le projet de loi, aucune disposition ne prévoit un tri entre les mauvaises données et les bonnes". Et ce contrairement aux déclarations rassurantes de Manuel Valls lors de la présentation du projet de loi le 19 mars dernier.

Le Premier ministre s'est engagé "solennellement" à ce que ce projet de loi ne soit "en aucun cas" la mise en œuvre "de moyen d'exception ou une surveillance généralisée des citoyens".

Or, avec quelques exemples de surveillance, Jean-Marie Delarue démonte les propos rassurants de Manuel Valls. Les services de renseignement pourront "utiliser des dispositifs mobiles de proximité pouvant capter, dans un rayon de l'ordre de 500 mètres à un kilomètre, les données de connexion de téléphones et aussi, en cas de terrorisme, les communications elles-mêmes. Supposez qu'un instrument de cette nature soit placé à la gare du Nord où ont transité 190 millions de personnes en 2008. Même en tenant compte du fait qu'il y a des voyageurs réguliers, cette surveillance concernerait un grand nombre de gens...".

Autre exemple : "L'article L. 851-6, il prévoit l'analyse de tout ce qui passe par le réseau d'un opérateur qui couvre des millions de communications. Nul besoin d'épiloguer. L'accumulation supposée admise de ces données nécessitera un tri pour éliminer celles qui sont inutiles à l'enquête et qui peuvent représenter 99,9 % du total. Dans quelles conditions va-t-on éliminer puis détruire ces données inutiles ? L'article L. 822-2 prévoit des délais de conservation très substantiels allant jusqu'à cinq ans pour les données de connexion".

Comment vérifier la sincérité des services

Aujourd'hui, l'actuelle CNCIS, qui va être remplacée par la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), a sa disposition "tous les produits des écoutes, qu'il s'agisse d'enregistrements ou de transcriptions". Et Jean-Marie Delarue de rappeler qu'à "tout moment, il nous est loisible de savoir ce que font les services de l'écoute autorisée. Nous pouvons ainsi savoir si le service remplit les conditions qui lui ont été fixées ou s'il s'en écarte, par exemple en dépassant un délai". Ce qui est une question de bon sens notamment dans le cadre d'un éventuel renouvellement d'interceptions de sécurité sur une personne suspecte. "C'est pour nous la seule manière de vérifier la sincérité des services", a-t-il expliqué.

Et de donner un exemple : "l'autre jour, on nous a soumis une demande motivée par le fait que la personne surveillée se documentait sur les méthodes de torture. En fait, à l'écoute des transcriptions, nous avons entendu l'un des interlocuteurs de cette personne parler des tortures mentionnées dans un livre sur la guerre de 1914-1918 qu'il était en train de lire. C'est un cas d'excès mais les services peuvent pécher par retrait en ne nous disant pas tout ce qu'il faudrait nous dire. Cet accès au contenu des enregistrements et aux transcriptions nous permet donc d'avoir une vue de ce qui se passe mais aussi de la sincérité des services, et c'est très important".

Or, avec la nouvelle loi, ce ne sera plus le cas d'autant comme l'a rappelé Jean-Marie Delarue "tout cela n'aurait peut-être pas trop de conséquences si le contrôle ne se trouvait pas un peu dépourvu". Le président de la CNCIS a notamment besoin de techniciens. Car il estime que "la CNCTR ne sera pas en état de contrôler les dispositifs techniques employés par les services".

C'est d'ailleurs le cas aujourd'hui comme l'a révélé le président de la CNCIS : "L'un des services de ce pays dispose de moyens informatiques extrêmement puissants. J'en suis ravi. Mais lorsque nous allons voir ses instruments, notre intervention relève plus de la contemplation que de l'investigation. Si je dis à ce service que j'ai besoin d'aller voir ce qu'il fait, il va me bâtir un logiciel pour répondre à ma demande. Comment vérifier que ce logiciel répond effectivement à ma demande ?"

Et demain? "On nous annonce que des algorithmes capables de trier les données et de permettre de repérer les personnes ciblées pourront être placés sur les réseaux d'opérateurs. En l'état, faute de disposer de la très forte technicité en informatique nécessaire, je suis incapable de dire si ces algorithmes correspondent effectivement à ce que le service va m'affirmer. Sans compter que pour entrer dans le système mis en place, le service devra me donner lui-même les instruments qui me permettront de le contrôler. Le problème pourra éventuellement être réglé par le recrutement, au sein de la CNCTR, d'informaticiens aux compétences très développées. Je préférerais que cela soit dit".

La CNCTR devra aller à la pêche aux informations

Contrairement à aujourd'hui, "la CNCTR devra donc aller à la pêche aux données dans les locaux de chaque service".  Car selon Jean-Marie Delarue, "j'ai cru comprendre que l'on n'avait pas envie de trop centraliser car ce serait très dangereux pour la sécurité des données. En réalité, il faut sécuriser les locaux. (...) À l'avenir, il faudra aller frapper poliment à la porte des services situés à Levallois-Perret ou boulevard Mortier à Paris. On nous y recevra si on veut. Dans quelles conditions et dans quels délais ?"

Actuellement, les enregistrements des transcriptions se trouvent pourtant dans les locaux de la CNCIS, qui "tire sa force du fait qu'elle voit tout et dans ses propres locaux", a insisté Jean-Marie Delarue. Ce qui lui fait dire que "vous ne donnez pas à la CNCTR les moyens d'avoir prise sur les données brutes du contrôle, vous bâtissez un colosse aux pieds d'argile. Étant un peu expert en matière de contrôle depuis quelques années, je me permets de vous le dire. Si le contrôleur n'a pas accès aux données, il ne contrôlera que ce que l'on voudra bien lui donner et qui ne correspondra pas à la réalité".

 L'anonymat sera-t-elle une garantie pour les citoyens?

Même l'anonymat censé garantir la protection des libertés individuelles ne trouvent pas grâce aux yeux de Jean-Marie Delarue : "l'anonymat offre une garantie au stade de la collecte des données de connexion d'une masse considérable de gens. Une fois identifiés les numéros de téléphone composés par des terroristes, les personnes appelées seront supposées être elles-mêmes des terroristes. L'anonymat pourra alors être levé sur décision du Premier ministre et gageons qu'un service un peu insistant saura le convaincre". Une façon de dire que les hommes politiques sont perméables aux demandes des services.

"L'anonymat devient le seul moyen de protéger les libertés individuelles dans un contexte où nous sommes passés à la pratique de la pêche au chalut : nous lançons le filet sans connaître la personne recherchée alors que la pêche à la ligne vise un individu soupçonné, à bon droit ou par erreur, de préparer une action extrêmement grave.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2015 à 7:41 :
Le juge a dit...et hop sur écoute (privé inclus pour avoir prise sur lui). L'enquêteur a trouvé...et hop sur écoute.
L'opposant a dit... et hop. Le syndicaliste, le politique, le journaliste, le critique musical et hop, hop, hop........
a écrit le 03/04/2015 à 16:20 :
Et le gouvernement qui avait assuré qu'il n' y aurait pas de patrio act en France....
Ce gouvernement est en dessous de tout sur tout les sujets, et ne cesse de s'attaquer aux liberté individuelles
a écrit le 03/04/2015 à 13:32 :
C'est bien connu, la pêche au chalut écrase de nombreux petits poissons innocents. Il faut donc réglementer les mailles du chalut. Mais les terroristes sont en pratique du petit poisson extêmement nuisible. La bonne comparaison serait la chimiothérapie anticancéreuse.
a écrit le 03/04/2015 à 12:21 :
Nous pouvons au moins leur reconnaître le "mérite", sinon la folie, de vouloir appliquer des méthodes US à des peuples, qui, par des millénaires de culture, ont un minimum d'analyse critique.
a écrit le 03/04/2015 à 10:19 :
Janvier dernier: Valls et Cazeneuve dans leur grand exercice de récupération politique des attaques contre Charlie Hebdo affirment : "Il n'y aura pas de Patriot Act à la Française". Si avec ça, il y a encore des gens pour dire que ce ne sont pas des menteurs ....
a écrit le 02/04/2015 à 19:00 :
Ils n'ont rien de prévu pour détecter les gens de l'est ou du voyage qui font le beurre des métaux, des bijoux, autres bidules ? Y a pas d'interprètes pour les aider ? Dommage.
Finalement, ils ne veulent surveiller que les gens sur le territoire, en dehors, c'est pas la peine, peu de danger potentiel...
a écrit le 02/04/2015 à 17:19 :
... on va donc une NSA à la française !
a écrit le 02/04/2015 à 16:36 :
Le NSA Français......
a écrit le 02/04/2015 à 15:41 :
Je lis de plus en plus d'articles dans lesquels le rédacteur s'inquiète de la disparition de la démocratie en Europe, avec son mode de gestion, en France et en général en occident, nous allons, sous prétexte de sécurité vers un big brother inquiétant.
C'est au politique, ou ils ne servent à rien, de trouver la juste mesure entre le nécessaire besoin d'assurer la sécurité des populations et la liberté des citoyens. Mais, faudrait-il que nous ayons autre chose que des politiques falots, sans envergure, ni aucune vision de l'avenir; ce qui laisse la place pour le développement des extrêmes.
Réponse de le 03/04/2015 à 12:19 :
"ils ne servent à rien...". Les politiques ne peuvent PLUS lutter, achetés qu'ils sont par les vrais décideurs, puissants par leur argent. Et c'était l'aboutissement logique du système que Marx a bien décortiqué.
a écrit le 02/04/2015 à 13:51 :
Coquille dans un titre
"La CNCTR devra à la pêche aux informations"
devra aller à
a écrit le 02/04/2015 à 13:50 :
"un tri entre les mauvaises données et les bonnes" Ça nécessite de TOUT lire en passant, tout passer au tamis de "l'algorithme magique", sinon, il y a risque d'en rater. Et ne pas TOUT filtrer, sur quels critères on en laisserait passer, ceux des députés, sénateurs, ministres uniquement ?
a écrit le 02/04/2015 à 13:19 :
Cette loi va créer les conditions parfaite pour une future dictature en France. Les citoyens sont présumés coupables, et donc surveillés à priori, ce qui viole tout ce sur quoi notre civilisation est basée depuis l'Habeas Corpus.

Le gouvernement peut faire fermer n'importe quel site d'information qui lui déplaît, sans contrôle d'un juge quelconque.

Bien sûr, on parle de "méchants" et on rassure les "gentils-qui-n-ont-rien-fait-de-mal" car il y aura des "contrôles internes".

Mais qui me promet que ces technologies ne seront pas utilisées demain par un gouvernement totalitaire qui peut parfaitement sortir des urnes en 2017 ou avant ?

Ce sera l'outil révé pour une future Stasi des BigBrothers de chez nous ou étrangers (US, Russes, Chinois)...
Réponse de le 02/04/2015 à 16:07 :
Je crois que là est le gros problème. Faut-il mettre à portée de main d'un gouvernement "non démocrate" des moyens légaux lui permettant de faire n'tout et n'importe quoi!!!
a écrit le 02/04/2015 à 12:09 :
Moins il y a de frontières au pays, plus on est surveillé!
Réponse de le 02/04/2015 à 19:38 :
@tartinette

En l'occurrence Tartinette, la dictature dont vous parlez n'est pas à craindre dans le futur car c'est le gouvernement actuel qui installe ce dispositif, pas un hypothétique gouvernement futur dont on devine qui vous verriez en place. Vous avez une guerre de retard en craignant l'ombre supposée que votre présent prédateur vous montre du doigt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :