Rafale, Scorpène : et si l'Inde sortait son chéquier fin janvier

 |   |  888  mots
le Rafale va-t-il enfin atterrir en Inde?
le Rafale va-t-il enfin atterrir en Inde? (Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
La visite de François Hollande en Inde prévue fin janvier pourrait être l'occasion de la signature du contrat des 36 Rafale et d'une éventuelle commande de six sous-marins Scorpène supplémentaires.

Le voyage de François Hollande en Inde agite déjà beaucoup le monde de la défense. Le président de la République se rendra le 26 janvier prochain en visite d'État en Inde, où il sera l'invité d'honneur de la fête nationale ("Republic Day"). "Cette invitation traduit la qualité et le dynamisme du partenariat stratégique entre l'Inde et la France qui sera encore renforcé à cette occasion", a d'ailleurs estimé l'Élysée dans un communiqué publié le 16 décembre dernier.

Selon nos informations, deux dossiers seulement devraient être au menu des discussions entre François Hollande et le Premier ministre indien Narendra Modi dans le domaine de la défense : la finalisation du contrat des 36 Rafale et la commande de six sous-marins Scorpène supplémentaires après celle de 2005 (un contrat de 3,5 milliards de dollars pour six sous-marins). La visite de François Hollande s'inscrit également dans le prolongement de la Conférence de Paris sur le climat où "l'Inde a joué un rôle déterminant pour obtenir un accord ambitieux", a précisé l'Élysée.

Dassault proche d'un troisième contrat Rafale

Le ministère de la Défense indien a d'ailleurs annoncé le 8 décembre dernier dans un communiqué que l'équipe de négociation, qui a été constituée pour discuter des conditions générales de l'achat de 36 Rafale, a "recommandé un projet d'accord". New Delhi expliquait toutefois que les réunions entre l'Inde et Dassault Aviation se poursuivaient. Ces appareils ainsi que les systèmes associés et les armements devront être livrés "dans la même configuration" que celle exigée dans le cadre du contrat M-MRCA, qui a été annulé par New Delhi. Les appareils avaient testés et approuvés par l'armée de l'air indienne. En revanche, le ministère a demandé à ce que la France garde une responsabilité dans la maintenance des appareils beaucoup plus longue que dans M-MRCA.

Le Rafale "se rapproche" de son premier contrat en Inde, avait assuré début novembre le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier. "Avec l'Inde, le mot le plus important, c'est la patience", a rappelé Eric Trappier. "Je pense que nous nous rapprochons du but avec un premier contrat pour 36 avions. Ça donnera lieu très certainement à d'autres après". Le Premier ministre indien avait annoncé en avril, lors de sa visite en France, une commande de 36 avions de chasse de Dassault "sur étagère", soit prêts à voler. Le montant estimé est d'environ 5 milliards d'euros. Des avions de combat qui seront utiles pour protéger l'espace aérien indien. Car lors de ces trois dernières années (de 2013 à fin novembre 2015), l'Inde a comptabilisé 32 violations au total de son espace aérien par des avions de pays étrangers.

Une commande de six Scorpène supplémentaires?

Depuis la mise à l'eau début avril du sous-marin Kalvari, le premier Scorpène fabriqué par le chantier naval indien Mazagon Dock (MDL), la France souhaite également avancer sur le dossier d'une nouvelle commande. Ce dossier porte sur six Scorpène, dont les coques seraient fabriquées à nouveau par Mazagon Dock, qui est "très bon" dans ce domaine, explique-t-on à La Tribune. Il avait été convenu en 2005 lors de la signature du contrat P-75 qu'il y ait un "repeat order", une clause équivalente à des options pour la fourniture de trois à six sous-marins supplémentaires fabriqués par MDL.

Cette commande permettrait également de donner de la charge de travail à Mazagon Dock, qui a pratiquement fabriqué les coques des six premiers Scorpène. Ce qui fournirait au chantier naval de Mumbai du travail pour une quinzaine d'années supplémentaires après 2018. Le Kalvari devrait entrer en service opérationnel en septembre 2016 plus de onze ans après la signature du contrat. Puis les cinq autres entreront en service à un rythme de neuf mois d'écart.

L'Inde démunie face à la Chine

Enfin, l'Inde a lancé un nouvel appel d'offre international (P-75 I) pour l'acquisition de six  sous-marins supplémentaires après une décision du conseil d'acquisition du ministère de la Défense. Quatre sous-marins seront construits par deux chantiers navals indiens - MDL (3 sous-marins) et Hindustan Shipyard Limited (1) contre initialement six fabriqués en Inde - sur la base d'un nouveau transfert de technologies. Les deux autres le seraient à l'étranger par le chantier naval étranger sélectionné.

Pour l'Inde, la construction de nouveaux sous-marins est cruciale devant la puissance de la flotte sous-marine de la Chine, qui disposerait d'une soixantaine de sous-marins, dont 38 à propulsion classique (diesel-électrique). D'autant que New Delhi a constaté que le nombre de sous-marins à propulsion diesel-electrique dans sa marine est inférieur à celui prévu par le Plan prospectif naval, en partie en raison des retards dans la construction des Scorpène. Durant les 15 dernières années, deux sous-marins sont entrés en service alors que cinq ont été retirés sur la même période.

Au total, l'Inde disposerait actuellement dans sa flotte d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE), d'un sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) et de 15 sous-marins à propulsion classique. Enfin, le DRDO, l'organisme de recherche indien, a lancé un projet portant sur le développement d'un système AIP (Air Independent Propulsion), basé sur la technologie d'une pile à combustible acide phosphorique (PAFC).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2016 à 21:03 :
Désolé, ni fin janvier, ni fin février, c'est au revoir pour les Rafale. Floris de Bonneville le dit dans un article savoureux, mais vrai.
www.bvoltaire.fr/florisdebonneville/rafale-de-hollande-etaient-mirages,197819
Sans plus les BRICS ni l'Iran, ni la Syrie, il ne reste pour le tandem Dassault/Hollande que tenter de vendre ses avions à…… l'Argentine ou aux Îles Feroé. Finalement, l'espoir est toujours le dernier à mourir……
a écrit le 23/12/2015 à 8:22 :
@juv écrit 22/12/2015 13:30
J'ajoute que même si c'est signé, il faut se faire payer.
Cordialement
a écrit le 22/12/2015 à 15:56 :
Qu'on ne s'y trompe pas l'influence de FH dans ce type de contrat est mineure. Il veut récolter les honneurs et s'afficher dans les médias (déjà inféodés) pour des raisons électoralistes. La baisse du l'euro par rapport au dollar rend le matériel français ( excellent par ailleurs) plus attractif pour les acheteurs mais le plus grave reste les transferts de technologies.
Réponse de le 23/12/2015 à 13:09 :
@Robespierre 007
Les transferts de technologies se font sur des programmes amortis. Ce qui est important c'est de garder l'avance technologique en investissant dans la recherche.
Réponse de le 23/12/2015 à 22:56 :
La technologie du rafale est tout sauf amortie

Soyons raisonnable
Réponse de le 24/12/2015 à 15:16 :
Il n'y a pas de technologie amortie mais des technologies transférables qui grèvent quoiqu'il en soit le capital d'une entreprise voire d'un état. Pour votre seconde phrase entièrement d'accord mais la recherche exige des investissements conséquents et inclu un formidable risque que les financiers ou grands dirigeants d'entreprises (souvent confondus...) détestent...
a écrit le 22/12/2015 à 13:30 :
Hollande serait bien inspiré de rester discret sur ce sujet parce qu'il pourrait rentrer bredouille de son voyage en Inde. Avec les indiens tant que c'est pas signé, c'est vraiment pas signé.
a écrit le 22/12/2015 à 12:13 :
Des blablas en soutien au gouvernement. Quand ce sera signé et payé on en parlera.
a écrit le 22/12/2015 à 10:39 :
"dans la même configuration" que celle exigeait dans le cadre du contrat M-MRCA"
l'illettrisme gagne du terrain à la Tribune!
a écrit le 22/12/2015 à 10:17 :
Scorpène ? Quand on sait que c'est la vente à l'Inde par le gouvernement Jospin de premiers sous-marins de ce type (contrairement probablement à un engagement verbal pris avec le Pakistan) qui est très probablement la cause réelle de l'attentat de Karachi de 2002 (et malgré tous les efforts pour faire croire que cette cause, c'était le non-versement d'un reliquat minime de commissions), on se dit qu'il faudra être prudents...
a écrit le 22/12/2015 à 8:49 :
@ BONJOUR A TOUS : CAMARADE HOLLANDE, avec des SI on va loin et si demain vous démissionnez ??? Quel soulagement pour les FRANCAIS !
Réponse de le 22/12/2015 à 9:27 :
soyez patient c est en 2017 les élections présidentielles et législatives.c est pas trop loin pour vous ?
Réponse de le 22/12/2015 à 11:16 :
Et si vous arrêtiez de vous répéter?
Réponse de le 23/12/2015 à 0:51 :
Vous nous fatiguez avec votre propagande politique. C'est toujours le même refrain quel que soit l'article.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :