Recherche spatiale : la France annule 90 millions d'euros l'année de la COP21

 |   |  377  mots
Le coût du programme Merlin est compris entre 200 et 300 millions d'euros tandis que celui de MicroCarb est d'environ 175 millions d'euros.
Le coût du programme Merlin est compris entre 200 et 300 millions d'euros tandis que celui de MicroCarb est d'environ 175 millions d'euros. (Crédits : CNES)
La ministre de l'Éducation nationale, en charge de la recherche, Najat Vallaud-Belkacem, n'a pas hésité, l'année de la COP21, à supprimer 90 millions d'euros de crédits budgétaires pour la recherche spatiale (programme 193).

Ni vu ni connu, la ministre de l'Éducation nationale, en charge de la recherche, Najat Vallaud-Belkacem, n'a pas hésité, l'année de la COP21, à supprimer 90 millions d'euros de crédits budgétaires pour la recherche spatiale ("programme 193"). C'est d'ailleurs l'un des programmes du secrétariat d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche le plus touché par les annulations de crédits lors des trois décrets d'avance (9 avril, 23 octobre et 29 novembre).

Globalement les annulations portant sur la mission Enseignement supérieur et Recherche s'élèvent à 467 millions d'euros de crédits paiement, selon la Cour des comptes.

Et, pourtant, le secrétaire d'Etat, Thierry Mandon, présente cette semaine les mérites des programmes Merlin (Methane Remote Sensing Lidar Mission), un mini-satellite qui va mesurer précisément la quantité de méthane présente dans l'atmosphère, et MicroCarb, un micro-satellite qui va cartographier, à l'échelle planétaire, les sources et puits du principal gaz à effet de serre, le CO2.

Bref, des technologies qui ne sont pas tombées toutes seules du ciel. Ainsi, le coût du programme Merlin est estimé  entre 200 et 300 millions d'euros tandis que celui de MicroCarb est d'environ 175 millions d'euros.

Annulations de crédits

Le décret d'avance du 9 avril 2015 prévoyait l'ouverture et l'annulation de 308,3 millions d'euros de crédits de paiement dans le budget 2015.

Dans ce contexte budgétaire tendu, la mission recherche et enseignement supérieur a été fortement contributrice, avec 86,6 millions d'euros de crédits de paiement, dont 63 millions pour le seul programme 193 (Recherche spatiale).

Le ministère a justifié cette annulation en raison d'une créance résultant de trop-versés au titre de la contribution de la France à Eumetsat (13 millions d'euros) et d'un ajustement de la programmation à moyen terme de l'Agence spatiale européenne (ESA).

Rebelote avec le décret d'avance du 23 octobre, qui ouvre et annule 184,5 millions de crédits de paiement en 2015. L'une des quatre missions les plus contributrices est une nouvelle fois la mission recherche et enseignement supérieur. Dans ce cadre, la mission a supporté des annulations à hauteur de 38,9 millions de crédits de paiment. Ces crédits ont été pris pour plus des deux tiers (27 millions) sur le programme 193... En revanche, ce programme a été épargné le 29 novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2015 à 8:54 :
J AI ENCORE ETE SENSURE? JE LE REPETTE DONC ? ELLE A EU RAISON D ANULEZ CETTE SOMME POUR ALLEZ SUR D AUTRE PLANETES? ILS ET AUJOURDHUI PLUS URGENT D INVESTIR ET DE LUTTEZ CONTRE LE RECHAUFEMENT CLIMATIQUE???
a écrit le 09/12/2015 à 10:00 :
Bonjour M. Cabirol.
Est-ce qu'une mise en perspective serait possible? Hors-contexte, difficile d'interpréter ces chiffres. Un petit "rappel" du budget de l'enseignement supérieur et de la recherche ainsi que des crédits de paiement du programme 193 ces dernières années semblent nécessaires pour comprendre à quel point la ponction est significative.
Jusqu'à maintenant, il avait semblé que la recherche spatiale était plutôt épargnée par la crise (et a priori ça reste globalement le cas). Cette annulation de crédits est évidemment regrettable, mais les programmes spatiaux sont nombreux, et la France semble plutôt en pointe en Europe sur le sujet.
Est-il possible de compléter légèrement votre article?
a écrit le 09/12/2015 à 9:50 :
A comparer avec les 10 milliards d'€ pour les migrants . Ils se moquent de nous.
a écrit le 09/12/2015 à 8:54 :
Il eu été peut être plus judicieux de réduire le budget du cirque médiatique de la COP 21 (ce qui est au passage au réduit l'empreinte carbone!) que la recherche spatiale. Toujours la tambouille politicienne on privilégie l'immédiat (améliorer l'image de FH) à l'avenir
a écrit le 09/12/2015 à 7:26 :
Quelle belle valeur!!!!! Couper des crédits de recherche, je ne reconnais pas la France que j'aime. Qui est aimée par le monde entier. Pauvre France on trouve des milliards pour la communication Sentinelle, la gesticulation. Que t'on fait nos "très chers élus" . Qui abandonnent leurs valeurs, leurs idées quand ils arrivent troisième aux élections.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :