Satellites espions : la France se dote du nec plus ultra dans le renseignement

 |   |  1115  mots
Les satellites Elisa ont contribué à la préparation du programme CERES pour fournir à la Défense la capacité de localiser et caractériser les radars au sol depuis l’espace
Les satellites Elisa ont contribué à la préparation du programme CERES pour fournir à la Défense la capacité de localiser et caractériser les radars au sol depuis l’espace (Crédits : Reuters)
Avec la mise en service en 2020 de trois satellites CERES (Capacité de renseignement électromagnétique d'origine Spatiale), la France va entrer dans le club très, très fermé des pays possédant une telle technologie. A ce jour, seuls les États-Unis, la Russie et la Chine disposeraient de tels outils ultra-perfectionnés.

De grandes oreilles dans l'espace. Avec la mise en service en 2020 de trois satellites espions CERES (Capacité de renseignement électromagnétique d'origine Spatiale-ROEM), la France va entrer dans le club très, très fermé des pays possédant une telle technologie. A ce jour, seuls les États-Unis, la Russie et la Chine disposeraient de tels outils ultra-perfectionnés qui vont lui permettre de maîtriser les systèmes de télécoms et de radars ennemis. Car les satellites CERES ont la capacité de localiser et d'identifier les signaux émis par les systèmes adverses. Ce qui permettra de cartographier les centres de télécommunications et les radars dans les zones de conflit, et d'évaluer leur niveau d'activité, y compris "sur des zones inaccessibles par les capteurs de surface", a précisé la Délégation générale de l'armement (DGA), maître d'ouvrage du programme.

Ce programme permettra par exemple de préciser le danger que représentent les radars ennemis afin de garantir la suprématie des avions français, ou encore de déterminer l'architecture des réseaux de communication adverses. En d'autres termes, la France pourra envoyer en toute indépendance ses avions qui pourront entrer en premier sur un théâtre d'opérations extérieures, contrairement à la Libye où l'aide des États-Unis avait été précieuse. Le programme CERES, découpé en plusieurs tranches conditionnelles, est s'élève à 450 millions d'euros, selon la DGA. Le ministère de la Défense a notifié un contrat portant sur la production des satellites à Airbus Defence & Space, en tant que chef de file, et Thales.

Jean-Yves Le Drian conscient des atouts du spatial militaire

Conscient de ces enjeux et malgré les tensions qui pèsent sur le budget de la défense, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a fait "le choix d'inscrire dans la loi de programmation militaire (LPM) un niveau d'ambitions élevé, avait-il expliqué le 13 février à Cannes chez Thales Alenia Space (TAS). Ce niveau n'est pas superflu. Il est adapté aux besoins de sécurité de la France, comme à ses responsabilités internationales, dans un contexte où notre environnement stratégique se durcit et où les menaces abondent".

Du coup, le ministère de la Défense a dû consentir un effort financier qui correspond, sur la durée de la LPM, à un total de 2,4 milliards d'euros pour les programmes spatiaux, qui "visent à conforter quatre capacités essentielles" : l'imagerie sécurisée optique, infrarouge et radar, avec les satellites CSO, les communications de grande élongation, avec SICRAL 2 et bientôt COMSAT NG,  l'écoute des signaux électromagnétiques avec la réalisation de CERES et la surveillance de l'espace extra-atmosphérique, pour laquelle la France propose la mise en place d'un programme européen. Et de rajouter alors : "l'ampleur des investissements qui sont nécessaires pour conserver un outil industriel, avec le niveau d'excellence que j'ai pu constater aujourd'hui, n'est cependant plus accessible à une seule nation".

Airbus Defence & Space, chef de file de CERES

En attendant de trouver des partenaires européens dont les budgets de la défense sont  plombés par trop d'économies, c'est Airbus Defence & Space qui a été sélectionné en tant que chef de file par la direction générale de l'armement (DGA) pour réaliser les trois satellites CERES. Pourquoi Airbus DS? Parce que les équipes du groupe européen ont déjà réalisé les démonstrateurs Essaim et Elisa, ce qui "démontre la qualité de notre savoir-faire et de nos technologies", a estimé le directeur général de Space Systems, François Auque, qui a précisé que "Airbus Defence and Space confirme sa position de maître d'œuvre de tous les systèmes spatiaux français de renseignement".

Airbus Defence and Space assure la responsabilité du segment spatial formé des trois satellites. Thales et plus particulièrement Thales Systèmes Aéroportés (TSA) est responsable de la charge utile et du segment sol utilisateurs. Le système comprend un segment sol de contrôle et un segment sol utilisateurs. Les deux industriels assurent conjointement la maîtrise d'œuvre de l'ensemble du système. Par ailleurs, Thales Alenia Space (TAS) intervient comme sous-traitant du groupe européen pour la fourniture de la plate-forme.

Pour concevoir et réaliser CERES, Airbus DS et Thales vont s'appuyer sur l'expérience acquise en commun avec les démonstrateurs Essaim et Elisa. Le premier, mis en orbite en 2004 par Ariane 5, était un système de plusieurs microsatellites, destinés à analyser l'environnement électromagnétique de la Terre à sa surface. Et plus précisément à expérimenter le recueil de renseignements électromagnétiques dans le domaine des télécommunications. Mis en orbite en décembre 2011 à 700 km d'altitude, Elisa était un démonstrateur technologique qui visait à démontrer la capacité à localiser et caractériser des radars au sol depuis l'espace.

Trois satellites qui chassent en meute

CERES est un système composé de trois satellites positionnés à proximité les uns des autres et destinés à la détection et la localisation des émissions électromagnétiques au sol. C'est l'utilisation simultanée des trois satellites positionnés en triangle qui permet de localiser l'émission. "Quand un radar émet un signal, chacun des satellites reçoit ce signal à un instant légèrement différent, explique un spécialiste. C'est en croisant les informations recueillies par chacun et comparant l'heure de réception d'un même signal que l'on peut situer l'emplacement de l'émetteur. En faisant l'exercice pour chaque paire de satellites (satellite 1/satellite 2 - satellite 1/satellite 3 - satellite 2/satellite 3), on aboutit à une localisation très précise. D'où la nécessité de disposer de trois satellites travaillant conjointement", avait expliqué en avril 2014 le CNES dans un communiqué.

Les satellites CERES ont naturellement une capacité de surveillance étendue à toutes les zones du monde observables par satellite sans contraintes d'accès. Au-delà des applications purement militaires, le programme, conçu pour pouvoir analyser les différents types d'émissions, permettra, en plus de déterminer l'architecture de systèmes en réseaux, tel des réseaux de communication, de suivre, en fonction des caractéristiques des signaux, l'évolution du niveau des performances des matériels des forces adverses. "Il pourra donc détecter la prolifération de matériels sophistiqués dans une zone d'intérêt, si besoin est", souligne un spécialiste.

- - -

>> Pour aller plus loin:

Documentaire de 3 min sur le démonstrateur Elisa (et, au passage, un aperçu des enjeux de la guerre électronique).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2016 à 11:14 :
voilà enfin nos impôts bien utilisés....
a écrit le 14/03/2015 à 4:54 :
et promis jure cela ne servira a espionner que l'étranger et non les ressortissants français .
a écrit le 13/03/2015 à 9:20 :
Intéressant, le seul gros problème c'est qu'il ne s'agit pas d'un système géostationnaire, donc les information sont mise a jour par passage successif sur une même zone, quel est ce délai ? l'autre grosse contrainte étant que l'adversaire en question voulant caché un système d'arme innovant aura tout le loisir de l'essayer lors Cérès sera sur une autre partie du monde, bon système mais déployé a petite dose je pense beaucoup moins efficace, encore une histoire d'argent je ne peut pas les blâmer...
Réponse de le 13/03/2015 à 9:53 :
Geostationnaire = 36 000 km on y verrait plus grand chose c'est balot...

Pour cacher un système il faut être capable de cartographier et prévoir la trajectoire des dit satellite. Ce qui demande rigueur anticipation et forte discipline....
Réponse de le 13/03/2015 à 10:55 :
Le période de révolution d'un satellite de basse altitude est de une heure environ, ce qui laisse peu de temps pour se cacher...
Réponse de le 13/03/2015 à 19:30 :
La période orbitale est effectivement de l'ordre d'une heure quarante à cette altitude, cependant comme la terre tourne le satellite ne repasse pas au dessus du même point au bout d'une orbite....Il y a donc du temps...
Par ailleurs les éléments orbitaux sont aisément accessibles pour qui sait les chercher....et quand bien même, un état peut aisément déterminer l'orbitographie de satellites, ce n'est pas surhumain.
Par contre, avec un minimum de subtilité on peut faire émettre un radar au moement ou la grappe passe dessus.
a écrit le 12/03/2015 à 16:19 :
Et comme notre pays fait partie de l'otan, sans que nous ayons donné notre avis, les US disposeront des infos. Un grand classique.
Réponse de le 12/03/2015 à 16:38 :
Ah oui, c'est vrai que l'inverse ne fonctionne pas. Sans les informations américaines la France ne pourrait surement pas être aussi efficace dans les opérations extérieures.
Réponse de le 12/03/2015 à 19:07 :
Le problème des US, c'est qu'ils ne nous donnent pas forcément toutes les informations que l'on veut...
Réponse de le 12/03/2015 à 19:48 :
@ John : je rends un hommage appuyé à vos stupéfiantes connaissances outre-atlantiques, tchin-tchin !
Réponse de le 12/03/2015 à 21:08 :
Vous proposez quoi de mieux ? Que l'on attente que les US nous passe un coup de fil pour nous filer des renseignements ? Au lieu de faire de la propagande pour les nuls, argumentez plutôt pourquoi on ne dirait pas se doter d'outils de renseignement modernes et efficaces. En fait, vous faite tous les deux le jeux des US en critiquant le fait que nos services de renseignements font le choix d'améliorer techniquement leurs outils de recherche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :