Thales avale une start-up californienne et confirme vouloir devenir un leader du big data

 |   |  908  mots
Thales fonce tous azimuts vers l'eldorado du big data.
Thales fonce tous azimuts vers l'eldorado du big data. (Crédits : Thales)
Thales fait l’acquisition de l’américain Guavus, un des pionniers de l’analyse big data en temps réel. Montant de l’acquisition : au maximum 215 millions de dollars.

Thales fonce tous azimuts vers l'eldorado du big data. Son PDG Patrice Caine y croit dur comme fer, c'est là où sera la croissance et la valeur ajoutée du groupe électronique dans les prochaines années. D'où cette acquisition très logique d'une start-up californienne au chiffre d'affaires certes modeste (plus de 30 millions de dollars en 2017) mais qui entre dans le droit fil de la stratégie du big data de Thales. D'ailleurs, le groupe n'a pas hésité à débourser une jolie somme pour acquérir Guavus (plus de 200 millions de dollars), un des pionniers de l'analyse de mégadonnées (le fameux big data) en temps réel. Ainsi, Thales renforce son portefeuille d'activités de hautes technologies pour accompagner ses clients dans leur transformation digitale.

"Combinée avec nos compétences établies dans les autres technologies clés du numérique, l'acquisition de Guavus représente un formidable accélérateur de notre stratégie digitale au profit de nos clients, a estimé Patrice Caine cité dans le communiqué. L'application aux grands métiers de Thales des technologies et des expertises de Guavus en matière d'analyse de données massives va renforcer notre capacité à accompagner la transformation digitale de nos clients, que ce soit dans l'aéronautique, l'espace, la signalisation ferroviaire, la défense ou la sécurité".

"L'impact de cette acquisition sur l'EBIT 2017 de Thales devrait être non matériel", a expliqué le groupe dans un communiqué publié ce vendredi. Cette transaction est réalisée pour une valeur d'entreprise qui pourrait atteindre "un montant maximum de 215 millions de dollars, sous réserve de l'atteinte d'objectifs de croissance significative du chiffre d'affaires",a-t-il précisé. Elle est soumise aux approbations réglementaires et aux conditions habituelles de clôture et devrait être finalisée au cours du troisième trimestre 2017.

Thales, un futur leader du big data?

L'acquisition de Guavus, qui fait suite à plusieurs acquisitions dans le domaine de la connectivité, de la mobilité et de la cybersécurité, renforce le positionnement de Thales dans une des technologies clés de la transformation numérique : le traitement et l'analyse prédictive des mégadonnées, un facteur de plus en plus critique dans les prises de décision en temps réel. La révolution numérique est l'une des chances de croissance phénoménale de Thales. Patrice Caine, qui l'a bien compris, ne veut rater sous aucun prétexte le train du numérique. Charles Edelstenne, qui a lancé la success-story Dassault Système, ne semble pas s'y opposer.

C'est d'ailleurs le grand dessein du patron de Thales, sa pièce maîtresse en matière de stratégie de développement du groupe dans le futur. Thales fera-t-il partie des leaders du big data à l'image des fameux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon...) ? Thales dispose en tout cas de nombreux arguments pour réussir. Ce qui ne veut pas dire qu'il y parviendra. Mais le groupe est, et restera, avant tout un groupe de logiciels aussi bien dans le domaine de la défense, de l'aéronautique civile et du transport terrestre. Ainsi, 80% de la valeur ajoutée des programmes vendus à ses clients sont des logiciels, dont 20% de matériels durcis via des systèmes de cybersécurité.

Thales déjà présent dans les solutions technologiques

Les compagnies aériennes, les opérateurs de satellites, de contrôle aérien, de métros ou de trains, les forces armées ou les responsables de la sécurité des grandes infrastructures urbaines ou énergétiques s'appuient sur les solutions de haute technologie de Thales pour prendre les meilleures décisions en temps réel. Dans un monde où le volume des données issues de capteurs toujours plus connectés connaît une croissance exponentielle, l'acquisition de Guavus "va multiplier les opportunités pour Thales dans des applications aussi diverses que la maintenance prédictive, la cybersécurité, la surveillance des infrastructures critiques ou l'optimisation des réseaux et systèmes de télécommunications", a parié Thales.

Guavus est un acteur des solutions de traitement et d'analyse en temps réel des megadonnées. Cette start-up répond "parfaitement à la multiplication de ces besoins en offrant une plateforme big data industrielle reconnue, particulièrement adaptée aux analyses en temps réel, et conçue pour être facilement mise en œuvre dans de nouveaux marchés", a assuré le groupe électronique. De plus, en apportant l'expertise de ses 160 ingénieurs en R&D, Guavus enrichira sensiblement les compétences de Thales dans ce domaine.

Guavus traite chaque jour 5 peta-octets de données

Fondée en 2006, Guavus s'est focalisé sur le marché des opérateurs de réseaux de télécommunications et de câble, et traite chaque jour plus de 5 peta-octets (5.000 tera-octets) de données pour ses clients. Cela représente un volume équivalent à environ 3 millions de long-métrages ou 500 fois l'ensemble des collections de la bibliothèque du Congrès américain. Elle accompagne ainsi plus de 20 opérateurs majeurs dans le monde, parmi lesquels les cinq premiers opérateurs mobiles nord-américains (AT&T, Rogers, Sprint, T-Mobile et Verizon), 4 des 5 opérateurs de « backbone » Internet américains, et 7 des 8 premiers opérateurs de réseaux câblés.

La start-up californienne, dont le siège social est situé à San Mateo dans la Silicon Valley, compte 250 salariés, dont 50 à Montréal (Canada) et 140 à Gurgaon (Inde).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2017 à 18:43 :
Y a un domaine où Thales a des progres à faire c est la protections de la voix et data sur les Smartphones ! Elle se fait doubler par une PME française Qui équipe le CAC 40 et le medef international Avec son système Squareway de vivaction Son application marche sur tout les smartphones pas besoin de changer son téléphone et on peux garder ses applications ! Donc hyper facile a utiliser et 3 couches d encryptage possibilité même de charge du militaire ! La Turquie l Azerbaïdjan l iran sont entrain d adopter leur système
a écrit le 29/04/2017 à 10:24 :
@ABC , on a largement les compétences Mathématiques , MAIS a t on les moyen de les payer , ces boites californiennes sont souvent composées de mathematiciens et ingenieurs ....français....CQFD ;)
@latriubune, supprimez svp mon post précédent truffé de fautes ...je viens tout juste de me reveiller.
Réponse de le 29/04/2017 à 14:40 :
la logique "CQFD" est assez bancale. Une fois intégrés faudra bien les payer les ingé de Guavus. avec plus de 200 millions d'euros, on peut largement monter une start up et payer très décemment. Quant au rodomontades qui veulent toujours placer le français au centre de tout, il ya 200000 français dans la silicon valley. C'est beaucoup, mais c'est comparable aux Chinois et aux indiens qui sont pas mauvais en science aussi..
a écrit le 29/04/2017 à 10:23 :
@ABC , on a largement les competences Mathematiques , MAIS a t on le moyen de les payer , ses boites calforniennes sont souvent composées de mathematiciens et ingenieurs ....français....CQFD ;)
a écrit le 29/04/2017 à 8:06 :
Quand on connait la culture d entreprise THALES issue des bonnes vieilles stratégies et combines formées par les grands corps de l état français et la culture start up Californienne, ça va faire un choc d intégrer ça. Feu Alcatel avait en son temps racheté des boîtes US spécialistes des technologies IP, on a vu le résultat...ça m étonnerai que le gouvernement us continue à accorder le droit d analyse des données de ses réseaux télécoms à une boîte passée sous pavillon français. On aurait mieux fait de développer ce savoir faire en France, il y a largement les compétences mathématiques pour ça puisque le big data c est avant tout des maths.
a écrit le 28/04/2017 à 21:53 :
Bravo THALES et à son personnel très compétent dans ses nombreux domaines de prédilection... Que de chemin parcouru après les nombreux regroupements de diverses sociétés qui ont formé Thomson-CSF (Compagnie Sans Fil) puis THALES (sans accent) après changement de nom dans les années 2000 pour être plus international. ..
un toujours jeune retraité de Thales...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :