Zodiac  : après la colère d'Airbus, celle de certains actionnaires

 |   |  1001  mots
(Crédits : © Paul Hackett / Reuters)
Ce jeudi, lors de l'assemblée générale du groupe, la direction de Zodiac a été chahutée par certains actionnaires, agacés par la chute du cours de Bourse qui a sanctionné les retards de livraisons des sièges d'avions. Zodiac a indiqué que l'objectif de production d'A350 d'Airbus en 2016 était compatible avec les siens.

Après avoir essuyé mardi les commentaires acides de Fabrice Brégier, le Pdg d'Airbus, sur les retards de livraison des sièges de l'A350 de Zodiac Aerospace, la direction de l'équipementier aéronautique français a dû subir ce jeudi, lors de l'assemblée générale des actionnaires, la colère de certains actionnaires individuels, passablement irrités par la chute du cours de Bourse depuis moins d'un an (-46% depuis avril 2015) en raison de problèmes industriels

"Le cours de Bourse est à 19 euros et vous n'en avez rien à f..."

Un actionnaire s'est notamment distingué en en interpellant plusieurs fois le président du directoire, Olivier Zarrouati avec des mots rageurs tels que "il y a eu une faute majeure de management", "vous êtes incompétents", "avez-vous viré les responsables ?", ou encore en lançant au président du conseil de surveillance, Didier Domange, qui lui demandait de prendre un micro parce qu'il n'entendait pas ses propos : "le cours est à 19 euros et vous n'en avez rien à f... ".

Ce qui lui a valu une réponse de Didier Domange :

"sur ce point là, comme je suis le principal actionnaire, je suis quand même bien placé pour suivre le cours. Je suis navré pour vous, si vous avez investi à un moment qui n'a pas été favorable pour votre patrimoine. Pour d'autres dans la salle, le contraire s'est produit. Vous ne pouvez pas parler longtemps d'un problème qui a vu la multiplication par 100 ou 150 de la valeur de l'entreprise depuis son introduction en Bourse".

A un autre qui ne comprenait pas qu'un tel accident industriel puisse arriver à une entreprise comme Zodiac "qui n'est pas une start-up" et lui demandait s'il soutenait Olivier Zarrouati, Didier Domange a déclaré avoir répondu à cette question en novembre dernier avec la reconduction d'Olivier Zarrouati aux manettes opérationnelles du groupe.

Zodiac a bien compris les messages d'Airbus

Ce dernier a joué profil bas. La voix nouée, il a expliqué les causes de l'accident industriel et les mesures prises pour le résoudre. Interrogé sur les propos du Pdg d'Airbus, Olivier Zarrouati a expliqué avoir bien compris les messages.

"Nous avons analysé avec soin" le message délivré par le patron d'Airbus, Fabrice Brégier, a-t-il dit. "Le premier nous est destiné. Il s'agit de nous dire "Zodiac, ça suffit. Tant que vous avez un siège en retard, c'est insupportable. Vous devez corriger au plus vite". "Ce point là est destiné à être entendu comme tel. C'est fait (...). Lorsque le client nous fait passer un message, surtout s'il le fait passer avec une certaine énergie, notre préoccupation unique est de l'entendre. La réalité perçue par le client, c'est la réalité."

Les prévisions de livraisons d'A350 d'Airbus en 2016 compatibles avec les celles de Zodiac

L'autre message concerne la montée en cadence d'Airbus et sa prévision d'assembler plus de 50 A350 en 2016.

"Nous avions fait un forecast (prévision, ndlr) supérieur" en termes de capacités opérationnelles et inférieur sur le plan financier, a-t-il affirmé. "Donc l'annonce d'Airbus avant-hier est compatible" avec celle de Zodiac Aerospace, a-t-il assuré.

Pour rappel, mardi, Fabrice Brégier avait vertement critiqué Zodiac Aerospace, assurant avoir "beaucoup souffert avec Zodiac". "J'attends qu'ils réussissent à faire beaucoup mieux cette année, notamment parce que beaucoup de livraisons d'A350 sont directement liées à leur performance sur les toilettes et sièges. Oui, c'est un message", avait-il asséné en affirmant que l'équipementier était encore aux prises à des difficultés.

Il lui a demandé d'améliorer sa performance afin d'assurer les livraisons d'A350 en 2016 (50 contre 14 en 2015), et regretté que l'équipementier ait été "dans le déni" des difficultés qu'il rencontrait.

"Sur l'existence d'un déni, je laisse l'assemblée générale juger", a répondu Olivier Zarrouati.

325 millions de surcoûts de production en 2015-2016

Pour ce dernier, le groupe a pris des mesures et mis des moyens importants (325 millions d'euros) pour résoudre les problèmes. Aujourd'hui, le nombre de sièges en retard est de 300, contre 6.000 en avril 2015.

Ces mesures  concernent une plus forte centralisation du groupe avec un comité exécutif restreint, un reporting opérationnel plus strict qu'il ne l'était jusqu'ici et des visites plus fréquentes sur le terrain. En plus du manque de préparation de la capacité industrielle pour répondre à la hausse des commandes, la question du reporting est en effet centrale aux yeux d'Olivier Zarrouati pour comprendre la crise industrielle rencontrée par Zodiac. Allant jusqu'à parler de tricherie de certains collaborateurs dans la remontée d'informations, il a expliqué que les informations reçues par la direction ne correspondaient plus à la réalité sur le terrain. "Cela nous a fait perdre 6 mois", a-t-il expliqué.

La transformation de Zodiac prendra du temps. Le plan Focus, qui vise à transformer l'entreprise afin de lui apporter une organisation en phase avec sa taille, ne sera pas déployé en totalité à l'ensemble du groupe avant fin 2017.

Abandon des stock-options

Zodiac a modifié son système de rémunération des dirigeants. Les stock-options n'existent plus et son remplacées par un système d'attribution d'actions gratuites qui seront accordées au bout de trois ans si les objectifs de performance seront atteints, a expliqué Patrick Daher, le président du comité de rémunération de Zodiac (et président du groupe Daher). Une fois propriétaires des actions, les mandataires sociaux devront les conserver au moins deux ans. Au titre de l'exercice en cours, Olivier Zarrouati ne recevra pas de rémunération variable (252 000 euros l'an dernier et deux fois plus il y a deux ans). Son fixe s'élève à 620 000 euros.

Alors que Patrick Daher a expliqué que "la mission principale du Directoire était de rétablir la rentabilité", Olivier Zarrouati a indiqué que la marge opérationnelle serait d'environ 10% à l'issue de l'exercice 2015-2016, clos fin août, et qu'elle serait suivie par une augmentation de 2% au cours de l'exercice suivant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2016 à 19:30 :
Grandeur et décadence de l'industrie française ...
a écrit le 15/01/2016 à 10:56 :
En même temps quand on entend la description de l'organisation et de la qualité de l'usine d'Issoudun on ne peut pas être surpris du message d'Airbus et la réaction des actionnaires est totalement légitime au vu de la responsabilité du management dans les problèmes actuels.
a écrit le 15/01/2016 à 10:06 :
Il s'agit en réalité d'un problème de fond assez récurrent chez de nombreux sous-traitants qui rechignent à adapter leurs effectifs aux pics élevés de leurs carnets de commandes et se retrouvent ainsi en difficulté pour assurer les cadences de production qui en résultent.
a écrit le 15/01/2016 à 9:35 :
Bonjour,
Relisez votre article avant publication s'il vous plait, il y a beaucoup de coquilles.
Et le Président, c'est M. Dommange ou M. Domange ?
Merci
a écrit le 15/01/2016 à 8:30 :
"Allant jusqu'à parler de tricherie de certains collaborateurs dans la remontée "
De toute façon le top management ne sait / veut pas entendre les problèmes et les mauvaises nouvelles.
les lanceurs d'alerte sont sanctionnés / ou mal vus.
exemple des câblage de l'A380, du développement d'un certain moteur d'avion d'affaire.
Il y a un aveuglement des sièges.
toujours facile de faire sauter les fusibles....
c'est quand même un peu l'échec / les limites de la stratégie vendue par Zarrouati d'avoir une multitude de petites entités indépendantes et éclatées.

Reste que les fondamentaux de Zodiac sont très bons sur le long terme; même s'il y aura une dégradation persistante pendant quelques années
Réponse de le 15/01/2016 à 15:10 :
J'allais écrire la m^me chose que vous ! et j'allais rajouter que les méthodes de management à la VolksWagen ca conduit à des catastrophes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :