La Tribune

Les ventes de Burberry dépassent les attentes

latribune.fr avec Reuters  |   -  385  mots
Burberry a publié ce mardi un chiffre d'affaires meilleur que prévu au titre de son premier trimestre fiscal.

Le premier trimestre de l'exercice fiscal 2010-2011 de Burberry, publié ce mardi, se siolde par un chiffre d'affaires meilleur que prévu, stimulé par les ventes en gros, les recettes sous licence et par la demande de vêtements d'extérieur et les accessoires. Le chiffre d'affaires a ainsi crû de 24% à 282 millions de livres (337 millions d'euros) pour la période avril-juin, hors effets de change et prise en compte de la restructuration de sa branche espagnole. Les analystes attendaient 263 millions de livres en moyenne.

Les ventes en magasins ont affiché une croissance de 16% toujours hors Espagne et hors effets de change et de 10% à magasins comparables. Par rapport à l'an dernier, plus de produits ont été vendus à un prix non soldé. Un élément positif pour les marges, estiment les analystes.

Les ventes en gros ont bondi de 46%, aidées par des commandes en avance sur le trimestre. Et le groupe de maintenir son estimation d'une hausse un peu inférieure à 20% au premier semestre.

Le chiffre d'affaires des licences a augmenté de 14% au premier trimestre mais devrait reculer de 5 à 10% sur l'exercice en raison notamment du non-renouvellement d'une licence dans le domaine de la maroquinerie au Japon.

Objectifs révisés?

Il est toutefois trop tôt pour réviser les prévisions pour l'exercice, a déclaré la directrice financière du groupe de luxe britannique, Stacey Cartwright tout en se montrant optimiste sur l'évolution des ventes malgré le nombre croissant d'Etats adoptant des mesures d'austérité.

"Bien qu'il soit tôt dans l'exercice fiscal, les prévisions devraient être relevées. Ils doivent le faire pour justifier la prime du cours de l'action", note Dennis Weber, analyste chez Evolution. D'ailleurs après avoir bondi de 2,6% à l'ouverture de la Bourse de Londres, l'action ne gagnait plus que 0,70% à 795 pence vers 11h55 GMT. Le titre a même affiché en matinée la plus forte baisse de l'indice Footsie, avec un repli de 1,8%, à 775 pence.

Burberry a mieux traversé la crise que nombre de ses concurrents, grâce à une réduction des coûts, à des suppressions des postes, à une diminution des stocks et à un rétrécissement sa gamme.

En mai, le groupe a annoncé son intention d'accélérer son expansion, en ce concentrant sur les marchés émergents, le commerce en ligne et le textile pour homme.

 

 

Réagir