La Tribune

Vuitton : Bernard Arnault aurait "accéléré" l'annonce de la retraite d'Yves Carcelle

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Sophie Lecluse  |   -  350  mots
L'annonce du départ à la retraite du patron de la marque phare du groupe LVMH et celle du nom de son successeur Jordi Constans, venu de Danone, serait intervenue plus tôt que prévu.

Contrairement à la version de la communication de LVMH, Yves Carcelle, le président de Louis Vuitton, n'aurait pas tranquillement préparé sa succession et fait valoir son droit à la retraite. Selon nos sources, l'entreprise a annoncé bien plus tôt que prévu son départ programmé de l'entreprise. Ainsi, ce mercredi après-midi, le nom de son successeur a été révélé avec une certaine «anticipation ». Danone a en effet communiqué plus tôt sur le départ de Jordi Constans, actuel directeur général de Danone Produits Laitiers, qui doit succéder à Yves Carcelle début 2013, après un an de transition.

Ce choix d'une annonce brutale de Bernard Arnault pourrait, selon un proche des deux hommes, être la conséquence de l'indépendance progressive qu'avait acquise Yves Carcelle face au PDG du leader mondial du luxe.

Plus facile à contrôler

En vingt ans à la tête de la griffe au monogramme, Yves Carcelle a transformé le petit fabricant de malles en première marque mondiale du luxe, réalisant plus de 5,5 milliards d'euros de chiffres d'affaires et un résultat opérationnel (qui pèse la moitié de celui de LVMH) en éternelle croissance à deux chiffres. De quoi donner toute latitude à Yves Carcelle de déterminer sa stratégie sans en référer plus avant à celui que tous en interne surnomment « Dieu » lorsqu'il a le dos tourné.

L'arrivée à la tête d'une maison de luxe d'un spécialiste de la grande consommation, qui a passé vingt ans chez Danone au service du développement des marques de yaourt comme Activia ou Actimel, peut surprendre. Cet espagnol de 47 ans, sans grande expérience de la distribution en boutiques, apparaît au premier abord moins légitime et donc plus facile à contrôler par Bernard Arnault.

Le départ parallèle du designer de Louis Vuitton, Marc Jacobs, attendu selon la rumeur chez Dior, pourrait aussi avoir constitué un désaccord. Nommé en 1997 par Yves Carcelle, Marc Jacobs a formé avec lui un duo de choc pour imposer la griffe au quatre coins du monde.

 

Réagir

Commentaires

merci  a écrit le 15/09/2011 à 17:50 :

belle pub, quelle adoration pour cette marque ! c'est émouvant...