La griffe Sonia Rykiel va devenir chinoise

 |   |  345  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Sonia Rykiel est en négociations exclusives avec le holding d'investissement chinois Fung Brands, qui devrait reprendre 80% du capital au côté de la famille fondatrice.

Sonia Rykiel, une des dernières maisons de luxe française encore indépendantes, a confirmé, ce jeudi, l'information du Figaro selon laquelle elle serait entrée en discussions exclusives avec Fung Brands, holding d'investissement chinois, qui reprendrait 80% du capital.

Nathalie Rykiel, fille de la fondatrice, présidente et directrice artistique depuis 2007, avait déclaré en juillet dernier vouloir ouvrir le capital pour accélérer le développement international de la marque de luxe, fondée en 1968. Un mandat avait été confié à Laurence Danon, présidente d'Edmond de Rothschild. A l'origine, la griffe envisageait la cession d'une participation minoritaire.

De son côté, le président de Fung Brands, Jean-Marc Loubier, ancien responsable de Louis Vuitton et ex-PDG de Céline, fait valoir dans un communiqué : "Sonia Rykiel est une marque de très grande qualité. En apportant connaissance du secteur, savoir-faire industriel et moyens financiers, nous sommes confiants dans notre capacité à la développer et à en faire une marque globale de luxe internationale."

Le montant de l'investissement du fonds chinois n'est pas connu. La famille Rykiel devrait conserver 20% du capital de la maison et Nathalie Rykiel devrait prendre la vice-présidence du conseil d'administration.

Sonia Rykiel emploie 365 personnes. En 2010, le chiffre d'affaires consolidé s'est élevé à 90 millions d'euros, dont plus de la moitié a été réalisé à l'international et, en 2011, il a stagné. Jean-Marc Loubier espère le "doubler d'ici cinq à six ans". La marque, présente dans trente pays, est distribuée dans 65 boutiques et plus de 1.700 espaces de vente.

Ce n'est pas la première incursion du fonds d'investissement dans la mode ; il a déjà repris la majorité du drômois Robert Clergerie (chaussures de luxe) et du belge Delvaux (maroquinerie).  "Je me réjouis de l'arrivée de Fung Brands et de l'alliance avec la famille Fung. Leur connaissance du secteur de la mode, leur projet industriel et leur assise financière permettront de pérenniser la marque et de la développer avec succès sur de nouveaux marchés dans le respect de son identité", remarque Nathalie Rykiel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2012 à 9:36 :
Madame Rykiel, ne s'est pas inquiété de la marque Lejaby, qu'elle aurait pu reprendre par exemple, mais elle s'inquiète de grandir encore plus et plus vite, en demandant de l'argent aux Chinois, alors que sa mère à fondé sa marque toute seule, elle est née avec une cuillère en or dans la bouche!!!!!
a écrit le 27/01/2012 à 5:53 :
mais pourquoi toujours vouloir s'agrandir plus vite en passant par des fonds étranger... Si la marque est vraiment bonne elle grandira toute seul avec le temps.
a écrit le 27/01/2012 à 5:24 :
Rykiel c'est fini sa, tout juste bon a faire du made in china
a écrit le 26/01/2012 à 15:28 :
encore les Chinois !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :