La Tribune

Sodexo affiche un bénéfice semestriel en hausse de 18%

Michel Landel, directeur général de Sodexo - Copyright AFP
Michel Landel, directeur général de Sodexo - Copyright AFP
latribune.fr (source AFP)  |   -  483  mots
Le groupe français de restauration collective et de services aux entreprises Sodexo a publié jeudi un bénéfice en hausse de 17,9% au premier semestre 2011/2012, à 297 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 9,07 milliards d'euros (+9,7%).

Sodexo n'en finit plus de grignoter des parts de marché.  Le groupe français de restauration collective et de services aux entreprises Sodexo a publié jeudi un bénéfice en hausse de 17,9% au premier semestre 2011/2012 (clos fin février), à 297 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 9,07 milliards d'euros (+9,7%).

Sodexo confirme son objectif de croissance interne du chiffre d'affaires annuel 2011/2012 "de 6 à 7%", auquel il faut ajouter "4%" de croissance externe, et un résultat opérationnel en progression de l'ordre de 10% (hors effet de change et ajustement comptable lié aux retraites au Royaume-Uni), selon le communiqué du groupe. Il se dit toutefois "prudent" compte tenu de "l'environnement macroéconomique très incertain", et d'un" contexte inflationniste sur les denrées alimentaires".

Croissance interne solide

La hausse de l'activité repose sur "une croissance interne solide" à +6,4% et une progression de 3,9% liée aux acquisitions, notamment l'emblématique traiteur Lenôtre, acquis en septembre, mais surtout Puras do Brasil, alors n°2 brésilien de la restauration collective, et Roth Bros, une entreprise américaine de services aux entreprises.

Le résultat opérationnel progresse de 14,5% (+16% hors effets de change), à 559 millions d'euros, notamment en raison d'un ajustement comptable favorable de 26 millions d'euros lié au coût des plans de retraite au Royaume-Uni. Hors cet ajustement, le résultat opérationnel progresserait de 5,9%, selon Sodexo. Le résultat net ressort à 297 millions d'euros, en hausse de 17,9%. Sans l'ajustement, ce résultat net progresse de 10,1%.

Un contrat avec Unilever de 90 millions d'euros par an

Le groupe confirme également son objectif de "croissance annuelle moyenne de son chiffre d'affaires consolidé de 7%", et de "marge opérationnelle consolidée de 6,3% à la fin de l'exercice 2014/2015". Ces résultats sont obtenus grâce à une offre de services de plus en plus "globale", a souligné le directeur général Michel Landel lors d'une conférence téléphonique avec la presse. Au-delà de la restauration collective, Sodexo a progressivement élargi son offre aux entreprises afin qu'elles externalisent leurs services généraux.

Il a cité le contrat signé début mars avec 70 sites d'Unilever dans 15 pays européens (90 millions d'euros par an), et portant sur la restauration mais aussi toute une gamme de services comme la maintenance, la gestion des archives, le nettoyage, l'accueil... Ces services de "facilities management" sont un vivier de croissance pour Sodexo qui y a enregistré au premier semestre des progressions "trois fois" plus importantes de son activité que dans la restauration collective, a souligné Michel Landel.

La branche des cartes prépayées, type Chèque restaurant, chèque cadeau, enregistre un croissance de 11,5%, hors effet de change (+7,4% avec effets de change). L'activité de Sodexo reste tirée par les pays émergents, notamment le Brésil où le groupe est devenu leader de la restauration collective, après le rachat de Puras do Brasil. Ces pays émergents sont "un moteur de croissance" pour Sodexo, a ajouté le directeur général.

Réagir

Commentaires

Supreme  a écrit le 19/04/2012 à 11:56 :

Ben voila de quoi faire des économies à l'Etat! Sodexho à l'assemblée, Senat et ministères !!! Ça les changera, ils dormiront peut-être moins en sessions plénières et autres.

JB38  a écrit le 19/04/2012 à 9:39 :

Facile quand on fait de la junk-food. Facile quand la puissance d'achat permet de faire pression sur les matières premières en ruinant au passage les producteurs.Facile quand les collectivités sont sous des contraintes budgétaires draconiennes. Facile quand on connaît les conditions de travail et les salaires chez Sodexo.
18%...Combien pour les salariés? 0.