100.000 oeufs cassés... 5.000 aux Restos du coeur

 |   |  324  mots
(Crédits : AFP)
Après Ploumagoar (Côtes d'Armor) mardi et Carhaix (Finistère) mercredi, un collectif d'éleveurs en colère ont de nouveau détruit quelque 100.000 oeufs jeudi soir à Morlaix (Finistère)... et donné 5.000 aux Restos du coeur

"Les producteurs d'oeufs français sont aujourd'hui à bout. Après avoir lourdement investi pour mettre leurs élevages aux normes +bien-être animal+, ils doivent désormais faire face à une situation excédentaire, qui se traduit par une importante chute des cours et la dénonciation de contrats de production", affirme la FNSEA, principal syndicat d'agriculteurs en France. Pour la première fois ce vendredi, la fédération a réagi aux actions d'éleveurs bretons qui auront cassé des centaines de milliers d'oeufs ces derniers jours.

"Soulager" la trésorerie des éleveurs

La  FNSEA demande aux pouvoirs publics de "soulager" la trésorerie des éleveurs qui ont dû mal à honorer le paiement de leurs charges et de l'alimentation de leurs animaux. La Confédération paysanne, syndicat minoritaire, réclame de son côté que "la France et l'Union Européenne se dotent d'outils de régulation et de protection des marchés et des producteurs".

Prolonger le "vide sanitaire"

"L'interprofession a préconisé la fermeture de certains bâtiments et de prolonger le vide sanitaire", a expliqué à l'AFP Philippe Juven, président de l'interprofession, le CNPO (Comité pour la promotion de l'oeuf). Chaque année, les éleveurs renouvellent leurs poules pondeuses pour garder un niveau de productivité satisfaisant et, entre le moment où les poules anciennes partent et celui où les nouvelles arrivent, trois semaines de "vide sanitaire" sont requises. Le CNPO a donc proposé de prolonger cet espace de six semaines afin de parvenir à une pause dans la production de neuf semaines et faire baisser la production

Ploumagoar, Carhaix, Morlaix...

Après Ploumagoar (Côtes d'Armor) mardi et Carhaix (Finistère) mercredi, un collectif d'éleveurs en colère ont de nouveau détruit quelque 100.000 oeufs jeudi soir à Morlaix (Finistère) et  donné 5.000 autres oeufs aux Restos du Coeur. Ils protestent contre la faiblesse des cours, dans un contexte de surproduction, tout en appelant à une réorganisation de la filière.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2013 à 12:49 :
La majorité des ?ufs proviennent d'élevages INTENSIFS de Bretagne et d'ailleurs. Beaucoup d??ufs de la catégorie 3, qu'il faudrait ne plus acheter, vu le mode d'élevage. La catégorie 2 donne 4 m2 d'espace mais à l'intérieur des poulaillers industriels, surchauffés l'été.
Consultez la classification ci-dessous:
Code 0 : les ?ufs bio. ?ufs de poules élevées en plein air en conformité avec le cahier des charges de l?agriculture biologique (élevages moins denses, avec abris et végétation, alimentation bio à 90 %).
Code 1 : les ?ufs de plein air. ?ufs de poules élevées en plein air (parcours extérieur essentiellement recouvert de végétation, au moins 4m2 par poule).
Code 2 : les ?ufs au sol. ?ufs de poule élevées au sol (les poules sont élevées dans des bâtiments, et n?ont pas accès à l?air libre).
Code 3 : les ?ufs de batterie. ?ufs de poule élevées en cage (les poules sont entassées dans des cages souvent peu aménagées, avec à peine l?équivalent d?une feuille A4 de surface de vie).

Mon choix est tout fait !! Les catégorie 2 & 3 exclues lors de mes achats !!

Aux éleveurs: La qualité, rien que la qualité !!


a écrit le 12/08/2013 à 11:48 :
innovez, investissez ! arrêtez d'attendre les subventions ; il y en a qui le font et qui réussissent ! quand on entend les agriculteurs demander de l'aide parce qu'une année il ya trop de pluie, l'autre pas assez ou trop de soleil ou pas le soleil qu'il faut ...etc ! l'agriculture a toujours été soumise aux aléas du temps !? non ?! et quand ils gagnent de l'argent, là par contre c'est le leur et pas celui de la communauté.. Ras le bol de tous ces geignards qui par ailleurs se foutent complètement des autres en produisant des produits plein de pesticides qu'ils ne mangent pas eux-mêmes, ils le disent même à la TV ! honteux ! ils ont été assistés pendant des années sans contre-parties.
a écrit le 12/08/2013 à 9:17 :
Les producteurs de lait qui déversent le lait au-dessus des quotas dans les champs proposent souvent de traiter le lait, de "l'emballer" (ce qui leur coûte du temps et de l'argent donc se sont des pertes supplémentaires) et de le donner aux resto du coeur, mais les resto du coeur refusent de venir le chercher. Les resto du coeur pourraient avoir plus de 5% des stocks alimentaires gâchés, si ils le voulaient.
Réponse de le 12/08/2013 à 14:18 :
ce qui coûte cher c'est le transport ! et surtout là c'est du transport de produit frais ! les restaus du coeur n'en n'ont pas les moyens. c'est de la fausse générosité et uniquement pour faire semblant car tout le monde trouve honteus de jeter de la nourriture ! honte à vous alors qu'il y a de plus en plus de gens en france et ailleurs qui ne mangent pas à leur faim !
a écrit le 12/08/2013 à 8:28 :
La gauche assiste son electorat de fonctionnaires. La droits a toujours favorise son électorat paysan, rendant la France championne des subventions et aides multiples et variées, conduisant tout le secteur primaire à l'assistanat...Bon sang, investissons dans la recherche, les filiaires d'avenir et cessons encore une fois de maintenir coûte que coûte sous perfusion des pans entiers de l'économie. Les paysans se plaignent de l'Europe qui les maintient en vie à grand coup de PAC, ils se plaignent des investissements, de la distribution, des intempéries. Mais arretez d'etre suicidaires, recyclez-vous.
a écrit le 12/08/2013 à 0:21 :
La production d'oeufs, c'est l'histoire de gens qui ont fait des investissements massifs pour augmenter la production quand les cours étaient à la hausse. Seulement voilà, quand la tendance se retourne, largement due aux surcapacités liées à ces investissements, ces chefs d'entreprises s'en prennent comme toujours à ceux qui ne sont pas responsables des conséquences de leurs choix. Toujours la même chanson quoi....
a écrit le 11/08/2013 à 20:12 :
qui casse un oeuf casse un boeuf. qui casse un oeuf, nettoie, après. Sinon, dépôt de plainte des collectivités : mais non, elles n'ont pas le courage de le faire, et préfèrent faire payer tous les Français. Je n'ai rien à voir avec ces autodafés d'oeufs. Je demande un remboursement de la part de nettoyage que je paie sur ma feuille d'impôt. Ras-le-bol cette France forfaitaire tu l'aimes ou tu la quittes. Je suis là, alors maintenant, vous allez faire avec moi !
a écrit le 11/08/2013 à 14:57 :
Ayons une pensée pour toutes ces poules ouvrières exploitées et non rémunérées en bon grain, et qui ne bénéficieront pas d'une retraite méritée.
Réponse de le 11/08/2013 à 15:46 :
@PC: tu connais beaucoup de poules en batterie qui cotisent 42 ans ? bon, sauf peut-être à Pigalle :-)
a écrit le 11/08/2013 à 13:13 :
Mais que font les chambres d'agriculture ? Pourquoi autoriser la création de nouveaux élevages ? J'ai entendu
sur France 3 picardie, la création d'un élevage de plus de 100 000 poules , Y-a-t-il des subventions ? comme
pour les agriculteurs pour une mise aux normes ? pour laquielle il y a eu un prix de référence au m² car des
devis étaien t fantaisistes ? J'ai lu qu'il faille donner ? OUI MAIS, nous ne sommes pas dans les années 195O
des aides importantes existes ! TANT QUE TOUT LE SOCIAL NE SERA INDIQUE AUX IMPOTS (Non imposable bien sûr)NOUS AURONS TOUJOURS DES PERSONNES QUI POURRONT DIRE ETRE SANS
LE SOUS !
a écrit le 11/08/2013 à 10:10 :
J'ai lu hier que, lors de la mise en conformité avec les normes de surface "améliorée", certains en ont profité pour augmenter leur surface d'élevage de 30 jusqu'à 50% (il y aurait des élevages de 100 000 poules !). Plus de poules = plus d??ufs, et s'il y en avait assez, maintenant, on en a trop. A vouloir trop gagner ! Mais qui donne les autorisations d'agrandissements ? A quoi bon en produire plus s'il n'y a pas de débouchés déjà repérés pour les écouler ?
Réponse de le 11/08/2013 à 15:50 :
@photo73: c'est vrai qu'au mètre carré, ça laisse la rue Saint denis loin derrière :-)
Réponse de le 11/08/2013 à 20:47 :
@ Patrick: vous avez l'air de bien connaître Paris...
a écrit le 11/08/2013 à 8:43 :
je vois que nombre des lectiers sont ciontre .Alors, pourquoi continuez vous à coànsommez des oeufs? Ils sont issus de camps de torture. arretez d'acheter des oeufs et des produits en contnat; cest simple, non?
Je suis vegan, donc aucun produit animal. Je le fais depuis des années et men porte bien MIEUX.
Je n'en remangerai un jour que si j'adopte des poules issus de ces elevages honteux, pour leur eviter l"abattoir, et si elles font des oeufs lorque j'aurai un jardin où elles vivront avec mon amour, en liberté et pourquoi pas, en animaux de compagnie.Elles sont intelligentes et adorables, les poules, comme tous les oiseaux.
Mais elles aiment couver et faut toujours penser à leur en laisser, des oeufs. 1oeuf/mois me suffirait, et encore, j'en ai pas besoin. Soyons pas des voleurs, mangeons nos ovules(je rigole, hein)!
Réponse de le 11/08/2013 à 14:54 :
Faites plus court en essayant d'écrire en français...votre post y gagnera en intérêt.
a écrit le 11/08/2013 à 8:34 :
Ces pauvres poules qui s'etouffent les unes sur et contre les autres pour produire plus à moindre frais....au final... produisent TROP!!! ils font de la surproduction avec des élevages sans fin...Immenses camps pré-charnier où d'ailleurs des très faibles meurent tant la vie y est impossible. Et sont arrosés d'antibiotiques, du coup.Ce qui, pour sa majesté l'homme, n'est pas bon à cause des microbes résistants qui y sont sélectionnés. L'homme crève de sa bêtise. Sera t il sauvé par son intelligence ou l'étouffera t il comme il censure les images du réel de L214?
a écrit le 10/08/2013 à 20:57 :
Ras le bol de voir l'agroalimentaire pleurer sur ce qu'elle provoque, elle doit, elle seule porter les conséquences de ses inconséquences; moins de poules = moins d'?ufs ou moins d'?ufs = moins de poules. Dans les deux cas c'est pareil, il est malheureux que ceux qui produisent ne savent même pas comprendre cela, par contre pleurer ca ils savent faire, essuyez vos larmes de crocodile, au fait le crocodile ne ponde t il pas lui aussi???
a écrit le 10/08/2013 à 20:30 :
pourquoi les oeufs en vente directe à la ferme sont-ils plus chers qu'en supermaché ?
comme le lait, le fromage, les patates ??? il n'y a pas d'intermédiaire .
Réponse de le 10/08/2013 à 21:49 :
Parceque quand on peut pleurer, on pleure, et quand on peut entuber les parisiens qui viennent chercher leurs oeufs a la ferme, on les entube.
Idem quand on peut entuber son collègue paysan, on l'entube.
Pas de quartier, c'est le monde agricole.
a écrit le 10/08/2013 à 19:51 :
Les vieux réflexes demeurent, aller demander une subvention à l'état, et quand elle ne vient pas assez vite on casse tout... L'état ne pouvant pas faire grand chose pour faire remonter les cours seules des aides peuvent être fournie.
Depuis plus de trente ans on subventionne l'agriculture à fond perdu, on a donné des milliards à des gens (qui se sont empressé d'acheter des tracteurs étranger) qui ont finit par prendre l'habitude de recevoir de l'argent de l'état ou de l?Europe. Si seulement on avait donné tout cet argent à l'industrie !!!!
Pour faire des économies, commençons par privatiser l'agriculture!
Réponse de le 10/08/2013 à 21:50 :
On peut dire que nombre de paysans sont devenus des fonctionnaires, je suis complètement d'accord.
Réponse de le 11/08/2013 à 8:50 :
Les agriculteurs (eleveurs) sont à notre charge parce qu'ils ont coutume de vampiriser les animaux d'une maniere ignoble et sont déshonorés de ce fait. et donc, en tant que vampires,ils ont pris le pli. les fonctionnaires donnent bcp, ils ne sont pas augmentés depuis des années, perdent en pouvoir d'achat. Sont 2 fois moins payés pour certaines professions comme la mienne (psychologue) que dans le privé. et ont perdu leurs avantages qui auraient pu compensé .
a écrit le 10/08/2013 à 16:58 :
...et des poules. savez vous qu'il "faut" tuer les poussins mâles pour ne garder que les poules? Avant d?être scandalisé que ces gens jettent leurs oeufs, intéressez vous aux broyeuses de poussins..une atrocité insoutenable. Un ?uf est encore pire que la viande? Peut etre... en tous cas, ces gens ont perdu des clients,car de plus en plus de personnes veulent en finir avec ces pratiques atroces et deviennent vegan.
a écrit le 10/08/2013 à 16:54 :
Le supplice des poules dure entre 1an et 2 où elles ne sortent de leur cages que pour un parfois TR7S long voyage sans boire ni rien, dans une caisse, où les malheureuses sont empilées pour aller dans un abattoir.La mort ne sera pas tendre non plus. souvent mal egorgées, mal tuées, elles finissent souvent vivantes dans un bac d'eau bouillante pour être plumées comme les poulets dindes canards, pigeons,et oies..etcetc. !!! Les poules sont des animaux intelligents et sensibles qui peuvent vivre jusqu?à 15 ans.. Elle vivent un enfer (à regarder sur le net ), enfer de A à Z .
les oeufs, c'est atroce! Y en a marre de financer des tortionnaires. Ce monde est...IMMONDE.
a écrit le 10/08/2013 à 16:45 :
Ils ont encore frappé, detruisant des centaines de milliers de ces billes si anodines en apparence et pourtant, en coulisse, causes d'une des plus enormes monstruosités generées par l'humanité.

Faut porter ça à la cour européenne des droits de l?homme:
Poules en batterie : images censurées

je viens de recevoir une lettre qui demande delaide pour payer une condamnation injuste et honteuse au benefice d'eleveurs de poules dans l?illégalité. Lire sr le site L214 la teneur precise.
Appel à soutien


La justice vient de condamner L214 à payer une somme conséquente à deux élevages de poules pondeuses en batterie pour « atteinte à la vie privée ».

Qu'en est-il ? Voici les faits :

Il y a quelques mois, L214 reçoit deux témoignages vidéo. Ce sont deux élevages en batterie, des bâtiments gigantesques comptant des milliers de poules enfermées dans des cages non conformes à la réglementation. L'un se trouve en Saône-et-Loire, l'autre dans l'Ain.

Conformément à notre mission de protection animale, nous en informons les autorités vétérinaires et demandons aux élevages de corriger la situation. Nous avertissons également les supermarchés qui commercialisent ces ?ufs, notamment Carrefour, Super U et Monoprix.

En réponse, les deux exploitants assignent L214 en justice, au motif que les images ont été obtenues sans autorisation.

Juillet : la justice tranche... en faveur des éleveurs. Nous recevons l'interdiction d'utiliser les images et de les porter à la connaissance du public. De surcroît, L214 est condamnée à payer des réparations financières aux deux élevages.

Pourtant, des rapports d'inspection vétérinaire font eux-mêmes état de non-conformités. Pourtant, au moment où je vous écris, des poules sont en souffrance et il nous est défendu d'agir pour elles.

Quelle justice ordonne de fermer les yeux sur la détresse d'êtres vivants ?

Si vous pensez qu'on ne peut rester sans réagir, vous avez la possibilité de nous y aider : L214 a fait appel de la décision mais à ce jour, le jugement et l'appel de notre condamnation s'élèvent déjà à plus de 6000 ?.

Nous faisons appel à votre générosité pour nous aider à couvrir ces frais.



Quel que soit le montant de votre soutien, il nous permet d'agir de notre mieux pour les animaux. Battons-nous pour ces poules et notre liberté d'informer.

Merci d'être aux côtés des animaux,


L214

a écrit le 10/08/2013 à 14:18 :
Décidemment on trouve même des experts de l'agriculture sur LT !! C'est quand meme incroyable c'est gens qui commentent alors qu'ils ne savent même pas de quuoi ils parlent...
Réponse de le 10/08/2013 à 14:27 :
+100 000 -5000 pour le resto du coeur !
Réponse de le 10/08/2013 à 14:34 :
explique nous alors, chiche ?
a écrit le 10/08/2013 à 14:03 :
J?achète mes ?ufs à un paysan, 2 ? la douzaine, et c'est des vrais ?ufs de poules qui gambadent dans la nature , et pas de poules en camp de concentration.
Faut pas qu'ils se plaignent, quand on produit de la m....on a du mal à la vendre.
Réponse de le 10/08/2013 à 14:36 :
eh oui, circuit court, union de producteur ou otage de la GD, il faut savoir choisir un mode de commercialisation et pas se contenter de produire en pleurant sur les cours !
a écrit le 10/08/2013 à 12:50 :
C'est déjà pas mal 5 000 oeufs. Quand les fonctionnaires sont en grève, que revient t-il aux restos du coeur si ce n' est une augmentation de nos impôts , taxes et autres désagréments de la vie quotidienne ...pour aller travailler ?
Réponse de le 10/08/2013 à 14:21 :
auycun rapport
Réponse de le 10/08/2013 à 17:11 :
quand je fais greve, je ne jette rien et je paie ma journée de greve en n?étant pas payée!
Les industriels du vivant sensible que sont les eleveurs font de la surproduction avec des élevages sans fin...Immense pré-charnier où d'ailleurs des tres faibles meurent tant la vie y est impossible. Et sont arrosés d'antibiotiques, du coup.Ce qui, pour sa majesté l'homme, n'est pas bon à cause des microbes résistants qui y sont sélectionnés. L'homme crève de sa bêtise. Sera t il sauvé par son intelligence ou l'étouffera t il comme il censure les images du réel de L214?
a écrit le 10/08/2013 à 12:28 :
... pour ces "malheureux" producteurs qui sont victimes d'une surproduction et d'une baisse des prix. Oups ! Surproduction ? Mais qui donc sont ceux qui surproduisent ? Oh, étonnement ! Ce sont ces mêmes producteurs qui gueulent aujourd'hui comme des putois dans les rues.Tiens, mais pourquoi ?peut-être parce qu'ils avaient flairé la .. "poule aux oeufs d'or" (!) , qu'ils comptaient bénéficier de larges subventions comme beaucoup d'agriculteurs/éleveurs et donc qu'ils comptaient vivre grassement aux frais de toute la société, comme des bons petits parasites. Aujourd'hui, pas de chance, ils ont joué et ils sont en train de perdre. Juste retour des choses. Maintenant qu'ils soient assez abrutis, mesquins et crétins que pour détruire leur production au lieu d'avoir l'élémentaire bon sens d'en faire don à certaines organisations ou de les offrir aux plus démunis (il y a tout de même un bon quart de la population française qui vit sous le seuil de pauvreté et plus de 30 % des "bons françaisé" qui font les poubelles pour survivre - chiffres officiels), est une autre histoire. En outre, en faisant don de leur production, ils auraient (peut-être) gagné un tout petit peud e sympathie auprès du public au lieu de passer pour cequ'ils sont réellement : des parasites décérébrés qui méritent ce qui leur arrive.
a écrit le 10/08/2013 à 10:05 :
On pourrait demander à Peugeot ou à Renault de donner aux pauvres leurs voiture invendues.
Quand on fait dans le pathos, on va jusqu'au bout!! Si ils avaient donné tous leurs oeufs au resto du coeur, tout le monde s'en foutrait et on ne serait pas là à en débattre.
Réponse de le 10/08/2013 à 11:33 :
l'argument est fallacieux, psa n'a pas brûlé de voitures devant les préfectures ...
a écrit le 10/08/2013 à 8:44 :
Surproduction... Ils n'ont qu'a reduire leur voilure.... Le contribuable n'est pas la pour assurer un prix plancher..... Ils sont comme des moutons: si pour le voisin cela a marche alors j'y vais. Pas d'etude de marche rien. Maintenant qu'ils se debrouillent.
Réponse de le 10/08/2013 à 9:40 :
pour reduire la voilure.... doivent ils mettre des bouchons dans le c.ls des poules pour qu'elles ne pondent pas? ? ? ?
(c'est de l'humour test)
a écrit le 10/08/2013 à 7:33 :
Mais le problème, ce n' était pas les voleurs de poules?
a écrit le 10/08/2013 à 1:37 :
Les restos du c?ur n'ont pas le droit de réclamer ce qui ne leur appartient pas. On peut aussi souhaiter que Monsanto leur donne des produits OGM gratuitement ! Cela fera des heureux vous croyez ?
Réponse de le 10/08/2013 à 12:49 :
Les restos du coeur de réclament rien ... juste un minimum d'intelligence. mais faut pas trop demander à des français, et surtout pas à des parasiets qui vivent d'aides et subsides escroqués.
a écrit le 10/08/2013 à 0:50 :
vraiment trop génial!
a écrit le 09/08/2013 à 23:35 :
surproduction , ce sont quand même les éleveurs qui en sont la cause , non seulement ils doivent se demmerder tout seul mais encore réguler EUX MÊMES la surproduction .J'en ai assez de payer pour des mecs qui font des con............et qui demandent l'aide de l'état!!
Réponse de le 10/08/2013 à 8:58 :
le problème est toujours le même, des prix de vente en dessous des prix de reviens pour les producteurs, et des prix en grande surface qui ne baisse pas.
a écrit le 09/08/2013 à 22:15 :
La destruction de tous ces ?ufs, ça a l'effet voulu ? Faire remonter les cours, par magie ? Ou faudrait-il en détruire des millions ? Voire avoir moins de poules (ça leur ferait plus d'espace chacune, pas besoin de travaux de mise aux normes (trop tard).
Vivent les poules en plein air !!! Cot cot cottt.
a écrit le 09/08/2013 à 21:12 :
La FNSEA dans toute sa splendeur. Chirac n'est plus là pour répondre à leur moindre désir. Un monde lointain pour Sarkozy. Ça a l'air d'accrocher avec Le Foll. Dans tous les cas on leur permet tout. Si l'envie vous prenait de faire 1/100 de leur détérioration, sortez le carnet de chèque et préparez le séjour à l'ombre ... Et toujours à se plaindre auprès de l'Etat quand les prix dérapent, mais vous avez entendu personne lorsque les prix des céréales ont flambé ..,
a écrit le 09/08/2013 à 18:06 :
On revient toujours aux subventions... et la double facture pour le consommateur.
Réponse de le 09/08/2013 à 18:45 :
C'est hallucinant le glissement sémantique substituant la notion de rendement agricole par la notion de "surproduction" ou "d'excédant". A croire que personne ne crève de faim dans le monde et qu'il est impossible d'exporter des oeufs si la demande française ne suffit pas à absorber la production locale.
Réponse de le 10/08/2013 à 8:37 :
EUR 0.75 le kg payé au producteur se traduit par environ EUR 0.04 l'oeuf HTVA, prix devenant, emballés par 6 ou 12, entre EUR 0.11 et 0.30 TVAC (5.5%) l'un en grande distribution. Cherchez l'erreur!
Réponse de le 10/08/2013 à 11:31 :
les producteurs n'ont qu'à s'entrendre entre eux pour la commercialisation, ils seront d'autant plus forts vis à vis de la grande distribution qui profite largement de leur désunion
Réponse de le 10/08/2013 à 17:11 :
C'est vrai, je ne comprends pas pourquoi les producteurs d'oeuf (mais aussi de viande, de fruits,...) ne s'unissent pas dans une sorte coopérative nationale, éventuellement cogérée par les syndicat, qui serait chargée de la commercialisation de leur produits. A mon avis, comme ça, ils pourraient plus facilement imposer leurs prix de vente. Ils pourraient même pousser le bouchon en shuntant les grossistes intermédiaires qui parait-il font des marges colossales. Enfin ce n'est que mon avis. C'est peut être plus facile à dire qu'à faire, mais plutôt que de se plaindre, ça voudrait le coup d'essayer je pense.
a écrit le 09/08/2013 à 17:56 :
ils n'auraient pas pu faire l'inverse ? beaucoup de paysans ont toujours préfèrer détruire plutôt que donner... ça ne les empêchent pas de toujours demander beaucoup.
Réponse de le 10/08/2013 à 9:42 :
+1
a écrit le 09/08/2013 à 17:46 :
...assez stupides ces agriculteurs....ils s'en rendent compte, c'est déjà bien ... mieux valait le faire avant....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :