L'ex-Seita délocalise une partie de sa production de Gauloises et de Gitanes en Pologne

 |   |  587  mots
Suite à la hausse du prix des cigarettes intervenue début janvier, les ventes chez les buralistes ont dégringolé. (Photo : Reuters)
Suite à la hausse du prix des cigarettes intervenue début janvier, les ventes chez les buralistes ont dégringolé. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La plus importante usine de cigarettes de France, située à Nantes, qui produit des Gauloises et des Gitanes pour la filiale d'Imperial Tobacco devrait fermer. Sa production sera délocalisée en Pologne. 327 emplois sont en jeu.

Tout un symbole. Le fabricant de cigarettes Seita, filiale du groupe britannique Imperial Tobacco, devrait annoncer son projet de fermer son usine de Nantes, qui emploie 327 salariés, dans le cadre d'un plan de restructuration, révèle Le Figaro ce lundi. L'entreprise a convoqué un comité central d'entreprise extraordinaire pour mardi, selon les informations du quotidien.

La plus importante des deux dernières usines de France

Située à Carquefou, dans la banlieue de Nantes, l'usine est la plus importante des deux derniers sites de production de cigarettes en France.  L'année dernière, elle a produit 12,2 milliards de cigarettes blondes : principalement des Gauloises et des Gitanes.

Selon les informations du Figaro, la production nantaise sera délocalisée en Pologne, mais une partie pourrait aussi être transférée au Royaume-Uni, sur le site de Nottingham.

La restructuration, qui serait annoncée mardi, devrait comprendre également la cession du centre de recherche et développement de Bergerac, en Dordogne (30 salariés) et une réorganisation de la force de vente "sans impact sur l'emploi", selon un représentant du personnel cité par Le Figaro. Le centre de battage de tabac du Havre (100 salariés) et l'usine de Riom dans le Puy-de-Dôme(200 salariés, 9 milliards de cigarettes) devraient en revanche être préservés.

Un quart du marché français

La Seita (Société nationale d'exploitation industrielle des tabacs et allumettes), qui fabrique les marques Gauloises, News et Gitanes et dont le siège se trouve à Paris, emploie environ 1150 salariés sur cinq sites en province : deux usines de production de cigarettes, à Nantes et Riom, une usine de traitement du tabac au Havre (Seine-Maritime), deux centres de recherche à Bergerac et Fleury-les-Aubrais (Loiret).

Ex-régie publique française des tabacs, le fabricant avait été privatisé en 1995 et rebaptisé Altadis entre 1999 et 2008, après la fusion avec son homologue espagnole, la Tabacalera, pour ensuite être repris en 2008 par Imperial Tobacco, qui avait alors supprimé la moitié des effectifs soit un millier d'emplois. Plus aucun Français ne siège au conseil d'administration depuis 2010. En France,  l'entreprise détient toujours 25,3 % du marché. Une qui part a reculé de 4% depuis 2008. 

La hausse du prix des cigarettes se fait sentir

Imperial Tobacco a lancé un plan d'économie de 385 millions d'euros d'ici à 2018, dont 72 millions cette année, explique Le Figaro. Si au niveau mondial, la baisse de ses ventes en volume est largement compensée par les augmentations de prix, dans la zone regroupant Espagne, France, Maroc et Algérie, son chiffre d'affaires a baissé de 5% l'an passé, à 1,824 milliard de livres, et son résultat opérationnel de 8%, à 792 millions. Même si elle reste supérieure à la moyenne du groupe, la marge se réduit à 43% du chiffre d'affaires, alors qu'Imperial Tobbacco s'est fixé comme priorité la hausse de ses profits dans ces pays.

En France, suite à la hausse de 20 centimes du paquet de cigarettes intervenue début janvier, les ventes chez les buralistes ont dégringolé de 8,9 %en volume et de 2,2% en valeur sur les trois premiers mois de l'année.

Gauloises et Gitanes restent des marques stratégiques

Ce déplacement de la production est d'autant plus stratégique que les deux marques Gauloises Blondes et Gitanes Blondes sont considérées comme cruciales. Les premières connaissent de bons chiffres de vente en Russie, Turquie, Grèce, Allemagne et Algérie tandis que les secondes auraient un fort potentiel sur le marché irakien. Quelque 60 % de la production de l'usine nantaises est destinée à l'exportation en Europe, Afrique et Moyen-Orient.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2014 à 11:31 :
Malheureusement, je fume! Et, je ne sais pas si elle viennent déjà de Pologne, mais les dernières cigarettes que j'ai achetées avaient plutôt "desséchées": elles s'éteignent constamment et les filtres me restent dans la main...Même ça, c'est mal fait!
Réponse de le 07/09/2014 à 15:57 :
C'est normal qu'elles s'éteignent... Elle ont une sécurité maintenant! Pour éviter les incendies... Culture générale quand tu nous tiens -_-"
Réponse de le 21/04/2015 à 14:38 :
moi j'ai acheté des bleus,et bien dans le premier que j'ai ouvert il y avait les filtres mais pas les cigarettes au bout(3),et dans 2 autres les filtres ne tenaient pas,au prix ou sont les clops aujourd'hui j'estime que l'on pourrait avoir quelque chose de bien,est ce que quelqu'un a eut le même problème?merci
a écrit le 14/04/2014 à 21:12 :
Il n'y a plus de véritables Gauloises en France de toute façon, mais les Gitanes devraient venir de Roumanie pour faire plus vrai :-)
a écrit le 14/04/2014 à 15:30 :
Kouchner avait porté un sac de cigarettes au lieu d'un sac de riz, les français auraient toujours autant fumé.
a écrit le 14/04/2014 à 15:29 :
Il s'est délocalisé aussi en Pologne ou il n'existe plus que dans nos cœurs ?
Décidément, Nantes est martyrisée.
Ils en auront besoin de la justice sociale eux aussi.
a écrit le 14/04/2014 à 14:21 :
Merci l'Europe!
a écrit le 14/04/2014 à 14:19 :
Pourquoi ne pas vendre les cigarettes encore plus cher pour sauver des emplois ? En plus ce serait bon pour la santé des francais
Réponse de le 14/04/2014 à 15:31 :
Excellente idée. Les fumeurs réclament cette mesure.
Réponse de le 14/04/2014 à 21:17 :
@Carlier: pour sauver des emplois polonais, voire chinois, et augmenter les profits, c'est une idée géniale :-)
a écrit le 14/04/2014 à 13:23 :
La courbe du chômage "s'inverse"??? LAMENTABLE! paroles, promesses, que du vent, mensonges éhontés, hypocrisies, la main sur le coeur...ces individus nommés politicards sont écoeurants...
a écrit le 14/04/2014 à 12:58 :
Je ne fume pas... mais HONTE à eux !
a écrit le 14/04/2014 à 12:01 :
C'est bizarre ils ont une deuxieme usine en France qui tourne a moitié régime et plutôt que de la remplir ils délocalisent en Pologne: Puisqu'ils délocalisent quel est l'intérêt de fumer des gauloises maintenant par rapport aux marques anglo-saxonnes ? Aucun il faut passer a la concurrence
Réponse de le 14/04/2014 à 13:39 :
Eh oui, vous avez bien saisi l'illogique de la chose... ;)
a écrit le 14/04/2014 à 10:36 :
Il me semble qu'il y avait l'engagement de ne procéder à aucune délocalisation ni licenciement lors de la privatisation? Me trompe-je?
a écrit le 14/04/2014 à 10:32 :
Votre peur du plombier Polonais a était un échec total.
a écrit le 14/04/2014 à 9:55 :
Il est ou Montebourg ? Tout fout le camp même les clopes .En voulant les produire moins chères on pourra augmenter les taxes.Et surtout les retrouver enfin moins chère sur le marché noir avec un détour par l'iran ou la turquie comme les blondes
Réponse de le 14/04/2014 à 13:25 :
la France se délite, se liquéfie, se vend, s'éventre...les technocrates sont heureux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :