Embargo russe : quel coût pour l'agroalimentaire français ?

 |   |  808  mots
Les chiffres exacts concernant le total des échanges de produits agricoles entre la France et la Russie diffèrent presque du simple au double selon la source.
Les chiffres exacts concernant le total des échanges de produits agricoles entre la France et la Russie diffèrent presque du simple au double selon la source. (Crédits : REUTERS)
Moscou a décidé d'interdire "totalement" l'importation de produits agricoles en provenance de l'Union européenne. La France, l'un des premiers producteurs mondiaux, sera donc affectée, mais jusqu'à quel point?

Le Kremlin s'impatiente. Mais quel sera impact réel pour l'agriculture française de l'embargo "total" confirmé ce jeudi par Moscou? Celui-ci porte sur une liste de produits agricoles en provenance de l'Union européenne (mais aussi des Etats-Unis, d'Australie, du Canada et de Norvège), mesure de rétorsion contre les sanctions imposées contre le pays en raison du conflit ukrainien, sans être indolore, aura un effet relativement limité. Du moins, comparé à l'ensemble des exportations agricoles françaises.

Entre 619 millions d'euros...

Problème: selon les sources, les données diffèrent. Ainsi, selon les Douanes françaises, en 2013, la France a exporté pour 619 millions d'euros de produits agroalimentaires vers la Russie. Soit 3% de plus que l'année précédente.

A titre de comparaison, l'excédent commercial total engrangé par la France grâce au secteur agroalimentaire a atteint 11,6 milliards d'euros l'an dernier (dont 3,7% pour les seuls produits agricoles qui ne tiennent pas compte des boissons).

Et 1 milliard

En outre, les ventes de produits agroalimentaires français à la Russie ne représentent "que" 8% du total de ses exportations vers ce pays, selon des chiffres de la Direction générale du Trésor. Laquelle précise que ce chiffre est probablement sous-évalué, les douanes russes estimant à environ 1 milliard d'euros les importations du pays de produits agroalimentaires en provenance de l'Hexagone. Il est ainsi précisé:

Outre le fait que les méthodes de calcul diffèrent d'un pays à l'autre, cette divergence est également due au fait que de nombreux produits agroalimentaires, notamment les vins et spiritueux, transitent par certains pays de l'UE sans que les douanes françaises ne connaissent la destination finale des marchandises.

La France, "cave à vin " de la Russie

D'ailleurs, la France est le premier fournisseur de la Russie en vins et spiritueux (21,7% de parts de marché), mais cette catégorie a été épargnée.

En revanche, dans le détail, la facture n'est pas anodine pour trois autres catégories de produits. Il s'agit, détaille pour La Tribune Olivier Bouillet, directeur du bureau en Ukraine d'Agritel, cabinet indépendant expert des matières premières agricoles:

"des viandes et poissons (ainsi que les produits transformés à base de produits animaux) qui représentaient 143 millions d'euros l'an dernier; les œufs, le lait et les plats préparés (156 millions d'euros) et enfin les légumes, céréales et oléagineux (157 millions d'euros)."

En tenant compte d'autres produits comme par exemple les condiments, Agritel comptabilise pour 2013 un total de 745,81 millions d'euros de produits agricoles exportés. Un total réalisé à partir de données provenant des douanes russes, qui diffère donc, une fois de plus, des données avancées par les Douanes françaises, et de celles retenues par le Trésor.

Le porc européen, déjà interdit de séjour en Russie

A noter: concernant le cas particulier la viande porcine, un embargo avait déjà été imposé par la Russie, que, selon le site spécialisé EurActiv, la France, le Danemark et les Pays-Bas avaient tenté de faire lever.

Effet collatéral, la principale région productrice de viandes carnées et de produits laitiers, le "Grand Ouest", sera sans doute la première affectée par cet embargo, explique Olivier Bouillet.

Quel que soit le niveau final de production concernée, il faudra quoi qu'il en soit lui trouver de nouveaux débouchés. S'ils restent en Europe, cela pourrait tirer un peu plus les prix vers le bas. Ce que redoute le patron de la FNSEA, Xavier Beulin, qui s'exprimait ce jeudi sur iTélé:

"De fait ces productions qui ne vont plus aller sur la Russie vont sans doute se rabattre sur le marché européen et on craint une situation de crise."

Auchan moins affectée que Metro?

Quant aux entreprises, le cas de l'un des principaux distributeurs français sur le marché russe est fréquemment cité. Il s'agit d'Auchan qui comptait 200 magasins en Russie au 31 janvier 2013, lesquels ne commercialisent évidemment pas que des produits d'origine française. Le groupe français serait "relativement moins affecté" que l'allemand Metro Group, selon le cabinet britannique spécialisé dans la distribution, IGD. Le distributeur allemand y réalise en effet quelque 13% de ses ventes totales.

Où la Pologne écoulera-t-elle ses pommes?

Plus généralement, l'Allemagne mais aussi les Pays-Bas, également partenaires commerciaux de la Russie risquent d'être encore plus affectés que la France par les interdictions imposées par Moscou. Et des voisins plus proches en dépendent encore davantage. C'est le cas de la Pologne. Par exemple, le premier importateur mondial de pommes, a écoulé chez son voisin 57% de sa production l'an dernier, toujours selon IGD... Reste à savoir si des stratégies de contournement, via des pays tiers, seront mises en place pour tenter de lever cette barrière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2014 à 11:37 :
selon moi , il serait interressant et utile ,de comprendre quels rapports il peut y avoir entre les négociations pour l'ouverture pour l'ouverture d'un camps d'entrainement militaire allemand en russie , et la fourniture d'armement par l'allemagne à la russie . hitler avait avait agis de la même manière . actuellement l'industrie de l'armement est en pleine progression .que font les journalistes ?
a écrit le 14/08/2014 à 21:10 :
La lecture de votre journal ne rend pas plus intelligents beaucoup de vos lecteurs. A lire leurs commentaires faits de bêtises et d'ignorance, on doute de l'utilité de la Tribune
a écrit le 13/08/2014 à 22:10 :
Les polonais font actuellement d'énorme compagne de pub (et d'énorme investissements) pour vendre le Cidre comme une boisson "In", dans les bars, resto, boites.... Et si le Cidre remplaçait la Bière ?
a écrit le 10/08/2014 à 6:43 :
Poutine permet à l'Europe et à l'Otan de se renforcer, d'améliorer le niveau de nos armées, de faire de l'écologie en diminuant nos parts de pétrole et gaz, de faire des économies en réduisant notre dépendance à ces énergies, de faire du social en baissant le prix des denrées alimentaires qui vont être en excédent et vont donc pouvoir mieux alimenter les restos du Coeur, de démontrer que le FN est un parti séparatiste collaborationniste de Poutine qui se trompe de voie et ne constitue donc pas un avenir pour la France. Bref sans le vouloir Poutine rend plus service à l'Europe et aux européens qu'aux russes.
a écrit le 10/08/2014 à 6:43 :
Ces interdictions auront avant tout un impact sur les catégories les plus défavorisées de la population russe, dont une grande partie des revenus va à l'achat de nourriture. "On pourrait voir une hausse des prix sur ces produits de 20-30%, en particulier sur les fruits et légumes", affirme l'économiste Igor Nikolaïev, directeur de l'Institut d'analyse stratégique FBK. "La substitution des importations par la production intérieure n'est rien d'autre qu'un conte de fées", estime-t-il, rappelant que les récentes décisions du gouvernement ont aggravé le fardeau fiscal des agriculteurs. "Pour soutenir les agriculteurs, il faut de l'argent. Or, il n'y en a pas", note M. Nikolaïev. L'argent disponible a déjà été affecté à d'autres besoins et les banques d'État russes ne peuvent plus emprunter à long terme sur les marchés financiers occidentaux en raison des sanctions, rappelle-t-il. Les experts ont également averti que des mesures protectionnistes provoqueraient une hausse du taux d'inflation en Russie (qui était le mois dernier de 7,8% sur un an). "La rhétorique protectionniste de la Russie gagne en puissance", ont estimé jeudi dans une note les analystes de VTB Capital, ajoutant que les restrictions ont jusqu'ici été la "principale cause de la hausse des prix des produits alimentaires en Russie".
a écrit le 10/08/2014 à 6:39 :
C'est dérisoire 619 millions qui vont être en partie écornés (et non en totalité) par rapport aux 11,6 milliards d'euros du secteur ! Ce sont les russes qui ont contraire vont avoir du mal à remplacer ces biens avec les déboires liés à la sécheresse qui sévit en Amérique latine notamment et la demande des autres pays et l'inflation générée.
a écrit le 09/08/2014 à 17:02 :
Et pendant ce temps la société EXXON vient de commencer ce samedi à forer dans l'arctique russe ! Les Américains nous escroquent avec la complicité de nos dirigeants européens qui battent leur coulpe sur notre dos.
a écrit le 09/08/2014 à 9:03 :
J'ai lu ce matin que les producteurs de fruits et légumes seront indemnisés avec un fond spécial prévu pour (dixit FNSEA) et leur production prévue pour la Russie détruite (on parle de redistribution, une loi pour les grandes surfaces (produits près de la date limite à distribuer de façon obligatoire), une sensibilisation des consommateurs pour éviter de jeter 400 €/an/foyer ???). Sinon, l'afflux ferait chuter les prix, catastrophe. Il faut donc jeter (et on parle de faim dans le Monde, y a pas un "bug" ?)(les pommes à 2,8€ pourraient être vendues 2€ s'il y en a beaucoup ? On nous dit 5 portions par jour, même si c'est cher !! La santé n'a pas de prix)
a écrit le 09/08/2014 à 6:09 :
L'Europe devrait envoyer les surplus de fruits et de produits laitiers aux réfugiés ukrainiens, qui en auraient bien besoin, dans les différents pays concernés, y compris la Russie.
Réponse de le 09/08/2014 à 6:52 :
mais ce serait franchement provoc
Réponse de le 09/08/2014 à 9:04 :
Ça donnerait une raison pour les Russes d'envahir l'Ukraine et s'y installer.
Réponse de le 10/08/2014 à 0:12 :
Oui, bonne idée, les organisations humanitaires devraient gérer ces surplus, c'est tout de même mieux que de passer à la caisse, bien qu'au final l'Europe aidera ces refugiés et la reconstruction.
Utile de proposer des produits laitiers aux pions russes assiégés par l'armée ukrainienne
Ils doivent avoir besoin de protéines. faute de quoi, ils pourraient bien croquer des civils, ce qui ferait encore un peu plus désordre?
Sorry pour cet humour déplacé LOL
Mes excuses!
a écrit le 09/08/2014 à 4:30 :
Pas grave. Ca fera quelques chômeurs de plus en France. On est plus à un million de chômeurs près.
a écrit le 09/08/2014 à 1:12 :
Europe = paillasson des USA. On se couche toujours devant eux...
Réponse de le 09/08/2014 à 4:11 :
Hein ?
a écrit le 08/08/2014 à 19:25 :
Gardons notre sang froid, le seul budget de la PAC c'est 58 milliards d'euros, donc le choc est tout a fait supportable pour l'ensemble de l'Europe.

Ensuite si ca incite nos producteurs notamment breton, à abandonner leur production de poulets industriels frelatés, invendables en europe et polluants, à faire des choses de bien meilleure qualité, tout le monde y gagnera.
Réponse de le 09/08/2014 à 6:13 :
Yes, stop aux poulets et porcs low cost en France.
Le low cost, si demande, il faut l'importer.
Qualité = marge importante = bons salaires = image de la France
Stop à la Merde in France
Réponse de le 09/08/2014 à 20:34 :
J'aime bien le merdi in France, comme par exemple la ferme 1000 vaches en Picardie.
a écrit le 08/08/2014 à 18:46 :
L'embargo russe, une chance pour le fromage suisse?





L'embargo imposé par Moscou sur les produits alimentaires provenant de pays occidentaux ne concerne apparemment pas la Suisse, indique le Secrétariat d'Etat à l'économie .
a écrit le 08/08/2014 à 18:31 :
le meilleurs moyen pour contrer leur embargo, arretons d'acheter les produits en provenance de la russie et surtout il nous faut trouver un moyen de leurs retourner leur gaz.....
arretons de se faire emmerder par certains pays qui se comportent comme des tyrans....
Réponse de le 09/08/2014 à 4:42 :
Comme les États-Unis ?
Oh oui, on a peur d'eux, on les applaudissent.
Réponse de le 09/08/2014 à 12:24 :
Notre grand homme ayant décidé de baisser la production d'électricité d'origine nucléaire, les éoliennes et le solaire ne produisant que par intermittence, il nous faudra bien plus de gaz pour compenser. Ou alors nous pourrions importer le charbon allemand... Mais on me dit qu'ils en ont besoin pour leurs nouvelles centrales au lignite.
Réponse de le 09/08/2014 à 17:12 :
Vous connaissez beaucoup de produits en provenance de Russie, a part le gaz et les Lada (de plus maintenant detenu par Renault)?
Réponse de le 04/09/2014 à 15:19 :
Le blé dur, non c'est que la base de l'alimentation....
a écrit le 08/08/2014 à 16:27 :
En même temps, faire naviguer des kilomètres et des kilomètres le vin le ci le là, cette économie théodule c'est pas bon pour la planète. ça a juste crée des pays en déficit et d'autres en excédent commercial, ce qui permet "le déficit sans pleurs" aux états unis, dont la monnaie est toujours celle de commerce international (privilège qu'elle ne mérite plus) . Si on pouvait avoir un petit boycott du vin français par les russes ce serait bien... on aurait de prix plus raisonnable et une consommation plus locale, plus européenne.
Réponse de le 08/08/2014 à 16:38 :
Sur un point je suis d'accord avec vous, mais rien n'est sûr que nos producteurs viticoles vont faire baisser leurs prix même pour un marché intérieur. Moi je viens d'une époque on n'en buvait du vin qu'au même pays de sa cave. Les vins qui viennent d'Australie ou de la côte ouest américaine doivent être adultérés pour que ne soient pas de la piquette.
a écrit le 08/08/2014 à 16:06 :
Voilà ce que n'avait pas prévu le fantôme de l'Elysée et le premier ministre catalan qui dirige la France.
Pauvre France avec un enarque de cette catégorie on ferait mieux de demander ses comptes de campagne dissimulaient derrière des sociétés écrans.
Réponse de le 08/08/2014 à 16:43 :
La France dispose à présent d'un Président à moitié américain, d'un Premier Ministre catalan et d'un ministre des Affaires Etrangères au passeport d'Israël. C'est la France globalisée qui gagne sur tous les fronts !!
a écrit le 08/08/2014 à 15:58 :
Juste une question pour les Pro-Poutine : Vous avez déjà été en Russie, vécu là-bas ? Parce que beaucoup d'arguments démontrent une méconaissance totale du pays, seulement une répétition de la propagande d'état !
Et pareil sur l'Ukraine ? Vous avez parlé aux gens là-bas ? et ce avant la crise quand vous ne connaissiez peut-être pas une seule ville de ce pays ? Car écouter Poutine, c'est répéter de la propagande, écouter les dirigeants occidentaux, c'est subir de l'ignorance de la situation réelle.
Réponse de le 08/08/2014 à 16:40 :
C'est pour ça que je n'écoute que Barrack Obama et John Kerry, eux, ils connaissent tout sur tous les peuples de ce monde.
Réponse de le 09/08/2014 à 9:45 :
Tous les pays du monde ,à la seule exception peut-être de la France ont une forte cohésion nationale encouragée par une propagande d'État. Demandé aux Chinois aux Américains et mêmes aux Algériens .... Je connais la Russie mieux que vous et je vous assure que les russes sont beaucoup moins "formatés" par le politiquement correct et le soutien obligatoire au drapeau que les Américains. En Russie on soutient Putin dans cette crise mais rien de comparable avec la cote de popularité de Bush quand il a envahi l'Irak.
Réponse de le 10/08/2014 à 17:16 :
Lydiot, il me semble que j'ai précisé que les dirigeants occidentaux faisaient preuve d'ignorance.. mais si vous ne vous donnez pas la peine de lire..

Jack, vous êtes russe alors pour me dire ça. Mais je peux vous dire, y ayant vécu et parlant russe couramment; qu'en période "calme"; 98% des russes ont toujours exactement le même avis sur une situation internationale donnée... Donc ou bien ce peuple détient la vérité, ou alors il est très très formaté; moi je pencherai pour la deuxième variante.
a écrit le 08/08/2014 à 15:42 :
Dommage que le vin ne soit pas concerné , le champagne aurait été en promotion pour Nôel
a écrit le 08/08/2014 à 15:39 :
On va avoir du fromage et du jambon hyper soldé chez lidl,c'est très bon pour notre pouvoir d'achat,c'est Montebourg qui devrait être content
Réponse de le 09/08/2014 à 9:58 :
Les prix ne baisseront pas chez LIDL car la base de leurs produits sont l'eau et le sel, matières qui ne proviennent pas de Russie,
a écrit le 08/08/2014 à 15:04 :
Pour répondre au post de 11h18 sur Emmanuel Quidet, il défend, et c'est TRES BIEN, la position de l'industrie française en Russie! Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue le futur, et ne pas tenir compte uniquement du futur proche. L'économie russe n'est pas florissante, les productions de gaz ne sont pas aussi fortes qu'on pourrait le croire, et la Russie a besoin, vraiment, des importations... Pdt Poutine réagit, ce qui est normal, mais il va faire souffrir son Peuple! Il aura ensuite beau jeu de dire que la faute en est à l'ennemi extérieur (les US, l'UE, etc...), alors que les réelles défauts sont internes à l'économie russe.
Bien sûr, cela risque de coûter à l'UE...
On peut aussi se demander : peut-on laisser la Russie refuser aux Peuples des pays géographiquement proches de donner démocratiquement leur avis (il l'a effectivement refusé en Crimée, et dans le SE de l'Ukraine, comme ce fut le cas dans d'autres régions "annexées").
Très belle journée à chacune et à chacun.
a écrit le 08/08/2014 à 14:46 :
Si cela peut arrêter l'agriculture intensive en Charente Maritime , pesticides , désherbants et boues d'épuration , tant mieux ! l'eau n'en sera que meilleurs .
a écrit le 08/08/2014 à 14:40 :
C'est dérisoire 619 millions qui vont être en partie écornés (et non en totalité) par rapport aux 11,6 milliards d'euros du secteur ! Ce sont les russes qui ont contraire vont avoir du mal à remplacer ces biens avec les déboires liés à la sécheresse qui sévit en Amérique latine notamment et la demande des autres pays et l'inflation générée.
Réponse de le 08/08/2014 à 14:52 :
@encore une erreur: c'est peut-être l'occasion pour la Russie de développer son économie interne au lieu de pratiquement tout importer avec des pétrodollars. Peut-être devrait-on aussi privilégier nos agriculteurs au lieu de leur verser des subventions pour pallier le manque à gagner de l'improtation de fraises et concombres espagnols, etc. :-)
Réponse de le 08/08/2014 à 15:56 :
Difficile pour l'économie russe organisée en grande partie sur les énergies fossiles et l'industrie militaire, avec une concentration d'oligarques proches de Poutine, de se diversifier comme on l'a vu depuis les années 90 et en plus de substituer des pêches grecques et autres fruits et légumes malgré le soleil de Sibérie ! De plus l'Ukraine risque de pouvoir se développer plus rapidement aidé de beaucoup de monde et de voisins expérimentés dans la transition post soviétique.
Réponse de le 08/08/2014 à 15:57 :
Difficile pour l'économie russe organisée en grande partie sur les énergies fossiles et l'industrie militaire, avec une concentration d'oligarques proches de Poutine, de se diversifier comme on l'a vu depuis les années 90 et en plus de substituer des pêches grecques et autres fruits et légumes malgré le soleil de Sibérie ! De plus l'Ukraine risque de pouvoir se développer plus rapidement aidé de beaucoup de monde et de voisins expérimentés dans la transition post soviétique.
Réponse de le 09/08/2014 à 12:34 :
Il en restera toujours quelque chose... Cela semble être la devise de nos amis américains. Gageons que s'ils avaient eu la moindre preuve d'une vague implication des Russes dans l'avions abattu en Ukraine ils n'auraient pas attendu jusqu'à aujourd'hui pour nous la montrer fièrement. Mais peut-être vont-ils nous refaire le coup de la petite fiole au Conseil de Sécurité de l'ONU. Ajoutons quelques films de propagande hollywoodiens et tous ces mensonges deviendront des vérités irréfutables.
a écrit le 08/08/2014 à 14:39 :
Les boissons alcoolisees ne font pas partie des produits sous restriction. Dans ce cas la sanction aurait ete bien pire pour les russes que pour les occidentaux et Poutine risquait sa popularite alors que pour les fruits, legumes, produits laitiers...
a écrit le 08/08/2014 à 13:19 :
On pourra remarquer que comme de bien entendu, le Royaume-Uni qui par la voix de Cameron pousse aux sanctions les plus strictes ne pâtira que très peu de l'embargo. Quand on a des amis comme les US et le Royaume-Uni, on n'a pas besoin d'ennemis ...
Réponse de le 08/08/2014 à 14:34 :
Ce sont les russes qui vont évidemment être les plus touchés, surtout les moins riches. Regardez le rapport des forces économiques.
a écrit le 08/08/2014 à 12:26 :
il est grand temps que j'appelle mes clients en Russie pour leur dire que je désapprouve totalement les âneries des gouvernements européens et que je continuerai à leur livrer les machines et les pièces détachées nécessaires.
on va pas perdre des clients à cause de ces clowneries ...
Réponse de le 08/08/2014 à 18:11 :
Vous faites preuve de bon sens. Espérons que vos clients russes ne vous en voudront pas de l'alignement stupide sur la position d'obama de celui qui est à la tête de l'état français et qu'ils continueront de vous passer commandes. Bon nombre d'internautes sur les réseaux sociaux que j'ai le temps de consulter donnent raison à Poutine de stopper tout commerce avec les USA et l'UE, la Russie ne sera pas en peine de commercer avec le Brésil, la Chine, l'Inde et d'autres en attendant de mettre sur pied en Russie même une agriculture qui lui permette de se passer en partie des importations des états de l'UE,
a écrit le 08/08/2014 à 12:21 :
Il est clair que cette personne (ou les personnes) qui publie ses libellés contre l'Etat russe en toute impunité se trouve au sein de la rédaction. Autrement tous ces commentaires excessifs seraient naturellement modérés. La Tribune perd la pédale, c'est dommage.
Réponse de le 08/08/2014 à 13:15 :
+1000
a écrit le 08/08/2014 à 12:13 :
Poutine permet à l'Europe et à l'Otan de se renforcer, d'améliorer le niveau de nos armées, de faire de l'écologie en diminuant nos parts de pétrole et gaz, de faire des économies en réduisant notre dépendance à ces énergies, de faire du social en baissant le prix des denrées alimentaires qui vont être en excédent et vont donc pouvoir mieux alimenter les restos du Coeur, de démontrer que le FN est un parti séparatiste collaborationniste de Poutine qui se trompe de voie et ne constitue donc pas un avenir pour la France. Bref sans le vouloir Poutine rend plus service à l'Europe et aux européens qu'aux russes.
Réponse de le 08/08/2014 à 12:29 :
Bien vu en effet
Réponse de le 09/08/2014 à 12:29 :
Faire de l'écologie en diminuant nos parts de pétrole et gaz ? Vous avez vu ça où? Pas chez nos voisins allemands en tout cas, qui n'ont jamais eu plus besoin de gaz et de charbon que depuis qu'ils ont construit des éoliennes et installés des panneaux solaires chinois à tour de bras.
a écrit le 08/08/2014 à 12:11 :
Ces interdictions auront avant tout un impact sur les catégories les plus défavorisées de la population russe, dont une grande partie des revenus va à l'achat de nourriture. "On pourrait voir une hausse des prix sur ces produits de 20-30%, en particulier sur les fruits et légumes", affirme l'économiste Igor Nikolaïev, directeur de l'Institut d'analyse stratégique FBK. "La substitution des importations par la production intérieure n'est rien d'autre qu'un conte de fées", estime-t-il, rappelant que les récentes décisions du gouvernement ont aggravé le fardeau fiscal des agriculteurs. "Pour soutenir les agriculteurs, il faut de l'argent. Or, il n'y en a pas", note M. Nikolaïev. L'argent disponible a déjà été affecté à d'autres besoins et les banques d'État russes ne peuvent plus emprunter à long terme sur les marchés financiers occidentaux en raison des sanctions, rappelle-t-il. Les experts ont également averti que des mesures protectionnistes provoqueraient une hausse du taux d'inflation en Russie (qui était le mois dernier de 7,8% sur un an). "La rhétorique protectionniste de la Russie gagne en puissance", ont estimé jeudi dans une note les analystes de VTB Capital, ajoutant que les restrictions ont jusqu'ici été la "principale cause de la hausse des prix des produits alimentaires en Russie".
a écrit le 08/08/2014 à 12:07 :
Et si les pays qui achètent des armes à la Russie cessaient leurs achats à la Russie?
Réponse de le 08/08/2014 à 12:12 :
Les pays qui traditionnellement achètent des armes à la Russie ne font pas partie de ceux qui envoient des sanctions contre Moscou.
Renseignez-vous un peu mieux avant de poser des questions qui vont plutôt de pair avec votre pseudo. :-)
a écrit le 08/08/2014 à 11:56 :
La preuve que l'embargo russe sur les agroalimentaires occidentaux fait mal se trouve dans la priorité que les médias atlantistes accordent ce matin aux mesures prises par Moscou. Consignés par leur patrons axés aux lobbies pro-américains, quelques journaux n'en parlent même pas et c'est bien la preuve que ça fait mal, très très mal. Sur le terrain la réalité est toute une autre, les chambres commerciales en Europe se trouvent en désarroi et demandent instamment à leurs dirigeants des solutions pour une crise qui va créer encore de pertes dans la production et augmenter le chômage.

Mais tant que l'Europe restera dirigée par des gouvernants formés et maintenus par des fondations américaines la situation ne va pas changer. L'Allemagne tente déjà de se démarquer du diktat du Département d'Etat américain car elle dépend plus de la Russie que d'autres États européens, tandis que la France, avec notre président mou pro-US reste toujours un fidèle d'Obama et de Kerry.

D'ailleurs, à l'adresse ci-dessous vous pouvez trouvez un excellent article qui expose le point de vue du Général français Jean-Bernard Pinatel et qui explique de façon nette et didactique les vrais intérêts de Washington en l'est européen et la Russie:

www.les-crises.fr/la-veritable-raison-pour-laquelle-les-etats-unis-se-preoccupent-tant-de-lukraine-tout-en-se-foutant-eperdument-des-ukrainiens-par-le-general-jean-bernard-pinatel/
Réponse de le 08/08/2014 à 12:05 :
C'est de la propagande russe. Pas de l'information. Il est aisé de comprendre que des sanctions de plus de 30 pays représentant une économie bien supérieure à un impact plus fort pour la Russie, d'où les mesurettes de Poutines avec le porc, les pommes etc. C'est ridicule de vous affoler pour çà.
Réponse de le 09/08/2014 à 7:07 :
Gaz et armes.
Bof.
Avec des pays démocratiques: Syrie, Chine, Iran, Bielorussie,..........
Que du beau monde?
a écrit le 08/08/2014 à 11:45 :
Ecoutez moi, une trentaine de Su-34 dans le ciel ukranien pourraient vraiment faire le grand ménage dont ce pays a besoin ... Une cinquantaine de drônes russes pourraient décimer en qqs jours tous les moyens de locomtion de l'Otan et armes lourdes, certainement empêcher toute progression de l'alliance dans les pays baltiques ... on verra Poutine agir, on en viendrait à regretter de ne pas l'avoir fait ?
Réponse de le 08/08/2014 à 12:07 :
Raisons de plus pour renforcer l'Europe et l'Otan massivement alors.
Réponse de le 08/08/2014 à 16:45 :
Que de conn**** qu'on est obligé de lire dans ce forum, ah que c'est pénible.
a écrit le 08/08/2014 à 11:42 :
C'est quand même malheureux de servir de prostituées aux maquereaux américains . Les russes vont augmenter leurs échanges avec le Brésil, l' Inde , la Chine.
Ca va être très difficile de retrouver des contrats lorsque la place sera prise par des pays plus fiables.
Effectivement, la priorité des politiciens européens, c'est de s'occuper du chômage en ..l'augmentant .
Réponse de le 08/08/2014 à 11:45 :
C'est déjà fait, les pays du Brics jubilent !
Réponse de le 08/08/2014 à 12:10 :
C'est la sécheresse en Amérique latine alors les russes devront se serrer la ceinture et voir les prix augmenter fortement, çà va nuire aux russes pauvres. C'est une bêtise ces mesures alimentaires, d'autant que comment faites vous la différence entre une pomme de Pologne et du Chili ?
Réponse de le 08/08/2014 à 14:27 :
Sécheresse en Amérique latine.... vous en avez la source ?
a écrit le 08/08/2014 à 11:32 :
C'est assez navrant que La Tribune puisse permettre que quelques uns fassent de ce forum leur tribune de diatribes pro ou contre Poutine sans même laisser leur noms ou un pseudo. Rien de comparable à un vrai forum où les opinions doivent être ponctuelles et selon le sujet de l'article et pas une tribune pour les idées sectaires de quelques-uns. J'aimerais juste exprimer ici mon indignation à cet état de choses.
Réponse de le 08/08/2014 à 11:51 :
pour les "indignés", il faut voir S HESSEL. Vous vous etes trompé de site d'information.
Réponse de le 08/08/2014 à 11:51 :
pour les "indignés", il faut voir S HESSEL. Vous vous etes trompé de site d'information.
Réponse de le 08/08/2014 à 11:51 :
pour les "indignés", il faut voir S HESSEL. Vous vous etes trompé de site d'information.
Réponse de le 08/08/2014 à 11:51 :
pour les "indignés", il faut voir S HESSEL. Vous vous etes trompé de site d'information.
Réponse de le 08/08/2014 à 11:58 :
Parce que vous en signat "Jean-Marc", on sait qui vous êtes? ajoutez si vous le souhaitez votre nom, adresse, téléphone et e-mail. Ne l'imposez pas aux autres.
a écrit le 08/08/2014 à 11:27 :
La Russie à cause de Poutine est confrontée depuis le début d'année à une fuite des capitaux, évaluée à plus de 160 milliards de dollars. Toutes les grandes compagnies russes sont très endettées, à hauteur de 750 milliards de dollars, dont 250 pour les banques. Cela posera un vrai problème pour les refinancements et peut entrainer, à moyen et long terme, des risques de faillites. L'économie russe est déjà dans une situation très délicate, avec 1,3% de croissance en 2013, c’est-à-dire avant la crise en Ukraine et va bientôt passer en dessous de zéro. Le risque de récession est réel pour cette année. Le gouvernement va donc passer les prochains mois à anticiper les problèmes, colmater les brèches, mais il ne sera pas dans une logique de développement, d'investissement positif, notamment pour des grands projets d'infrastructures.
Réponse de le 08/08/2014 à 14:24 :
Au lieu de vous préoccuper de la croissance à 1,3% de la Russie, préoccupez vous de la notre à 0%. Jusqu'à preuve du contraire la Russie est moins endettée en % du PIB que nous et a un taux de croissance supérieur au notre.
Sur le strict plan de l'économie si Poutine se présente en 2017, je votre pour lui....
a écrit le 08/08/2014 à 11:23 :
Bonjour à tous,

L'Europe paillasson des USA au pas de la porte d'entrée de la Russie
a écrit le 08/08/2014 à 11:23 :
Poutine permet à l'Europe et à l'Otan de se renforcer, d'améliorer le niveau de nos armées, de faire de l'écologie en diminuant nos parts de pétrole et gaz, de faire des économies en réduisant notre dépendance à ces énergies, de faire du social en baissant le prix des denrées alimentaires qui vont être en excédent et vont donc pouvoir mieux alimenter les restos du Coeur, de démontrer que le FN est un parti séparatiste collaborationniste de Poutine qui se trompe de voie et ne constitue donc pas un avenir pour la France. Bref sans le vouloir Poutine rend plus service à l'Europe et aux européens qu'aux russes.
a écrit le 08/08/2014 à 11:22 :
Ces interdictions auront avant tout un impact sur les catégories les plus défavorisées de la population russe, dont une grande partie des revenus va à l'achat de nourriture. "On pourrait voir une hausse des prix sur ces produits de 20-30%, en particulier sur les fruits et légumes", affirme l'économiste Igor Nikolaïev, directeur de l'Institut d'analyse stratégique FBK. "La substitution des importations par la production intérieure n'est rien d'autre qu'un conte de fées", estime-t-il, rappelant que les récentes décisions du gouvernement ont aggravé le fardeau fiscal des agriculteurs. "Pour soutenir les agriculteurs, il faut de l'argent. Or, il n'y en a pas", note M. Nikolaïev. L'argent disponible a déjà été affecté à d'autres besoins et les banques d'État russes ne peuvent plus emprunter à long terme sur les marchés financiers occidentaux en raison des sanctions, rappelle-t-il. Les experts ont également averti que des mesures protectionnistes provoqueraient une hausse du taux d'inflation en Russie (qui était le mois dernier de 7,8% sur un an). "La rhétorique protectionniste de la Russie gagne en puissance", ont estimé jeudi dans une note les analystes de VTB Capital, ajoutant que les restrictions ont jusqu'ici été la "principale cause de la hausse des prix des produits alimentaires en Russie".
a écrit le 08/08/2014 à 11:21 :
Normalement Poutine n'avait pas besoin de prendre de sanctions économiques vers l'UE, le sauvetage et la mise à niveau minimale de l'Ukraine vont bien couter au moins une centaine de milliards à l'Europe ( donc à l'Allemagne maintenant ).
Si Poutine a réagit c'est d'une part pour riposter au comportement rustique et même ordurier de l'Occident ( lui attribuer le crash du MH17) d'autre part que cela correspond à ses objectifs, simplement anticipés.

1) Renforcer les productions locales et diminuer les importations
2) Renforcer les liens économiques avec le Bloc BRICS

Sinon Poutine est satisfait de s'être débarrassé de l'Ukraine tout en récupérant la Crimée, page close pour lui. Et pour le monde également car, même ceux qui utilisaient l'annexion de la Crimée (USA et l'UE) comme la raison unique pour créer des sanctions contre la Russie, aujourd'hui parlent que les sanctions sont dues à l'interférence russe en Ukraine et (plus ridicule encore) au "fait" (sans la moindre preuve) d'avoir fourni des missiles pour que les rebelles abattent le vol MH17. Les USA et ses fidèles valets européens jouent un piètre rôle devant la communauté internationale à ce moment. Vladimir Poutine, au contraire, voit élargir sa stature d'homme d'Etat habile et qui défend bien les intérêts de son pays. On ne peut pas dire le même d'un Obama et moins encore d'un Hollande.
a écrit le 08/08/2014 à 11:19 :
Poutine a réalisé une performance peu commune : pousser l'Europe à prendre une décision forte en politique étrangère. Il est ainsi à l'origine d'une sorte de première dans l'histoire de l'Union européenne. Il a fait bouger Bruxelles, laissant entrevoir la possibilité qu'a l'UE d'être, si elle le veut, un acteur sur la scène internationale. L'occasion, c'est l'Ukraine. L'Europe s'est efforcée ces derniers mois d'obtenir du Kremlin qu'il cesse d'entretenir la guerre dans ce pays. En vain. Elle a jugé qu'il était temps de passer à des sanctions économiques crédibles. Elle les a votées mardi 29 juillet. Celles-ci sont sans précédent par leur vigueur. L'UE ferme ses marchés financiers à la Russie – la mesure vise les entreprises et banques d'Etat russes, très grosses consommatrices de prêts bancaires européens. L'UE interdit de nouvelles ventes d'armes et matériels militaires à Moscou. Enfin, l'Union limite considérablement les exportations de technologies de pointe dans les domaines de l'exploitation pétrolière et gazière. Longtemps, il n'y a pas eu de majorité au sein des Vingt-Huit pour prendre contre la Russie des mesures aussi sévères. Celle-ci est un partenaire commercial important pour l'Allemagne et l'Italie ; par oligarques interposés, elle est source de gros revenus pour la City de Londres ; elle est aussi, depuis Nicolas Sarkozy, un client pour les chantiers navals militaires français ; enfin, elle approvisionne en gaz une bonne partie de l'Europe de l'Est. Et longtemps, Vladimir Poutine, qui cache mal son mépris pour ces Européens « décadents », a cru les Vingt-Huit incapables de devenir des acteurs sérieux dans la crise ukrainienne. Contre les Etats-Unis, il a joué, habilement, avec les divisions européennes, s'emparant impunément d'une partie de l'Ukraine, la Crimée. Qu'est-ce qui a bien pu unir les Vingt-Huit dans un geste de colère à l'encontre du Kremlin ? Réponse : Vladimir Poutine.
a écrit le 08/08/2014 à 11:18 :
Selon Emmanuel Quidet, le président de la Chambre de commerce et d'industrie franco-russe, d'après une étude allemande, si l’Union européenne décidait d’introduire des sanctions plus sévères, 300 personnes supplémentaires se retrouveraient au chômage en Allemagne. Si l’étude s’avère exacte, il peut imaginer qu’en France, entre 150 000 et 200 00 personnes viendraient grossir les rangs des chômeurs. On parle donc d’un demi million de chômeurs répartis sur deux pays. Imaginez-vous l’impact de sanctions plus sévères à l’échelle européenne. On lui a posé la question à propos de l'attitude des autorités françaises à ses craintes et il a répondu que François Hollande et le ministère des affaires étrangères sont tout à fait à leur écoute, que le gouvernement français se montre très réceptif. Mais réceptif du genre "Oui, je vous écoute et dois vous informer qu'on prépare des nouvelles sanctions contre Moscou et, peut-être, on va faire la guerre à la Russie bientôt" ? pendant ce temps les actions des producteurs de l'agroalimentaire russe sont montées en flèche dans la bourse de Moscou ! pas de quoi faire la fête chez nous.
a écrit le 08/08/2014 à 11:16 :
Les rampes de lancement de missiles Buk sont souvent accompagnées d'un radar mobile et d'un poste de contrôle permettant de différencier avions de ligne ou avions militaires, amis ou ennemis. Cependant, la rampe de lancement peut aussi opérer seule avec un radar intégré. Ce dernier permet de viser une cible approchante mais ne lui permet pas de différencier un avion de ligne d'un avion militaire ennemi. En revanche, une erreur est peu probable du côté ukrainien. En effet, les équipements fixes des soldats de Kiev disposent de radars efficaces et d'informations fiables quant au trafic aérien, qui limiteraient les risques d'erreur. Une bévue pro-russe plus probable Au final les indices concordent tous vers une responsabilité des séparatistes pro-russes aidé des milices russes, qui auraient pris l'avion civil pour un avion militaire ukrainien. L'erreur est d'autant plus probable que l'avion aurait survolé une zone que les précédents appareils opérant le même vol. avaient évité les jours précédents. Le B777 de la Malaysia a ainsi traversé l'Ukraine bien plus au nord que durant les onze jours au moins précédant l'accident, et s'est ainsi retrouvé directement dans la zone de guerre. C'est le commandant de bord lui-même qui aurait fait part de son inquiétude quant à la route initialement prévue et aurait ainsi décidé de passer plus au nord. Poutine renforçait ses positions en Ukraine en vue d'une éventuelle intervention, profitant de la torpeur de l'été comme il l'avait fait en 2008 en Géorgie, il ne s'attendait donc pas à une telle bévue.
a écrit le 08/08/2014 à 10:52 :
Comme d'habitude les politiques européens sont partis fleur au fusil avec des compagons dont on connait le les grandes tirades mais qui ne se mouillent jamis et sème comme dit vulgairement la M.... dont notre fleuron M. BHL. Croire que les russes aller rester au garde à vous est encore une erreur europenne ne parlons pas des US qui en dehors de 45 ont mis leur nez partout et laissé derrière eux misère et destruction dont l'Irak est le symbole. maintenant comment remettre Moscou autour d'une table et la faire asseoir avec les ukrainiens vaste défit dont les euroéeens doivent gérer sans les US;
a écrit le 08/08/2014 à 10:39 :
Marre des US et de leur mépris des peuples et de leurs droits.
La France doit quitter l'OTAN et retrouver sa liberté de défendre ses valeurs.
a écrit le 08/08/2014 à 9:59 :
A ceux qui pensent qu'Hollande et avant lui Sarkozy ont une position pro-US et pro-Otan qui est stupide car contraire à nos interets....je répondrais la chose suivante : si, en réfléchissant un peu; nous sommes capables d'arriver aux même conclusions; alors,eux disposants d'encore plus d'éléments y arrivent aussi...la vrai question est alors : pourquoi agissent ils délibérément contrairement aux intérets de la France ? et là, évidemment, cela soulève d'autres questions ...
Réponse de le 08/08/2014 à 10:28 :
J'ai rien compris.
Réponse de le 08/08/2014 à 10:55 :
Pourriez-vous formuler votre pensée d'une façon plus claire ? merci.
Réponse de le 08/08/2014 à 11:01 :
hollande est un atlantiste tout comme sarkosy .Il n'est peut etre pas pro Us , mais il pense que en dehors de la vassalité avec les Eu , point de salut .
Il veut meme donner un blanc sein sur la coopération "économique et commerciale " entre les EU et l'europe.
Il fait qu'il arrete de suivre qu'il ( nous soyons) soit une locomotive.
a écrit le 08/08/2014 à 9:40 :
Le problème c'est que les américains veulent prendre posséssion (un euphémisme) du gaz et des richesses russes et n'accèptent pas que l'Ukraine reste à moitié russe. Les américains veulent installer l'Otan et ses missiles en territoire russe et Poutine ne va pas permettre une telle ingérence. Si l'Union Européenne n'était pas un fief de ploutocrates soudoyés par Washington, l'Europe serait plutôt du côté de la Russie qui reste tout de même un pays européen, chrétien et avec qui nous avons une longue histoire commune. Les américains s'en fichent de tout cela car leur histoire commune est avec les amerindiens et les mexicains, pas avec la Russie. Une partie des ukrainiens veut son indépendance et rejoindre la Russie. Alors que le gouvernement ukrainien accepte et le conflit s'arrêtera de lui même. Ensuite que les pro russes se débrouillent tout seuls sans attendre une aide que de Mr Poutine, et surtout pas de l'Europe.
a écrit le 08/08/2014 à 9:31 :
En tant que professionnel dans l'agroalimentaire français, je peux dire que cet embargo est d'autant plus grave pour le secteur français parce qu'il a un double effet. D'une part, la fermeture du marché russe va impacter directement le secteur. Le coût direct de cette décision devrait atteindre, selon les estimations de la FNSEA, au minimum 500 millions d'euros. C'énorme ! D'autre part, les fruits et légumes qui auraient dû être expédiés en Russie vont rester sur le marché français et européen. Cela va engendrer un effet de surproduction. Cet engorgement du marché intérieur va lui-même conduire à une importante baisse des prix dont il est difficile, pour l'heure au moment, de chiffrer l'impact. C'est d'autant plus inquiétant que la récolte de pommes, pêches et tomates a été très abondante cette année, ce qui joue déjà à la baisse. Au total, on peut craindre que des emplois dans certaines filières se trouvent menacés par l'embargo russe. Mes gros soucis n'ont fait que commencer.
a écrit le 08/08/2014 à 8:31 :
Putin repond a la provocation US/UE. Ces derniers se comportent de maniere hypocrite et vous le savez. L'occident s'en fout de l'Ukraine. Je vous dis une chose en toute franchise, une revolte commencera bientot une fois un des pays europeens fera un defaut de payement des pension. Et croyez moi c'est pour tres bientot.
Réponse de le 08/08/2014 à 9:07 :
Pourquoi s'embrouiller avec la Russie?
La Russie est Chrétienne, et a les même traditions que nous. Ce sont nos frères. La France a une histoire commune avec la Russie. L'Europe doit tout faire pour que la Russie intègre l'EU plutôt que ces condamnations stupides pour faire plaisir aux USA et leur unique Dieu Dollar. Vive la Russie.
Réponse de le 08/08/2014 à 9:48 :
Tout à fait en phase avec vous mais compte tenu de la présence de nos pieds nickelés de bobos de gauche à la direction du pays nous avons droit à tous les malheurs.
a écrit le 08/08/2014 à 8:13 :
il ne faut considérer uniquement le cas de la France isolément.
si la Pologne n'a plus de débouchés en Russie , les produits polonais seront redirigés vers les autres pays européens. Donc il y aura une concurrence féroce pour certains produits et il n'est pas sur que les producteurs et fabricants français en sortent indemnes.
c'est pareil pour le gaz. Nous , français, dépendons peu du gaz russe, mais en cas de coupure du gaz l'Europe de l'Est sera affecté , donc nous serons en concurrence avec eux pour l'approvisionnement en gaz venant d'autres pays , ou bien il faudra produire plus d'électricité à l'ouest mais je ne suis pas sur que le réseau européen résiste.
a écrit le 08/08/2014 à 8:10 :
Si encore une fois, Hollande s'était occupé des problèmes de la France au lieu d'aller se mêler des affaires des autres nous n'en serions pas là aujourd'hui. Hollande essaie d'escamoter sa flagrante incompétence en détournant l'attention de notre société à des réalités qui ont peu à voir avec la notre.

Hollande aurait pu rester en dehors de toutes ces magouilles préparées par Washington et plutôt chercher à faire fonctionner notre économie, à améliorer notre balance commerciale et notre emploi, notre pouvoir d'achat qui dégringole au jour le jour. Mais non, impuissant de le faire, Hollande enfonce le pays encore plus profondément dans la récession.

Il faut être vraiment stupide pour croire que Poutine allait se laisser dicter sa conduite par les autres pays.
Réponse de le 08/08/2014 à 8:36 :
Et comme le souligne assez bien Olivier Berruyer, n'est-il pas scandaleux pour les USA et l'Europe de soutenir des néo-nazis, toutefois à ne pas confondre avec des extrêmes droitistes, car, le pouvoir actuel Ukrainien est bien composé de plusieurs néo nazis! les USA et l'Union Européenne ont perdu le peu de crédibilité qu'ils avaient avant d'ingérer au putsch de Maïdan.
Réponse de le 08/08/2014 à 10:57 :
Ah vous lisez Olivier Berruyer vous aussi , alors vous êtes bien informé(e), bravo.
Réponse de le 09/08/2014 à 7:16 :
Les partis d'extreme droite européens sont fans de Poutine!?
a écrit le 08/08/2014 à 7:57 :
Au fait, tout ce bazar a été déclenché par le MH17 (les hollandais étaient contre les sanctions avant ....)
On en est où des boites noires ? Toujours rien ? Les conversations du cockpit n’intéressent pas les toutous du prix nobel de la paix ...
Réponse de le 08/08/2014 à 8:08 :
C'est vrai, les Hollandais étaient contre les sanctions au début (leur commerce de fruits et des fleurs en Russie était toujours florissant) mais les yankees n'aime pas ceux qui leur disent "non". Coïncidence que la plupart des passagers de ce vol étaient des Hollandais.... quelle coïncidence hein ?....
Réponse de le 08/08/2014 à 10:56 :
sur le vol MH17; c'est simplement que le "tir" ne vient pas des pro-russe; c'est aussi simple que ça sinon, la presse en aurait déjà fait les gros titre.
a écrit le 08/08/2014 à 3:14 :
Ces interdictions auront avant tout un impact sur les catégories les plus défavorisées de la population russe, dont une grande partie des revenus va à l'achat de nourriture. "On pourrait voir une hausse des prix sur ces produits de 20-30%, en particulier sur les fruits et légumes", affirme l'économiste Igor Nikolaïev, directeur de l'Institut d'analyse stratégique FBK. "La substitution des importations par la production intérieure n'est rien d'autre qu'un conte de fées", estime-t-il, rappelant que les récentes décisions du gouvernement ont aggravé le fardeau fiscal des agriculteurs. "Pour soutenir les agriculteurs, il faut de l'argent. Or, il n'y en a pas", note M. Nikolaïev. L'argent disponible a déjà été affecté à d'autres besoins et les banques d'État russes ne peuvent plus emprunter à long terme sur les marchés financiers occidentaux en raison des sanctions, rappelle-t-il. Les experts ont également averti que des mesures protectionnistes provoqueraient une hausse du taux d'inflation en Russie (qui était le mois dernier de 7,8% sur un an). "La rhétorique protectionniste de la Russie gagne en puissance", ont estimé jeudi dans une note les analystes de VTB Capital, ajoutant que les restrictions ont jusqu'ici été la "principale cause de la hausse des prix des produits alimentaires en Russie".
Réponse de le 08/08/2014 à 9:52 :
Vous êtes encore avec des références de 1945, ce pays à évolué il y a peut être moins de pauvres qu'en France. Pas besoin d'aller en Russie, en France à Argelès sur Mer, la ville aux mille campings, les gens se battent tous les soirs pour vider les poubelles du magasin LIDL dans l'indifférence de toutes les autorités.
a écrit le 08/08/2014 à 3:08 :
Poutine permet à l'Europe et à l'Otan de se renforcer, d'améliorer le niveau de nos armées, de faire de l'écologie en diminuant nos parts de pétrole et gaz, de faire des économies en réduisant notre dépendance à ces énergies, de faire du social en baissant le prix des denrées alimentaires qui vont être en excédent et vont donc pouvoir mieux alimenter les restos du Coeur, de démontrer que le FN est un parti séparatiste collaborationniste de Poutine qui se trompe de voie et ne constitue donc pas un avenir pour la France. Bref sans le vouloir Poutine rend plus service à l'Europe et aux européens qu'aux russes.
Réponse de le 08/08/2014 à 8:12 :
De mémoire d'homme, on ne connaît pas une seule guerre qui a été menée par les Etats-Unis tout seul contre quiconque. Ils se trouvent toujours entourés des "alliés" (qu'il espionnera plus tard), ses inconditionnels copains rackettés par son agressive et injuste politique commerciale. C'était toujours comme cela et toujours cela restera tant que les US (et ses copains) se croieront les maîtres de ce monde.
Les Etats-Unis savent qu'ils n'ont plus les moyens de mener une guerre seuls contre la Russie. Selon leur propres chefs militaires la Russie dispose actuellement de systèmes d'attaque et de défense supérieurs aux américains. Donc, ce serait d'ailleurs une guerre stupide car la Russie n'a pas crée des situations qui pourraient menacer les intérêts américains dans le monde , et moins encore à l'intérieur de leurs frontières. Mais cela c'est de la logique, du rationnel et le Département d'Etat américaine peut être labellé de belliqueux et d'irresponsable, mais jamais de rationnel. Donc, ils veulent faire une "guerre conjointe" contre la Russie et pour pas seulement faire la mainmise sur toutes les réserves naturelles de ce pays gigantesque, mais aussi (peut-être que surtout !) pour s'approprier du génie inventeur russe, notamment à tout ce qui regarde les armements.
a écrit le 07/08/2014 à 22:28 :
C'est quoi ces embargos sur les légumes, et rien sur les contrats d'armes. Les uns ne valent pas plus que les autres, des minables de part et d'autre.
a écrit le 07/08/2014 à 20:51 :
"D'ailleurs, la France est le premier fournisseur de la Russie en vins et spiritueux (21,7% de parts de marché), mais cette catégorie a été épargnée."

Pour l'instant, il faut bien le souligner. Si la France ose livrer encore un tour de sanctions contre Moscou, rien n'est moins sûr que un embargo sur les vins et spirituex français ne verra le jour. Prudence.
Réponse de le 07/08/2014 à 21:45 :
Non sans oublier les voitures françaises, les usines PSA en Russie risquent de tomber à l'eau.
a écrit le 07/08/2014 à 20:21 :
L'Europe au service de l'empire américano-sioniste...La Russie ne se laisse pas faire.
Réponse de le 08/08/2014 à 10:03 :
+1
a écrit le 07/08/2014 à 19:54 :
Poutine est adroit, il cible les produits les plus sensibles, à savoir les fruits et légumes ainsi que les produits laitiers, qui sont très vite périssables. Pour l'instant il bloque l'alimentaire, mais s'il fait pareil pour le gaz, l'espace aérien de la Sibérie, les fusées-transporteuses, les voitures…. alors là, ça risque de frapper fort, très fort.

La France risque donc de subir lourdement les conséquences de l'embargo russe, et peut-être même plus que ses voisins européens. La rentabilité de l'ensemble des entreprises alimentaires européennes va être mise à mal, certes, mais la France risque bien d'être encore plus touchée en raison de son manque de compétitivité par rapport à nos voisins.

Merci Hollande et son coco Obama "le prix Nobel de la paix", les exportations françaises pourraient bien se passer de vous.
Réponse de le 07/08/2014 à 20:18 :
L'embargo sera sans impact sur les USA. La France suit Obama, à défaut d'une politique indépendante. Il eût mieux valu négocier avec Poutine, qui est un peu plus "européen" , historiquement et géographiquement. Les USA entrainent leurs fantoches européens vers leur propre perdition, c'est à peine croyable comme nos dirigeants, malgré d'être antourés d'une myriade d'experts, se laissent conduire aveuglement vers le precipice mortel. On dirait qu'ils sont tous médusés, envoûtés, sous un charme quelconque… peut-être que les racines africaines de Barack ont quand-même un effet sur ses anciens colonisateurs, peut-être…
Réponse de le 07/08/2014 à 20:24 :
Les contrats Russes sont déjà passés avec l'Amérique du Sud !
Brésil, Argentine, Chili et Equateur trinquent à gogo !

L'Europe va trinquer grave et pour longtemps !
a écrit le 07/08/2014 à 19:45 :
Au vu de certains commentaires on ne peut que se moquer de ceux qui l'écrivent. Quelques-uns arrivent au point de dire que l'embargo de Moscou sur les denrées alimentaires de l'EU fait les comissaires européens rigoler. Rigoler de quoi, d'avoir tiré une balle dans le pied ?

La Russie est en effet un gros client de l'Union Européenne et de la France. Ce pays absorbe 10% des exportations agricoles et agroalimentaires de l'Union Européenne, pour un montant de 12 milliards d'euros par an !! et on rigole de ce manque à gagner ? à mon avis, certains commentaires dérivent entre l'ignorance et la mauvaise foi, ils ne sont jamais innocents.
a écrit le 07/08/2014 à 19:42 :
quand la Russie arrêtera d'exporter son gaz vers l'union européenne il y en a quelques uns qui vont pleurer. Il ne faut pas jouer avec le feu.
Réponse de le 08/08/2014 à 2:25 :
Ce n'est pas un problème le gaz, par exemple 14% d'importations de gaz russe en France peuvent être compensés par une baisse de seulement 2° du chauffage car 1° = 7% d'energie consommée en moins.
Réponse de le 08/08/2014 à 9:05 :
Depuis 2 mois, il n'y a plus d'eau chaude à Kiev, pour économiser le gaz pour l'hiver. Demandez aux Ukrainiens si ils aiment les douches froides chaque jour depuis 2 mois.
Réponse de le 08/08/2014 à 9:55 :
Pour les radins vous avez la solution. Vous voyez moi je préfère avoir chaud et vivre confortablement. Encore un qui a porte monnaie en peau de hérisson.
Réponse de le 08/08/2014 à 11:10 :
pas de soucis pour la frane au niveau energie , notre principal fournisseur est l'Algérie . C'est pour merkel, le gros problème !!
a écrit le 07/08/2014 à 19:39 :
Ou, comment des décisions non démocratique touche directement le peuple qui "non plus leur mot a dire"!
a écrit le 07/08/2014 à 19:04 :
Un politicien américain, dont le nom et fonction, discrétion de source oblige, je ne citerai pas, a déclaré à propos de l'embargo russe, llors d'un évenemnt é huit-clos qui a eu lieu tout récemment dans une ville des Etats-Unis:

Merci beaucoup M. Poutine, l'Amérique Latine vous remercie. Cette augmentation de volume d'importations russes avec les pays d'Amérique latine, des pays qui possèdent une agriculture magnifique et une richesse minérale infinie, un immense quantité de fruits, de viandes, de poissons, légumes, blé, pommes de terre, et des minéraux comme le cuivre, le pétrole, lw lithium, l'argent, l'or, l'aluminium. Le gouvernement des USA et les gouvernements fantoches en Europe ne se rendent pas compte que le monopole commercial international est bel et bien fini.

Voici l'original:

"Thank you very much Mr. Putin, Latin America thanks you. This increase it trade with the Latin American countries that have endless magnificent agriculture and mineral wealth. From fruits, meat, fish, vegetables, wheat, potatoes to minerals as copper, oil, lithium, silver, gold, aluminum. The USA government and the puppets governments in Europe don't realise that the international trade monopoly is over."

Jugez-en par vous mêmes plutôt.
Réponse de le 08/08/2014 à 2:28 :
Le Vénézuela peut dire çà mais la réalité est que fermer des frontières dans le monde entraîne d'auters conséquences donc le bilan n'est pas si simple. Le politicien en question n'est pas très cultivé ni intelligent.
Réponse de le 08/08/2014 à 11:43 :
Oui Henri, et comme il n'a pas donné son nom ni sa fonction, ça ne se saura pas!
a écrit le 07/08/2014 à 18:56 :
Quand on cherche l'ours russe il griffe. Surtout que les leçons de morale US et UE font sourire.
a écrit le 07/08/2014 à 18:53 :
Je ne comprends pas l’intérêt des européens à faire pression sur Poutine... On s'en moque complétement du partage de l’Ukraine non ?
Surtout que les pro russes n'ont pas non plus complétement tord, il y a des mecs pas très net du coté de Kiev...
Que Poutine veuille limiter la présence de l'OTAN à ses frontières relève du bon sens, nous ferions pareil...
Du coup, les USA sont les grands gagnants... ils vendent leurs armes (F35, Patriot) à toute l'Europe, ils arrivent à y semer la pagaille, et en plus ils affaiblissent l'économie...
a écrit le 07/08/2014 à 18:29 :
Ils ont bien raison, les Russes. D'autant plus que c'est chez nous maintenant que les idéologues et les bureaucrates ont le pouvoir.
Réponse de le 08/08/2014 à 9:59 :
Vous avez raison, bravo Poutine.
a écrit le 07/08/2014 à 18:10 :
Cinq bénéfices que la Russie obtiendra de son embargo contre les denrées agro-alimentaires provenant de l'UE et des USA :

1. augmentation de sa production agricole; (une chose qui pourrait servir de modèle à nous aussi)
2. soutien aux producteurs russes; (ce sera un coup d'accélérateur à l'agriculture du pays)
3. augmentation de postes de travail; (des nouvelles infrastructures seront créées)
4. amélioration de la qualité des aliments (diminueront en additifs et antibiotiques si chers à nos produits)
5. baisse de prix (seront en accord avec l'économie russe et pas l'internationale)

Il est encore trop tôt pour évaluer en profondeur les effets de ces mesures prises par le gouvernement russe, mais en tout cas en ce qui concerne l'indépendance (ou plutôt la moindre dépendance) de la Russie à d'autres pays c'est déjà la voie à être suivie.
Réponse de le 09/08/2014 à 6:32 :
Stoppez la vodka!
1- L'orgueil rend très idiot, Poutine vient de se tirer une balle dans le pied, sans compter que UE pourrait bien répliquer.
2- Avec un rouble qui plonge (-11%), donc très bas, remplacer ces approvisionnements par d'autres filières va couter très cher.
3- Le pays avait déjà une inflation bien trop élevée par rapport à une croissance molle.
4- Le pouvoir d'achat des citoyens russes va continuer à baisser fortement, sans espoir de stabilisation.
5- Cet embargo va amplifier la chute en augmentant les prix pour cause de pénuries.
6- Le PIB/habitant n'était déjà pas très élevé!
7- La Russie mérite vraiment mieux.
Réponse de le 09/08/2014 à 6:56 :
Allo? Allo?
La Voix de Poutine?
a écrit le 07/08/2014 à 17:44 :
L'OTAN fut crée pour faire fasse à la menace de l'URSS. A sa chute, l'OTAN n'avait donc plus aucune raison d'exister.

L'URSS n'existe plus depuis 1991...pourtant les états unis n'ont cessé d'élargir leur bases tout autour de la Russie.

On peut comprendre que les Russes commencent à en avoir ras le bol !
a écrit le 07/08/2014 à 17:40 :
Franchement, tout ça pour quoi, pour la crimée ? qui se fiche de ce bout de pays dont les habitant ont voté par référendum leur rattachement a la Russie a 83% ! (résultat logique avec une telle proportion de russe en Crimée / plus de 60%)

Quel idée saugrenue que de respecter le choix du peuple n'est-ce pas !

Rien d'étonnant, Ici en Europe ils nous font voter, mais se fiche du résultat. souvenons nous du référendum sur la constitution européenne de 2005, en France mais aussi en Hollande...ensuite il ont annulé tous les référendums qui devaient avoir lieu dans les autres pays de l'UE car le peuple ne votait pas dans le "bon sens".

Une belle mascarade, dont nous paierons le prix fort (guerre avec la Russie qui se profile...)
Réponse de le 07/08/2014 à 17:49 :
L'alibi Crimée est valable pour les Etats-Unis qui au fait veulent s'emparar de la base de Sébastopol en Mer Noire. C'est ça le grand enjeux US en Ukraine. Impuissant tout seul face à la Russie (eh oui, il faut dire les choses telles qu'elles sont) les ricains ont comme de leur habitude fait appel à l'Otan, c-à-d, aux dindons de la farce qui iront mourir pour eux.

L'Europe, sauf un coup de théâtre très peu probable, va se retrouver en tant que première victime d'une guerre nucléaire avec la Russie. Cherchez l'erreur.
Réponse de le 07/08/2014 à 19:07 :
Le changement c'est maintenant !
a écrit le 07/08/2014 à 17:28 :
En France, je ne vois que deux cas de figure pour l'embargo russe sur les denrées alimentaires européennes:
1. ça risque d'engorger le marché et de faire chuter les prix des produits périssables comme les tomates, les pommes et les pêches, etc.
2. ça n'aura aucun effet pour le porte-feuille du consommateur, les producteurs français déverseront leur production dans la rue et on continuera à acheter au prix habituel.
a écrit le 07/08/2014 à 17:25 :
Mais franchement si De Gaulle été encore présent, il aurait certainement crié au scandal des USA et de l'OTAN.

Lui le seul vrai homme politique de la France !
Réponse de le 07/08/2014 à 17:36 :
Notre regretté Général aurait faire la France quitter définitivement l'Otan, une mesure qui ferait tâche à d'autres pays de la coalition et notre pays s'imposerait en Europe sur le plan militaire et diplomatique. Mais avec ces pantins de Washington qui nous avons actuellement dans le gouvernement c'est la faillite décrétée.
Réponse de le 08/08/2014 à 10:07 :
La france doit quitter l'otan au plus vite et se desolidariser des pays fantoches colonies des usa en europe (les memes qui flinguent l'industrie europeenne de la defense en achetant l'avion qui ne vole pas f35 et qui donnent des leçons sur le mistral...)
a écrit le 07/08/2014 à 17:17 :
L'effet de cet embargo sera majeur. Il sera reconduit et amplifié si l'anti Russie et les sanctions injustes persistent. Comme prévisible les pays de l'est sont punis d'avoir voulu s'opposer sans raison à la Russie. Leur PIB va décliner et leur dette augmenter. L'Ukraine est déjà dans une situation de faillite qui va s'aggraver. Les tenants de la liberté ukrainiens resteront privilégiés par des accords sur mesure avec la Russie, ils pourront bientôt racheter une large partie du pays. Bien que la saison céréalière soit mauvaise avec des prix à la baisse de 50% pour le blé, les excédents vont se retrouver sur les pays arabes qui vont tirer les prix à la baisse s'il est possible. En France la fermeture et la la vente de nombreuses exploitations agricoles va s'accélérer, c'est ce que veut le gouvernement, mais c'est aussi un formidable coup d'arrêt aux achats d'engrais, de tracteurs ou tout investissement. Pour les USA c'est une première punition qui va faire vaciller la filière tandis que la consommation baisse déjà radicalement dans le pays et que les hypermarchés et autres font faillite en chaîne. Le Brésil sera avantagé ainsi que la filière Russe qui va monter en puissance pour finir par satisfaire les besoins du pays à jamais. L'embargo s'accompagne d'un délaissement général des produits américains et européens et pour certains même s'il sont produits dans le pays. Ce phénomène ne concerne pas uniquement la Russie puisque tous ceux qui sont opposés à l'hystérie européïsto-américaine pratiquent de même, y compris en France. L'Europe prétentieuse perdue au bout du continent va comprendre que la Russie a changé.
Réponse de le 09/08/2014 à 6:49 :
L'Europe tremble devant les sanctions russes.
C'est d'ailleurs pour cela que l'Europe va bientôt ajouter de nouvelles sanctions.
Seule Merkel tremble.
a écrit le 07/08/2014 à 17:09 :
Si encore une fois, Hollande s'était occupé des problèmes de la France au lieu d'aller se mêler des affaires des autres nous n'en serions pas là aujourd'hui. Hollande essaie d'escamoter sa flagrante incompétence en détournant l'attention de notre société à des réalités qui ont peu à voir avec la notre.

Hollande aurait pu rester en dehors de toutes ces magouilles préparées par Washington et plutôt chercher à faire fonctionner notre économie, à améliorer notre balance commerciale et notre emploi, notre pouvoir d'achat qui dégringole au jour le jour. Mais non, impuissant de le faire, Hollande enfonce le pays encore plus profondément dans la récession.

Il faut être vraiment stupide pour croire que Poutine allait se laisser dicter sa conduite par les autres pays.
a écrit le 07/08/2014 à 17:02 :
L'histoire nous apprend que notre manque de fermeté par le passé a créé plus de catastrophes qu'il nous en a préservé. Hier la Crimée, aujourd'hui l'est de l'Ukraine et demain ? La Pologne ? Poutine ne comprend que la force. Quant a la Russie c'est un tigre de papier, économiquement exsangue.
Réponse de le 07/08/2014 à 17:28 :
Arrêtez le délire! L'Ukraine était un Etat neutre, passerelle entre la Russie et l'Occident. La révolution du printemps a fait basculé le pays dans le camps occidental avec toute une série de mesures contre les populations russes de l'Est du pays (interdiction d'utiliser la langue russe, perte des autonomies provinciales). Les populations de l'Est de l'Ukraine se sont donc tournées vers la Russie. Poutine en a profité pour dire stop aux ambitions américaines avec l'annexion de la Crimée.
a écrit le 07/08/2014 à 16:48 :
Sacrifier nos emplois et nos entreprises sur l'autel de l'expension machiavélique de l'Otan...Où est passée notre indépendance nationale ? ne sommes nous devenus qu'un protectorat de Bruxelles et de Washington ? On va bousiller un des derniers truc qui marchaient bien dans notre pays, pour marcher dans les pas d'Obama et de son coup d'état à Kiev, celui là même qui nous espionait via la NSA...qu'avons nous gagné dans cette histoire ? Pensez vous vraiment qu'une fois la crise passée, il sera aisé de retrouver ces parts de marché perdues une fois que la Russie aura dans son agenda tout un tas de nouveaux fournisseurs qui ne demandaient que çà ! Le brésil, la Turquie et l'Asie devraient ériger une statue à l'éfigie de Baroso et d'Hollande.
a écrit le 07/08/2014 à 16:45 :
Pologne, "le premier importateur mondial de pommes", ce ne serait pas plutôt exportateur? ...

Sinon, drôle de voir que les Russes ne mettent pas un embargo sur les vins et spiritueux? Ils ne peuvent pas se contenter de Vodka? En plus, ils ont annexé la Crimée, donc avec elle le fameux "Champagne (mousseux) de Crimée". Ce n'est pas assez bien pour les amis de Poutine?
Réponse de le 07/08/2014 à 17:01 :
t'es drôle !
Réponse de le 07/08/2014 à 17:12 :
<Pologne, "le premier importateur mondial de pommes", ce ne serait pas plutôt <exportateur? ...

Pas faux.

<Sinon, drôle de voir que les Russes ne mettent pas un embargo sur les vins et <spiritueux? Ils ne peuvent pas se contenter de Vodka? En plus, ils ont annexé la <Crimée, donc avec elle le fameux "Champagne (mousseux) de Crimée".

Ne vous inquiétez pas, ça va venir. je pense qu'il attend voir si la livraison des Mistral sera faite ou pas.
Réponse de le 07/08/2014 à 17:33 :
Les Russes mettent en place cet embargo parce que les Européens ont pris des sanctions économiques contre leur pays... La France aurait dû s'y opposer mais Hollande est faible et à la solde de Washington. De Gaulle et Mitterand doivent se retourner dans leurs tombes!
Réponse de le 09/08/2014 à 6:28 :
La Vodka, appartient notament à Ricard

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :