BASF se lance dans les semences en rachetant une partie des activités de Bayer

 |   |  379  mots
BASF avait préféré jusqu'ici se spécialiser dans l'étude des caractéristiques des plantes, comme leur résistance à la sécheresse.
BASF avait préféré jusqu'ici se spécialiser dans l'étude des caractéristiques des plantes, comme leur résistance à la sécheresse. (Crédits : photothèque Florimond Desprez)
Le géant allemand doit céder des activités pour faire accepter son rachat de Monsanto aux autorités de la concurrence. D'un montant de 5,9 milliards d'euros, l'accord passé entre Bayer et BASF est conditionné à la réalisation du rachat du géant américain des semences et pesticides.

Pour réaliser son acquisition de l'américain Monsanto, Bayer fait des sacrifices et la concurrence saute sur l'aubaine. Alors qu'il s'était jusqu'ici éloigné des semences, BASF, le numéro trois mondial de l'agrochimie, a conclu le rachat d'une partie des activités de semences et d'herbicides de Bayer pour 5,9 milliards d'euros en numéraire, ont annoncé les deux groupes chimiques allemands vendredi.

"Avec cet investissement, nous saisissons l'occasion d'acquérir des actifs très attrayants dans des marchés et des cultures de premier plan, explique Kurt Bock, président du directoire de BASF. Ce sera un ajout stratégique aux compétences reconnues de BASF dans la protection des cultures et à nos propres opérations dans la biotechnologie."

BASF avait préféré se spécialiser dans l'étude des caractéristiques des plantes, comme leur résistance à la sécheresse, mais le rachat par Bayer de l'américain Monsanto pour 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros) constitue une aubaine pour la concurrence car cela lui donne l'occasion de récupérer des actifs que Bayer doit revendre pour satisfaire les autorités de la concurrence.

Les plus de 1.800 emplois seront maintenus

La cession des semences LibertyLink et des herbicides Liberty, qui ont réalisé un chiffre d'affaires de quelque 1,3 milliard d'euros en 2016, représente à elle seule une bonne partie des actifs que Bayer doit céder pour mener à bien l'acquisition de Monsanto. Bayer a précisé qu'il utiliserait le produit de cette vente pour refinancer en partie l'acquisition de Monsanto et qu'il continuait de coopérer avec les autorités concernées dans le but de boucler le rachat de l'américain début 2018. De fait, l'accord passé avec BASF est conditionné à la réalisation du rachat de Monsanto, ont ajouté les deux chimistes.

L'arrangement prévoit aussi que plus de 1.800 salariés travaillant aux Etats-Unis, en Allemagne, au Brésil, au Canada et en Belgique soient transférés chez BASF, qui s'est engagé à maintenir tous les emplois permanents à des conditions identiques pendant au moins trois ans après conclusion de la transaction.

L'action Bayer gagne 0,7% en avant-Bourse, meilleur gain de l'indice Dax-30, suivant le courtier Lang & Schwarz. Au contraire, BASF réalise la plus forte perte du DAX, en cédant 0,9%.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2017 à 9:58 :
le business de l'agroindustrie, qui nous empoisonne un peu plus tous les jours, se porte bien. Il faut bien des politiciens malhonnêtes pour que cette économie ne soit jamais entravée.

"dans la protection des cultures et à nos propres opérations dans la biotechnologie"

La protection des cultures et l'empoisonnement de l'homme, c'est marrant ils oublient toujours ce dernier "détail"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :