Des grands vins de Bourgogne s'arrachent à Hong Kong

 |   |  291  mots
Un Montrachet 1865 a été vendu 22.658 euros, sachant qu'il était estimé à 15.577 euros.
Un Montrachet 1865 a été vendu 22.658 euros, sachant qu'il était estimé à 15.577 euros. (Crédits : reuters.com)
2.000 bouteilles provenant de la maison Bouchard Père et Fils, dont de très vieux flacons, ont été vendus à des prix très élevés lors d'une vente aux enchères.

En Asie, les grands vins de Bourgogne ont de plus en plus la cote. Quelque 2.000 bouteilles issues des caves de la maison Bouchard Père et Fils, dont un cru de 1846, se sont arrachées lors d'une vente aux enchères organisée samedi à Hong Kong. Le Meursault-Charmes 1846 a été acheté pour 15.577 dollars, bien au-dessus des estimations, par un amateur anonyme au terme d'une séance d'enchères enthousiastes organisées par Christie's.

Il s'agit de la plus ancienne bouteille conservée dans les caves de l'honorable maison Bouchard Père et Fils, fondée en 1731, qui abritent plus de 150.000 vins conservés depuis le XIXe siècle. Le domaine, aujourd'hui dirigée par la famille Henriot, s'étend sur 130 hectares en Bourgogne dont 12 hectares de grands crus et 74 hectares de premiers crus.

Une très bonne vente

"Des exemples de bourgognes de cet âge proposés à la vente sont extrêmement rares", a déclaré Tim Triptree, directeur du département des vins chez Christies, précisant qu'il y avait 16 bouteilles datant du XIXe siècle présentés à cette vente. "Les très bons résultats de la vente d'aujourd'hui montrent que l'Asie cherche toujours à collectionner des bourgognes", a-t-il dit, précisant que les bouteilles avaient été débouchées et rebouchées pour vérifier la qualité des vins. Un Montrachet 1865 a été vendu 22.658 euros. Il était estimé à 15.577 euros.

Hong Kong qui a supprimé les barrières douanières sur les importations de vins en 2008, est devenu la porte d'entrée pour le marché chinois, très gourmand des vins français. Les autorités chinoises avaient toutefois réprimé les achats de vin haute gamme en 2013 et 2014 mais le marché a repris des couleurs depuis.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2016 à 8:00 :
Bouchard, c'est pas cette entreprise qui a melange des piquettes pour en faire des Beaujolais avec une belle etiquette?
De toute facon, les chinois friques ne comprennent rien au pinard. Ils placent leur fric pour faire de l'epate.
Réponse de le 04/09/2016 à 18:40 :
@ matins calmes ;

Moi , j' aurais dit Duboeuf.....Cordialement
a écrit le 03/09/2016 à 22:58 :
Comprenne qui pourra Moi mon remords ce fut Le Sidi Brahim A la robe déchirée Au regard d'enfant perdu Découronné défiguré Celui qui ressemble au tord boyaux Qui s'est trop alcoolisé Pour être bu avec un couscous royal.
a écrit le 03/09/2016 à 20:14 :
Tant mieux pour cette magnifique région viticole qui le mérite amplement, je suis aquitain et j'adore ma région mais je préfère largement le Bourgogne au Bordeaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :