L'étiquetage nutritionnel sera autorisé à partir d'avril

 |   |  322  mots
Les industriels s'étaient élevés contre ce logo avec cinq couleurs proposé dès 2014 par l'épidémiologiste Serge Hercberg, président du Plan national nutrition santé (PNNS), et préconisé par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP).
Les industriels s'étaient élevés contre ce logo avec cinq couleurs proposé dès 2014 par l'épidémiologiste Serge Hercberg, président du Plan national nutrition santé (PNNS), et préconisé par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP). (Crédits : reuters.com)
A partir du mois d'avril, les industriels pourront apposer sur leurs produits alimentaires un logo a cinq couleurs, résumant sa qualité nutritionnelle. La ministre de la Santé compte sur la pression des consommateurs pour imposer cette démarche.

La querelle dure depuis 2014: quel étiquetage nutritionnel apposer sur les produits alimentaires industriels, afin de guider les consommateurs vers des choix sains? Mercredi 15 mars, le ministère de la Santé a rendu publique sa décision: la vignette retenue est celle baptisée Nutri-Score, qui "va du vert à l'orange foncé en fonction de la qualité (sel, sucre et graisses, NDLR) du produit", a expliqué Marisol Touraine dans Le Parisien.

La ministre précise qu'elle prendra "en avril un arrêté pour que les industriels puissent apposer ce logo sur les paquets dans les rayons des supermarchés". Au Royaume-Uni, une telle démarche date de 2013.

Etiquetage nutritionnel préconisé par le rapport Hercberg

L'étiquetage restera néanmoins facultatif, la réglementation européenne ne permettant pas de le rendre obligatoire. Marisol Touraine parie toutefois sur la pression du marché:

 "Je compte sur la pression des consommateurs, qui demandent à être informés, pour que les industriels s'engagent dans cette voie", insiste-t-elle.

Lire aussi: Aliments, un nouvel étiquetage pour mieux savoir ce que l'on mange

Médecins contre industriels

Initialement, le système retenu devait être choisi par décret. Mais les industriels s'étaient élevés contre ce logo avec cinq couleurs proposé dès 2014 par l'épidémiologiste Serge Hercberg, président du Plan national nutrition santé (PNNS), et préconisé par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Le jugeant stigmatisant, ils avaient réclamé une étude en conditions réelles d'achat, et notamment une comparaison avec un autre fléchage à quatre couleurs, et sans rouge, qui avait été proposé par Carrefour. Le test avait été lancé fin septembre.

étiquetage nutritionnel Carrefour

Lire aussi: Les médecins contestent le nouvel étiquetage nutritionnel de Carrefour

"Les résultats des études viennent de montrer que le plus pertinent des logos pour aider à manger sainement est le Nutri-Score", a conclu la ministre. L'UFC-Que Choisir avait par ailleurs pour sa part testé l'effet sur les consommateurs du Nutri-Score, en en excluant tout effet stigmatisant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2017 à 18:12 :
"La ministre de la Santé compte sur la pression des consommateurs pour imposer cette démarche"

Elle est ministre quand même elle peut pas se débrouiller toute seule !? Non mais ho ! On est où là ?

Si elle ne sert à rien autant qu'elle démissionne cela fera déjà ça de moins à payer hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :