Un possible cas de "vache folle" dans les Ardennes

 |   |  380  mots
La France avait été requalifiée pays à risque négligeable pour l'ESB en mai 2015 par l'Organisation mondiale de la santé animale.
La France avait été requalifiée pays à "risque négligeable" pour l'ESB en mai 2015 par l'Organisation mondiale de la santé animale. (Crédits : Reuters)
Une suspicion d’un cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a été détectée chez une vache de race Salers, issue d’une exploitation du département des Ardennes a signalé le ministère de l'Agriculture mardi.

Les éleveurs français dans l'expectative. Un cas potentiel d'ESB (maladie de la vache folle) dans un élevage de 400 vaches Salers des Ardennes est en cours d'examen, a indiqué mardi le ministère de l'Agriculture précisant qu'une éventuelle confirmation interviendra dans une dizaine de jours.

Le prélèvement sur l'animal décédé a été envoyé au laboratoire européen de référence sur l'Encéphalopathie spongiforme bovine en Grande-Bretagne qui devrait mettre 8 à 10 jours pour confirmer ou non la présence d'ESB.

Dans l'attente "l'éleveur a été prévenu et le troupeau mis sous surveillance à titre préventif par arrêté préfectoral", ce qui interdit tout mouvement des animaux concernés en dehors de l'exploitation, a indiqué le ministère.

 "Pays à risque négligeable"

Depuis octobre 2014 seuls les bovins âgés de plus de 12 ans susceptibles d'avoir ingéré des farines animales étaient soumis au test de dépistage, ainsi que ceux morts hors abattoir et envoyés à l'équarrissage et âgés de plus de 4 ans. Ce qui était apparemment le cas du bovin suspect.

"La suspicion a été établie le 17 mars par le laboratoire national de référence de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), grâce à des prélèvements réalisés sur l'animal à l'équarrissage", selon le communiqué du ministère.

La France avait été requalifiée pays à "risque négligeable" pour l'ESB en mai 2015 par l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), le dernier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine remontant à 2011 dans l'Hexagone.

La porte des exportations à peine entrouverte

Cette décision devait permettre de rouvrir les exportations vers de grands marchés internationaux. Ces derniers mois, l'Arabie saoudite, le Canada, Singapour, le Vietnam et l'Afrique du Sud avaient rouvert leurs portes aux exportations de viande bovine française.

Mais plusieurs marchés majeurs restaient fermés, notamment le Brésil et la Chine. En octobre 2014, les professionnels français avaient obtenu la levée des tests de dépistage de l'ESB sur les animaux nés depuis 2002, considérés par la filière comme un frein à l'exportation.

Ce dépistage avait été rendu obligatoire en 2001, en pleine épidémie et contraignait à retenir les carcasses 24 heures après abattage, le temps d'obtenir les résultats des analyses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2016 à 15:15 :
vus la léthargie ambiante, le refus des vraies réformes, les réformettes totalement vidées de leur sens, les dépenses croissantes et toujours inefficaces, déficits, dette, chômage galopants.. est ce qu'il ne faut pas chercher au sein du gouvernement, n'est ce pas une pandémie du secteur public ?
a écrit le 24/03/2016 à 11:55 :
Musique ! c'est (re)parti pour un tour... il faut absolument achever la filière française d'élevage.
a écrit le 23/03/2016 à 22:58 :
Suspicion
Et en plus de la part du ministere
Pourquoi il cree la polemique au lieu d'attendre le resultat final . ?
Vraiment des incapables . Ils ne savent pas ce qu'ils creent comme degats .
Réponse de le 26/03/2016 à 15:20 :
parce que comme tout élu ou administratifs, ils sont par définition irresponsables, au vrai sens et figuré....ils sont payés pour être présents, jamais pour être jugés aux résultats, aucune obligations !!! et que savent ils de l'agriculture ???? quelle vision depuis un bureau du 16 eme ??
pas comme les agriculteurs qui travaillent très dur pour un salaire de misère et une retraite encore plus !!
si la retraite était indexée sur les heures de travail (la justice !!) et que les agriculteurs, indépendants, artisans, pme....partaient à 65 ans, les élus et administratifs auraient la retraite à titre posthume !!!!
a écrit le 23/03/2016 à 20:45 :
Voici qui ne va pas faire l'affaire de nos éleveurs... L'agriculture devient un métier de damnes (sauf peut être les gros céréaliers, et encore... ). Espérons que les résultats des analyses seront différents.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :