Vin : la France lance un site dédié à l'œnotourisme

 |   |  486  mots
Visites de caves, de châteaux, randonnées, dégustations, stages, conférences, fêtes... Le site doit permettre à l'internaute d'accéder au site partenaire le plus adapté à sa demande en moins de trois clics.
Visites de caves, de châteaux, randonnées, dégustations, stages, conférences, fêtes... Le site doit permettre à l'internaute d'accéder au site partenaire le plus adapté à sa demande en moins de trois clics. (Crédits : REUTERS/Rafael Marchante)
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, a présenté mardi matin en présence de Florence Cathiard, présidente du Conseil Supérieur de l'Oenotourisme et de Christian Mantei, Directeur général de Atout france, Visitfrenchwine.com, le nouveau portail de l'offre oenotouristique française.

L'union fait la force. C'est pourquoi, face à la concurrence croissante de ses voisins en la matière, la France, terre de vins et première destination touristique mondiale, a mis en place un portail de son offre œnotouristique, que le ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, présentait mardi 9 février lors d'une conférence de presse.

Annoncé en 2014, ce "pôle d'excellence", confié à Michel Bernard, président du Cluster œnotourisme d'Atout France, a pour but de fédérer davantage les différents acteurs de la viticulture et du tourisme, afin de développer l'offre de l'Hexagone et de la promouvoir efficacement auprès des clientèles touristiques étrangères.

     | Lire Tourisme, le nouveau défi français ?

Des exportations de vins équivalentes à la vente de 114 Rafale

Pour "montrer l'importance considérable du secteur", le ministre des Affaires étrangères a souligné que "les exportations de vins français (7,6 milliards d'euros en 2014, NDLR) sont équivalentes à la vente de 114 Rafale", avion militaire français,

Concrètement, le site Visitfrenchwine, imaginé par Florence Cathiard, présidente du Conseil supérieur d'œnotourisme, se veut être la vitrine de l'œnotourisme français. Visites de caves et châteaux, randonnées, dégustations, stages, conférences, fêtes... Le site doit permettre à l'internaute d'accéder au site partenaire le plus adapté à sa demande en moins de trois clics.

Capture d'écran du site VisitFrenchWine.com

Capture d'écran du site VisitFrenchWine.

Sur le modèle d'une rédaction de magazine, un comité éditorial piloté par Atout France et composé d'experts de l'œnotourisme dont Florence Cathiard (présidente du Conseil supérieur de l'œnotourisme), Michel Bernard (fédérateur du Pôle d'excellence de l'œnotourisme) et Brigitte Bloch (directrice du CRT Aquitaine), opère une sélection qualitative des contenus en collaboration étroite avec les grandes marques de l'œnotourisme français partenaires du projet (parmi lesquelles Gérard Bertrand, Relais & Châteaux, Mumm, Perrier Jouet, Rémy Martin, Krug, Ruinart, Veuve Cliquot, etc.).

Objectif: 4 millions de touristes en 2020

Le lancement de ce site n'est toutefois qu'une première étape. Atout France souhaite en faire la vitrine de l'œnotourisme français un outil essentiel de sa stratégie de promotion de l'offre de découverte du vin et des vignes à destination du grand public.

En 2010, quelque 3 millions de touristes étrangers ont visité un site français d'oenotourisme, et Laurent Fabius a proposé de "se fixer comme objectif 4 millions pour 2020".

Ce sont les clientèles asiatiques et américaines qui enregistrent la plus forte croissance concernant la visite de caves et de vignobles français, de l'ordre "de 10% par an", a indiqué Christian Mantéi, le directeur général d'Atout France, qui souligne également l'importance de la fréquentation d'une clientèle européenne plus proche, comme les Belges, les Britanniques ou les Allemands.

>> Lire aussi Vin, le top 10 des innovations et applications

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2016 à 17:47 :
La logique socialiste: d'une part on fait une loi (Evin, ça ne s'invente pas) contre l'alcool et d'autre part, on fait un site pour la publicité de l'alcool :-) Le chef des cabinets de Juppé à Bordeaux (Monchy, ça ne s'invente pas non plus) va pouvoir faire la pub de son patron :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :