Vinexpo s’allie à Alibaba pour assurer ses positions en Chine

 |   |  376  mots
Les exportations de Bordeaux rouge vers la Chine ont progressé de 64% en un an.
Les exportations de Bordeaux rouge vers la Chine ont progressé de 64% en un an. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Pour sa dix-neuvième édition, le grand salon mondial des vins et spiritueux s’ouvre ce dimanche à Bordeaux sur l’annonce d’un partenariat avec la plateforme chinoise de commerce en ligne.

L'alliance avec la plateforme d'achat sur internet Tmall, propriété du géant chinois du commerce électronique Alibaba, a été annoncée en ouverture de ce rassemblement mondial de producteurs et importateurs de vins, d'investisseurs et de stars qui accueille 2.300 exposants et attend quelque 46,000 visiteurs . "C'est une formidable opportunité de donner de la visibilité à Vinexpo sur un marché très important, la Chine, et qui va devenir de plus en plus important", a déclaré à l'AFP Christophe Navarre, PDG de Moët-Hennessy et nouveau président de Vinexpo au sujet de ce partenariat portant sur la promotion, soulignant l'importance d'être présent dans ce pays.

Aujourd'hui cinquième plus gros consommateur de vin, derrière les Etats-Unis, la France, l'Italie et l'Allemagne et au quatrième rang mondial pour les importations, "La Chine est amenée à représenter 71,8% de la croissance du marché d'importation en volume à l'horizon 2020", selon une étude Vinexpo/IWSR (International Wine and Spirit Research).

En 2016, déjà, Jack Ma, fondateur d'Alibaba, a fait l'acquisition de trois domaines dans le Bordelais, symbolisant l'intérêt de la centaine d'investisseurs chinois présents dans la région.

La Chine, premier client des vins AOP français

Ce partenariat permettra de promouvoir Vinexpo auprès des professionnels chinois sur la plateforme d'e-commerce d'Alibaba et sur les médias sociaux du groupe.

Tmall contrôle la moitié des transactions en ligne entre professionnels et particuliers sur l'internet chinois, or qu'internet est très utilisé par la génération des années 90. y compris pour ce type de produits qui rencontre une demande croissante de la classe moyenne chinoise. "Pour introduire la culture du vin de différents pays, de la France, je pense qu'internet est un très bon moyen", a souligné Daniel Zhang.

« Je pense que c'est juste le tout début d'une histoire", a déclaré Daniel Zhang, directeur général du groupe Alibaba lors de la signature de ce partenariat.

La France, qui  demeure aujourd'hui le premier pays exportateur en valeur, a vu ses exportations en volumes de vins de Bordeaux rouge et blanc progresser de respectivement 22% et 64% sur un an vers la Chine, qui devient ainsi le premier client des vins AOP français. Les exportations de Cognac bondissent de 46%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2017 à 23:40 :
A mon chef qui s'inquiétait à tord de la concurrence chinoise, je lui ai toujours dit: "pourquoi s'inquiéter, il y a 1 milliard d'hommes qui ont fain et soif, et nous on sait faire!"
Les Chinois aiment le Bordeaux pour la frime mais adorent les pays de la Loire pour leurs blancs et rosés doux, c'est un plaisir de les voir passer chez-nous.
Surtout leurs femmes si drôles un peu pompettes!
Sinon quel dommage de ne pas anticiper le changement climatique et laisser les vignobles remonter de 100km vers le nord, il y a des côteaux magnifiques bien orientés pour faire la production qui va nous manquer.
Tout comme le cépage de Jasnières limité à 400ha connu aux états-Unis un délice à la production anecdotique, il y a des milliers d'ha géographiquement identiques en sarthe qui ne servent pas à grand chose.
Il faut avoir bu un Jasnières liquoreux 2003 pour savoir ce qu'est de l'or en bouteilles.
a écrit le 19/06/2017 à 8:47 :
Deux logiques productivistes, alliance normale mais qui n'est pas bonne pour le vin en général.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :