La Tribune

L'essai auto du week-end : Renault Latitude, une française trop asiatique

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  1120  mots
Voilà le nouveau haut de gamme de la firme au losange, "made in Korea" mais sur une base de Laguna. Le confort y est, mais l'esthétique neutre, les plastiques quelconques, l'insonorisation insuffisante, auront du mal à convaincre dans l'Hexagone. Malgré des prestations correctes.

Rarement, une voiture aura fait couler autant d'encre. Elle était très attendue, non sans sarcasmes. Pour remplacer sa très osée Vel Satis, Renault ne lance-t-il pas un haut de gamme sage jusqu'à la banalité, fabriqué en Corée et concocté essentiellement pour les asiatiques aux goûts différents des nôtres ? A priori, pourtant, le cocktail n'est pas déplaisant. Les lignes sont équilibrées, même plutôt jolies, et l'intérieur présente bien, avec des assemblages soignés comme sur une... coréenne ou une japonaise. Seulement voilà : à force de neutralité, le style de cette Renault Samsung SM5 rebaptisée se révèle très passe-partout, un peu à la manière des grandes Nissan Maxima ou Toyota Camry jadis importées en Europe occidentale. Si la Vel Satis était trop excentrique, celle-ci pèche exactement en sens inverse.

Rigoureuse, mais les plastiques sont ordinaires

A l'intérieur, c'est rigoureux, mais avec des plastiques très ordinaires, comme sur la plupart des berlines coréano-nippones. Si la SM5 reprend la planche de bord de la Laguna, Renault a choisi, pour la version européenne, de redessiner l'ensemble. Le hic, c'est que cette planche de bord inédite offre des matériaux moins cossus. Le comble ! Les placages en faux bois piano ne sont pas très valorisants. En revanche, et malheureusement, la firme au losange a conservé la colonne de direction trop basse de la Laguna. Du coup, le haut des cadrans est caché par la jante du volant. Pas malin. Bref, tout ça est globalement honnête, mais sans plus. Et non sans petites erreurs. Rien à voir avec le raffinement d'une Audi ou d'une BMW.

Insonorisation négligée

En outre, l'ex-Régie a négligé l'insonorisation. Les coréens étant habitués au bitume lisse de leur routes, ils n'entendent pas les crissements de mobilier intérieur sur chaussée dégradée. Le problème, c'est que, sur nos départementales bosselées, ça grince et ça crisse. Les bruits de roulement et de suspensions, les résonances en provenance des passages de roues, sont aussi trop présents. Beaucoup plus que sur une Laguna. Fâcheux et inacceptable sur un haut de gamme ! On n'est pas à bord d'un Kangoo, tout de même ! C'est le défaut le plus insupportable de cette Latitude. Renault doit impérativement retravailler ce chapitre. Carlos Ghosn, le PDG, s'est fait une réputation de "cost killer" (tueur de coûts). Mais le client ne doit pas s'en apercevoir, car, sinon, il peut trouver qu'on se f... de lui. Alors, SVP, mettez quelques kilos d'insonorisant ! Puisqu'on parle de sons, notons par ailleurs l'antiparasitage insuffisant de l'autoradio... Et les vibrations de la planche de bord lorsque le diesel tourne au ralenti à froid.

Habitabilité moyenne

L'habitabilité est certes meilleure qu'à bord d'une Laguna - ce n'était pas difficile -, avec un grand coffre (a priori). Mais les places arrière pourraient réserver davantage d'espace pour les grands gabarits. Et le coffre pâtit de recoins peu fonctionnels, qui en limitent le volume utile. En outre, les tôles apparentes dans ledit coffre sont inadmissibles à ce niveau de gamme. A noter en revanche quelques bons points, comme l'accoudoir central avant coulissant ou le siège conducteur électrique, qui recule de lui-même quand on coupe le moteur, pour assurer une meilleure descente et remontée à bord. Cela, c'est bien vu ! Mieux que les portières, qui manquent de retenue. Si on les ouvre trop brutalement, elles se referment non moins brusquement. Et, là, aïe les dégâts si on a la jambe dehors !

Conduite satisfaisante

La conduite ne réserve pas de mauvaise surprise. Le train avant de Laguna combiné à un arrière emprunté chez Nissan donne des prestations satisfaisantes. Avec une souplesse de suspensions à la coréenne. Du coup, si le confort est préservé (sauf sur les petites inégalités abordées trop sèchement), le comportement se révèle un peu mou et pataud. On retrouve toutefois avec plaisir le gros moteur diesel Renault six cylindres de 240 chevaux "made in France", qui émet une sonorité grave agréable et distille des performances séduisantes. Au prix d'une consommation pas très économique mais acceptable avec un moteur aussi puissant (9,5 litres en moyenne). La transmission automatique à six rapports fait preuve d'une douceur exemplaire, tout en étant assez réactive. Mais elle manque d'une position "Sport" qui la rendrait plus prompte à rétrograder. Infiniti, marque de luxe de l'allié Nissan, a d'ailleurs cela en magasin avec le même moteur. Alors ?

Cher pour une Renault

Le prix de base (32.500 euros en version dCi 150 Business) est très compétitif. Mais, notre modèle V6 dCi en finition Initiale avec cuir, réglages électriques en tous sens, sièges chauffants, caméra de recul, phares tournants et des gadgets futiles comme le diffuseur de parfum qui sent le déodorant pour WC (!), vaut quand même 45.000 euros. Et là, c'est franchement trop cher pour une Renault. Alors, pour ceux qui se laisseraient séduire par cette voiture sage, sans aspérités, mais sans étincelles, un conseil : vu la décote prévisible, attendez un peu, et vous pourrez acquérir une... belle voiture d'occasion pour pas trop cher ! Personnellement, dans ces conditions, on serait presque tentés. D'autant que la qualité-fiabilité des voitures produites par la filiale Renault-Samsung jouit d'une solide réputation. Le réseau après-vente du losange en France est également renommé.

Sans inconvénient majeur ni qualité marquante

La Latitude ne présente pas d'inconvénient majeur (saut l'insonorisation déficiente), ni... de qualité marquante. Et on ne voit pas très bien à qui elle s'adresse. Les notables et pouvoirs publics contraints de rouler français hésiteront devant une voiture produite en Corée. Et ceux qui se moquent de la provenance et ont de l'argent préféreront s'orienter vers une allemande ou une Volvo, autrement plus flatteuses et abouties. Alors, si elle rencontre un grand succès en Corée, la SM5, alias Latitude, peinera partout ailleurs. D'une certaine façon, c'est injuste. Mais les clients se montrent logiquement fort difficiles dans cette zone tarifaire.

 

Modèle d'essai : Renault Latitude V6 dCI Initiale : 45.000 euros (+750 euros de malus)
Puissance du moteur : 240 chevaux (diesel)
Dimensions : 4,90 mètres (long) x 1,83 (large) x 1,48 (large)
Qualités : moteur et transmission très agréables, prestations routières correctes, confort (sauf sur des petites inégalités du terrain), présentation honnête
Défauts : bruits divers, lignes banales, plastiques quelconques, comportement mollasson, détails d'ergonomie
Concurrentes : Citroën C6 V6 HDi Business : 49.450 euros, BMW 530d Excellis : 53.600 euros

Note : 13,5 sur 20

Réagir

Commentaires

Arlus  a écrit le 05/04/2011 à 10:31 :

Mais où vous trouvez des voitures neuves de ce gabarit aussi bien équipées et avec un moteur de cette puissance à 45 000 euros chez les Allemands ? C'est bien joli le blabla mais quand il s'agit de nous montrer des offres concrètes ça s'essouffle....

dudule  a répondu le 09/11/2011 à 18:38:

45000 e et devenue invendable 6 mois aprés sa sortie.Only pour beauf.

hybride  a écrit le 31/01/2011 à 19:50 :

Cette Latitude aurait du être une hybride dans une carosserie de laguna 3 et avec sa fiabilité, alors là ça se vendait!

Blue Tree  a écrit le 31/01/2011 à 16:45 :

Je commence de plus en plus à croire que le problème de Renault est tout simplement Carlos Ghosn.

V  a répondu le 05/02/2011 à 21:27:

Entièrement d'accord.

aie!  a répondu le 10/02/2011 à 16:16:

C'est clair! L'avenir de la marque est a l'étranger, moins de production sur le territoire et les voitures rebadgées débarquent. Renault va devenir une marque déposée...

ablue  a répondu le 22/06/2011 à 14:12:

helas Goshn a vide Renault de sa substance. le personnel est vide, mal paye. La percee dans le haut de gamme est ratee. Virez le cost killer vous verrez l'economie que renault fera. renault est une super boite. pourvu que son futur patron soit a la hauteur.

gerardc27  a écrit le 31/01/2011 à 10:46 :

Renault fournit le train roulant et les moteurs, le reste c'est Samsung. Bref c'est du mécano qui permet d'amortir les énormes coûts de développement d'une Laguna qui n'en peut mais.Le tout pour 10000 euros de moins qu'une "allemande" équivalente,un vrai tour de force.Elle est d'ailleurs essentiellement destinée au marché asiatique.

Big Bear  a écrit le 30/01/2011 à 19:10 :

Renault a réussi à remplacer la Vel Satis par un modèle plus laid, fabriqué à l'étranger. Un vrai cas d'école dans la rubrique "chose à ne pas faire"

Kost killer ou Marque killer  a écrit le 30/01/2011 à 14:11 :

Selon votre article : "Carlos Ghosn, le PDG, s'est fait une réputation de "cost killer" (tueur de coûts)". L'impression serait plutot Ghosn Marque Killer, ou Renault Killer

macadame  a écrit le 30/01/2011 à 10:19 :

Peugeot a fait une plagiat indusrielle de VW, encore faut'il qu'elle soit meilleure à lasortie, sinon cela entraaine en terme d'image une dévalorisation, dont Peugeot aurait interet à se méfier et à anticiper....

jpp1er  a écrit le 29/01/2011 à 15:48 :

MALHEUREUSEMENT, M. Ghosn n'a qu'une stratégie financière de son alliance, aucune stratégie industrielle, aucune stratégie dans le haut de gamme....
Renault tout seul n'est plus rien contrairement à Toyota...
Seule riposte possible, rapprocher PSA et Renault via l'Etat et la famille Peugeot ,et, en confier la présidence à un vrai professionnel humble: M. VARIN.

Renault brouettes  a répondu le 30/01/2011 à 10:31:

Il ne faut pas salir PSA Peugeot Citroen qui mon avec une marque en déclin comme Renault. Laissons CITROEN grimper vers des produits à forte marge et très bien conçus.

eurofederal  a écrit le 29/01/2011 à 11:16 :

Je ne comprends pas la stratégie de Renault-Nissan. Nissan possède sa marque de luxe, Infiniti. Cette marque se vend très bien aux USA avec des modèles aussi bien finis que des Audi et BMW. Pourquoi ne pas importer cette marque en EU et cesser de vouloir nous vendre des renault haut de gamme moches? De toute façon, il faut être clair, Reanault = voiture populaire!!!!! Jamais un consommateur prêt à débourser ? 50,000 achètera une latitude... je préfère de loin une A5 ou A7 , une BM ou une infiniti..... renault-Nissan possède une branche luxe, ils feraient mieux de la developper....

+1 avec ce commentaire  a répondu le 29/01/2011 à 17:21:

+1 avec ce commentaire, qui résume bien les choses. Le haut de gamme c'est un couple "un produit + une marque". En terme de marque : Renault = voiture populaire, donc il faut jouer sur la diversité des marques du groupe, ce qui n'empêche pas de les faire fabriquer à Sandouville plutôt que de les importer.

Y a bon  a écrit le 29/01/2011 à 8:41 :

Un "haut de gamme" low cost made in Korea par Dacia ? Non par Renault .... Quelle vision strategique impressionnante, faire construire a l'etranger une berline moche et la mettre en concurrence face aux allemandes ...

Titou2011  a écrit le 29/01/2011 à 7:42 :

Carlos Gohn, aime se placer devant les projecteurs, "l'affaire" de l'espionnnage, qui deviendra peut-être rapidement une baudruche éclatée en est la démonstration. Mais réaliser un véhicule haut de gamme capable de concurrencer les belles allemnandes est un tout autre challenge....une fois de plus, mais l'avenir nous le confirmera/infirmera, Renault "rate" la réalisation de ses véhicules dits haut de gamme. Il est peut-être plus facile de vendre des petits véhicules subventionnés par l'état français et fabriqués "hors" de notre "territoire"

SAMARINDA  a écrit le 29/01/2011 à 5:19 :

Nos constructeurs ne devraient pas parler de haut de gamme car trop médiocre sur le plan design et confort mais plus tôt voiture moyenne au prix haut de gamme.
Renault deviendra vite la risée des constructeurs, je pense que le PDG actuel est à bout de souffle et devrait laisser sa place à de nouvelles imaginations non pas d'espionnage mais de créativité concurentielle.

ouaip  a répondu le 22/06/2011 à 14:15:

tout a fait daccord