La Tribune

Ces trois cadres de Renault qui pourraient succéder à Patrick Pélata

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  301  mots
Trois fidèles du PDG Carlos Ghosn pourraient prétendre à la direction opérationnelle du constructeur français.

Philippe Klein

Entré chez Renault comme ingénieur en 1981, ce diplômé de l'École supérieure de physique-chimie de Paris, né en 1957, a rejoint, dès 1999, Carlos Ghosn chez Nissan, chargé de son secrétariat. De 2003 à 2005, de retour chez Renault, il devient directeur de la performance du système industriel, puis en 2005, directeur délégué à la présidence. Fidèle parmi les fidèles, en 2007, il retourne chez Nissan comme très proche collaborateur de Carlos Ghosn. En septembre 2008, il devient directeur général adjoint et directeur du plan, du produit et des programmes de Renault. Il est membre du comité exécutif (CEG).

Carlos Tavares

Âgé de 52 ans, ce centralien arrive chez Renault dans l'ingénierie en 1981. Il devient notamment directeur du projet Mégane II et Scénic II, puis directeur pour les véhicules de la plate-forme « C » (compactes). Il rejoint Nissan en 2004 où il supervise la planification, le produit, les directions de programmes. En février 2009, il assume la vice-présidence exécutive de Nissan pour la zone Amériques, une région cruciale puisque le japonais est très présent aux États-Unis où il réalise une bonne part de ses profits, et au Mexique.

Dominique Thormann

Né en 1954, diplômé notamment de relations internationales (Université Johns Hopkins, États-Unis), il débute à la Chase Manhattan Bank, arrive chez Renault Crédit International (RCI) en 1989 avant d'être chargé des relations investisseurs chez Renault en 1994. En 1999, il accompagne Carlos Ghosn chez Nissan à Tokyo. Ce financier rejoint Nissan Europe en 2004 en tant que senior vice-président chargé de l'administration et des finances. Il prendra le même poste ensuite aux États-Unis. Il est nommé président de RCI Banque en octobre 2009. En juillet 2010, il devient directeur financier du groupe Renault et entre au CEG.

Réagir