La Tribune

Les premières voitures électriques en libre-service circuleront à Paris ce dimanche

La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Alain-Gabriel Verdevoye, mis à jour par Latribune.fr  |   -  680  mots
Lancement d'Autolib, ouverture des commandes de Renault Kangoo électriques, décisions sur l'achat de 25.000 véhicules "zéro émission" par l'Etat, la fin de semaine doit marquer le vrai coup d'envoi des véhicules "verts". Mais le maintien des "superbonus" incitatifs n'est pas assuré à terme. Autolib sera rentable pour Bolloré d'ici à 7 ans.

Les premières voitures électriques en libre-service circuleront à Paris ce dimanche, prochain, la veille du lancement officiel d'Autolib'. Soixante-six véhicules Bolloré Bluecar devraient être mis à disposition et 33 stations ouvertes dans la capitale. Par ailleurs, « ce vendredi, les décisions devraient être prises sur la commande de 25.000 véhicules électriques au moins, dont 10.000 pour La Poste et 5.000 pour l'État », affirme à La Tribune Jean-Louis Legrand, coordinateur interministériel du plan véhicules décarbonés. Renault doit ouvrir, en outre, ce même vendredi, les commandes pour sa première voiture électrique. Il s'agit de l'utilitaire Kangoo, dont les premières livraisons interviendront fin octobre. La firme au losange espère en vendre 20.000 à 30.000 unités sur l'année 2012. En novembre, ce sera au tour de la berline Fluence, puis, en décembre, du quadricycle Twizy. PSA vient de franchir, quant à lui, la barre des 5.000 commandes de véhicules électriques, essentiellement des Citroën C Zéro et Peugeot Ion conçues et produites par son allié japonais Mitsubishi, dont 3.000 sont déjà aux mains des clients. Enfin, le groupe livrera, entre fin novembre et début décembre, les premières voitures diesel hybrides de série au monde, les Peugeot 3008 Hybrid4.

Le coup d'envoi de la voiture « verte » est donc donné ! Et ce, paradoxalement, alors que s'amorce un débat budgétaire placé sous le signe de la rigueur, qui vise clairement la suppression des... niches fiscales. Question : au moment où ils arrivent enfin sur le marché, les véhicules « décarbonés » continueront-ils d'être fiscalement privilégiés, comme ils l'étaient quand ils n'existaient pratiquement pas et ne coûtaient donc rien à l'État ou presque ? « Le maintien des bonus de 5.000 euros (pour les véhicules électriques) et de 2.000 (pour les hybrides) figure dans la proposition du gouvernement », assure Jean-Louis Legrand. Certes, pour l'accès au superbonus de 5.000 euros, le seuil d'éligibilité « devrait être durci, passant de 60 grammes (de rejets de CO2 au kilomètre) à 50 ». Pour l'accès au bonus de 2.000 euros, on passerait d'un maximum « de 110 grammes de CO2 à 100 ou 105 ». Pour les véhicules électriques « zéro émission », cela ne changerait... rien. Pour les hybrides, en revanche, la question du seuil est un sujet sensible. Les émissions d'une Peugeot 3008 Hybrid4 varient entre 99 et 104 grammes, selon la monte pneumatique... La question du maintien de ces montants n'est « pas encore définitivement tranchée », nuance-t-on toutefois au ministère du Développement durable. Gilles Carrez, rapporteur général de la commission des Finances de l'Assemblée, refuse pour sa part de s'engager sur les montants (voir interview page 4). Bref, rien n'est sûr.

Or, les surcoûts des véhicules « verts » sont tels qu'ils ne peuvent se passer d'aides publiques. Du moins avant que l'effet de masse n'en abaisse les prix de revient. N'oublions pas qu'une Citroën C Zéro est facturée à un prix catalogue de... 35.350 euros, trois fois plus élevé que celui d'une C1 de taille équivalente. Une Peugeot 3008 Hybrid4 affiche, elle, un surcoût de 5.000 euros par rapport à une 3008 thermique comparable. Ce qui semble certain, en tout cas, c'est que, au fur et à mesure de la montée en puissance des modèles électriques et hybrides sur le marché, les mesures de soutien coûteront logiquement de plus en plus cher à l'État et sont donc appelées à être réduites, voire supprimées !

« Nous sommes en faveur de la prolongation du superbonus de 5.000 euros en vue d'accompagner la montée en puissance progressive du véhicule électrique », martèle-t-on évidemment chez Renault, intéressé au premier chef.

Un service profitable à partir de 80.000 abonnés-Bolloré

Ce vendredi, Vincent Bolloré, PDG du groupe diversifié en marge du lancement du libre-service parisien de voitures a déclaré en marge d'une conférence de presse : "Nous estimons qu'à partir de la septième année, ce sera rentable, et un groupe industriel comme le nôtre a l'habitude de n'avoir des rentabilités qu'au bout de six ou sept ans". Vincent Bolloré a également estimé que le service serait rentable à partir de 80.000 abonnés.

Réagir

Commentaires

NICOBOSS007  a écrit le 03/10/2011 à 5:29 :

C'est effectivement une très bonne idée, il faut essayer.
Mais je m'attends à des réactions épidermiques et corporatistes des taxis dénonçant une concurrence déloyale.
Allez, une petite taxe sur les abonnements autolib pour compenser le manque à gagner des Taxis ? une licence à 150 ke par voiture ? on parie ?

1ère  a écrit le 03/10/2011 à 5:21 :

Il faut applaudir les 1ères qui se font et qui vont évidemment donner des idées aux autres ici et partout dans le monde:cf les articles des journaux californiens ou tokyoites. Braco! Delanoë!

opinion  a écrit le 02/10/2011 à 19:22 :

C'est tellement délirant que la FRANCE qui a inventé un nombre extraordinaire de choses ne soit pas méga leader sur les véhicules électriques et hybride (prius) quand on sait que l'on a l'énergie nucléaire (pour ou contre est un autre débat) et 4 marques automobiles ??? Encore un train de raté ! Maintenant on va faire un projet de libre service (pourquoi pas c'est sympa) mais évidement juste au moment de l'arrivée de la grosse crise qui commence !

Tata Indienne  a écrit le 02/10/2011 à 19:20 :

Ces véhicules électriques à Paris, c'est très bien; mais rendre la beauté aux boulevards de Montparnasse ou Port royal etc. dans la capitale comme avant et supprimer les places de parking "livraison" inutiles, c'est mieux. Rendre la circulation fluide à Paris et aménager les voies de circulation intelligemment serait plus que écologique mais aussi moderne, conviviale et digne de notre siècle. Il est incompréhensible qu'il y ait une volonté de retourner au siècle dernier en faveur d'une escroquerie écologique.

Maxime  a écrit le 02/10/2011 à 10:45 :

A Nice, les Autos Bleues, en partage et entièrement électriques fonctionnent bien et viennent d'atteindre leur millième abonné ! Les stations poussent comme des champignons et bientôt existeront même dans les communes limitrophes. Paris était peut-être en avance pour les velib' mais pour la voiture électrique, la capitale s'est fait distancer par la Province !

Lyon  a répondu le 02/10/2011 à 15:59:

Paris n'a rien inventé non plus pour les vélos. La métropole lyonnaise avait déjà déployé VéloV alors que le projet parisien n'était qu'à l'état de projet

La Rochelle  a répondu le 02/10/2011 à 16:22:

Michel Crépeau alors maire de la ville de La Rochelle a mis en place les vélos jaunes dans les années 70 (73 je crois), donc Paris n'a pas inventé le Vélib!

alex  a écrit le 02/10/2011 à 10:44 :

j

Sunshine Bluecar  a écrit le 02/10/2011 à 7:31 :

J' ai vu passer la première flottille des "bluecars" électrique sur les quais : NI ODEUR NI BRUIT NI POLLUTION : GENIAL. Vivement la fin du moteur pétrole en ville. BRAVO aux entreprises, industriels, décideurs administratifs et hommes politiques soutenant les voitures électriques !

Ecolo lucide  a écrit le 01/10/2011 à 21:56 :

De toutes les façons le pétrole va vers son déclin; il faudra bien trouver à un moment donné une énergie de substitution crédible. On fait quoi une fois que le pétrole et le nucléaire auront fait leur temps ? Alors, il faut s'y mettre dès maintenant car "le temps ne pardonne pas aux traînards" ; dans le cas contraire demain les pays qui auront commencé à travailler sur ces autres énergies nous vendront leur savoir faire. Nous ne pourrons pas dire ensuite que nous ne savions pas...

Britannicus  a écrit le 01/10/2011 à 20:06 :

La véritable voiture électrique est celle qui fonctionne avec une pile à combustible. Les batteries, c'est surtout un gag,un jouet d'enfant ou un rève d'ingénieur. Mais pas une solution pour un père de famille.

béto  a écrit le 01/10/2011 à 13:55 :

Au fait l'engouement pour les biocarburants qu'est ce que c'est devenu?

Alain34  a écrit le 01/10/2011 à 12:36 :

je me demande comment ils ont fait leurs calculs...
80000 abonnés, 3000 voitures, 6000 stations
=> rentable au bout de 6 ou 7 ans ???

Premières?  a écrit le 01/10/2011 à 11:24 :

Et à La Rochelle les Lisélec elles circulent depuis quand? Et les premières C Zéro elles circulent à Paris?

La France est ultra centralisée quoi qu'on en disent, quand il se passe quelque chose dans la capitale c'est forcément du jamais vu...

un jeunot  a écrit le 01/10/2011 à 4:44 :

Rien à redire, je suis favorable à ce genre d'évolution.
Toutefois pourquoi cet article ne fait-il pas allusion aux effets secondaires de ce progrès, à savoir la fermeture de rafineries devenues inutiles?

un peu plus complexe  a répondu le 01/10/2011 à 15:56:

Je crois que le problème des raffineries est un peu plus compliqué : d'une part elles produisent plusieurs sous-produits du pétrole, donc il ne faut pas confondre besoins en essence et besoin en pétrole. La question pourrait aussi être : tant que l'on a besoin des autres dérivés du pétrole, que vas t'on faire de l'essence désormais devenue inutile, mais qui continue de sortir du pétrole ? L'autre aspects est qu'il y a déjà une surcapacité en europe (d'au moins 5 raffineries je crois, ou 15, je ne sais plus). En terme d'emploi, les emplois qui disparaissent d'un coté (raffinerie) seront transformées en emplois d'entretien des bornes électriques, du moins en théorie... (théorie libérale du progres si on est de droite, théorie de planification si on est de gauche, au moins là les deux se rejoignent sur cet aspect)

Kyrious  a écrit le 30/09/2011 à 23:10 :

Les recette de la tipp qui va baisser avec la consommation d essence il va bien falloir la combler.

sub  a répondu le 02/10/2011 à 10:28:

En effet, il faudra donc taxer l'électricité utilisée pour les recharger; Le nouveau compteur Linky saura sûrement faire celà ?

trop tard  a écrit le 30/09/2011 à 22:27 :

la voiture qui ne pollue pas (en fonctionnement) ne peut plus circuler ou se garer dans paris depuis que pour réduire la polution les voies ont été réduites depuis que les velib prennent les places de parking, etc, etc.
la religion anti voiture à paris, fait que ces voitures qui ne "fument plus" passeront leur temps dans les embouteillages!
il est temps de réouvrir les voies de circulation des véhicules dans paris.

imaginez votre circulation sanguine en réduisant les veines et les artères!

bobologie  a écrit le 30/09/2011 à 11:50 :

Je pense que la voiture éléctrique n'est pas du tout une question d'écologie,
mais plutôt une question de reduire notre balance commerciale qui est explosé par le pétrole.

moneo  a répondu le 30/09/2011 à 13:00:

surtout quand on interdit d'exploiter l'huile et le pétrole de schiste dont notre pays pour une fois semble avoir été bien doté et quand on hausse les épaules sur une demande australienne de chercher en Lorraine

Uhu  a répondu le 30/09/2011 à 13:30:

On ne répare pas une chaise avec un beau scotch...
La voiture électrique n'est pas la solution à notre balance commerciale. Il faut simplement être économe avec les matière fossiles et changer nos habitudes.

les enjeux sont important de toute façon  a répondu le 01/10/2011 à 16:03:

disons que c'est un peu des deux : reprendre la main sur la technologie automobile, comme lorsque Renault avait créé le segment du monospace. De plus on importe du pétrole, mais on espère bien exporter de l'electricité en conséquence à mon avis, surtout si les allemands ferment en plus leurs centrales nucléaires. On dira ce qu'on voudra, en matière de stratégie à long terme ça vaut la peine de tenter le coup, tant qu'on ne mise pas tout sur un seul coup de dé. Il y a plusieurs milliards d'euros d'investis, mais ça peut valoir le coup, réponse dans 5 à 10 ans...

Maxx8631  a écrit le 30/09/2011 à 9:46 :

L'énergie massique pour un très bon accumulateur est de 0.5 MJ/kg, alors que pour le pétrole cette énergie massique est de 42MJ/kg.
Avec l'électrique si l'on veut une autonomie raisonnable avec une automobile (plus de 300km), on se retrouve à dépenser l'essentiel de l'énergie pour déplacer les accumulateurs (qui sont d'ailleurs pas plus léger quand ils sont vide!). Je rappel que le but d'une auto est de transporter ses occupants et leur bagages. Ce déplacement a un coût énergétique. Il est dommage de dépenser la quasi totalité de cette énergie pour transporter les accumulateurs.
Une voiture électrique implique des accus lourds, on a donc une structure plus lourde. Il faut de la puissance en plus pour déplacer cette masse, donc on consomme plus, on a besoin de + d'accumulateur, donc des accus encore plus lourd, etc. etc...
Renault fait un Kangoo électrique. Vu son aérodynamique, je doute que son autonomie soit supérieur à 70km sur une autoroute... Certes on peut avoir les 170km annoncé à 50km/h...
Les 90% de rendement énergétique de la propulsion électrique sont utile quand on n?a pas toute cette masse à transporter ! (Sur un TGV par exemple)
Les voitures 100% électriques sont vouées à l'échec, un projet technologique qui de base ne "tient pas la route" ne serra jamais viable économiquement.
Il est possible de faire des voitures biplaces ou triplaces de 20ch essence à moins de 1l/100km avec une vitesse max de 130km/h et une autonomie très confortable. Et cette technologie on l'a depuis longtemps. Mais il est vrais qu?en possédant une telle voiture, on n?aura pas une voiture plus grosse que son voisin, ça ferra tache dans le quartier... Elle fera aussi beaucoup moins de bruit que la Kangoo électrique (et oui, petite voiture implique : poids plume + petit moteur + roues fines + aérodynamique travaillée = moins de bruit).
En baissant nos consommations et minimisant nos déplacements on peut régler le problème de notre dépendance énergétique. Il faut être rationnel.
Les voitures électriques existent depuis plus de 100ans, cela fait des décennies qu'on nous prédit un futur proche pour ces voitures... Cherchez l'erreur...

Corso  a répondu le 30/09/2011 à 14:34:

Raisonnement dépassé. Le gain en poids du moteur, la fiabilité importante, les faibles révisions, la baisse généralisée de l'usure, le gain en isolement phonique, la prise toit de l'énergie solaire, l'utilisation des carbones spéciaux, etc. font du tout électrique une évidence moderne et disponible. En quelques mois les opinions considérablement évolué sur le sujet car l'on parlait d'un phénomène sans en avoir aucune référence. L'"Hexagone" est par ailleurs une belle et "grosse"voiture de course électrique qui vous ferait sûrement plaisir. Venez la découvrir au prochain Salon de l'Auto à Paris dans moins d'un an.

pierre 2  a répondu le 30/09/2011 à 14:42:

Je vous trouve même optimiste pour l?énergie massique que l?on doit plutôt considérer comme allant de 100 à 200 Wh/kg .Bolloré s?est orienté vers des accus lithium /métal/polymère qui arrivent à 110Wh/kg .Comparativement ,une batterie au plomb ,c?est moins de 40Wh/kg .Ce type de batterie qui n?explose pas doit avoir l?électrolyte maintenue à température 85 šC. Les utilisateurs feront donc 10 à 120 kms en ville et sans cote, ni phares ,ni chauffage ! Je suis d?accord avec vous pour le comparatif avec le pétrole .
- 100 kgs de batteries au plomb est égal à 1 litre de super.IL y a donc des progrès à faire avant d?annoncer une révolution .

Ecolo décarboné  a écrit le 30/09/2011 à 9:21 :

j'aime bien l'expression "véhicule décarboné" dont se gargarisent les écolos. En fait de "décarboné" ce sont les écolos qui le sont, car, si véhicule décarboné il y a, c'est qu'il s'agit alors de véhicules "nucléaires", car si l'électricité qui les alimente n'est pas d'origine charbon ou pétrole c'est qu'elle est d'origine nucléaire. Quant au prix d'achat que l'Etat paie avec notre argent, on voit une fois de plus que cet Etat utilise notre argent n'importe comment en le dépensant dans des véhicules à prix exorbitant. Du grand n'importe quoi. Il va falloir finir par détruire cet Etat qui ne nous respecte pas.

weirdman  a répondu le 01/10/2011 à 4:57:

vous avez raison continuons à rouler au pétrole et au diesel. Surtout ne changeons rien, et laissons les chinois ou les japonais faire le progrès à notre place. Et après on râlera que notre industrie n'est pas compétitive. Mais pour être compétitif il faut FAIRE, car c'est en faisant qu'on apprend, pas seulement en causant... Ce ne sera pas parfait aujourd'hui mais il faut commencer à faire des choses et ensuite les progrès viendront. Ca bouge déjà beaucoup dans le monde de la batterie.

fred  a écrit le 30/09/2011 à 8:19 :

Pour une foi, ça a l'air d'un investissement écologique intelligent : pas comme les éoliennes qui font tourner l'emploi au ... danemark, ou les panneaux solaires ... en allemagne ou en en chine.
Et pour les détracteurs qui s'inquiètent de voir pousser de nouvelles centrales nucléaires, le but du jeu est que les voitures soient rechargés la nuit quand c'est le plus commode et le moins cher, c'est à dire quand les centrales nucléaires tournent en sous-capacité de l'équivalent des recharges de combien de millions de voitures électriques ...., donc c'est pas demain la veille qu'il faudrait construire de nouvelles centrales à cause des voitures électriques ....

bob  a écrit le 30/09/2011 à 7:58 :

Mais Renault est il contraint de fabriquer en France les voiture achetées par l'Etat Francais ???

Corso  a répondu le 30/09/2011 à 14:38:

L'état français cherche surtout à économiser 25 % sur sa facture globale grâce aux voitures électriques de Renault pour vous faire payer moins d'impôts. Si vous êtes rouleur de mécaniques, je n'en doute pas, essayez!

moneo  a écrit le 30/09/2011 à 7:38 :

faire payer aux contribuables des voitures plus chères au seul motif de la religion verte est paradoxal, leur faire payer une seconde fois au titre des niches fiscales est aberrant mais le faire dans un pays exsangue là c'est dément

Coma81  a répondu le 30/09/2011 à 8:00:

Vue la situation du pays, tout ce qui réduit le déficit commercial est bon, même si c'est au prix d'un serrage de ceinture.
Or se passer du pétrole réduit le déficit commercial.

Au delà de l'aspect environnemental, la voiture électrique est économiquement une bonne chose.

China sourcing  a répondu le 30/09/2011 à 8:30:

Et les matieres premieres (metaux rares) des batteries viennent de .... CHINE et de BOLIVIE. On remplace le petrole arabe par d'autres produits importés.

malabar35  a répondu le 30/09/2011 à 12:21:

dire que la voiture électrique est bonne pour l'environnement est une hérésie !! combien faudrait il de centrales nucléaires supplémentaires pour ce tout électrique ? il faut arreter cette propagande verte qui est tout juste bonne pour voter des impots sous prétexte d'écologie suprimer l'écologie et les impots qui sont liés ça serait bon pour notre porte monnaie

weirdman  a répondu le 01/10/2011 à 4:59:

@malabar35 : avez vous essayé de répondre à votre propre question ?
Ce n'est pas si énorme que ça pour 10% des voitures électriques.
D'autant qu'aujourd'hui les installation existantes ne tournent pas à 100%, car la consommation n'est pas constante. Si on recharge les batteries pendant les heures creuses, pas besoin d'une seule centrale en plus...

l'echec programmé du volontarisme politique  a écrit le 30/09/2011 à 7:35 :

je sais bien que les politiques ne parlent plus que de l'expansion économique grâce aux métiers verts...
Tout cela va se fracasser sur le mur de l'argent comme on dit à Gauche... faire payer une première fois aux contribuables un produit qui leur coûterait beaucoup moins cher avec des produits traditionnels est déjà paradoxal ,leur faire payer une seconde fois les remises niches fiscales est aberrant;mais quand cela dans un pays exsangue là c'est dément.

jack  a écrit le 30/09/2011 à 7:13 :

zero emission ? les batteries seront chragées comment ? avec les eoliennes , les panneaux solaires ?,Il faudra construire combien de centrales nucléaires suplémentaires et les déchets des vielles batteries ?, une polution va être remplacé par une autre le seul gain c'est le bruit .

yop  a répondu le 30/09/2011 à 9:17:

ça fait déjà la pollution sonore en moins!

herte  a écrit le 30/09/2011 à 7:09 :

Et oui ! Renault qui a tout misé sur l?électrique va avoir chaud aux fesses. Sans les aides de l?état, ces véhicules sont invendables et quand les utilisateurs devront payer l?électricité de recharge a son juste prix, c'est a dire avec la TIPP en plus, on va voir ce qu'il reste de cette belle strategie de Mr Ghosn. Si ils trouvent une borne de recharge car c'est peu probable. Et l'effet de masse sur les prix est une farce car 35 000 ? est le prix avec l'effet de masse sinon ce serait encore plus élevé. Ça va continuer a délocaliser chez Renault.

TREBOR 56  a répondu le 30/09/2011 à 9:36:

exact LES BORNES N'EXISTENT PAS ENCORE et je vous rapelle que au prix de 35000 il faut rajouter la location des batteries soit de 100 à 250 / mois suivant les modèle ....c'est prohIbitif POUR LE PARTICULIER !!!! donc cela va être un echec commercial!! cqfd

magnum812  a répondu le 30/09/2011 à 10:52:

D'accord avec vous TREBOR56...
Il est là le Hic... Les voitures électriques existent depuis longtemps et elles pourraient être économiques (autonomie, batteries...) mais voilà, tant qu'on avait pas trouvé la parade pour remplacer les 80% de taxe sur le carburant, tout était bloqué... Et voilà, Renault a trouvé la parade avec la location de batterie, tout est rentré dans l'ordre, nous pourrons roulé en électrique maintenant, plus rien ne s'y oppose.
Ce n'est qu'une histoire de fric encore une fois (l'écologie, ils en ont rien à cirer!)

weirdman  a répondu le 01/10/2011 à 5:04:

35000 c'est le prix d'une peugeot fabriquée à 5000 exemplaires par an.
Renault va vendre au prix d'une thermique, ce qui veut dire sans subvention, 5000 euros de plus qu'une voiture normale.
Donc pour une voiture à 15000 euros ça voudrait dire 20000 euros hors subventions.
Et ensuite on gagne à l'usage car moins d'entretien et moins de frais de carburants.

@magnum  a répondu le 01/10/2011 à 5:06:

Il faut arrêter de voir le "mal" partout.
Les batteries sont chères à fabriquer même si ça baisse.
Renault va proposer la location des batteries.
Mais nissan ou peugeot proposent de les acheter, ce qui fait que le coût de la voiture est plus chère, et donc réservée à des élites.
La vision de Renault est de permettre un accès plus démocratique, tout en gagnant de l'argent évidemment.
Mais où est le mal ? La consommateur a le choix entre plusieurs marques.