PSA vire au rouge

 |   |  890  mots
PSA a souffert l'an dernier en Europe, qui absorbe 58% de ses ventes. Ses imatriculations y ont baissé de 6,8% à 2.045.000  unités, le marché global ne reculant que de 0,6%. Copyright Reuters
PSA a souffert l'an dernier en Europe, qui absorbe 58% de ses ventes. Ses imatriculations y ont baissé de 6,8% à 2.045.000 unités, le marché global ne reculant que de 0,6%. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Une part de marché en chute sur le marché européen, son principal débouché, une faible implantation dans les pays émergents et des coûts trop élevés pour un constructeur généraliste. Le constructeur, qui annonce aujourd'hui des mauvais résultats, est en panne.

Mercredi matin, PSA Peugeot Citroën doit annoncer de médiocres résultats financiers au titre de 2011. Le consensus des analystes estime que PSA devrait afficher une petite perte d'exploitation sur l'année dans l'automobile. Gaëtan Toulemonde, analyste réputé de la Deutsche Bank, estime ladite perte à 300 millions, dont un déficit de 700 millions imputable au seul second semestre. PSA a déjà indiqué qu'il s'attendait à une "perte significative" au deuxième semestre. Ce même analyste estime par ailleurs que PSA aura triplé sa dette à trois milliards d'euros au 31 décembre dernier.

Une situation dégradée en Europe

La situation du constructeur s'est en effet nettement dégradée sur les six derniers mois. Et ce, alors même qu'au premier semestre 2011, PSA enregistrait encore 405 millions de bénéfice d'exploitation pour sa division automobile. PSA a souffert l'an dernier en Europe, qui reste son principal marché puisqu'il absorbe 58% de ses ventes. Ses imatriculations y ont baissé de 6,8% à 2.045.000  unités, le marché global ne reculant que de 0,6%. Le groupe pâtit de la mauvaise tenue des marchés français et espagnol, où il joue un rôle clé, ainsi que du vieillissement de sa petite Peugeot 207. En Europe occidentale (voitures particulières seules), sa part de marché s'est effritée à 12,4% en 2011 (contre 13,4% un an plus tôt)... et même à 11,3% à peine sur le mois de décembre. En 2011, PSA a réalisé le plus faible taux de pénétration - et de loin - depuis au moins quinze ans! Inquiétant, car PSA car réalise l'essentiel de ses marges sur le Vieux continent.

Parts de marché limitées dans les pays émergents

Certes, PSA accroît ses volumes ailleurs. Il a ainsi progressé de 8% en Amérique latine, dépassant les 300.000 unités pour la première fois, mais le marché lui-même était en hausse de 29% en Argentine, de 3% au Brésil.  En Chine, PSA a crû de 3,3%... mais le marché lui-même a progressé de 6%. PSA y a donc perdu en pénétration. En Russie, PSA a aussi évolué moins bien que le marché (+35%, contre un marché à +39%). En outre, PSA reste un acteur relativement petit sur ces marchés émergents.  Il détient 5,5% du gâteau latino-américain, loin derrière les ténors (Fiat, Volkswagen, GM), 3,4% seulement du marché chinois, là aussi fort loin des performances de Volkswagen, GM, Hyundai-Kia, Nissan, Honda. Même chose en Russie, avec une petite part de 2,7%. Tout cela ne compense donc pas vraiment le recul marqué en Europe.

Ambiance plombée

L'ambiance chez PSA n'est pas à la fête. L'angoisse est bien palpable au siège parisien du groupe, avenue de la Grande-Armée. Certains commencent même à douter de la stratégie suivie par Philippe Varin., son président. "Des deux projets qu'il a initiés, l'alliance avec Mitsubishi a échoué et l'implantation en Inde a pris du retard", explique un cadre. "On manque de vrais visionnnaires de l'automobile comme chez Volkswagen", renchérit un autre. Certes, PSA dispose de certains atouts comme la méritoire montée en gamme - impulsée par l'ancien patron Christian Streiff -, qui doit permettre de dégager les marges suffisantes pour financer les implantations internationales. Citroën espère de la sorte 150-160.000 ventes de sa gamme distinctive DS cette année. Mais, le succès des toutes nouvelles DS4 et DS5 comme celui de la Peugeot 508, qui portent de toutes façons sur des volumes assez limités, reste à confirmer. Le prix de vente moyen reste très inférieur à celui de Toyota ou Volkswagen.

Un constructeur assez isolé

Le problème fondamental de PSA, c'est que le constructeur tricolore reste isolé sur la scène internationale, face aux Volkswagen, GM, Toyota ou à l'Alliance Renault-Nissan. Et ce, malgré ses coopérations ponctuelles avec Fiat (utilitaires), Ford (diesels), Toyota (petites voitures), BMW (moteurs à essence, technologie hybride), Mitsubishi (véhicules électriques et 4x4). Trop européocentré, spécialisé dans les véhicules petits et compacts qui sont les plus sensibles à la concurrence internationale et au facteur coûts, PSA pâtit d'une rentabilité structurellement faible. "PSA conçoit et produit trop cher", souligne un spécialiste. Le hic: un généraliste comme PSA ne peut pas répercuter ses surcoûts sur ses prix de vente, l'image du groupe dans le monde ne le permettant guère... 

En attendant la Peugeot 208

Sa forte dépendance vis-à-vis des usines françaises pèse évidemment sur lesdits coûts. Le groupe fabrique encore 37% de ses véhicules dans l'Hexagone, notamment les petites Citroën C3 et DS3, une majorité de ses futures Peugeot 208. Volkswagen, Fiat et a fortiori Renault assemblent un pourcentage de véhicules bien plus faible dans leur pays d'origine. Comble de malchance: le bonus-malus écologique, en vigueur dans l'Hexagone, a particulièrement nui aux modèles de gamme moyenne, ceux que PSA fabrique en France avec a priori ses plus fortes marges! PSA veut certes fermer son site d'Aulnay (région parisienne), traditionnellement peu compétitif. Mais pour cela, il devra affronter une sévère tempête socio-politique. Pour 2012, PSA peut compter sur son nouveau fer de lance à gros volumes, la Peugeot 208. Mais, ses principaux débouchés européens, notamment la France, seront les plus touchés par la crise actuelle. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2012 à 14:01 :
Et pourquoi n'achetez vous pas des PSA à la place des autres voitures, Allemandes, Italiennes ou pire encore, Japonaises...Cela permettrait peut être de réduire le chômage en France...
Réponse de le 15/02/2012 à 14:27 :
Oui c'est vrai acheter une 207 produite au Brésil au lieu d'une Yaris produit à Valenciennes, c'est vrai que ca va préserver les emplois en France....
a écrit le 15/02/2012 à 13:56 :
Une nouvelle fois et encore encore on note des constructeurs français qui se battent sur des créneaux petites et moyennes gamme dont la valeur ajoutée est faible. Un manqu d'"image de qualité non pas dans les moteurs mais dans la finition plastique bas de gamme manque, électronique de bord défaillante du à un manque de rigueur du service qualité on peu fabriquer dans une mêm usine pour divers constructeurs mais on peut avoir un mauvais service qualité. Enfin un réseau de concessionnaire souvent dépassé par les nouvelles technologies embarquées. Deux exemples sept fois chez citroen pour la mê panne qui en défnitis a été réparé par un garagiste "du coin", cinq fois sur une Peugeot pour une panne pas réparée et un concessionnaire qui dit " vous n'avez pas de bol vous devez ^tre sur une mauvaise série" et bien bye bye mais 2 nationaux car pour la première fois pas d'acquisition françiase car je veux bien achter tricolore mais je ne pas être un pigeon. Nos constructeurs n'ont pas compris que l'offre est de plus en plus importante et que le service et la qualité du véhicule jusqu'au concessionnaire doit être irreprochable. Les Directions ont une grande responsabilités au tant dans le choix des gammes, de laq ualité et du service mais elles s'en inquiètent peu t passent leur temps sur écran avecleur directeur financier au détriment du directeur de la prod et du retour client souvent bien caché.
a écrit le 15/02/2012 à 13:32 :
Il est navrant d'entendre dire que produire en France plombe les résultats par rapport à ceux qui délocalisent leurs usines.....les français seraient ils plombés par les syndicats ? attention car sans industrie un pays s'enfonce dans le chômage, voir le cas de la Grèce !
a écrit le 15/02/2012 à 12:44 :
Mais mettez tout le monde à la porte et construisez une usine au Maroc ouvriers 250 euro par mois c'est une affaire!!!! Meme l'état Français (ce qui me rapelle quelque chose) actionnaire dans Renault laisse faire , alors!!!peut etre que le gouvernement va etre délocalisé à V...Y puisque déja la Chancelière dit pour qui il faut voter!!!!
a écrit le 15/02/2012 à 10:07 :
Vivemment que l Etat vient a la rescousse comme d habitude ,histoire de maintenir les hauts salaires de cadres payés de peugeot par la petite classe moyenne francaise!
Réponse de le 15/02/2012 à 13:04 :
Oui vivement que Baroin Sarkozy Juppé Fillon MAM Woerth NKM etc .. Besson aussi... viennent au secours de PSA pour que la famille Peugeot entreprose les aides de l'Etat français en Suisse !
a écrit le 15/02/2012 à 9:54 :
Peugeot doit renouveler ses gammes plus rapidement, surtout ses modeles a succes
207 : depuis 2006, 6 ans pour ce type de vehicule est un cycle trop long, au max il faudrait 4-5 avant et apres faire un restylage profond. Vivement la 208
308 : depuis 2007, idem, cycle produit trop long quand la concurrence sort un modele tous les 4-5 ans.
a écrit le 15/02/2012 à 9:37 :
ce soir c'est termine on sort de crise ,on rejete les chomeurs,les etrangers,les retraites nantis,les travailleurs pauvres et vive le DM, je ne pense pas que les francais veulent de cette france la qui commence a ressembler dangereusement a une europe d'une autre epoque,plus jamais ca
Réponse de le 15/02/2012 à 13:34 :
Qu'est ce que ça a voir avec Peugeot ????
a écrit le 15/02/2012 à 8:48 :
PSA à -28% en Janvier et VW à +28% sur le marché Francasi! N'est ce pas au consommateur d''inverser la tendance???
Réponse de le 15/02/2012 à 13:34 :
Les consommateurs sont gens avertis, pas nationalistes....votre remarque est naïve
a écrit le 15/02/2012 à 7:08 :
C'est là que l'on voit que la stratégie de Renault est la bonne. Peugeot est trop dépendant de la France, il lui manque une vraie alliance à l'étranger et dans les pays émergents.
Réponse de le 15/02/2012 à 10:06 :
Renault aussi est en baise de 8,7 %, les tombereaux et les casserolles en ferraille se vendront de moins en moins.
a écrit le 14/02/2012 à 22:51 :
Ca sent le sapin dans la maison Peggio
a écrit le 14/02/2012 à 22:31 :
Et combien a-t-il gagné Varin pour ce fiasco?
a écrit le 14/02/2012 à 20:29 :
...Vite! Des délocalisations!
Réponse de le 14/02/2012 à 21:30 :
Oui parce que 37% de made in France, c'est beaucoup trop...
Réponse de le 15/02/2012 à 7:08 :
Localiser pour localiser n'a pas de sens. Ce qu'il manque vraiment c'est des ventes dans les pays qui ont de la croissance donc en dehors de l'Europe !
a écrit le 14/02/2012 à 18:32 :
Varin avait des casserolles ... de Péchiney déconfite et mangé par Alcan Rio Tinto puis dépessé, en passant par Corus (ex British Steel/Hoogovens) bradé à un indien Tata, maintenant c'est PSA Peugeot Vitroën qui s'approche de la descente aux enfers ... ! voilà le mal français : le copinage pour placer des diplômés tellement plus soucieux de leur paraître et de leur carrière que de l'intérêt de l'entreprise .. de surcroît un Varin sans connaissance automobile ... bref depuis sa "cachette" fiscale en Suisse la famille Peugeot a joué au poker menteur et pourrait bien avoir perdu la partie, et Peugeot pourrait bien perdre sa Patrie.
Réponse de le 14/02/2012 à 21:29 :
Vu comme c'est décrit, je crains fort que tu n'es raison. Hélas.
a écrit le 14/02/2012 à 18:22 :
j'arrive demain tout vat bien je m'ocuppe de vous
Réponse de le 14/02/2012 à 21:28 :
Pas mal. Ca aurait été mieux avec de la ponctuation et sans fautes...
Réponse de le 14/02/2012 à 22:49 :
sans faute sans s
Réponse de le 15/02/2012 à 8:11 :
Une majuscule en début de phrase et un point à la fin .... Aussi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :