La Tribune

General Motors pourrait prendre jusqu'à 7% du capital de PSA

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  521  mots
PSA procédera à une augmentation de capital qui va lui permettre de faire entrer l'américain parmi ses actionnaires, selon le Wall Street Journal. Cette prise de participation confirmerait les informations de La Tribune sur les discussions entre les deux groupes pour une véritable alliance stratégique.

General Motors poursuit des discussions à un stade avancé en vue de prendre une petite participation dans PSA Peugeot Citroën, ont déclaré aux agences Reuters et Bloomberg des sources proches du dossier. GM prendrait une participation de moins de 5% dans un premier temps, indique Reuters. De son côté, Bloomberg tout comme le Wall Street Journal évoquent une participation jusqu'à 7%. PSA va procéder à une augmentation de capital qui lui permettra de faire justement entrer l'américain parmi ses actionnaires, afin de lever près d'un milliard d'euros, souligne le Wall Street Journal.

Une alliance, pas des coopérations ponctuelles

PSA est en discussions avec General Motors, a annoncé La Tribune le 21 février dernier. Ces discussions, qui "durent depuis quelques mois", semblent "avancées", expliquait récemment une source officieuse. Menées jusqu'ici dans la plus grande discrétion, elles visent "une alliance, pas des coopérations ponctuelles", selon nos informations. Les discussions "n'ont pas encore abouti. Il n'y a pas d'accord à ce stade". La famille Peugeot, qui détient 30,9% du capital et 48,3% des droits de vote du groupe tricolore, doit en tous cas avaliser un accord qui peut paraître a priori déséquilibré. GM est en effet... deux fois plus gros (en chiffre d'affaires) que le français. En cas de conclusion positive des discussions, une annonce officielle pourrait être faite début mars à l'occasion du prochain salon de l'auto de Genève.

PSA en crise

Après de longues négociations pour une alliance stratégique avec le japonais Mitsubishi, dont l'échec a été annoncé il ya quasiment deux ans jour pour jour, PSA apparaît tenté par un rapprochement avec le premier constructeur automobile mondial. En pleine crise, incapable de financer les investissements qu'exige un nécessaire déploiement intercontinental - il vient de retarder un projet d'implantation en Inde -, le groupe automobile français est à la recherche d'un second souffle.

Opel, problème crucial de GM

GM doit pour sa part résoudre le problème crucial que constituent ses activités européennes, déficitaires depuis une dizaine d'années. Le groupe de Detroit a enregistré en Europe l'an dernier un déficit avant impôts de 700 millions de dollars (540 millions d'euros). Sa filiale allemande Opel (et sa marque soeur britannique Vauxhall) ne parvient pas à enrayer la chute de ses parts de marché (7,3% hors Chevrolet en 2011, contre plus de 10% il y a dix ans) et se trouve toujours en surcapacités, malgré des plans à répétition, dont la récente fermeture de l'usine belge d'Anvers. GM avait déjà tenté vainement de marier Opel et Fiat au début des années 2000, puis de vendre sa filiale germanique à l'équipementier canadien Magna allié à des intérêts russes en 2009... avant de sa raviser in extremis.

Surcapacités

Si des synergies sont envisageables sur des plates-formes ou des moteurs, Opel et PSA se retrouvent en concurrence frontale sur leurs modèles. Ils sont concentrés en outre tous deux sur le marché eruopéen. Par ailleurs, les surcapacités cumulées sont fortes, avec un énorme risque de casse sociale.

 

Réagir

Commentaires

Frédéric  a écrit le 28/02/2012 à 18:59 :

Une entreprise française de plus qui échappe au contrôle financier de la France, suite au pillage méthodique du capital par l?état. Il n?y a plus de capitaux français pour préserver notre industrie des mercenaires de la finance internationale. Les Français que nous sommes, nous nous étonnons encore des délocalisations et nous encourageons la chasse au capital productif ?? Où est la cohérence ???

Bibi 42  a écrit le 28/02/2012 à 18:39 :

Des 2 canards, lequel est le plus boîteux : GM .
Cette alliance, c'est la faillite assurée pour PSA.
PSA éliminé, un concurrent de moins pour O-pelle. Bonne pioche ?
Renault, en revanche a fait le dos rond et développé le "low coast" partout, en attendant mieux. La stratégie de Renault semble fonctionner. Implanté partout dans le monde, Renault dispose de plus de manettes pour faire fonctionner sa machine.
PSA semble sans boussole.

et bien...  a écrit le 28/02/2012 à 11:20 :

Pourtant, on n'arrête pas de nous dire que PSA est un meilleure modèle économique que Renault, plus axé sur le moyen/haut de gamme, là où se font les bénéfices. Qu'ils sont plus axés que renault sur le marché et la production en Europe. Et là, en trois articles, on nous apprend que 1) Renault fait 6% de marge sur ses petits véhicules, 2) PSA ne gagne pas d'argent sur les marchés étrangers et 3) PSA va se faire racheter (même si c'est à 7% pour l'instant) par GM, et n'a plus d'argent pour investir dans ses nouveaux modèles. Finalement Renault a peut être plus de chance de survivre et de se developper finalement. Comme quoi il vaut peut être mieux 10% des emplois et de la richesse sur quelques choses, que 100% de rien du tout.

Bof....  a répondu le 28/02/2012 à 12:55:

Modèle économique de Renault = chomage technnique en France et implantation d'une usine au Maroc dans le même temps.....Je doute que ce modèle économique soit plus digne de confiance que celui de Peugeot...

gerardc27  a écrit le 28/02/2012 à 10:44 :

Un accord avec MITSUBISHI eut été à mon sens plus profitable pour PSA largement bridé par la famille actionnaire dans sa croissance.

Bravo2  a écrit le 28/02/2012 à 9:22 :

GM après avoir fabriqué des moteurs de camions pour le régime Nazi de 1939 à 1945, sans oublier au passage, ITT, Ford, IBM, vienne chaudement tendre la main à l'industrie Française. GM qui ont reçu des milliards du gouvernement Américains et qui à licencié massivement et en faisant baisser les salaires du reste de leur ouvrier, devenus des esclaves à produire à bas coût, en faite des américains déguisés en chinois...

j'ai des doutes  a répondu le 28/02/2012 à 11:15:

GM aurait fabriqué des moteurs pour les nazis, pendant la seconde guerre mondiale ? j'ai quand même des doutes. Par ailleurs vous voulez dire des "chinois déguisés en américain" je suppose ?

Déguisement  a répondu le 28/02/2012 à 11:20:

En France le déguisement des français en esclave chinois a commencé avec Raffarin, puis De Villepin, et maintenant depuis 5 ans, c'est Fillon qui s'en charge avec beaucoup de brailleries et des friches industrielles qui prospèrent comme les algues toxiques.

PADOK  a répondu le 28/02/2012 à 13:37:

Si les Français étaient des esclaves chinois, ils dormiraient 35h et ça se saurait !

perso  a écrit le 28/02/2012 à 9:19 :

excellent, GM sauvé par un bail out avec des milliards fabriqué à l'imprimante va racheter une partie de PSA, ils sont forts ces ricains, vraiment du grand art "comment racheter l'Europe pour pas grand chose" cette crise est "créé" pour ça, les dettes des pays existent depuis 1974 !!!!!!!!!!

mamalox  a écrit le 28/02/2012 à 8:29 :

L'imprimerie fédérale américaine permet à n'importe quelle entreprises de grande taille internationale de s'acheter ce bon lui semble.
Et en cas de faillite, un coup de machine à laver et ça repart.

Fabrice  a écrit le 28/02/2012 à 3:35 :

Je pense que plus que GM, Peugeot aurait besoin d'être dirigé par des personnes passionées d'automobile.

HELAS  a répondu le 28/02/2012 à 12:09:

C'est les dividendes qui intéressent les actionnaires!! l'emploi, ils en ont rien à foutre!!!!