La Tribune

Automobile: ces usines menacées de fermeture en Europe

L'usine Citroën d'Aulnay (3.100 salariés) est explicitement menacée Copyright AFP
L'usine Citroën d'Aulnay (3.100 salariés) est explicitement menacée Copyright AFP
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  1020  mots
Fiat, PSA, mais aussi Opel... Nombreux sont les constructeurs européens qui croulent sous les surcapacités. Le patron du constructeur italien les estimait récemment à 20% de l'ensemble de l'outil industriel européen. Il ne s'agit malheureusement pas d'un simple problème de conjoncture. Revue de détail des sites menacés.

Aulnay et Hordain en France, Bochum en Allemagne, Ellesmere Port en Grande-Bretagne, Cassino en Italie... Alors que le débat sur les surcapacités de production de l'industrie automobile européenne  fait rage, la liste des usines menacées s'allonge. General Motors prévoit ainsi de fermer une ou deux usines en Europe, affirme le Wall Street Journal. Les projets de fermeture pourraient être finalisés et rendus publics au cours des prochaines semaines, ajoute le quotidien financier, citant des sources proches du dossier. 

Les salariés d'Opel, filiale allemande de l'américain, et de sa marque soeur britannique Vauxhall avaient réclamé, en début semaine, à la direction de leur présenter  "un plan de développement réaliste jusqu'à 2016". Les activités européennes de GM sont déficitaires depuis plus d'une dizaine d'années. Ses sites de production font l'objet de rumeurs récurrentes de fermetures ou de suppressions d'emplois, notamment l'usine allemande de Bochum en Allemagne (3.200 salariés) et celle, britannique, d'Ellesmere Port  (2.100 salariés). GM a déjà fermé récemment l'usine belge d'Anvers et supprimé 8.000 emplois.

44% de la production de PSA en France

Chez PSA, le nouvel allié de GM, les surcapacités sont également très fortes. Ses usines européennes spécialisées dans les petits modèles tournent ainsi aux trois-quarts seulement de leur potentiel. Du coup, l'outil industriel est sur la sellette en France, alors même que PSA produit encore 44% de ses véhicules dans l'Hexagone. Une proportion très forte, puisque Renault en est à moins de 25% et Volkswagen à 30% seulement en Allemagne... A l'appel de la CGT, du SIA et de la CFDT, les salariés de l'usine PSA d'Aulnay, en région parisienne, appelaient justement ce vendredi à un mouvement de grève et à un rassemblement  devant le ministère de l'Industrie à Bercy où des représentants ont d'ailleurs été reçus. 

Les salariés "revendiquent l'organisation d'une réunion tripartite (gouvernement-PSA-syndicats) afin d'obtenir un engagement écrit de la part de PSA que tous les emplois soient maintenus sur l'usine d'Aulnay (...) et l'attribution d'un nouveau véhicule après la C3", selon le communiqué. L'usine d'Aulnay (3.100 salariés), centrée sur  la fabrication d'un seul petit modèle, est en effet explicitement menacée. Logique: ce site traditionnellement problématique n'est pas assez compétitif. L'usine de Sevelnord (2.700 personnes), à Hordain (Nord), est aussi sur la sellette. Ce site produit des utilitaires avec Fiat ainsi que des monospaces.

Or, l'italien a déjà indiqué qu'il ne renouvellerait pas cette collaboration. Hordain devait en principe démarrer la production d'une nouvelle boîte de vitesses à double embrayage. Mais, lors de la réunion du comité de groupe européen de PSA ce vendredi, l'entreprise a annoncé un "décalage de sept mois de la phase d'industrialisation" de ce projet, dont "la production est envisagée sur le site". Dans le cadre des synergies avec GM prévues par l'alliance nouée fin février, la production de cette transmission pourrait être toutefois remise en cause, GM ayant a priori un projet similaire dans ses cartons. Par ailleurs, le site du groupe à Madrid (1.850 salariés) est également en ligne de mire. L'usine de la capitale espagnole devrait être sauvée par un futur véhicule compact. Mais, ce programme a été récemment suspendu. Et cette suspension a été "prolongée", d'après le communiqué de PSA sur le comité de groupe ce vendredi.

Fiat à 50% de ses capacités à Cassino

Chez Fiat, Cassino (4.300 personnes, centre de l'Italie), qui tourne à 50% de ses capacités, apparaît comme l'usine la plus vulnérable du système de production de l'italien dans la péninsule. Et, à ce titre, de fortes inquiétudes se font jour sur son avenir. Le site produit aujourd'hui les compactes Alfa Giulietta, mais aussi les Fiat Bravo et Lancia Delta (deux semi-échecs). Mirafiori (5.900 salariés) a été longtemps menacée. Mais ce site turinois devrait in fine recevoir un investissement pour produire les futurs petits 4x4 pour la marque Fiat et Jeep (label du groupe Chrysler, contrôlé par Fiat). Toutefois, 5.300 salariés devraient être mis en chômage technique sur une très longue période de dix-huit mois après un accord avec le gouvernement régional du Piémont. Le constructeur transalpin a fermé son site de Termini Imerese, en Sicile, en novembre dernier.

Sergio Marchionne, administrateur délégué de Fiat et actuel président de l'ACEA (Association des constructeurs européens d'automobiles), appelait d'ailleurs récemment "l'Europe à prendre en charge (la réduction des capacités) car, individuellement, les gouvernements des différents pays ne le feront pas". Le patron de Fiat, qui faisait état de "20% de surcapacités en Europe" comme le président de PSA Philippe Varin, avait même préconisé  la mise en place par Bruxelles d'un "mécanisme de soutien financier" pour accompagner les réductions d'effectifs. Ces 20% de surcapacités sont calculées sur la base de deux équipes (référence Harbour). Mais, sur la base de trois équipes, Carlos Tavares, directeur général délégué de Renault, évalue carrément les surcapacités industrielles sur le Vieux continent à l'équivalent de onze millions de véhicules!

Nouvelles usines

Ces surcapacités ont été générées notamment par  l'installation de nouvelles usines en Europe de l'est, histoire de réduire les coûts et de s'ouvrir ces nouveaux marchés. Les constructeurs européens ont créé des sites ex nihilo ou en ont racheté des existants, dont ils ont développé les installations: PSA en Slovaquie et en coopération avec Toyota en République tchèque, Renault en Roumanie, Fiat en Pologne et en Serbie, Volkswagen également en Slovaquie, en République tchèque et en Hongrie. Des constructeurs asiatiques sont aussi venus rajouter des usines, et pas seulement à l'Est: Toyota en France, les japonais globalement en Grande-Bretagne, le groupe coréen Hyundai-Kia en Slovaquie et en République tchèque... Et ce, alors que le marché européen ne croît plus. Le débat surcapacités-délocalisations ne fait que commencer.

Réagir

Commentaires

Syndicats vraiment stupides  a écrit le 24/03/2012 à 10:50 :

Les syndicats appellent à cesser le travail alors que les usines sont en surcapacité. Autrement dit, ils font exactement ce qu'il faut, travailler moins, pour réduire la surcapacité, au bénéfice des concurrents qui, eux, ne seront plus en surcapacité. En concurrence acharnée avec les politiciens dans le grand concours de la médiocrité collectiviste, la France compte les syndicats les plus stupides au monde. Après tout, cela n'est pas très étonnant : ils sont restés marxistes.

Chris21200  a répondu le 25/03/2012 à 3:50:

Les salaries francais du prive partagent votre avis en etant parmi les moins syndiques au monde

tauto  a répondu le 26/03/2012 à 10:30:

Le pourcentage de grévistes lors des appels syndicales dans l'automobile reste marginal....individualisme, peur de se faire remarquer, manque de crédibilité des syndicats,moyenne d'âge élevée, taux de salariés en contrats précaires important, salaire juste suffisant,bref ce n'est pas pour demain le grand soir chez Renault où chez Citroën....

Monsieur tout le monde  a écrit le 24/03/2012 à 10:37 :

Pas étonnant. Renault et Peugeot vendent des voitures pas trop cher, mais ils se rattrapent sur la pièce détachée. Mieux vaut acheter une Coréenne ou une Japonaise. Au moins on en a pour notre argent avec une garantie Tip Top (7 ans pour les Coréennes)

faux  a répondu le 25/03/2012 à 15:37:

vous devriez vous renseignez correctement. Les pièces détachées des étrangères sont globalement plus chères (en France) que celles de nos Françaises

Alan John  a écrit le 24/03/2012 à 9:09 :

Il parrait que Hollande a eu solution, il forcerait les gens d'un certain revenue a acheter des voitures faites en France, Sarkosy, quand a lui, offrirait a chaque personne qui acheterait une voiture de nos usines une reduction de 50% qui serait finance par l'Etat mais les syndicats ne sont pas d'accord, ils veulent que Hollande oblige les riches a acheter 2 voitures et que Sarkosy paye integralement l'achat.

Hit me with your reality  a écrit le 24/03/2012 à 8:42 :

Je suis pas le seul dans mon entourage, on vehicule atteint 100.000 euros, 5 ans, je pensais le changer l'annee derniere, puis cette annee, ce sera peut etre en fait l'annee prochaine, car vu la conjoncture je ne vais pas depenser mon argent. De plus, des citadines vendues 20.000 euros, faut que les dirigeants enarques des constructeurs aillent voir comment vivent les familles francaises. Dans une citadine j'ai pas besoin de toutes ces options de serie qui rendent uniquement la voiture moins fiable

bartg  a répondu le 26/03/2012 à 10:51:

+1 Une voiture pour se deplacer ...un telephone pour telephoner etc...Marre que tous les appareils fassent aussi du cafe...et bien d autre chose

givet838  a écrit le 24/03/2012 à 7:13 :

Je pense que les voitures ne sont pas assez chère car les gens qui y travaille se plaigne de leur salaire ,il faut multiplier par 4 les voitures et mettre le smig à ce qui sONt dans l'automobile à entre 10000 et 30000 euros par moi . Il faut les protégés je suis prêt en tant que particulier à les assisté encore un peu plus ...! Bises à l'équipe va travailler ailleurs Faignant bouge toi les fesses change de région ou va dans ton pays d'origine on est bien ici

mig  a écrit le 24/03/2012 à 0:56 :

Je pense qui l'option d'un autre affaire dans les mêmes fabriques serait trés facile !
J'ose dire " l'énergie " par exemple .

Sébastien  a écrit le 23/03/2012 à 22:25 :

Et avec un prix de l'essence qui ne baissera plus mais ne cessera d'augmenter, le parc automobile pourrait bien en prendre un sacré coup !

Bucéphale  a écrit le 23/03/2012 à 21:57 :

Correction de l'article : Hordain ne fabrique pas de boites ... que des utilitaires ! La boite c'est à Valenciennes ... à 15 km de distance ! (Ex SMAN !)

Rectif  a répondu le 24/03/2012 à 15:36:

C'est vrai le journaliste s'est un peu mélangé les pinceaux !
Précisons que SevelNord est un site ultra-moderne et que la SMAN un site archaïque digne des romans de Zola avec un brouillard bleu d'huile dans l'atelier.

Gilles1  a écrit le 23/03/2012 à 17:26 :

Ils rêvent à Aulnay. Avec mes 35 heures, les grèves, la CGT etc., l'usine est condamnée. Bientôt l'industrie automobile aura déserté le vieux continent comme ce fut le cas avec le textile.

jp  a écrit le 23/03/2012 à 17:20 :

Où l'on voit que la stratégie Ghosn a une autre anticipation que le prétendu rapprochement PSA-GM doublons, sites concurrentiels, coûts etc...Personne ne prétendra qu'on n' a pas à envisager une nouvelle ère de cette industrie et je pense que cette entente là est plus astucieuse que celle-ci.

Yves  a répondu le 23/03/2012 à 19:38:

"Où l'on voit..." vous dites. En fait, très peu le voit. C'est bien le problème...

Samuel  a écrit le 23/03/2012 à 16:58 :

Si l'automobile était un facteur de libération quand les possédant étaient minoritaire, elle devient un facteur oppressant quand tout le monde la possède! Car comme le téléphone portable, la société antérieure se déconstruit sans savoir vraiment si nous en sommes les acteurs ou les victimes!

A jamais  a écrit le 23/03/2012 à 16:55 :

Je viens d'acheter une Kia, fabriquée en Europe, garantie 7 ans, excellent rapport qualite prix, alors que les marques francaises n'osent meme pas garantir leurs vehicules au dela de 2 ans....

esteban  a répondu le 23/03/2012 à 17:48:

@ jamais : vs etes desormais prisonnier pdt 7 longues années d'un entretien chez Kia, avec ses prix elevés de pièces détachées, et la faiblesse de developpement de son réseau en France... On ne peut pas gagner sur ts les tableaux !... :-(

A jamais  a répondu le 23/03/2012 à 21:13:

Ah que non, bien essayé votre tentative de désinformation, lettre officielle de Kia France qui autorise les possesseurs de Kia a aller n'importe où ils veulent pour faire leur entretien sans perdre la garantie constructeur de 7 ans. Je vous laisse avec votre Pigeot ou charrette Renault garantie 2 ans =)
J'avais une clio 3 diesel precedemment : changement de courroie et pompe a eau chez Renault au bout de 5 ans : cout 750 euros en concession Renault (dont 50 euros de test vehicule ...). Meme entretien dans un garage independant a 2 kilometres de la concession Renault : 574 euros .... 180 euros de difference pour la meme prestation et les memes pieces !!! Ah j'oubliais aussi, sur ma Kia j'ai une chaine de distribution et pas une vulgaire courroie qui coute 500-700 euros a changer au bout de 5 ans, mais Pigeot et Renault aime bien vider les poches de leurs clients masos ... Renault garantie 2 ans, Dacia garantie 3 ans, donc les Dacia sont plus fiables que les Renault ....

Spare parts  a répondu le 23/03/2012 à 21:19:

Comme si l'entretien chez les "marques francaises" etaient bon marché .... Je vous rappelle qu'en Royaume de France, les marques ont le monopole des ventes des pieces detachees, d'ou un cout superieur de 30š% des pieces detachees par rapport a la Belgique, Italie ou Allemagne ou encore Espagne.

@ A jamais  a répondu le 25/03/2012 à 21:45:

La loi est la même pour tout le monde. Ni Renault, ni Peugeot, ni aucun constructeur ne peut refuser d'appliquer la garantie sous prétexte que l'entretien courant n'a pas été fait dans leur réseau, tant que les préconisations du constructeur ont été respectées. Le fait que KIA vous écrive que vous pouvez faire l'entretien ailleurs que dans leur réseau n'est donc pas "un cadeau", c'est la loi tout simplement.

@ Spare parts  a répondu le 25/03/2012 à 21:50:

les pièces détachées achetées chez n'importe quel constructeur sont chères. Mais si vous comparez EN FRANCE, le prix du "panier de pièces" pour l'entretien courant, vous vous apercevrez qu'il est moins cher chez les constructeurs Français que chez les autres. Bien sûr, la solution la plus économiques, quelque soit la marque, est d'acheter les pièces hors du réseau du constructeur de votre voiture.