La Tribune

Les usines de PSA et Renault victimes de l'effondrement du marché

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  406  mots
Les sites PSA de Rennes, Sochaux et Mulhouse et celui de Renault à Maubeuge, se mettent au chômage partiel pour réduire des stocks très élevés.

Revoilà le spectre du chômage technique. L'usine bretone de PSA à Rennes (5.900 personnes) a "suspendu toute la semaine la production des Peugeot 508, Citroën C5 et C6". Et le "site restera fermé le lundi 16", précise le groupe . Mulhouse (Haut-Rhin, 9.600 salariés) sera "stoppé du 16 au 20 avril". Enfin, Sochaux (Doubs, 7.200 personnes à l'assemblage) "arrêtera la ligne des Peugeot 3008-5008-Citroën DS5 du 23 au 27". Et ce, sans parler du site de Vesoul (Haute-Saône), obligé de se mettre partiellement en chômage technique, suite à la suspension des livraisons de pièces pour l'Iran.

Réduction des cadences

Renault  vient  d'annoncer pour sa part cinq journées non travaillées du 30 avril au 7 mai à Maubeuge (2.100 personnes), l'usine qui produit les utilitaires et ludopsaces Kangoo. La firme tricolore relève notamment "un niveau de stocks très élevés pour le Kangoo",  "en hausse de 1.500 véhicules en un mois". C'est "historiquement le plus élevé sur les deux dernières années", a affirmé la direction jeudi 12 lors de la tenue d'un Comité d'entreprise à Maubeuge. Il s'agit des "premières mesures d'adaptation". Sur la période "de mai à novembre, le site passera à mi-cadence d'une équipe" seulement. Et ce, malgré l'arrivé de volumes supplémentaires théoriques dus au prochain véhicule Mercedes, produit dans la même usine sur une base de... Kangoo. 

Diminuer les stocks

Chez PSA, on affirme aussi "la volonté de diminuer les stocks, à 61 jours fin 2012, contre 69 fin 2011". Les stocks sont "le premier poste de consommation de trésorerie", explique la firme de l'avenue de la Grande-Armée à Paris, qui souligne: "il faut impérativement réduire les coûts". Le groupe automobile a lancé un grand plan d'économies en début d'année.

Forte baisse en Europe

Renault constate "une situation du marché toutes marques en forte décroissance sur le premier trimestre en Europe", avec un recul du groupe Renault estimé à "-20%", dont "-21%" pour la marque au losange proprement dite et "-14%" pour sa filiale à bas coûts Dacia. Le marché du Vieux continent dans son ensemble est attendu, pour les trois premiers mois de l'année, "en baisse de 8%". Les chiffres officiels d'immatriculations seront publiés mardi prochain par l'ACEA (Association des constructeurs européens). Les ventes de voitures neuves sur le seul marché français étaient au premier trimestre en recul de 21,7 %. Les constructeurs français pris dans leur ensemble ont dégringolé de  30 % dans l'Hexagone sur trois mois.

 

 

 

Réagir

Commentaires

JB38  a écrit le 21/04/2012 à 12:55 :

C'est le chant du cygne pour la voiture à moteur à explosion.Diesel ou essence, ce produit est condamné à disparaître sous sa forme actuelle. La voiture est trop chère à l'achat, à l'entretien,à la consommation et à l'assurance. L'ennemi de la voiture c'est avant tout le pétrole, de +en + rare donc de +en+ cher. On peut bien espérer une explosion des marchés émergents pour vendre des voitures, la composante pétrole est incontournable et a déjà sonné le glas de la "bagnole à pétrole". Ceci est la vraie réalité.

reporter  a écrit le 20/04/2012 à 13:24 :

Surtout PSA et Citroên sont au bord de défaut de paiement faute d'avoir adapté leur surcapacité de production à la taille de leur part de marché. Ce n'est qu'une question de peu de temps, probablement l'automne cette année qu'on entendra leurs dirigeants émettre des cris d'alarme et des cris au secours par le contribuable....

CIL20  a écrit le 19/04/2012 à 4:33 :

Une ligne de production dont les volumes baissent, signifie simplement que les acheteurs ne sont pas au rendez-vous. Dans les grandes lignes, les modeles produits par PSA ou RSA ne presentent aucunes difference notoires qui les discriminent de la vente par rapport aux autres modeles concurrents. Le probleme reside donc dans la capacite des acheteurs en Europe. Tant que le tissus economique europeen restera en berne, la situation ne changera pas. Creer de la de l'investissement et de la richesse dans notre pays revient a dire donner du pouvoir d'achat, remplir les carnets de commandes de nos usines, une base indispensable pour ensuite re-inverstir et se concentrer sur la competitivite des produits pour pereniser l'activite. Au lieu de cela, delocaliser, reduire l'activite, subventionner (prime a la casse) et autres mesures aleatoires n'apportent aucunes solutions sur le long terme, voir meme genere un empilement des problemes a resoudre sur le court terme. Pas bon.
Pas de vision, pas de plans concrets pour le developement politique et economique de notre pays nous amene a ce genre de situation. De la droite a la gauche, passant par le centre, le combat devrait etre le meme pour tous. Il n'en n'est rien, malheureusement.

gerardc27  a écrit le 16/04/2012 à 11:20 :

Je demande à tous les contempteurs et autres "donneurs de leçons bien françaises" de notre industrie automobile de donner des raisons ou critères autres que subjectifs pour acheter une bagnole étrangère.Un prise de conscience nationale serait salutaire et coûterait moins cher en chômage technique au contribuable.

Jifanès  a répondu le 17/04/2012 à 2:09:

Renault est le champion de la délocalisation. Acheter français c'est acheter une voiture produite en France. Ce sera donc de moins en moins souvent acheter Renault.

Corso  a écrit le 14/04/2012 à 12:31 :

Il s'agit d'une gestion préventive habituelle. Les gammes plus importantes demandent des adaptations plus radicales. Le marché français ne s'est par ailleur pas "effondré" mais a retrouvé ses niveaux en tendance habituels face à une année 2011 exceptionnelle pour cause de livraisons de fin d'année 2010 des primes à la casse. Evitons de dramatiser inutilement.

Lunettes doubles foyer  a répondu le 14/04/2012 à 14:52:

Dans le temps ou Renault et PSA ferme des usines, VW annonce des ventes records, 2 160 000 véhicules au 1er trimestres 2012, avec des bénéfices records. Faites changer vos lunettes "Corso" ou nettoyez les si elles sont casseuses.

Fred  a écrit le 13/04/2012 à 19:20 :

Toujours pour PSA, l'enjeu va être de trouver de nouvelles sources de revenus le temps que l'alliance en cours de négociation avec GM parvienne à produire ses fruits (sur les achats, la logistique et des projets de véhicules). Cette passe un peu plus difficile pourrait devenir un simple mauvais souvenir si le succès espéré des nouveaux modèles devait être confirmé (208, et la suite de la montée en gamme de la ligne DS ). La guerre commerciale en Europe reste toutefois très dure pour la plupart des généralistes européen... mais il ne faut pas oublier que PSA produit 44% de ses véhicules en France ... beaucoup plus que ses concurrents européen dans leurs propres pays. La bataille est rude pour tous ... mais moins pour ceux capables d'engranger rapidement les moyens de leur survie en Chine ...ou ailleurs ...

Fred  a écrit le 13/04/2012 à 19:08 :

La stratégie de PSA est claire mais elle dépend maintenant des investissements fait à l'international (en particulier en Chine)... alors que ses principaux marchés ( France, Espagne, ...) sont en chute libre ...

Cataracte  a répondu le 13/04/2012 à 20:31:

"Fred" vous devriez consulter un spécialiste pour qu'il soigne votre cataracte en ce qui concerne la strégie de Peugeot. Ce constructeur s'est "emmailloté" dans des partenariats multiples avec des constructeurs concurrents qui finissent tous par boiter tôt ou tard ... Fiat abandonne, avec Mitsubishi rien n'est certain sur le long terme, de surcroît Général Motors commence à dicter sa loi pour 17 % du capital, BMW et FORD finiront par être gênés, puis lassés etc ... c'est le bazar chez ce constructeur dont les clients ne savent quel est la provenance de leur voiture ... De surcroît, des incertitudes pourraient finir par se faire jour pour les pièces de rechanges.

Fred  a répondu le 14/04/2012 à 11:22:

Desolé pour ma réponse qui sera courte, mais j'ai encore tout effacé au moment de l'envoi ( et pourtant je n'ai pas de cataracte ...). Pour Fiat : c'était semble t il envisagé avant la crise, mais celle ci a probablement précipité cette décision pour Fiat ( qui ne va pas bien) . Pour Mitsubishi cela continue avec le nouveau petit cross over et l'usine en Russie. Avec Ford la quasi totalité est reconduite ( sauf certains projets qui étaient en renego). Avec BMW cela continue sans changement ... et si cela pouvait continuer ce ne serait peut être pas un mal ... c'est un des rares européens encore un peu seul ( sauf VW, mais qui n'a besoin de personne ...) GM ne peut pas contrôler PSA avec les pourcentages de vote de la famille ... (l'Iran est une décision Liée aux USA et pas à GM ... )

Brouillon et approximatif  a répondu le 14/04/2012 à 14:50:

A l'évidence, les stratégies de PSA Peugeot Citröen et Renault s'avèrent brouillonnes et approximatives, le résultat est là, ils ferment leurs usines quand VW tourne à plein régime, 2 160 000 en hausse de 16 % au 1er trimestre 2012. Les gestions de Ghosn, Pelata, Tavarez, Varin ressemblent beaucoup aux gestions désordonnées et foutraques de Fillon.

Marco54  a écrit le 13/04/2012 à 18:38 :

Pas de sous,pas de voitures.C'est pas compliqué a comprendre,sauf pour les énarques.
Avec tous les plans de licenciements en suspend du fait des élections,le retour sur terre va être difficile.Pour peu que l'Espagne se fissure alors la on va comprendre notre douleur,et ce quelque soit "l'heureux élu"

Yves  a répondu le 13/04/2012 à 22:29:

Bientôt un énarque au pouvoir, vous allez être content !

Stratégies brouillonnes  a écrit le 13/04/2012 à 17:40 :

Les stratégies des constructeurs français manadgées par Ghosn, Tavares, Pelata pour Renault et Varin pour Peugeot s'avèrent très brouillonnes et approximatives. Ces dirigeants font beaucoup penser aux gouvernements Raffarin, Vilepin et surtout Fillon en matière de conduite brouillonne, approximative et in finé désastreuses pour notre pauvre France sacagée.

Mur  a répondu le 13/04/2012 à 22:04:

C'est vrai qu'avec Mauroy, Rocard, Cresson, Beregovoy, Fabius, Jospin et les autres la stratégie était claire et droite dans le mur. Au moins avec Hollande il y aura de la constance dans la stratégie.

Nous y sommes  a répondu le 14/04/2012 à 15:02:

Dans le mur, après 10 ans de gouvernements UMP avec leurs débauchés PS, la France nous y sommes, 1 700 000 000 000 - 1 700 Milliards de dettes... pour compléter la désindustrialisation : 900 sites indsutriels fermés sur les 3 dernières années... 4 millions de chômeurs (+1 million) et ajouter 1 million d'auto-misères (les auto-entrepreneurs qui n'ont pas d'activité) ... et la Franc e a chuté à la 11ème place sur 27 pays européens en matière d'innovation... QUEL DéSASTRE iNDUSTRiEL !!!! sans précédent.