Le constructeur auto Mitsubishi Motors soupçonné de dissimuler des défauts au Japon

Par Alain-Gabriel Verdevoye  |   |  397  mots
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le ministère des Transports japonais a perquisitionné mardi dans les bureaux et concessions du constructeur nippon Mitsubishi Motors. Pour vérifier que la firme auto n'avait pas dissimulé des défauts avant de procéder à des rappels massifs.

Des fonctionnaires du ministère des Transports japonais ont perquisitionné mardi dans les bureaux et concessions du constructeur automobile nippon Mitsubishi Motors (MMC). Objet de la perquisition: vérifier que MMC n'avait pas cherché à masquer des défauts avant de devoir procéder à des rappels massifs. A la mi-décembre, Mitsubishi Motors avait annoncé le rappel de 1,2 million de véhicules au Japon, en raison d'un défaut pouvant entraîner une fuite d'huile sans gravité au niveau du moteur. Etaient concernés quelque huit types de mini-véhicules produits entre août 1996 et octobre 2004.  Coût de ce rappel : 7,5 milliards de yens (un peu plus de 70 millions d'euros), selon l'évaluation de Mitsubishi Motors.

Un fâcheux précédent

Le ministère se demande si Mitsubishi Motors n'a pas volontairement différé les rappels, comme le suggéraient des dénonciations anonymes. Dans un communiqué publié mardi, Mitsubishi Motors promet de coopérer pleinement avec les autorités. Cet incident intervient une décennie après un grave scandale, qui avait coûté très cher à MMC et l'avait alors obligé à passer pendant quelques années sous les fourches caudines de Daimler-Chrysler (qui aura ainsi détenu 34% de son capital)! A cette époque, MMC avait camouflé des défauts. En août 2000, Mitsubishi avait reconnu avoir dissimulé pendant plus de vingt ans plus de 64.000 plaintes, enfreignant la loi japonaise sur les rappels. Le patron de l'époque, Katsuhiko Kawasoe, avait alors dû démissionner.

Plus d'un million de véhicules vendus

Le constructeur automobile japonais, spécialiste réputé des 4x4 mais aussi producteur de véhicules électriques, avait enregistré un bénéfice d'exploitation en baisse de 10% sur le premier semestre de l'exercice en cours (avril-septembre 2012) à 30,8 milliards de yens (308 millions d'euros). Le chiffre d'affaires reculait de 5% à 860 milliards de yens (8,6 milliards d'euros). En volumes, les ventes ont diminué de 8%, à 478.000 unités sur la période avril-septembre, par rapport à à la même période de l'exercice précédent. Le nombre de voitures a diminué de 12% au Japon, 29% en Amérique du Nord, 23% en Europe, mais a augmenté de 5% en Asie et dans les autres régions du monde. Mitsubishi Motors table désormais sur 1,04 million de véhicules vendus sur l'exercice (avril-31 mars 2013). MMC fournit notamment PSA en 4x4 (Peugeot 4008, Citroën C4 Aircross) et en voitures électriques (Peugeot Ion, Citroën C Zéro).