GM serait prêt à faire cadeau d'Opel à PSA

 |   |  976  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'hypothèse est à l'étude: PSA Peugeot Citroën reprendrait Opel, la filiale allemande de GM. Selon le schéma envisagé, le groupe américain mettrait au pot pour faciliter l'opération. Et l'État français pourrait même aussi apporter sa contribution. Un projet à haut risque qui ne fait guère l'unanimité, vu la mauvaise santé de PSA et les pertes structurelles d'Opel, dont la part de marché est en chute libre. Le PDG de GM, Dan Akerson, a officiellement démenti ce lundi lors du salon de Detroit l'existence d'un tel projet : "Opel n'est pas à vendre, ni à donner", a-t-il affirmé.

«L'hypothèse est à l'étude: PSA reprendrait Opel», la filiale allemande de GM, affirme à La Tribune une source proche du dossier. Un plan politiquement très présentable, puisque c'est le groupe français qui reprendrait la marque de Rüsselsheim. «GM veut s'en débarrasser», contrairement à ses déclarations officielles, indiquent nos informateurs. «GM donnerait même de l'argent, quelques milliards d'euros, pour accompagner cette reprise, faire en sorte qu'elle soit possible et attractive pour le repreneur». Et «l'Etat français pourrait faciliter l'opération», voire éventuellement prendre une participation. Tel est le dernier schéma envisagé en «haut lieu».

Arnaud Montebourg inquiet

Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, avait déclaré le 6 janvier dernier que PSA devrait «sans doute aller plus loin» dans les mesures engagées depuis quelques mois pour assurer sa survie. L'ex-président de la communauté d'agglomération du pays de Montbéliard -où se trouve Sochaux, la plus importante usine de PSA Peugeot Citroën- a une certaine proximité avec les Peugeot , dont le groupe familial détient 25,3% du capital du constructeur français et exerce 37,9% des droits de vote. GM détient, lui, 7% aujourd'hui de PSA. Le ministre de l'Economie pourrait se laisser convaincre par un tel schéma, soutenu par une partie de la famille Peugeot.

Arnaud Montebourg, ministre de Redressement productif, paraît, lui, conscient des risques d'une telle opération pour l'avenir de PSA, parce qu'elle ne lève aucune des hypothèques pesant sur le groupe tricolore. On sait que le ministre du Redressement productif s'inquiète des éventuelles conséquences que pourraient avoir les surcapacités d'Opel sur l'emploi en France. Et un tel rapprochement accentuerait encore davantage l'européocentrisme de PSA, Opel étant quasi-exclusivement centré sur le Vieux continent!

Si ce schéma était retenu, l'alliance GM-PSA, nouée fin fevrier 2012, se réduirait donc à un rapprochement PSA-Opel. L'alliance mondiale, destinée à faciliter le déploiement intercontinental qui manque tant à PSA, se rétrécirait à... l'Europe.

Chevrolet, marque mondiale de GM

GM avait renoncé début novembre à un projet de fusion entre Opel et la division auto de PSA, selon nos sources. Ce projet entre la filiale allemande du consortium américain et les activités auto du groupe français -révélé en octobre dernier par La Tribune- prévoyait des participations paritaires de GM et PSA dans cet ensemble (autour de 40% chacun) ainsi que -à priori- des Etats français et allemand (à hauteur de 10% chacun) ! Le schéma aujourd'hui envisagé est totalement différent, puisque GM ne serait plus vraiment partie prenante de l'ensemble, la partie française restant seule pilote, pour le meilleur et pour le pire.

Dans ce cas, GM -qui avait déjà failli céder Opel en 2009 à un équipementier canadien, Magna, allié à des intérêts russes avant de faire volte-face in extremis au grand dam de Berlin pris au dépourvu- se replierait sur Chevrolet, sa marque à vocation mondiale, dont la plupart des produits vendus hors d'Amérique du nord sont fabriqués en Corée. Chevrolet taille d'ailleurs des croupières en Europe à Opel, avec des véhicules sur les mêmes plates-formes mais bénéficiant d'un meilleur rapport prestations-équipements-prix. La marque Chevrolet détenait (sur onze mois 2012) 1,4% du marché de l'Union européenne (contre 1,3% un an auparavant) alors même qu'Opel et sa marque-s?ur britannique Vauxhall chutaient à 6,8% de pénétration (contre 7,4% en 2011... et plus de 10% il y a dix ans). Un comble.

Déficit chronique

Piégé par des surcapacités chroniques malgré des plans de restructuration répétés, dont le dernier en date prévoit l'arrêt des fabrications sur le site allemand de Bochum, Opel est en chute libre sur le marché d'outre-Rhin, absent des pays émergents, avec une médiocre image et des retards technologiques faute d'investissements. Opel ne bénéficie pas de la flatteuse réputation «germanique» attachée aux produits Volkswagen, BMW, Mercedes. Malgré ses efforts publicitaires pour le faire croire. Opel est structurellement déficitaire puis plus de dix ans. GM prévoit rien de moins que 1,5 à 1,8 milliard de dollars (1,1 à 1,4 milliard d'euros) de perte opérationnelle sur le Vieux continent cette année! Et 2013 sera "un peu meilleur", sans plus, affirmait récemment le groupe du Michigan. Le retour à l'équilibre en Europe, maintes fois reporté, est carrément renvoyé cette fois au «milieu de la décennie», sans autre précision. Sur le troisième trimestre, GM a perdu sur le Vieux continent 0,5 milliard de dollars (380 millions d'euros).

Concurrence frontale

Un ensemble PSA-Opel aurait sans doute des effets bénéfiques, à moyen terme, en termes d'économies d'échelle... Mais les vraies synergies se font avec de nouveaux produits, qui ne peuvent être mis sur le marché avant quatre ans dans le meilleur des cas. Un laps de temps bien long, quand PSA consomme 200 millions d'euros de cash par mois et doit recourir à l'Etat français pour garantier sa banque PSA Finance... Produire des véhicules sur les mêmes plates-formes ne nécessite d'ailleurs pas un rapprochement aussi intime. Pour le reste, les deux firmes sont en concurrence frontale avec le même type de voitures, sur les mêmes marchés. Ce n'est pas Opel qui va aider PSA hors d'Europe! En outre, le nouveau groupe passerait le plus clair de son temps à se restructurer et supprimer des emplois. Avec, à la clé, de complexes et ardues négociations avec le gouvernement allemand, peu enclin à laisser fermer des usines outre-Rhin sans broncher. Additionner PSA et Opel -qui aura consommé la bagatelle de quatre patrons en trois ans- ne constituerait donc pas de facto un groupe sain, avec une stratégie cohérente, des produits attractifs et une vision internationale. Pas de quoi faire trembler les deux groupes les plus offensifs du moment, l'allemand Volkswagen et le coréen Hyundai-Kia.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2013 à 10:09 :
GM est le fossoyeur de l'automobile : Oldsmobile , Pontiac, Saturn, Hummer, Saab (qui en a réchappé de peu) et bientot Opel??
Pas de vision industrielle, juste une approche économique, qui ne doit sa survie que grace au renflouement par l'état américains, et confère une concurrence déloyale voir pire (voir plainte de SAAB). Toyota et son honneteté repasse premier, tant mieux. De plus il ont leur site de Valenciennes en France.
Que GM tombe et personne au monde ne s'en plaindra, notamment depuis leur spécialisation en voiture en cagette.

a écrit le 15/01/2013 à 17:00 :
à quand la publication du démenti ? vous lancez des bruits sans avoir aucune bille, alors de temps en temps cela pourrait tomber juste mais là ce n'est plus du journalisme, c'est de la loterie. C'est vrai que les pendules arrêtées donnent l'heure exacte 2 fois par jour. Vous me faîtes de plus en plus penser aux magazines People qui vendent des ragots. La Tribune c'est Closer dédié à l'économie
a écrit le 15/01/2013 à 11:10 :
GM nostalgique de COLUMBO ?
a écrit le 15/01/2013 à 7:14 :
Il y a surproduction dans le secteur automobile, surtout en Allemagne où la production dépasse et de loin les besoins propres, il serait donc raisonnable de réagir en conséquence et fermer définitivement les usines Opel. Le marché du travail étant très bien organisé en Allemagne, cela ne devrait pas poser de problème pour réintégrer les employés d'Opel.
Cela permettrait aussi de résorber le chômage des jeunes (plus de 50%) dans d'autres pays de l'Union Européenne. Ce qui serait bien plus intelligent et plus rationnel que d'obliger ces jeunes à quitter leur famille et l'Europe.
a écrit le 15/01/2013 à 1:20 :
Fusionner Peugeot-Citroen et Renault-Nissan est la seule solution saine, source de synergies prometteuses et fructueuses pour les deux groupes, qui n'en formeraient qu'un .
a écrit le 14/01/2013 à 23:09 :
Ce soir Opel a communiqué démenti les rumeurs de rachat par Peugeot.
a écrit le 14/01/2013 à 22:46 :
Le PDG de General Motors, Dan Akerson, a démenti ce lundi que son groupe envisageait de donner à son allié français PSA Peugeot Citroën sa filiale Opel, comme l?affirme le site latribune.fr.

«Opel n?est pas à vendre» et «n?est pas à donner non plus». La réaction du PDG de General Motors (GM), Dan Akerson, aux informations du site d?informations économiques latribune.fr est sans équivoque. LaTribune.fr ce lundi matin qu?un rachat par PSA Peugeot Citroën d?Opel avec l?aide de son allié américain depuis onze mois General Motors, et de l?État français était à l?étude. «Selon le schéma envisagé ?en haut lieu?, le groupe américain mettrait au pot pour faciliter l?opération. Et l?État français pourrait même aussi apporter sa contribution», a écrit ce matin le site d?informations, citant une source proche du dossier.

«GM veut se débarrasser» d?Opel, disent les informateurs de latribune.fr, sa filiale européenne qui voit ses parts de marché fondre d?année en année sur le Vieux continent, qui accumule des pertes abyssales depuis des années et dont les comptes ne devraient pas retrouver l?équilibre «au moins jusqu?en 2014». L?Europe est en effet un boulet pour le géant américain: en 2012, GM a vendu 9,2 millions de véhicules en hausse de 2,9 % dans le monde, mais sur le marché européen, le constructeur a vendu 8,2 % d?unités en moins en 2012 que l?année précédente. Un décrochage qui ne lui permettra pas de se hisser à la première place mondiale des constructeurs automobiles, Toyota étant sur le point d?annoncer des ventes annuelles supérieures, d?au moins 9,7 millions (+22 %). GM a fait toutefois mieux que son concurrent allemand Volkswagen en 2012.
«GM donnerait même de l?argent»

«GM donnerait même de l?argent, quelques milliards d?euros, pour accompagner cette reprise, faire en sorte qu?elle soit possible et attractive pour le repreneur». L?État français pourrait prendre une participation dans le nouvel ensemble, peut-on encore lire sur latribune.fr. General Motors pourrait dès lors se concentrer sur sa marque Chevrolet, dont 4,9 millions de modèles ont été vendus en 2012. En effet, lors de la publication de ses ventes annuelles ce lundi après-midi, la direction a clairement orienté sa stratégie sur la poursuite de l?internationalisation de Chevrolet.

La direction de PSA, elle, avait déjà récusé la semaine dernière les rumeurs de rachat d?Opel. Interrogé sur la possibilité d?un tel scénario, le directeur des marques du numéro un automobile français, Frédéric Saint-Geours, avait assuré que «le sujet n?(était) pas à l?ordre du jour» puisque «nous (GM et PSA, ndlr) avons présenté mi-décembre ce que nous faisions avec GM». Les deux groupes ont signé des accords pour trois projets communs de plateformes ou de véhicules, et «c?est là dessus que nous travaillons», avait-il assuré.
a écrit le 14/01/2013 à 22:06 :
Stratégiquement et tactiquement, c'est brillant de la part de GM ! "Offrir" Opel à Peugeot est la garantie de voir les 2 constructeurs disparaître à moyen terme sans en être tenu pour responsable à court terme. Ce faisant, GM évite à la fois les effets politiques et médiatiques directs d'une fermeture pure et simple des usines et à la fois les effets d'une vente à un chinois qui investirait massivement pour mieux le concurrencer plus tard. Dans tous les cas, Peugeot est condamné.
a écrit le 14/01/2013 à 20:22 :
GM profite qu'elle est financée par la Fed pour pirater en beauté la technologie PSA (parfois 10 ans d'avance châssis par exemple) et un paquet d'autres brevets. Plus GM colle à PSA, plus PSA est paralysée. Cela va encore dans le sens de la stratégie atlantiste de GW Bush, rupture des liens intra-européens, notamment franco-allemands (fin de la coopération, ressentiment à prévoir entre Allemands et Français pour les liquidations, fermetures, chômage, partages douloureux...), et délocalisation de l'industrie européenne aux Etats-Unis (Airbus, Faurecia, VW, Daimler, etc.). Tout cela après que la diplomatie US a plombé le meilleur marché de PSA (pourtour méditerranéen). Les dommages sont évidents. Ne comptons pas sur la CE aux mains des atlantistes pour défendre PSA, Barroso laisse faire, son travail est la construction de l'union atlantique pour faire rentrer les Etats-Unis en Europe où personne ne pourra leur tenir tête.
Réponse de le 15/01/2013 à 9:13 :
"10 ans d'avance" sur chassis" Totalement farfelu!!! j'ai eu les 2, d'ailleurs la réputation de tenue de route est surfaite au sujet de peugeot. Les voitures peugeot sont des voitures non abouties en matière de conception, et, en ce qui concerne la tenue de route, il y a des mouvements de caisse dans les grandes courbes , ce qui explique des sorties de trajectoires inexpliquées......En fait le chassis n'est pas abouti.
Réponse de le 15/01/2013 à 16:42 :
@ AT 15/01/2013 à 09:13 - Le prédateur affaiblit sa proie. Il faut être aveugle pour ne pas remarquer cette campagne de dévalorisation généralisée qui exploite une situation géopolitique défavorable pour étouffer PSA.
a écrit le 14/01/2013 à 18:21 :
si l'information est vérifiée ,et c'est tout à fait plausible , encore une stratégie de GM pour faire couler peugeot et Opel et les remplacer à long terme par leurs chevrolet ; après leur avoir lié les mains à l'international...
Réponse de le 14/01/2013 à 21:26 :
juste analyse.
Réponse de le 14/01/2013 à 21:39 :
+ 1000 : GM c'est comment se débarrasser d'Opel et s'en servir de bombe a neutron sur un concurrent.
a écrit le 14/01/2013 à 17:19 :
il faut fermer Opel !
a écrit le 14/01/2013 à 16:52 :
Peu avant sa faillite, GM a pillé Opel, qui fournissait l?essentiel de la R&D du groupe, en transférant à prix de solde ses brevets à une holding du Connecticut. Par ailleurs, le transfert a été payé à Opel en...certificats de dette de GM, c'est-à-dire en papier mouillé. Par contre, aujourd'hui Opel doit bien payer cash les licences pour ces brevets portant sur ses propres inventions, et utilisés aussi par sa "belle s?ur" coréenne.
PSA serait bien sotte si elle se laissait fourguer Opel sans le retour de ces brevets, ou au moins l'accord de licences gratuites et transférables sur leur ensemble. Autrement elle se retrouverait obligée à payer des centaines de millions par an, avec toujours l'épée de Damoclès d'un retrait des licences.
Réponse de le 14/01/2013 à 17:14 :
Ils sont trop forts les ricains avec leurs licences de propriété intellectuelle ! Même Starbucks pour ses cafés imbuvables...
Réponse de le 14/01/2013 à 22:32 :
Idem, Les Bigmac font leur marché en Europe, Après avoir pilleé l'Amérique du Sud, ils se sont fait virer, maintenant ils viennent piller l'Europe.
a écrit le 14/01/2013 à 16:46 :
je ne suis pas sur que ce soit une bonne chose car on ne sait jamais ce qui pourrait en sortir aussi attendons un peu que tout ce probleme soit attirant et que nous soyons obligés de faire des cadeaux a des gens dont on ne connait pas ce qu ils ont dans la tete.a faire ce geste.
a écrit le 14/01/2013 à 16:40 :
attention danger : si OPEL ne progresse pas malgré une politique de prix agressive c'est parce qu'il traîne une casserole derrière lui avec la fumeuse réputation de ses moteurs diesel Ecothech ! que PSA fasse attention !
a écrit le 14/01/2013 à 16:03 :
GM a déjà tué Saab, alors bas les pattes sur Peugeot
a écrit le 14/01/2013 à 16:02 :
Encore un article pour ne rien dire.
Le patron de GM vient de démentier une nouvelle fois la Tribune.
Réponse de le 14/01/2013 à 21:43 :
vous devriez candidater au poste de journaliste auto à la tribune. En effet, vous avez inventé un verbe : "démentier", verbe du 1er groupe.
Réponse de le 14/01/2013 à 23:41 :
Alors çà cher ami, les démentis ne veulent rien dire. et je sais de quoi je parle.
a écrit le 14/01/2013 à 15:49 :
On croise des fiat 500 a new york, des Beetle et des ford transit.....qu attend PSA pour attaquer un marche qui se tourne vers les petites voitures?
Réponse de le 15/01/2013 à 8:42 :
PSA attend d'avoir des usines aux US....
a écrit le 14/01/2013 à 15:18 :
Bon gré mal gré, il faudra qu'on roule au gpl (ou gnv)dans les années à venir, le gasole est un non-sens économique et un polluant dangereux, et cette technologie est très bien maitrisée par opel chez son ancienne filliale daewoo.
Ses deux moteurs opels (1500, 1600 16s)dédiés sont sans défaut.
Il y a tout un marché à prendre en France et en Algérie (gpl environ 18 cmes le l), et sans doute les pays du nord Europe. Je possède une daewoo llanos, bien sur c'est une Opel de base, avec ce folklore opel ,des petits trucs qui lachent de façon ahurissantes, mais j'en suis content,carte grise zéro euro, vidange si j'y pense conso 7/8l aux 100 à 78 centimes et dépassements sur route tout à fait honorables.
Mais le gouvernement doit revenir de ses idées idiotes sur le gpl,(ou gnv) l'avenir ne nous dit pas d'ou il va provenir.(gaz de lisier, de fumier, de centrales d'épuration, de bois) donc l'empreinte co² doit être calculée dans sa globalité, alors que le gasole est un carburant fossile et le sera toujours.
D'ailleurs je ne pige pas la méthode de calcul puisque 50% du gpl se tranforme en vapeur d'eau à la combustion ce qui ramène à 3,9 l de conso vs co².
a écrit le 14/01/2013 à 15:16 :
le mariage ou l'alliance de deux éclopés n'a jamais fait un champion olympique ,il en sera de même pour PSA/OPEL qui se transformeront en un gros éclopé au lieu et place de deux petits récupérables "difficilement mais possible"
Réponse de le 15/01/2013 à 9:57 :
Par forcement vrai, mais il faut une strategie globale de gamme, a l image de du groupe WW avec Skoda-Seat en bas de gamme, WV en lower Middle Classe, Audi en haut de gamme et Porsche en prestige.
Il faudrais donc que PSA-Citroen-opel fasse de meme, en designant une marque "low-cost", une gamme moyenne et une gamme prestige, on pourrait donc penser a Opel en bas du tableau, Peugeot au milieu et Citroen avec sa gamme DS en haut
a écrit le 14/01/2013 à 15:16 :
Que va apporter Opel à PSA ??? Ils sont dans la même gamme de véhicules, il n'y a aucun intérêt. Il y a trop de marque banales et sans saveur en Europe comme Opel, Seat etc.
PSA doit soit aller dans le haut de gamme, soit dans le bas de gamme mais prendre une autre marque moyenne gamme ???
a écrit le 14/01/2013 à 14:28 :
OPEL illustre de façon "insolente" le déni de réalité quasi général : Comment résorber les surcapacités en EUROPE et surtout quel est le "couillon" qui va s'y atteler et prendre sur lui; compte tenu que les produits au marketing près et en fonction de leur cote d'amour à l'instant T sont partout de qualité égale.
a écrit le 14/01/2013 à 14:22 :
La Tribune = Closer
Réponse de le 14/01/2013 à 16:40 :
Ils font comme meetic.fr. Les plus belle rencontre ce font sur ce site, voyez PSA et Opel.
Réponse de le 14/01/2013 à 21:46 :
D'ailleurs Lou_Papet et Josiane se sont rencontrés grâce à LaTribune.fr
Réponse de le 15/01/2013 à 8:44 :
Nous aussi nous nous sommes découverts sur LaTribune.fr !
a écrit le 14/01/2013 à 14:14 :
Un cadeau empoisonné : n'oublions pas que la vente des filiales européennes de Chrysler (Chrysler-France, Chrysler-GB et Chrysler-Espagne) à Peugeot en 1978 a failli couler Peugeot-Citroën.
a écrit le 14/01/2013 à 13:50 :
Formidable le modérateur...
Je récidive...
Info sans aucun fondement, comme le reste des infos de la Tribune sur PSA...
Réponse de le 14/01/2013 à 22:47 :
encore un article de vag manipulé par vag!
Réponse de le 14/01/2013 à 23:43 :
euh, ben moi je fais confiance. C'est La Tribune qui a annoncé l'an dernier le projet d'alliance entre GM et PSA. C'est qu'ils sont bien informés et cela doit les mêmes sources aujourd'hui qui les alimentent.
a écrit le 14/01/2013 à 12:58 :
La France ne peut pas accueillir toute la misère automobile du monde!!
Réponse de le 14/01/2013 à 14:08 :
On en a déjà assez avec Rinolt et Pigeot !
Réponse de le 14/01/2013 à 21:47 :
"la misère du monde" tout court, pas qu'automobile.
a écrit le 14/01/2013 à 12:37 :
Les USA sont ruinés, GM se débarrassent des colis encombrants, pour continuer à surnager avant le grand naufrage, tant que le pétrole servira à faire rouler les voitures au détriment de l'énergie libre, alors l'automobile s'écroulera année après année, j'ai mis ma voiture à la casse pour preuve, plus de PV et d'assurance pour payer les salaires des politiques.
a écrit le 14/01/2013 à 11:59 :
Test test
Réponse de le 14/01/2013 à 22:00 :
quel est l'intérêt de votre commentaire ? Vous êtes sur la tribune !
a écrit le 14/01/2013 à 11:42 :
Les Peugeot et Varin font la démonstration de ce que leurs stratégies d'alliances ont été pour lé moins brouillonnes, approximatives et très désordonnées pour un aboutissement au fait que Peugeot à une image brouillée, une situation industrielle dégrédée ... a force de croire que se marier pour un modèle avec Fiat, puis un moteur avec Ford, avant un autre moteur avec Renault et Volvo, puis une alliance hybrid avortée avec BMW après des allainces Mitsubishi, maintenant avec General Motors dans un bazar indescriptible !!!
Réponse de le 14/01/2013 à 12:45 :
Effectivement je suis d'accord avec votre analyse, PSA c'est un grand bazar dont personne ne comprends plus rien...du grand n'importe quoi alors qu'il y a de grand potentiel, notamment avec Citroën qui est une marque a fort potentiel (même le patron d'Audi le reconnait).
Réponse de le 14/01/2013 à 14:10 :
Nous sommes en droit de regretter que Citroën ne soit pas tombé dans le giron de VW, là nous aurions une autre industrie de l'automobile en France ...
Réponse de le 14/01/2013 à 15:12 :
cette situation date de l'après guerre a l'époque Mer Porsche a été transféré en France pour réparation de dommages de guerre ,dèja a l'époque l'illustre "front de gauche" ou front populaire a préféré le laisser croupir en prison plutôt que de le faire rejoindre un bureau d'études ou je pense qu'il aurait apporté un sang nouveau ,il suffit de voir son oeuvre après son retour en Allemagne ;nous aurions peut-être aujourd'hui un petit VW chez nous si ces gauchistes n'étaient aussi butés et obtus aujourd'hui qu'en 1945/46/47
Réponse de le 14/01/2013 à 15:45 :
A nos jour, ce n'est pas le front de gauche qui entrave l'innovation et l'industrie ... nous avons beaucoup mieux pour casser les innovations, un groupusculedespécialstes de la casse industrielle ... Oseo innovation ex Anvar avec ses pléthoriques tentacules grandes destructtrices de valeurs innovations industrielles ...
a écrit le 14/01/2013 à 11:06 :
cette option est mortifère pour PSA, qui n'a déjà pas été capable de gérer deux marques identique, alors avec Opel , cata assurée..... le problème des volumes ne peut aller qu'avec une très grande diffusion..... et le problème en europe est la diffusion.....qui se reduit......pas la peine de charger la mule..... en plus, une partie des opel sont des M chevrolet rebadgées....

bref suicide en vue.....
Réponse de le 14/01/2013 à 15:54 :
Plutôt faux, à part l'OPEL Frontera qui était un ISUZU rebadgée, c'est plutôt les OPEL qui sont rebadgées en CHEVROLET en Amérique du sud, tout simplement parce qu'avant guerre en argentine, brésil etc..il y avait surtout des voitures américaines, donc la notoriété de Chevrolet est plus importante qu'OPEL là bas qui est strictement inconnu, à part quelques connaisseurs.

Par ex qui connait en France Vauxhall? A part moi et quelques passionnés, peu de français savent que ce sont des OPEL rebadgées. En même temps il suffit d'être un peu observtaeur pour le voir vu le nombre d'anglais en vacances en france, avant vauxhall changeait le nom des modèles, plus maintenant. Donc ce sont exactement les mêmes voitures, à part le logo et le volant à droite.
a écrit le 14/01/2013 à 11:01 :
A mon avis, le rachat d'Opel par PSA est déjà en cours. Le retrait d'Iran de PSA est un signe. PSA aurait très bien pu dire "Non, on n'arrête pas on Iran, par contre on arrête l'alliance si vous émettez des conditions". Mais non, PSA persiste dans l'alliance et fait un pas de plus. A mon avis les décisions sont déjà prises depuis longtemps.
a écrit le 14/01/2013 à 10:30 :
Jus que dans les années 70 OPEL etait numero 2 en Allemagne avec une part de marche sensiblment egale a VW. L´image de marque OPEL etait aussi irreprochable.
OPEL a ete par ls uite canibilisée par lamaison mère en mettant des rigolos aux commandes . Le plus grand tort a été d´interdire a Opel de vendre hors de Europe, jus qu a aujour hui. Nous syavons tous que le succes commercial des autres firmes allemandes est justement du a l´expansion massive dans les marchés emmergeants.
.
J´ai du mal a croite a cette histoire de cadeau au groupe PSA.
Lors des negociatins avec le groupe MAGNA en 2009 il y a eu un forte opposition contre cette option, meme au niveau de la chancellerie a Berlin ....
Se debarasser d´OPEL pour fermer les usines de Rüsselseim, Bochum etc. est assez impensable
Réponse de le 14/01/2013 à 11:59 :
Je nuancerai le propos. Les chevrolet en amérique du sud et les holden vendues en australie ne sont que , pour la plupart, des chevrolet rebadgées.

Et Holden comme GM au Brésil, Argentine, ou Mexique est loin d'avoir une part de marché ridicule.Par contre en Chine, ce sont les buicks ,en déclin aux usa, qui se vendent très bien (numéro trois je crois derrière vw/audi et toyota).
Réponse de le 14/01/2013 à 13:07 :
Assez d'accord avec vous, sauf que la Buick Excelle (Best-seller de GM en Chine) n'est autre qu'une Opel Astra rebadgée également...... GM a l'occasion rêvée de tuer PSA et Opel en un seul coup pour définitivement lancer Chevrolet en Europe ! What else ?
Réponse de le 14/01/2013 à 22:03 :
Apprenez à écrire en français avant d'envoyer votre commentaire. Merci, illisible commentateur.
a écrit le 14/01/2013 à 10:29 :
La photo de l'article est très évocatrice : une Peugeot en gris, et une Opel en boulet rouge.
a écrit le 14/01/2013 à 10:29 :
Bonjour le cadeau, Das Auto malgré toute sa condescendance mais pas super rentable et pas à la pointe de l'innovation sur un marché encombré.
On n'est pas obligé d'accpeter les héritages et à la place de PSA, je me poserais desquestions sur l'alliance avec GM qui leur coute plus qu'elle ne leur rapporte
a écrit le 14/01/2013 à 10:28 :
"Un laps de temps bien long, quand PSA consomme 200 millions d'euros de cash par mois et doit recourir à l'Etat français pour garantier sa banque PSA Finance..." ? Je ne connaissais pas le verbe "garantier", verbe du 1er groupe.
a écrit le 14/01/2013 à 10:28 :
associer deux malade ne font pas un bien portant, mais une infirmerie.
a écrit le 14/01/2013 à 10:27 :
ça existe encore Opel ? je ne savais pas.
a écrit le 14/01/2013 à 10:22 :
Opel serait un lourd boulet pour PSA. PSA n'est pas peut-être pas assez internationalisé mais produit des véhicules en Chine.L'alliance avec GM lui coupe le marché iranien. Et l'article dit qu'Opel n'est pas assez internationalisé, ça fait donc un boulet et d'autre part des contraintes sur le plan international. PSA a déjà deux marques Citroen et Peugeot qui se font concurrence. Une troisième marque ne serait pas favorable au développement du groupe ainsi constitué : lisibilité marketing : cibles ? Esprits de marques ? Prix des véhicules. Le groupe VW lui a mieux différencié ses marques, audi pour le luxe, volkswagen pour la famille embourgeoisée, skoda pour un vw un peu plus discret et moins cher, et seat pour une ligne sport, cible plus jeune. Mais à quoi servirait Opel chez PSA ? A moins d'une différenciation plus marquée, par exemple orienter Opel sur des véhicules low cost, je ne vois pas. Et je n'y crois guère, car faire régresser la qualité tactile et sensorielle d'une marque, c'est réduire son image, à l'inverse Renault a upgradé Dacia longtemps en léthargie depuis l'ère "chaucescouienne". Et les Opel sont produites en Europe, donc pas low cost. Opel pourrait bénéficier des véhicules utilitaires PSA, et ne chercherait plus de partenariat chez Renault ou Fiat, pour des véhicules rebadgés non produits. Les salariés européens de PSA et d'Opel auraient du souci à se faire si un tel projet se réalisait. A part tailler dans les effectifs, je ne vois pas l'intérêt. Trois marques sur un même marché.... Je ne comprends pas bien le pourquoi de l'alliance. Je comprendrais mieux si PSA rachetait Chevrolet ouvert sur...le monde entier. D'ailleurs pourquoi GM ne revendrait pas Chevrolet, parce que ça tourne bien. Alors GM préférerait revendre le boulet. Je pense que c'est une grosse erreur pour PSA de racheter, à titre plus ou moins gracieux, Opel.
Réponse de le 14/01/2013 à 10:58 :
Excellent commentaire ! On reconnait l'analyse d'un professionnel du secteur...PSA-Opel ne deviendra pas l'équivalent d'un Hyundai-KIA !
Réponse de le 14/01/2013 à 22:04 :
Faillot !
a écrit le 14/01/2013 à 10:15 :
Et si on envoyait le haut management de Peugeot faire un stage chez VW?
a écrit le 14/01/2013 à 10:13 :
On se demande pourquoi PSA c'est allié à GM de toute façon sachant que Opel voir Chevrolet concurrence PSA. Il aurait fallu une alliance avec un groupe qui aurait été complémentaire comme BMW par exemple.
Réponse de le 14/01/2013 à 22:47 :
Voui mais la famille BMW est aussi fermée aux alliances que l'était la famille Peugeot. Pourtant face a AUDI (+VW) et Mercedes (+Renault) , BMW risque à l'avenir de se sentir bien seul ...
Réponse de le 15/01/2013 à 8:49 :
La force de BMW est de rester indépendant et de ne pas abimer son image avec un canard boiteux...et puis la famille BMW est moins ringarde dans le choix de ses dirigeants !
a écrit le 14/01/2013 à 10:07 :
"Pas de quoi faire trembler les deux groupes les plus offensifs du moment, l'allemand Volkswagen et le coréen Hyundai-Kia." merci d'avoir, par cette jolie phrase, rétabli la vérité.
Réponse de le 14/01/2013 à 10:58 :
vous en vendez des KIA dans votre concession en ce moment?
Réponse de le 14/01/2013 à 12:49 :
@ @ Lou_Papet : après une année 2012 exceptionnelle (+28%), ce mois de janvier démarre très fort et annonce un cru 2013 encore meilleur. Nous vous invitons à découvrir nos modèles dans les concessions KIA où vous serez très bien accueilli ! Sans oublier la fameuse garantie de 7 ans...
Réponse de le 14/01/2013 à 14:44 :
J'irai faire un tour dans une concession KIA et faire l'essai sur 1 mois de leur petit modèle.
Réponse de le 14/01/2013 à 14:57 :
La question qui tue! Quel prix et quel délai pour obtenir une crémaillère de direction sur une de vos voitures? (en 45 ans de conduite plus de 4 millions de km sur 52 voitures ça ne m'est jamais arrivé, alors la fiabilité des Coréennes,ça fait bien rigoler)
Réponse de le 14/01/2013 à 21:54 :
Avec votre question "vous en vendez des KIA dans votre concession en ce moment?", on sent tout de suite en vous, le statut de vendeur Peugeot, qui n'arrive pas à écouler son stock.
Réponse de le 14/01/2013 à 21:56 :
Je vous cite "4 millions de km sur 52 voitures". 4 000 000 / 52 = environ 76923 km par voiture. Seulement. Honte à vous, troll de service des forums de la tribune.
Réponse de le 15/01/2013 à 14:38 :
4 millions de km bien sur, mais sur des voitures en fin de vie(que 2 neuves, 50 occases) , pour moi à l'heure actuelle 1000 euro c'est déjà trop cher, acheter à 220000km recycler à 300000:380000km c'est le meilleur plan.
a écrit le 14/01/2013 à 10:04 :
A moins d'un an des élections, les conseillers de Mme Merkel doivent bien avoir une solution allemande pour les usines du groupe. Si VW n'en veut pas (ni BMW, qui a racheté recemment une usine aux pays bas à Volvo pour faire face au succès de sa Mini), c'est que cela arrange tout le monde de baisser les surcapacité européennes. Les chinois vont pouvoir acheter des ligne de production à vil prix. Sinon, ces usines peuvent bien refaire des machines à coudre, ce qu'elles faisaient après guerre ! L'industrie de l'automobile privée n'est plus une industrie structurante comme jusqu'en 1980 et doit laisser sa place (et son absorption de capital) à d'autres industries. Un autre question : si l'état n?était pas derrière Peugeot, n'aurions nous pas notre Opel français (même si GM, entreprise sino-US, a d'autres marchés à dévorer) ? Essayons de vendre Peugeot et regardons si quelqu'un est intéressé sur le principe : si VW (son fossoyeur?) la veut, qu'il l'a prenne : cette entreprise a de bien meilleurs résultats visiblement. Est-ce que cela se fera à nombre d'employés identiques, c'est une autre question. En France, on reste toujours sur les difficultés à fermer Aulnay et à restructurer les autres usines : allez comprendre pourquoi Peugeot n?intéresse personne ? Depuis le temps qu'il est dit que, s'il n'y avait pas eu plusieurs fois l'intervention de l'Etat, qui nous coute une fortune, il n'y aurait plus qu'un constructeur français.
a écrit le 14/01/2013 à 10:02 :
Mariage d'un aveugle avec une cul de jatte. Belle opération. Disparition garantie à terme comme Panhard, Berliet, Simca, Talbot etc.
a écrit le 14/01/2013 à 9:47 :
C'est quand même vachement sympa de la part de GM de donner une marque endetté et pas rentable à un groupe endetté et dans le rouge... !! Ca confirme plus ou moins les intensions de GM envers PSA et Opel : Les faire disparaitre comme ils ont fait avec Saab !!
Réponse de le 14/01/2013 à 10:30 :
+1
a écrit le 14/01/2013 à 9:38 :
A priori, Opel pourrait être un cheval de Troie pour Peugeot.
a écrit le 14/01/2013 à 9:36 :
J'espère que vous êtes sûrs de votre "source proche du dossier"... Vous avez déjà annoncé une fusion qui n'a pas eu lieu le moins du monde et dont on voit mal l'intérêt stratégique pour PSA.
a écrit le 14/01/2013 à 9:36 :
Après les dust bonds LES FAMEUSES obligations pourries lors duscandale des subprimes, les américains vont nous vendre de quoi augmenter encore notre endettement DUSTCAR voire DUSTCART
a écrit le 14/01/2013 à 9:16 :
Ce projet me rappelle l'absorption de Chrysler France dans les années les années 70-80, avec le "succès" que l'on connait. Décidément, on a un peu de mal à voir où va le Groupe PSA... A la place de la famille Peugeot, je me ferais du souci !
Réponse de le 15/01/2013 à 4:58 :
Oui, ca ressemble effectivement à un nouveau Simca.
a écrit le 14/01/2013 à 9:16 :
Ce projet me rappelle l'absorption de Chrysler France dans les années les années 70-80, avec le "succès" que l'on connait. Décidément, on a un peu de mal à voir où va le Groupe PSA... A la place de la famille Peugeot, je me ferais du souci !
a écrit le 14/01/2013 à 9:03 :
Il est beau le bilan de l'alliance avec GM ! En 1 an, perte du marché iranien (400.000 kits de voitures) et récupération d'un canard boiteux Opel. PSA va être de plus en plus englué sur un marché européen qui sera encore plus sinistré en 2013...
a écrit le 14/01/2013 à 9:01 :
Selon l'expression "There is no free meal", ce "cadeau" doit être soupesé, comme un héritage à accepter ou refuser.
Réponse de le 14/01/2013 à 10:07 :
JFYI: En réalité, cet adage s'utilise avec le mot "lunch" such as: "There's no such thing as a free lunch". Cette réalité économique s'applique également pour les entreprises, l'état et l'ensemble de l'économie française, même si certains pensent que nous sommes protégés par une exception "culturelle".
a écrit le 14/01/2013 à 8:48 :
Curieux !! alors que tous les spécialistes du secteur s'accordent à dire que le marché européen est saturé , que les constructeurs n'y gagnent pas d'argent et que le salut vient des pays émergeants .
Dans ces conditions qu'est ce qu'Opel peut apporter à PSA ?
a écrit le 14/01/2013 à 8:35 :
Donner des milliards pour se débarrasser d'Opel ? autant dire que les coûts de restructuration sociales doivent être gargantuesques, GM laisserait alors à PSA le soin de virer le personnel en masse et restructurer Opel.
En affaires il n'y a jamais de cadeaux, il y a juste des opportunités de profiter de ceux en situation de faiblesse( comme PSA depuis qu'il a perdu son marché iranien).
Réponse de le 14/01/2013 à 9:13 :
D'accord avec votre message. Cela dit, le marché iranien n'a pas été perdu. Il a été sacrifié à la demande de GM.
a écrit le 14/01/2013 à 6:50 :
allez + 15% aujourd'hui , c'est bien comme que fonctionne la bourse, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :