La Tribune

Pourquoi Volkswagen fait si peur

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alain-Gabriel Verdevoye  |   -  1966  mots
Alors que la Golf VII vient d'être sacrée "voiture de l'année", la Tribune a mené l'enquête sur une groupe qui désormais vise le haut du podium de la construction automobile mondiale. L'insolente réussite du constructeur, avec un bénéfice net faramineux de 21,9 milliards d'euros l'an dernier, inquiète en effet ses concurrents. Présent sur tous les continents, fort de son image de haute technologie, le groupe allemand paraît réussir tout ce qu'il entreprend. Avec 50 milliards d'euros d'investissements annoncés sur trois ans, VW arme vouloir devenir le premier constructeur du monde d'ici à 2018. Et s'en donne les moyens.

Volkswagen, ennemi public numéro un de... tous les autres constructeurs automobiles? Le bénéfice net faramineux (21,9 milliards d'euros) engrangé en 2012 par le géant automobile allemand aux douze marques représente cinq fois celui de Ford, douze fois celui de Renault. Le profit du groupe germanique représente plus de quatre fois la perte nette de PSA l'an passé.
Certes, c'est l'intégration de Porsche, marque de voitures sportives à forte marge, qui génère en partie ce résultat. Il n'empêche. Le consortium de Wolfsburg ache quand même un bénéfice opérationnel historique de... 11,5 milliards d'euros. Soit une marge de 6%, honorable pour un groupe qui fabrique certes des Audi, mais aussi des Seat, des Skoda, des Volkswagen à bas prix (Brésil). De tels profits donnent au groupe de Basse-Saxe un immense trésor de guerre qui fait peur aux concurrents. Malgré la crise, le consortium est parvenu l'an passé à accroître de 11,2% ses ventes, à 9,07 millions d'unités. Toutes les marques, sauf l'espagnole Seat, affichent des chiffres historiques.

50 milliards d'euros à investir en trois ans

Volkswagen ne se contente pas d'être devenu le troisième constructeur automobile mondial. Non, Martin Winterkorn, le président du directoire, martèle son objectif de devenir le numéro un mondial d'ici à 2018. Pour cela, le constructeur a provisionné la bagatelle de... 50,2 milliards d'euros à investir sur trois ans, soit 16,7 milliards par an. Une somme colossale par rapport à la concurrence. PSA n'a investi pour sa part que 3,8 milliards l'an dernier (y compris 861 millions pour sa filiale équipementière Faurecia) et Renault 2,9 milliards. Revue de détail des recettes d'un succès qui participe à la puissance exportatrice de l'Allemagne, où le groupe est l'un des premiers employeurs.

>> Lire les chiffres de Volkswagen dans les ECONOPICS spécial Volkswagen, la "voiture du peuple" ...

Une stratégie délibérement mondiale

Le consortium vend d'ores et déjà 60% de ses véhicules hors d'Europe. L'an dernier, ses ventes ont surtout progressé aux États-Unis (+30,6%, à 580286 unités). Le groupe y a battu son record de... 1970, au temps de la Coccinelle! Un bel exemple d'obstination, alors que le consortium était à l'agonie aux États-Unis il y a encore quelques années. Les décennies 1980, 1990 et 2000 ont été en effet catastrophiques, avec des produits bas de gamme fabriqués au Mexique pâtissant d'une déplorable image et des pertes récurrentes. Mais, « nous sommes repartis à l'offensive », expliquait Martin Winterkorn début janvier au salon de Detroit. Le groupe y a investi « plus de quatre milliards de dollars depuis 2008 », pour construire notamment une usine aux États-Unis mêmes.
Le constructeur s'est également très bien comporté l'an passé en Asie-Pacifique (+23,3%, à 3,17 millions d'unités). Sur la seule Chine, il a écoulé 2,81 millions de véhicules (+24,5%). C'est son premier débouché mondial, et de loin. Volkswagen écoule six fois et demie plus de véhicules en Chine que PSA, alors que les deux groupes étaient arrivés tous deux en pionniers au milieu des années 1980.En Amérique du Sud, le constructeur, installé depuis les années 1950 au Brésil, a encore accru ses volumes de 8,2%, à plus d'un million. Volkswagen est traditionnellement le numéro un des voitures particulières en Chine et le deuxième au Brésil. Sur le Vieux Continent en pleine dégringolade où les ventes de PSA ont fléchi de presque 15% l'an dernier, le groupe Volkswagen est parvenu à maintenir ses volumes (-0,3% à peine). Une prouesse. En Europe de l'Ouest (hors Allemagne), il a reculé, mais la baisse a été contrebalancée par la progression en Allemagne et surtout en Europe centrale et orientale (+17,6%)!Pour 2013, Martin Winterkorn pronostique « une croissance, surtout aux États-Unis, en Chine, en Amérique du Sud ». Le groupe possède une centaine d'usines à ce jour dans le monde. Il a d'ores et déjà prévu un nouveau site en Russie, deux autres au Mexique et quatre en Chine dans les toutes prochaines années.

De la petite VW Up à la Bentely Mulsanne, une gamme complète de véhicules

Volkswagen dispose de la gamme la plus large de toute la production mondiale, de la minuscule Volkswagen Up produite en Slovaquie à l'hyperluxueuse limousine Bentley Mulsanne britannique, en passant par les petites Volkswagen Polo ou Seat Ibiza, les compactes Volkswagen Golf ou Audi A3, la familiale Volkswagen Passat, toute une pléiade de 4x4, du Skoda Yeti à l'Audi Q7 ou au Porsche Cayenne, des cabriolets, monospaces, pick-up... Il y a aussi les ultrasportives d'exception comme la Porsche 911, la Lamborghini Aventador ou la Bugatti Veyron. Enfin, toute une gamme de modèles « locaux » inconnus en Europe existe en Amérique du Sud (Gol, Fox...) ou en Chine (Lavida, Santana...). Et le groupe va encore accélérer le rythme des nouveautés grâce aux nouvelles plates-formes modulaires, qui permettent de formidables économies d'échelle.



L'éventail comprend aussi les motos de Ducati. Et le large spectre des utilitaires va de la petite fourgonnette à l'énorme camion MAN ou Scania. Bref, pas un créneau qui soit négligé, conséquence de la volonté hégémonique de l'ancien patron emblématique Ferdinand Piëch, petit-fils de Ferdinand Porsche et toujours président du conseil de surveillance de Volkswagen AG! Pour animer tous ces modèles, Volkswagen propose en parallèle une gamme de moteurs impressionnante, avec ses fameux diesels TDI, du petit tricylindre de 75 chevaux au V8 de 350, ou ses blocs à essence, du « mini » trois cylindres de 60 chevaux au V12 de 700 chevaux, voire au W16 de 1200 chevaux (Bugatti)!

Des plate-formes communes à de nombreux véhicules

Patron du directoire de Volkswagen de 1993 à 2002, Ferdinand Piëch s'était forgé la réputation de roi des plates-formes. Volkswagen fut en effet l'un des premiers constructeurs à systématiser la stratégie d'une multiplication des modèles à partir de plates-formes communes, engrangeant un durable avantage compétitif. Et la dernière plate-forme modulaire du consortium, celle de la dernière Golf VII, franchit une étape supplémentaire. « Nous allons réaliser plus de 40 modèles, soit plus de 3,5 millions d'unités annuelles d'ici à 2018 » sur cette nouvelle base roulante, nous expliquait récemment Ulrich Hackenberg, directeur de la recherche et du développement de Volkswagen. Soit un record absolu dans toute la production mondiale. Et de loin.

PSA vise de son côté 1,8 million de véhicules par an seulement sur une même plate-forme à l'horizon 2018.La firme de Wolfsburg promet une pléthore de modèles-niches inédits, avec des concepts totalement nouveaux. Cette plate-forme modulable permettra de « réduire les délais de gestation d'un nouveau véhicule de trois à deux ans et demi ». Des véhicules sur cette plate-forme seront produits en Allemagne, en Espagne, en République tchèque, en Amérique du Sud, en Chine. « On peut fabriquer des modèles très différents dans une même usine. Admettons qu'un jour les volumes de la Passat baissent trop et que nous manquions de Golf, par exemple, eh bien, on peut vite reconvertir un site de production », arguait le responsable de la recherche et du développement.

Une image qui allie haute technologie et qualité

Les Volkswagen ne sont pas forcément les modèles les plus fiables de la production mondiale. Les diverses enquêtes auprès des consommateurs ont en effet plutôt tendance à plébisciter les marques japonaises (Toyota et Honda surtout). Mais, si le taux de pannes de ses voitures est souvent supérieur à celui des nippones, le constructeur germanique n'en demeure pas moins synonyme de qualité sur tous les marchés.
Une solide réputation qu'il doit notamment à l'image d'indestructibilité de la fameuse Coccinelle originelle de 1938. Le constructeur allemand a aussi compris très tôt qu'il fallait soigner la qualité de finition, c'est-à-dire l'apparence des véhicules. Du coup, les véhicules du groupe font robuste et les carrosseries, les intérieurs, vieillissent bien. La qualité perçue des Audi est même jugée aujourd'hui comme la meilleure dans la production automobile mondiale par la plupart des experts.
Cette réputation de qualité s'accompagne d'une image de haute technologie. Le groupe Volkswagen a su lancer dès le milieu des années 1970 un petit diesel léger sur sa Golf, et en même temps un petit moteur sportif à haut rendement (GTI); en 1980, le fameux système « sécuritaire » à quatre roues motrices (« quattro »); en 1988, son premier moteur noble de forte cylindrée V8; en 1989, le premier TDI (diesel à injection directe) ultrasobre; en 2003, la boîte à double embrayage de série qui combine douceur de la transmission automatique, rapidité de réaction et basse consommation.

>> (Re)voir le diaporama voiture de l'année 2013 : "And the winner is"... la Golf VII !

Des dirigeants issus du sérail

Contrairement à GM, Fiat ou PSA, Volkswagen se caractérise par l'incroyable stabilité de ses dirigeants, imprégnés de culture maison. Après un début de carrière chez l'équipementier auto Bosch, Martin Winterkorn entre dès 1981 chez Audi, où il s'occupe essentiellement de qualité. En 1993, il passe chez Volkswagen où il supervise également la qualité. Il se chargera aussi du développement technique de la marque, puis de la recherche et du développement. En 2002, il repassera chez Audi pour prendre la présidence de la firme aux quatre anneaux, avant de devenir président directeur du consortium en janvier 2007. Bref, une carrière qui se sera totalement déroulée dans l'industrie automobile allemande et en presque totalité au sein du consortium. Fort de ce savoir-faire, Martin Winterkorn examine et essaie personnellement toutes les nouveautés du groupe et de la concurrence. L'homme est réputé pour sa connaissance et son souci du détail. Il est capable sur un salon de tester la commande de réglage de la colonne de direction ou d'ouverture d'un capot de n'importe quel modèle rival!
Le patron s'est entouré de dirigeants tout aussi spécialistes que lui. Rupert Stadler, patron d'Audi depuis 2007, est ainsi entré au sein de sa marque il y a... vingt-trois ans. Christian Klingler, le directeur des ventes et du marketing du consortium, a démarré chez Porsche en 1992. L'homme a acquis une remarquable expérience de la distribution automobile en dirigeant notamment le groupe de distribution multi marques PGA (appartenant à Porsche Holding), qui écoule en particulier des véhicules de Peugeot et de Citroën. Martin Winterkorn n'a pas hésité à aller chercher les meilleurs talents en dehors du groupe, comme l'Italien Luca De Meo, qui, après une brillante carrière automobile chez Renault, Toyota et Fiat - où il a lancé la 500 -, est aujourd'hui le directeur du marketing du groupe et patron du commerce d'Audi...

La crainte d'une levée de bouclier "anti-VW" ?

Au total, l'offensive généralisée de Volkswagen ne sera toutefois pas un long fleuve tranquille. Le groupe va devoir gérer une très forte croissance, avec un portefeuille disparate de marques, aux quatre coins du monde. Pas facile, alors même qu'il va devoir trouver un successeur à son président, Martin Winterkorn fêtant bientôt son 66e anniversaire. Par ailleurs, son insolente réussite en fait... la bête noire de ses concurrents, voire de quelques États étrangers.
Chez Volkswagen, tous se souviennent de Toyota, qui avait été stoppé net dans son déploiement mondial par les levées de boucliers aux États-Unis, où on avait vu en lui le fossoyeur indirect de GM ou de Chrysler. Du coup, le japonais ne s'est toujours pas relevé de la contre-publicité générée par les millions de véhicules rappelés en 2009-2010 outre-Atlantique, sous prétexte qu'ils étaient « accidentogènes », avant... d'être blanchis par l'agence de sécurité NHTSA. Mais, trop tard! Volkswagen n'est pas à l'abri de ce genre de réactions.

Réagir

Commentaires

Legolfeur46  a écrit le 03/03/2014 à 15:31 :

Je suis fort déçu de lire une telle littérature à la gloire de Volkswagen alors que j'ai subit de nombreux problèmes de fiabilité avec ma Golf VI 1, 6 105 ch de 2011:
Interventions: Depuis la date de livraison 04/11 (véhicule neuf) jusqu'à ce jour. 01/2014
- Resserrage de la valve du pneu Av/D.
- Changement du jeux de clés principal.
- Pédale d'accélérateur changée.(Course insuffisante)
- 4 injecteurs changés.
- Nombreuses mises à niveaux calculateur, moteur et injection.
- "Joint de cache culbuteurs changé"
- Un Joint d'injecteur changé
- Changement de la vanne EGR + Radiateur
- Changement de la pompe à eau.
Et à ce jour une forte consommation du liquide de refroisdissement
à suivre pour la suite des "emmerdements"

Corso  a écrit le 25/05/2013 à 15:42 :

Franchement personne n'a peur de VW chez les constructeurs français mais bien de l'image que les journalistes véhiculent sur une base mal documentée. Bénéficiant à l'origine d'une base financière d'état et de prêts à taux gouvernementaux via les Landers, le constructeur et ses sous-traitants aidés par une population plus nombreuse (un tiers de + que la France) ont réussi à se propulser en Chine. Un consensus, presque un cartel a été brisé à cette occasion, qui voulait que le développement automobile chinois par le transfert de techniologie vienne plus tard, après l'an 2000. VW a joué perso avec bonheur. D'autant qu'à l'étonnement de tous ce secteur a fait des bonds prodigieux dans ce pays, permettant une diffusion avancée sur l'Asie et des pertes colossales du groupe en quasi en faillite il y a peu. Une prise de risque inconsidérée toute socialiste... Ces bons points ont pris fin, il convient d'ailleurs de comparer, si cela doit être fait entre constructeurs, les trimestres les plus récents et non les chiffres anciens, rien ne sert de faire un mauvais sort mensonger à PSA. Les constructeurs allemands seront dissous dans l'évolution des autres comme il se fait pour de nombreux secteurs où les allemands se prétendaient en "pointe". Non, personne n'a peur de VW.

Volkswagen et moi  a écrit le 04/04/2013 à 14:04 :

Bonjour, j'approuve tout à fait les commentaires de "bloise" VW n'est plus gage de fiabilité, j'ai moi même une Golf confortline de 2011 1,6 105 ch TDI, et depuis deux ans j'ai un problème non résolu par le réseau de concessionnaire VW. Mon véhicule est dangereux sur route mais le réseaux VW s'en fiche complétement. Voilà la méthode, comment devenir Number One dans le monde, au détriment du client. A+

bloize  a écrit le 16/03/2013 à 7:45 :

Achetez du VW, afin de grossir les rangs des mécontents.
VW vit sur des acquis et une image du passé. Le consommateur est matraqué par la publicité quotidienne.
Afin de pénétrer le marché chinois (2.8 millions de véhicule cette année), les marques du groupe VW proposent des garanties allongées que l'on ne retrouve pas en Europe sur certains des organes non fiables (exemple : DSG7 garantie 10 ans en chine contre 2 en France).
Depuis, une dizaine d'année, la fiabilité VW n'est plus là : les problèmes d'injecteurs (un rappel en cours), les problèmes de DSG7 (avec un procès perdu en janvier 2013), les pompes à huile, les culasses poreuses sur les 2.0 TDI, et tant d'autres incidents.
Le temps fera son ouvrage

Jules  a répondu le 22/08/2013 à 13:22:

je tous contre tout ma Famille a des voiture du groupe VW et tout le monde est satisfait et je trouve aussi que vous ne voulez pas ouvris vos yeux

Bonnne journée a tous.

Pikit  a écrit le 15/03/2013 à 10:52 :

Fiabilité, durabilité VW:
Je possède une golf cab de 1989, modèle conçu en 76 et présenté en 79, tjrs aussi pimpante à l'âge de 24 ans, évidemment comme l'ancien proprio ne l'entretenait pas bien j'ai du la retaper, toile changée, peinture refaite et voilà.
Elle a des pannes, mais bon elle est tellement agréable à conduire, avec sa boite bien étagée son moteur puissant qu'on lui pardonne ses caprices. Par contre j'aurai eu une saleté de 205 ou une saloperie d'R5, avec les mêmes pannes je crois que j'aurai moi même concassé la voiture. Désolé messieurs les François c'est comme ça, les Allemands font des voitures solides durables et coup de c?ur, quand les Français font des utilitaires civilisés.
Avant que je retape ma voiture il y a eu 2 matchs entre ma bonne vieille golf et respectivement une Citroën C4 Picasso encore en plaque WW et une Fiat Palio.
Résultat gagnant par KO ; la Palio a eu un creux sur l?aile droite et ma golf juste le tour de roue en plastique fissuré (recollé et repeint pour 8 ?) ; la C4 a été défoncé d?avant en arrière sur le côté droit tout y est passé aile avant portes et aile arrière, ma Golf léger creux sur la porte conducteur refait plus tard lors de la grande réfection de la peinture (coût Zéro ?).

jean  a écrit le 06/03/2013 à 7:10 :

article très intéressant montrant la puissance de Wv mais n'insistant pas assez sur leurs faiblesses :
fiabilité des modèles médiocres (boite dsg et tdi)
importance du marché chinois (2.81 millions) réalisé par des joint-ventures dont le capital est majoritairement chinois

fred1  a écrit le 06/03/2013 à 6:53 :

à la difference de nombreux constructeurs,wolkswagen a compris l'importance de proposer un vehicule sexy et relativement abordable aux jeunes acquereurs;c'est ce qui a ete fait avec la golf il y a deja plusieurs decennies.un vehicule "sexy" provoque le desir(de l'acheter bien sur) et peut se permettre d'etre un peut plus cher que les autres(il le doit,meme,)

cifra42  a écrit le 06/03/2013 à 5:59 :

tous ces commentaires sont ridicules et des gens frustrées.Nous sommes devant un
echec industriel qui s'appel France.
Qui vend les plus à toujours raison.C'est une loi incontournable du commerce.Tout le reste
c'est la frustration des has been.

Corso  a répondu le 25/05/2013 à 15:47:

Ah bon ? Dans le Fortune Global 500 la France a autant d'entreprises classées que l'Allemagne pour un chiffre identique... alors que ce pays a un tiers de population en plus !

diouck  a écrit le 06/03/2013 à 5:11 :

ah j'oubliai entretien chez VW 15 000 km et 30 000 KM

fiabilité des autos ?  a écrit le 06/03/2013 à 5:09 :

Possesseur d'une polo tdi 1.6 juillet 2010 33 000 km pompe a eau a changer 780 euros dont seulement 50 % pris en charge par VW qui refuse d'appliquer la loi.....sur son matériel défectueux fort de son succès commerciale.

Lou_Papet  a répondu le 06/03/2013 à 9:06:

Avec une garantie de 5/7 ans, cela ne serait pas arrivé !

Ah bon  a répondu le 06/03/2013 à 10:28:

Lou_Papet !!, C'est honteux, hier vous nous avez fait la promesse de résilier votre abonnement de La Tribune. Soyez conséquent et arrêtez vos publicités avec ces garanties de 5/7 ans qui d'ailleurs ne veulent rien dire. La garantie exclut un paquet de problèmes et puis - comme j'ai eu le plaisir de le subir moi-même - des problèmes il y en a. Quand la portière d'une voiture qui à peine 2500 km refuse de fermer correctement ou le siège passager reste bloqué dans une position il me semble qu'on peut qualifier cela comme une mauvaise qualité d'assemblage. Ils me font rire avec leur garantie comme si le fait de mettre en avant ces garanties prouve qu'il s'agit d'une voiture de qualité !

toccata  a écrit le 05/03/2013 à 22:56 :

Pourquoi VW fait peur? Parce que la firme sait réaliser un véritable suivi de produit, tout au long de sa vie, c'est à dire sur plusieurs générations! Cela assure au groupe une assise certaine. De plus la mutualisation des plateformes techniques permet d'investir à moindre coût dans des marchés de niche et ainsi de dynamiser l'image. En comparaison, chez les constructeurs français on cherche à refaire le match à chaque génération de véhicule. Mais industriellement, cela fini par ressembler à de la roulette russe, avec ses problèmes de prévision de vente et donc de prévision de production.

Notar  a écrit le 05/03/2013 à 19:50 :

Volkwagen ressemble de plus en plus a la Wehrmacht, ce constructeur ratisse large avec l?intention de dominer l?Europe et neutraliser les francais en deroute malgre leur ligne Maginot (PSA /Renault) il faut se battre et prouver que l?automobile francaise a encore un avenir devant elle meme si il est de courte duree.
L?embleme de la France etant le coq qui peut chanter les 2 pieds dans la merde alors je suis optimiste.

arabas  a écrit le 05/03/2013 à 18:48 :

chez vw très cher de l'heure 90?pour changer 2 rotulles de direction =320? de facture

Dupont  a répondu le 05/03/2013 à 19:55:

Faut pas venir pleurer, il fallait acheter français !

Jules  a répondu le 22/08/2013 à 13:25:

Les voiture français ne son pas térrible une Renault Mégane moteur mort a 3300 km

derdom  a écrit le 05/03/2013 à 17:38 :

Auto Plus ( groupe Axel Springer) l'Automobile (Motorpresse Stuttgart) ou comment faire vendre ses voitures dans la mesure où elles sont toujours encensées puisque l'on est de loin le plus gros client publicitaire de ces 2 journaux et de bcp d'autres. On parle trés rarement des problèmes d'injection des moteurs diesel du groupe VW Audi. Pour la Golf, elle se vend bien mais pas aussi bien que souhaité, la nouvelle classe A de Mercedes Benz est produite en 3 x 8, ils n'arrivent pas à satisfaire la demande sur le marché en Allemegne.

Gils  a écrit le 05/03/2013 à 16:02 :

Il est dommage que Peugot et Citroën n'aient pas procédé à une stratégie d'élargissement des gammes au lieu de faire des véhicules identiques sous ses 2 marques (Partner et Berlingo par exemple) limitant ainsi les segments, comme c'est le cas depuis de nombreuses années. Ils envisagent aujurd'hui de réaliser des véhicules luxueux pour Citroën et plus bas de gamme pour Peugeot. Est-ce la bonne stratégie ? N'est-ce pas trop tard pour la marque ? A SUIVRE

pnv  a écrit le 05/03/2013 à 15:45 :

A ceux qui ne peuvent pas s'empècher de dénigrer notre industrie je ferai remarquer que des entreprises comme Valéo, Faurécia ou plastic omnium sont françaises et fournisseurs des constructeurs allemands entre autres ce qui témoigne que nos ingénieurs ont un savoir faire reconnu mondialement !!!!!!!

pirate  a répondu le 08/03/2013 à 19:34:

je suis ingénieur, et je vous jure que l'automobile française se fout de notre gueule et ne veut pas de nous. Salaires de merde, rythme insoutenable. Je ne retournerai jamais dans l'industrie automobile française!!!!! qu'elle coule, elle le mérite bien (leurs patrons surtout)

Gilles1  a écrit le 05/03/2013 à 15:37 :

Le rouleau compresseur allemand est en route. PSA y laissera la peau tôt ou tard.

Jean-Vincent P  a répondu le 05/03/2013 à 15:48:

La polémique sur le diesel qui va déboucher sur le fameux principe de précaution cher à nos courageux politiques va accélérer la chute de PSA.

pnv  a répondu le 05/03/2013 à 17:26:

Gilles1 ,l'histoire n'est jamais écrite d'avance ,à la fin des années 70 PSA n'était pas en forme .... mais existe toujours 30 ans après !!!!

Pourquoi ?  a écrit le 05/03/2013 à 15:19 :

Parce que VW est dirigé par des ingénieurs amoureux de leur métier, pas par des financiers qui pourraient aussi bien vendre des yaourts. Parce que VW est visionnaire : la moto/scooter se développe aujourd'hui, partout en Europe, VW rachète Ducati (c'est le cas de BMW aussi qui a sa filiale moto). Parce que VW vit sur un terreau fertile où les autoroutes ne sont pas limitées en vitesse (acheter une voiture haut de gamme rapide, ça a un sens en Allemagne, la France a préféré se spécialiser dans la fabrication des radars); et aujourd'hui, c'est le haut de gamme qui fait les marges confortables. Parce que l'Allemagne a une forte culture industrielle des biens tout publics (nous on préfère vendre des TGV et des centrales nucléaires)... Parce que l'Allemagne croit encore à la voiture made in Germany, nous on préfère favoriser les vélos (faits en Chine) etc... Parce que l'Allemagne réussit toujours à imposer ses normes : dernier exemple, la prise pour recharger les véhicules électriques (nous on préfère des systèmes propriétaires pour rendre les consommateurs plus dépendants)... etc etc ! Résultat des courses : depuis 20 ans on a perdu des centaines de milliers d'emplois industriels. Aujourd'hui, c'est le tour de l'automobile, demain ce sera quoi ?

Pourquoi ?  a écrit le 05/03/2013 à 15:19 :

Parce que VW est dirigé par des ingénieurs amoureux de leur métier, pas par des financiers qui pourraient aussi bien vendre des yaourts. Parce que VW est visionnaire : la moto/scooter se développe aujourd'hui, partout en Europe, VW rachète Ducati (c'est le cas de BMW aussi qui a sa filiale moto). Parce que VW vit sur un terreau fertile où les autoroutes ne sont pas limitées en vitesse (acheter une voiture haut de gamme rapide, ça a un sens en Allemagne, la France a préféré se spécialiser dans la fabrication des radars); et aujourd'hui, c'est le haut de gamme qui fait les marges confortables. Parce que l'Allemagne a une forte culture industrielle des biens tout publics (nous on préfère vendre des TGV et des centrales nucléaires)... Parce que l'Allemagne croit encore à la voiture made in Germany, nous on préfère favoriser les vélos (faits en Chine) etc... Parce que l'Allemagne réussit toujours à imposer ses normes : dernier exemple, la prise pour recharger les véhicules électriques (nous on préfère des systèmes propriétaires pour rendre les consommateurs plus dépendants)... etc etc ! Résultat des courses : depuis 20 ans on a perdu des centaines de milliers d'emplois industriels. Aujourd'hui, c'est le tour de l'automobile, demain ce sera quoi ?

Fiables!  a écrit le 05/03/2013 à 14:37 :

il y en a un qui doit ràler avec sa polo dans la pente à côté de chez-moi ,mal stationnée et en panne. Trop forts les Allemands pour vendre leur matos, comme mon audi100 ascott et ses joints de culasse à répétition ou le galaxy(monospace fabriqué par WW) du beau-frère, même pas passé les 200000km , tout le temps au garage. Le c4 qui l'a remplace: une horloge!

ripochegui  a répondu le 05/03/2013 à 15:20:

300 000 Avec ma polo .... ca se passera de commentaire

Sepp  a répondu le 05/03/2013 à 15:31:

que des ennuis avec ma polo tdi, boîtes de vitessem lèves-vitres électriques etc, une voiture pas très fiable.

pnv  a répondu le 05/03/2013 à 15:40:

300.000 bornes avec ma 106 1995 , mon 806 1999 et la 206 2003 de ma fille.Pour que les bagnoles durent il faut les entretenir .... un minimum : niveaux d'huile et eau et une courroie de distrib de temps en temps .Ah dernier petit conseil avant de prendre la route , ne pas accélérer à froid .J'en connais à peine ils ont tourné la clef de contact qu'ils ont déjà parcouru 300 métres ... trés mauvais pour le moteur !!!!! faut laisser au moins le temps à l'huile de monter aux culbuteurs .

rg  a répondu le 05/03/2013 à 16:07:

Sep pour ino leve vitre et boite de vitesse sont pris en charge par vw (il m'ont change la boite)

@pnv  a répondu le 05/03/2013 à 16:20:

Entièrement d'accord avec vous !

Bubu  a répondu le 05/03/2013 à 16:39:

@ pnv: +1, laisser chauffer le moteur et ne pas le solliciter à froid, attention quand même au niveau d'huile, trop d'huile et c'est un moteur turbo de flingué !

ripochegui  a répondu le 05/03/2013 à 17:13:

ET SURTOUT de la bonne huile ^^ pas la premier de chez l........

pnv  a répondu le 05/03/2013 à 17:23:

bubu, pour les moteurs turbo d'accord avec vous sur le niveau d'huile ni trop ni trop peu mais également bien respecter la qualité de l'huile préconisée .Les vidanges étant espacées tout les 20 ou 25.000 km mieux vaut utiliser de l'huile de synthèse de marque.

@PNV  a répondu le 05/03/2013 à 18:35:

Culbuteurs? avec des arbres à came en tête?

pnv  a répondu le 06/03/2013 à 8:50:

D'accord mais il faut quand meme que toutes les pièces soient bien lubrifiées avant de monter en puissance .

Josiane  a répondu le 06/03/2013 à 9:08:

@ pnv: La lubrification et la montée en chauffe, c'est la base de tout mouvement rectiligne alternatif !

BONJOURCHEZVOUS  a écrit le 05/03/2013 à 13:08 :

Comme c'est malheureux de voir qu'une Fabrik de type Panzern façon Konzern finisse par s'imposer

G.C  a répondu le 05/03/2013 à 14:27:

Nul comme post, bonne nuit chez vous.

Franz  a écrit le 05/03/2013 à 12:14 :

"Les Volkswagen ne sont pas forcément les modèles les plus fiables de la production mondiale." = la ou VW est très fort c´est dans le marketing. Faire croire que sa marque est plus solide et fiable que d´autres alors que dans la réalité c´est loin d´être le cas.

Michel  a répondu le 05/03/2013 à 14:20:

Exact. L'industrie allemande est compétitive grâce une flexibilité qui fait travailler des européens de l'Est à un coût horaire défiant toute concurrence, notamment française. Concernant la qualité, n'imaginez pas que Volkswagen fait mieux qu'un Renault ou qu'un PSA. C'est surtout leur positionnement "haut de gamme" sur le marché qui poussent le consommateur à croire que ce qui est chère est nécessairement de qualité. De la même manière qu'Apple fait croire que l'iPhone est un produit de qualité par son prix excessif pour un smartphone fabriqué en Chine. Néanmoins faut relativiser car tôt ou tard le consommateur se sentira lésé lorsqu'il fera le comparatif du rapport qualité/prix entre les "leaders" et la concurrence.

Acheteurs-ont-raison  a répondu le 05/03/2013 à 14:38:

"Franz" ce sont les acheteurs qui vérifient et qui ont raison, pas les piètres cadres des constructeurs français comme vous qui se trompent de stratégie industrielle depuis 10 ans !!

Franz  a répondu le 05/03/2013 à 15:22:

"pas les piètres cadres des constructeurs français comme vous qui se trompent de stratégie industrielle depuis 10 ans !!" = hé non, je suis juste un ancien possesseur d´une VW...

pnv  a répondu le 05/03/2013 à 15:50:

"les piètres cadres" !!! Le pdg de Toyota europe est un ingénieur français qui a fait une partie de sa carrière chez Renault .
On peut imaginer que s'il a été débauché et recruté c'est sur ses compétences que Toyota 1er constructeur mondial n'a pas jugé "piètres"

@Acheteurs ont raison  a répondu le 05/03/2013 à 16:17:

Sans être cadre chez un constructeur français, force est de reconnaître que VW et ses marques affiliées ont loin d'avoir un niveau de fiabilité exemplaire...
Pour ma part depuis 20 ans en Renault jamais eu le moindre pépin, et pourtant j'ai eu des modèles "à soucis" (genre Scénic 2 diesel). Je dirais que l'entretien et le respect des périodes de chauffe et d'arrêt pour la mécanique jouent un grand rôle, et peu importe la marque. Après il faut dire que nombre de personnes ayant des modèles du groupe VW font les beaufs avec leur voiture (en particulier les propriétaires d'Audi...) donc il ne faut pas s'étonner de la durée de vie réduite des moteurs.

JB38  a écrit le 05/03/2013 à 12:13 :

Il reste une solution pour nos constructeurs nationaux, construire autre autre chose que des voitures est la plus radicale. Mais ils peuvent aussi repenser la voiture dans son environnement futur qui est lié à la pénurie d'énergie. Cela passe par des modèles très économiques, sous-motorisés, peut-être électrique pour une utilisation urbaine conjointement à l'implantation d'un système de parking/location national de véhicules.Faire rouler une voiture de 2 tonnes pour amener au travail un quidam de 80 kg est un non-sens économique. Pour un urbain, posséder une voiture est aussi un non-sens. La location, si l'offre est variée et suffisante c'est l'avenir. Une chance à saisir pour nos constructeurs, s'ils veulent bien se pencher sur le problème.

Michel  a répondu le 05/03/2013 à 14:30:

Les constructeurs français n'ont qu'à se démarquer de la concurrence en développant une voiture "high tech" en démocratisant la boite automatique/séquentielle et le pilotage automatique sur autoroute avec l'aide de capteur de ligne blanche et régulateur de vitesse. Concernant la voiture électrique la transition serait plus réaliste en développant l'hybride afin de profiter de la maîtrise de la motorisation thermique et en limitant la consommation en pétrole en poussant l'électrique là où il est nécessaire pour l'environnement c'est à dire en ville (entre 0 et 50 km/h) et plus facile de développer un réseau de bornes de recharge (cf. induction sur parking).

@ JB38  a répondu le 05/03/2013 à 15:46:

Ils pourraient se mettre par exemple à faire des deux-roues, ou des vraies voitures deux-places, comme la Twizzy, mais avec des vraies portes. C'est ce qu'est en train de faire Toyota. Une sorte de Twizzy, mais sans ses inconvénients : habitable plus étroit et fermé ! Mais encore faut-il des industriels un peu plus visionnaires que Ghosn pour Renault et des politiques plus malins. Le marché français du 2-roues est le premier d'Europe. Et on a aucun fabricant de moto en France. Peugeot fabrique des scooters et ne va pas très bien. Et MBK, ex motobécane est une filiale de ... Yamaha !!

pnv  a répondu le 05/03/2013 à 15:54:

Michel , PSA est en pointe sur l'hybride diesel !!!! et l'alterno demarreur et le filtre à particules !

JB38  a écrit le 05/03/2013 à 12:13 :

Il reste une solution pour nos constructeurs nationaux, construire autre autre chose que des voitures est la plus radicale. Mais ils peuvent aussi repenser la voiture dans son environnement futur qui est lié à la pénurie d'énergie. Cela passe par des modèles très économiques, sous-motorisés, peut-être électrique pour une utilisation urbaine conjointement à l'implantation d'un système de parking/location national de véhicules.Faire rouler une voiture de 2 tonnes pour amener au travail un quidam de 80 kg est un non-sens économique. Pour un urbain, posséder une voiture est aussi un non-sens. La location, si l'offre est variée et suffisante c'est l'avenir. Une chance à saisir pour nos constructeurs, s'ils veulent bien se pencher sur le problème.

jb  a répondu le 05/03/2013 à 14:49:

Il me semble que Renault investit beaucoupp dans ce sens et c'est tant mieux.

yokikon  a écrit le 05/03/2013 à 11:46 :

La France est depuis une éternité intoxiquée par sa course aux diplômes comme ascenseur social garanti dès l'entrée en activités. Superman est le patron-idole ; l'exemple de notre célèbre cost-killer est phénoménal, jusque dans le contre-espionnage. Tous ces grands génies ont supprimé la trop coûteuse intendance des cadres intermédiaires, contre-maîtres et chefs de services qui connaissaient concrètement le métier et les hommes du terrain. Aujourd'hui, l'on fiche dehors les "bons à rien" ouvriers et salariés en leur disant de devenir patrons, certes rien que d'eux-mêmes le plus souvent. Immanquablement la qualité s'en est ressentie partout et à tous les niveaux, de surcroît aggravée par l'out-sourcing et le choix de croisance externe et non plus interne. Et le pire a été obtenu en confiant le compteur des valeurs à la Spéculation des foirails aux enchères sacralisés dans la pyramide mondialisée du Marché Souverain. Habemus Papam ?

jb  a répondu le 05/03/2013 à 13:23:

La qualité des voitures françaises est aujourd'hui beaucoup mieux que dans le passé, grâce à la pression de la mondialisation et l'échange de technologies qu'elle permet.

lafleure59300  a répondu le 14/03/2013 à 19:18:

Entiérement d accord avec votre analyse,une relève surdiplomée qui croit tout savoir mais qui n'y connait rien
je subit cela tous les jours

bibifricotin  a répondu le 23/04/2013 à 19:32:

La qualités des autos française et au rendez-vous depuis 2005, rien a voir avec les années précédentes , pour ma part j'ai quitte w v pour des problème de fiabilité , culasse poreuse, turbo hs a 85000 km prise d'eau dans le coffre , alternateur hs a 40000 km et j'en passe.Notons également que si mercedes a préféré Renault mise en concurrence avec les ténors de l'utilitaire ce n'est pas pour rien,(puisque vous connaissez tous sur l'auto savez vous comment et sur quels critères mercedes a choisi Renault) je roule donc en Renault même si elle est construite a l'étranger comme la concurrence d'ailleurs j'en suis a ma deuxième Mégane 210000kms pour la première avec quelques petits soucis et aujourd?hui une estate et 110000 kms, ma prochaine.... ? .surement pas une wv .Dans tous les cas chacun et libre de penser et d'acheter ce qu'il aime sans êtres critiqué .

amnésique  a écrit le 05/03/2013 à 11:45 :

on devrait leur demander de diriger PSA cela serait sûrement mieux que l'équipe actuelle

En fait  a répondu le 06/03/2013 à 10:44:

En fait il suffit de regarder qui gère le groupe VW et ses marques . . . des ingénieurs, amoureux de technologie et pas des Science-Po. Ferdinand Piech, toujours président du conseil de surveillance (et par ailleurs petit fils de F. Porsche) est d'abord un ingénieur (le système Quattro est son enfant, parmi d'autres). Martin Winterkorn est un ingénieur qui - à part quelques années chez l'équipementier Bosch à fait toute sa carrière chez VW et Audi) Quand un groupe est gérés par des connaisseur et passionnés du produit ça se ressent dans les produits, la stratégie et les salariés l'apprécient d'ailleurs aussi d'être dirigés par une personne qui sait ce que le monteur fait à la chaine d'assemblage au lieu d'un financier qui n'en sait rien (autre que le cout de monteur en question)

lache  a écrit le 05/03/2013 à 11:41 :

La peur fait vendre les journaux comme la Tribune car le thème de la peur est très souvent mis en avant. Notamment la peur des allemands. C'était un thème cher avant la guerre de 1914. Puis il y a la peur des chinois. Aussi la peur de la montée du fascisme. La peur de l'Islam. La peur de la mondialisation. Tout cela n'incite pas les français au courage et au réalisme. Volswagen a auprès des allemands la même image que Renault auprès des français. Un modèle d'organisation industriel efficace bien de chez nous et une vocation mondiale. Les organisations industrielles américaines, puis japonaises, ont fait progressé l'industrie mondiale en leur temps. Aujourd'hui, c'est le tour de Renault, hélas beaucoup critiqué en France.

Marredesbagnoles  a répondu le 05/03/2013 à 17:38:

Sans blague? Tu connais ce bouquin qui était sorti avant septembre 2011 et avait fait fureur: "civilization of fear". Ca marche trop bien de jouer sur les peurs de gens. Pour une raison qui leur échappe, les gens préfèrent vivre avec leur peur plutôt qu'évoluer. Du coup ils mettent toute leur énergie à justifer leurs peurs, leurs amertumes alors qu'il aurait parfois suffi d'un déclic pour être une belle personne.

galileo  a écrit le 05/03/2013 à 11:40 :

Bon article. On note 4 choses pour VAG; la persévérance dans l'effort, l'amour de l'automobile par ses dirigeants, une large gamme, et le credo de la qualité... Le contraire pour Renault par exemple ; un dirigeant, C.Ghosn qui ne regarde que le bas de son bilan comptable et se moque de LA 'Voiture', une gamme tournée vers le bas de gamme (rien d'excitant hormis une RS), une fiabilité récente honorable mais une qualité médiocre (plastiques, assemblage, tenue dans le temps)... Dommage pour PSA et RNO qui auraient pu être des leaders avec de bonnes stratégies...

trop facile  a répondu le 07/03/2013 à 4:30:

C. Ghosn est un amoureux de l' automobile et il est sans doute ce qui pouvait arriver de mieux a Renault. Manque de bol il a trouve en revenant du Japon, ou il a fait un travail remarquable, un passif difficile a gerer. Les caisses avaient ete videes par des developpements loufoques (Vel satis, Avant-time); l'equipe dirigeante precedente se prenaient avec beaucoup de pretention pour des "createurs d' automobiles" et avait lance toute une serie de produits moins pratiques, plus moches et pas plus fiables que ce qui avait precede. Pourquoi avoir avoir revolutionne le design de la premiere Twingo, qui etait un bon produit ? La Megane II n' avait plus les avantages de la Megane I (voiture a vivre spacieuse avec un bon coffre) et etaient une voiture a problemes.
Dans l' automobile les performances se font dans la duree. On herite de la reputation de qualite des generations precedentes de vehicules d' une marque. Le vrai passif de Carlos ce sont les performances actuelles de Nissan. Elles sont tout a fait montrables. Le relancement de la Nissan Z c'est lui.

pnv  a écrit le 05/03/2013 à 11:20 :

La qualité n'est qu'un argument le succès de VW vient de sa présence sur tous les continents avec plusieurs marques .Vous trouvez à peu pret le meme shèma avec Toyota qui a 100 usines réparties sur la planéte , entre les couts de revient , les changes sur les monnaies et les évolutions des marchés ,baisse en europe compensée par les pays émergeants vous avez la clef de la réussite .A partir de là on peut imaginer que l'avenir de l'automobile appartiendra aux groupes qui commercialiseront 10 millions de véhicules/an ou plus : Gm, Toyota, WV, Renault-Nissan, Huynday-Kia , Chrysler-Fiat ... pour les autres ,Ford,Psa ,Mercedes,BMW etc.... à eux de trouver le bon scénario .

Jules_  a répondu le 05/03/2013 à 14:03:

Vous allez un peu vite en besogne ! Le nombre de véhicules vendus n'a rien à voir avec la valeur ou situation d'une entreprise. Par exemple, le groupe Fiat vends plus que BMW, pourtant, Fiat est en bien mauvaise posture pendant que BMW enchaine les records. D'un point de vue rachat d'entreprise, BMW ou Mercedes ont bien plus de valeurs que la plupart des gros groupe (hormis Toyota qui est toujours dans le haut du classement). Donc en l'état actuel des choses, grossièrement, Fiat à bien plus de chance de disparaitre que Mercedes... Vendre moins n'est pas forcément synonymes de faiblesse !

bibifricotin  a répondu le 23/04/2013 à 19:37:

pnv a raison bravo pour ton commentaire sauf que mercedes finira surement avec renault nissan.

guillaume  a écrit le 05/03/2013 à 11:17 :

Sans doute parce que leurs produits sont de qualité.

Seb  a répondu le 05/03/2013 à 15:30:

sans doute mais en êtes-vous sûr?

Tahiti6  a répondu le 05/03/2013 à 18:35:

Ce qui compte c la qualité perçu ( ce que le conso croit) !

Guetteur  a écrit le 05/03/2013 à 11:15 :

C'est certe le chant du signe pour PSA, mais dans 5 ans pour VAG, l'article doit faire un tabac un chine, ils doivent avoir une peur panique de mourir de rire.

Patriote  a écrit le 05/03/2013 à 10:56 :

La France s'est fait bien avoir par les US dans l'affaire de Peugeot en Iran
Elle a simplement perdu son premier marché à l'export soit 500 000 voiture par an + les pièces détachées ! en boycottant l'iran sous prétexte que le nucléaire iranien "serait" dangereux ! pour qui d'ailleurs....
ils sont fort nos politiques :-)))

Seb  a répondu le 05/03/2013 à 12:05:

je ne vois pas ce que les politiciens ont à voir la dedans. PSA est une entreprise privée...

.....?  a répondu le 05/03/2013 à 16:34:

Le probléme du marché perdu en Iran tient (appremment) à l'alliance entre GM et PSA.
Je m'explique, depuis que PSA s'est allié avec l'oncle Sam (GM) La loi sur l'embargo américain s'applique à toutes les entreprise américaines, par ricochet, PSA qui (aurait) subi de fortes pression de notre ami américain pour arrêter de vendre du matériel (voitures..) à l'Iran. Les mesures de rétorsion étaient bien entendu trés implicites en cas ou PSA aurait continuer de commercer acec l'Iran. La France s'est fait (encore) avoir en beauté, pour manger avec le diable il faut une cuillére trés longue sinon on y laisse sa peau. (GM étant considéré comme le pire prédateur dans l'industrie automobile, beaucoup de marque sont disparu aprés avoir conclu un soi disant accord avec GM).

Notar  a écrit le 05/03/2013 à 10:11 :

A vrai dire une voiture tres reussie dans la lignee de la golf et avec une bonne finition , le ratissage de l'Europe va continuer et bientot tout le continent sera sous la botte de nos voisins et concurrents d'Outre-Rhin. .Chapeau. Kia, hyundai devraient resister avec leur bon rapport qualite/ prix .

Lou_Papet  a répondu le 05/03/2013 à 10:34:

@ Notar: +1, heureusement qu'il y a des spécialistes comme vous qui savent décrypter les tendances à moyen terme !

@Lou_Papet  a répondu le 05/03/2013 à 12:32:

Les experts sont toujours ceux qui disent du bien de Kia/Hyundai selon vous.... Aucune objectivité... Je ne suis pas sur que par vos différents commentaires vous fassiez du bien a la marque que vous défendez...

BONJOURCHEZVOUS  a répondu le 05/03/2013 à 13:09:

Effectivement, elle est réussie et fait partie des chefs d'oeuvre de banalité voire de laideur

Yves  a écrit le 05/03/2013 à 10:08 :

La qualité du travail allemand, de la conception à la réalisation, est évidente ! Évidemment, c'est gênant pour les autres... C'est d'ailleurs visible chez certains commentateurs...

Marine  a répondu le 05/03/2013 à 10:36:

Quand on voit un reportage sur une usine VW en RFA et sur Flins/Aulnay, on a l'impression d'être sur un autre continent...

Vu d'Allemagne  a répondu le 05/03/2013 à 12:30:

L'Afrique commence au Rhin et les Balkans au Danube

Marine  a répondu le 05/03/2013 à 15:14:

@ Vu d'Allemagne: on s'est compris...

Patrickb  a répondu le 05/03/2013 à 17:15:

J'ai beau être comme je suis, je trouve les sous-entendus de Marine et de Vu d'Allemagne choquants. Faut pas pousser, quand même. Les poncifs ont la dent dûre!

ciel  a écrit le 05/03/2013 à 9:54 :

A entendre les déclarations de cet incomptétent de varin, tout est de la faute de la crise, ah oui, mais ils sont ou les défenseurs de psa.

Lol  a répondu le 05/03/2013 à 12:03:

Les défenseurs de PSA ont achetés des VW ou des Hyundai/Kia.

heliaux  a écrit le 05/03/2013 à 9:44 :

peut etre aussi que les marques allemandes ne sot pas discriminees par leur ministres et gouvernement a ce propos que pensent les allemands du diesel ?

Arf  a répondu le 05/03/2013 à 12:08:

En Allemagne, le diesel est nettement plus taxé qu´en France.

tiens tiens  a écrit le 05/03/2013 à 9:35 :

et pourtant la crise est la aussi pour vw comme pour psa, la différence c'est la qualité des pdg successifs chez vw et la médiocrité des pdg sucessifs chez psa, et varin ose encore dire que c'est la faute de la crise, et ils sont ou les défenseurs de psa.

ben voyons  a répondu le 07/03/2013 à 3:00:

Trop facile. Les gouvernements francais sont assez nuls lorsqu'il s'agit d'evaluer les consequences industrielles de leurs fantaisies economiques. "Les 35 heures en France sont une bonnes nouvelles pour les salaries.. allemands" ennoncait Gerhard Schroeder. Avec raison. La droite n' a pas ete beaucoup plus intelligentes avec ses bonus/malus ecologiques qui ont lamine les volumes des familiales fabriquees en France (Laguna/407/C5) au profit des productions Slovaques, Slovenes, Roumaines ou Turques de nos constructeurs nationaux. Ce n' est pas facile d'avoir une strategie haut de gamme lorsque tout ce qui a plus de 4 cylindres est dans le collimateur fiscal. La crise est venu mettre a terre ce que nos gouvernements ont continuellement affaibli avec la plus parfaite bonne conscience.

Kesako  a écrit le 05/03/2013 à 9:28 :

Pourquoi en France on n'y arrive plus? Charges pour les entreprises trop élevées? Semaine à 35 heures? Retraite à 60ans? Formation dans les grandes écoles obsolète? Mentalité de fonctionnaire dans le management? Culture de conflit? Manque d?innovation dans le business ? Nombrilisme ? Incapacité de se remettre en question ? Il n?y a pas que Volkswagen ni que les Allemands qui seront dangereux si on continue comme ça?

boffff  a répondu le 05/03/2013 à 10:34:

"Kesako" vos vieilles rangaines du MEDEF CGPME UIMM sont périmées ... vous feriez de militer pour faire virer les mauvais patrons et cadres dirigeants des Daciarenault et PSA qui sont de parfaits incompétents et qui ont commis de monumentales erreurs de stratégies industrielles depuis 10 ans ce qui conduit à leur énorme échec

Tolstoi  a répondu le 05/03/2013 à 10:56:

Les français basent leur réussite sur leur charme et leur savoir-vivre (quitte à devenir paresseux, parce qu'il faut l'admettre, nous sommes un peu fainéants), alors que les allemands basent tout sur leur raison (au risque même de partir sur des bases totalement fausses et alors c'est dra-ma-tique). Bref, ils sont fortichent pour construire des bagnoles alors qu'on est plus habiles pour la gastronomie, les vins fins et la lingerie

Patrickb  a répondu le 05/03/2013 à 12:03:

Es stimmt! Richtig! Genau! En effet, parmi mes très nombreux atouts, je maîtrise aussi l'allemand. Les allemands construisent de super bagnoles car ce sont des übermensch; et je suis comme eux :-)!!

@Tolstoi  a répondu le 05/03/2013 à 12:10:

caricatural!! "fortichent" du verbe "forticher"?!?

BONJOURCHEZVOUS  a répondu le 05/03/2013 à 13:11:

AH AH AH les poncifs ont la vie dure

chris  a répondu le 05/03/2013 à 13:20:

Sauf que les vins la lingerie et la gastronomie ça fait un peu court pour remonter le PIB...

Et puis en valeur ce sont des objets peu onéreux !

cifra42  a répondu le 05/03/2013 à 14:33:

pour arriver à la valeur d'une golf ou autres allemandes combien de containers faudra
remplir de vin,parfums,lingerie(chinoise),foie gras et produits gastronomiques?
180 x voiture de bas de gamme.Continuons nous à se mast..... avec le vin,parfums,etc.
Cela c'est un signe de superficialité et décadence.Néron il avait raison.

@au deux commentaires précédents  a répondu le 05/03/2013 à 15:02:

Mais bien sur le vien la lingerie et la gastronomie ne rapportent rien....
Demandez à LVMH, aux exportateurs de vins en tout genre ce qu'ils en pensent...
J'habite dans la région du Cognac et croyez moi on voit que cela rapporte énormément.

@voustous  a répondu le 05/03/2013 à 16:57:

LVMH rapport plus qu'air liquide, a dit Ines de la Fressange ... alors, tu vois!!

@@voustous  a répondu le 05/03/2013 à 17:13:

Ines de la Fressange est niaise avec ses grands pieds; c'est la veuve joyeuse cette meuf et je l'aime pas!

cifra42  a répondu le 06/03/2013 à 5:54:

à part les vins,champagne et cognac LVMH ne produit rien en France.Tous est importé et
révendu.Avant parler (ou ecrire) vaux mieux s'informer.Les français ne lisent pas la pres
se étrangère,voila expliqué les conneries (pardon commentaires) ci-dessus.
N.B. tous les matins je passe en revue 6 journaux,de 4 langues differents y compris La Tri
bune,Les Echos et Lib. Mes amis,il faut bosser et pas raler.

Curieux  a écrit le 05/03/2013 à 9:25 :

Joli "copier-coller" du dossier de presse de VAG

Kesako  a répondu le 05/03/2013 à 10:00:

C#est comme ca que travaillent les journalistes aujourd'hui.

Jules_  a écrit le 05/03/2013 à 9:06 :

VAG finira par se bouffer tout seul... D'autant plus avec leur nouvelle plateforme MQB. Une A3 est une Golf, une A4 est une Passat, ... Dès lors, la seul finition des Audi vaut-elle vraiment la peine de payer plus chère ? D'autant qu'ils devraient penser à améliorer leur fiabilité qui est loin des standards Japonais ! Enfin, vouloir devenir numéro 1 en rachetant le plus de marque possible, où est le mérite ?

Kesako  a répondu le 05/03/2013 à 10:01:

Rève

Jules_  a répondu le 05/03/2013 à 10:36:

Quelle argumentation phénoménale ! Vous m'avez presque convaincu !

@jules  a répondu le 05/03/2013 à 11:18:

vous avez presque raison, mais c'est KIA et Toyota qui vont bouffer VAG apres avoir tuer PSA.

chris  a répondu le 05/03/2013 à 13:23:

Je suis désolé, mais en tout cas pour la qualité de la finition intérieure, les allemands dépassent les japonais.

Un audi ou une vw est quand même mieux présenté qu'une nissan ou une toyota au plastique dur. Même les voitures françaises sont mieux présentées!

Par contre c'est sûr que quand on monte en gamme (lexus, infiniti, acura) là c'est meilleur, mais c'est normal parce que c'est du haut de gamme.

Jules_  a répondu le 05/03/2013 à 13:29:

PSA se tue tout seul, et GM finira le travail ! Quand à Toyota, ils sont confortablement installé en tête de classement depuis quelques années (si on oublie la période "Tsunami"), et le resteront un moment. La gamme s'étend, les technologies évoluent, et le designs donne de plus en plus envie, que du positif. Par contre, Hyundai-Kia évolue très vite mais avec une gamme trop peu étendue pour le moment et une qualité qui, malgré les progrès énorme de ces dernières années, reste bien loin de la concurrence... S'ils arrivent numéro 1, ce ne sera pas pour tout de suite !

sauros  a écrit le 05/03/2013 à 8:48 :

Ou en est l'Europe et la loi Volkswagen de 1960 protégeant celui ci de toute OPA

Marvin  a répondu le 05/03/2013 à 12:16:

Euh.... Qui pourrais faire une OPA sur VW????

Plop  a répondu le 06/03/2013 à 10:47:

Porsche a essayé ... ils se sont fait manger