L'équipementier Delphi se déleste de centaines de millions d'euros d'actifs

 |   |  311  mots
L'argent récolté à l'occasion de cette opération, qui devrait être conclue au troisième trimestre, servira au financement d'initiatives de croissance, y compris des acquisitions ou des rachats d'actions, précise le groupe dans un communiqué.
L'argent récolté à l'occasion de cette opération, qui devrait être conclue au troisième trimestre, servira "au financement d'initiatives de croissance, y compris des acquisitions ou des rachats d'actions", précise le groupe dans un communiqué. (Crédits : Reuters)
La société américaine, poursuivant sa restructuration autour de quelques secteurs clés, a annoncé jeudi la vente de ses activités de chauffage et refroidissement pour voitures à son concurrent allemand Mahle pour 727 millions de dollars.

Delphi se met au régime. L'équipementier automobile américain, issu d'une séparation d'avec General Motors en 1999, va en effet céder pour 727 millions de dollars d'actifs (640 millions d'euros)  à son concurrent allemand Mahle.

L'argent récolté à l'occasion de cette opération, qui devrait être conclue au troisième trimestre, servira "au financement d'initiatives de croissance, y compris des acquisitions ou des rachats d'actions", précise le groupe dans un communiqué, jeudi 19 février.

Des parts cédées dans ses activités climatisations

Les deux entreprises ont aussi signé une lettre d'intention pour la vente des parts de Delphi dans Shanghai Delphi Automotive Air-Conditionning System, ajoute le document sans avancer le montant de l'opération.

La division regroupant les activités climatisation (chauffage et refroidissement pour voitures) de Delphi dégage un chiffre d'affaires total de 1,6 milliard de dollars et comprend 13 usines situées dans huit pays, où travaillent 6.700 salariés à temps plein.

Se concentrer sur les produits à forte valeur ajoutée

Cette transaction permet à Delphi de gérer "un portefeuille plus concentré sur des produits à haute valeur ajoutée qui correspondent aux tendances 'plus de sécurité, plus d'environnement et plus de connectivité'", souligne dans le texte le PDG de Delphi Rodney O'Neal, qui doit partir à la retraite au 1er mars.

Pour son homologue de Mahle, Heinz Junker, cette opération accentue la "bonne position" de son groupe sur le marché de la climatisation en "étendant la production en Europe, en Amérique du Nord et en Asie" et en "élargissant (sa) gamme de produits et de compétences".

Comme d'autres équipementiers automobiles américains, Delphi a beaucoup souffert dans les années 2000 et a dû se placer en 2005 sous administration judiciaire. Après être sortie du processus de faillite en 2009, l'entreprise a fait son retour sur les marchés financiers en 2011. Elle compte aujourd'hui 104.000 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :